Philostratus, Flavius [Editor]; Philostratus <Iunior> [Editor]; Callistratus <Sophista> [Editor]; Vigenère, Blaise de [Transl.]; Artus, Thomas [Transl.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara, 1933-2]

Page: 166
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0188
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
166 LES TYRRHENIENS.

hauî lüpteri & le vouloientla dejfus mettre a la chatfne. Mais tous les ofiers & cordages dontils le cuidoient
ller, ne tenoientsertnenullement, ainsressailloicntauioing hors desespeds drfès mains. Etluyfouhsriant a
partfoy defcsbeauxgrosyeuxhruns\demeuroitasis. Maiste Patrondela Galiotte, l'ayantdeplmpres re-
marqué, admoneftafôudain fès compagnons, & leur dtt ainfi. Mal-heureux cfne <vom efies, quelpuijsant Dïeu
csi-ce que vom auc-z> icypris, &file voulez, encores lier ? Car ncftre vaijfcau à grandepeine lepeut-il porter.
Certes c cst Iupiter, ou iÆpollon à darc d’argent, ou Neptune : car il ne rejsembleprn à vn homme mortel, mais
l’vn des Dteux qui habitent lcs hauts manoïrs de îolympe. Voicy doncques ce que vom screz,. Kemmenons-
le tout de cepas en terreserme, & ne mettezplus la main dejfus luy, depeur qu’eftant courroucé\ il ne nousfus
cite quelque fafcheux vent & puijsant orage. Ainsiparlale Patron ; mais Le Capitaine luy va respondre en
grojjesparoles. CMifierable, rcgardc comme nous allons en Pouppej dresfe doncques lavoilc auecques tout îe-
* qutpage de noftre vaijfeau; çsi de cettui-cy laijfe m’en theuir: car ïefperc qu’ilviendra en Egypte y ou en Chy-
pre, ou iusiques aux Hyperborcens7 çj encores à îvn dr a îautr c : Cr parauanture qiiil manisesiera à la sn quels
fontfesparens çsi amisfesfrcrcs, çsifespofsefiionspuis que Dieunous îa mis en main. Ayant dit celajLagen-
ce le mast& la voiLc, & le vent donna à trauers :pttis des deuxcostèz, de La sisie mirent la main aux aui-
rons, çf à toüt Leurautre appareil. CMais voicy dsefiranges befongnes quifè manissierent tgutfurle champ:
car enpremiere infiance, Le vin ssairant doux &soiiefsie mità coulerparmy la barque legere, dont s'exhaLoit
vne dmine odcur : ce quimitensortgrandcjfroy toute la troupe des Corfaires yquand ils virent cette mer-
neille. Et duhaut de îAntenne fe vintàesianâre de coftéçs d’autre vne bellegrande vigne garnie de force
grappesde raisins. ^Autour du maftparciÜement senuelopoit vn lyerre veuLoyant, auecques desflcurs çss vn
srmct agreable quï s’enproduifit : çfl tousles bans vsiques aux chcuilLes des Ramcs, efioient couronnez, de
chappeaux çs bouquets. Ccque voyans ilsfiolLiciterentle Patron Mededes de regatgner terre. Mais U sut
transsnuéfiudain en vngrand Lion, qui rugijfoit hornbLement au boutdu vaisseau : çss au milieu, Le Dieu
sst fortirvn Ours àla Hureherisiée. Faisint doncques tous ces miraclcs, U fe leuc en courroux ; & le Lion
d’autre-partle longde la Palamante Lesguignoit de trauers > dequoy îLs scjsroyerent merueilLeufement en la
Pouppe, & fe rangerent autour du fage & difcret Patron, tous efperdus. cMlors lc Dieu fe ruantdejfus faifit
le Capitaineau coLlet,çf lcsautres voyansccla, feictterentà corpsperdudansLamer■> poureuïter vne mort
plus cruclLe, la ou lisfurentfeudaw conuertis en Dauphms. Mais saisimt grace au Patron defsu(dicL, il le
retint & rendîit heurcux : luy difant en Lafirte. N'ayespoint depeur ■> homme de bien, tres-agreablc à mon
cœur. Car ie fuîs LepetilLant Bacchus, que SemeLe'lafilLe de Cadmus a enfantê, s’cftant mefiée à Iupiter, par
amourettes. Dieutegard doncques le sils de Semeléaux beaux yeux :cariLnefautpos queparmy mes doux
chants ie te mette en oubly,

O r p o y r tout d’vn train cîire én cetendroit quelque chose de ces Pirates; non sans rai-
son a esté de tout temps ce prouerbe icy en vsage ,Homo homini lvpvsj car à la verité
rhomme n’est point seulement vn Ioup enuers son procliain, mais Lion, Tigre, Hyene ; 6c s’il
y aquelque autrebestepluscruelleencores. Nesuffisoit-il pas àlanatured’auoir accopagne
lamer dctantdeperils&: dangers de vents contraires, tourmentes &: orages ; decalmes en-
nuveux,d’escueils, rochers, & bancs de sable : de tant d’incommoditez Sc mesaises ;peurs, es-
pouuantemens,Ôc desespoirsjsans y auoir adiousté d’abondant vne peste la plus pernicieuse de
toutes autres, venantmesme del’homme? Cartoutleresten’arriuequ’àcertainslieux 6c en~
droids, &à certaintemps, dontl’ona presque quelque precognoistance, pourleseuiter,&:
s’cn garantir le plus souuent. Mais cette-cy regne toustours, &: par tout ; fondée &: establic suc
nostre mauuaistié &: iniustice;sur nostre ambition &: concupiscence; deux cruelies 6c dagereu-
ses bestes ; qui tout ainsi qu’attelées au chariot de nostre vouloir, le transportent deçà &: delà
par tout où bon leur semble,- car il leur obeyt, &: se laiste aller,au lieu de leur serrerle bout5, Sc
tenirlabrideen vne roide obeystance.Les Piratcs doncques,ou escumeurs demer,sont cetto
manieredemonstre, quiàguised’vn crocodile, moleste lespersonnes,en laterre ô^enl’eain
Car cinq ou six belistres duits à la mer, enfans de perdition;canailles abandonnez àtout dese-
spoir, meschanceté &: outrage; vilains, bourreaux, sanguinaires &: criminels, ayans trouué le
moyen de s’equipper de quelque petite fuste,galiotte,ou brigantin ; voire d’vne fregate seule-
ment,munie de tant soit peu d’armes prouistons,pour viure telîement quellcment trois sep~
maines ou vnmois,tiendroiitàla mercy &:subiectiondeleur cruelle inhumanité barbaresquc,
toute vnc longue estenduë de mers, &: costesadiacentes. Desorte qu vnpauuremarchand ou
passàger, pensant profiter au public par son trasic , industrie &: labeur ,• 6c pouruoir quant 6c
quant à sapauure famille,qui attend son retouren telle deuotion,que les petits oiseauxdans
îe nid font celuy du pere 6c de la mere,qui leur apportét la becquée: vnpescheur quise sera iet-
té quelque demie lieuë en mer;ou bien entendra àsa proye le long duriuage:&: non seulement
tous ces gens de mer , mais le peuple encores qui ne bouge de tcrre, allant venantàsa beson-
gne, sans qu’ils se donnentgarde de rien, alorsqu’ils pensentestreen toute seureté, les voila
saiiis au collet 6c empietez par cette sorte de brigandage,mis à la chaisne hommes,femmes,pe-
tits enfans, &:abandonnezàtoutesles sortes d’outrages 6c contumelies quisepeuuentimagi-
nerv îusques à estrc finalement vendus en plein marché , comme bestes brutes, sansiamais

aupir
loading ...