Philostratus, Flavius [Editor]; Philostratus <Iunior> [Editor]; Callistratus <Sophista> [Editor]; Vigenère, Blaise de [Transl.]; Artus, Thomas [Transl.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara, 1933-2]

Page: 386
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0408
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
}S6 aiax, ov les gyres.

Etaudeuxiefme enfuiuant delamefme .Æneide.

Ecce trahebatur passis Priameia virgo
Crinibus à templo CaiTandra adytil'que Mineruæ
Àd cælum tendens ardentia lumina frustra:

Lumina3 nam teneras arcebant vincula palmas.

Es rochers S’aduançans hors de seaUj&la mer
boüillonnant autour$ô£ ce cheualier magnanime qui
lesregardefierementauecquesie nesçay quelle bra-
uetéÔ£audaceencontrelesondes,cest Aiax Locrien
dont le nauire a desia est é frapé de la foudre. Or corn-
meilsenfustiettéhorsàcorpsperduqu’il estoit des-
ja toutenfeu,ilse mitàcombatrelesssocs, trenchant
ceux-cy?attirant les autres à soy,ceuxlà îes accablant
dessous sa poidlrine. En fin ayant gaigné les Gyres (ce
sontdesrochersparoissans horsdeleauenlamerEgée) ils'envadesgorger
toüt-plein darrogantes &C iniurieuses paroles enuers les Dieux mesmes.Par-
quoyNeptunearriue làterrible5mesamis,6c fort irrité3remply de tour-
mente £>C orage 5 ô£les cheueux tous herissez. Si souloit-il neantmoins quel-
quesfois combatre en la compagnie d’Aiax coiltre les T royens3(mais sage &C
modeste alors3&C qui espargnoit les Dieux) &C Pencourageoit de son sceptre:
làoù maintenànt qu’il le void si outrageusement comporter,il prend son tri-
dent à Tencontre,dont le sommet du rocherqui soustient Aiax aura vne
bonnesecousse,afin dele tresbucher hors de là? auecques ses blasphemes,
Voilace queveutdirelapeinture. Maiscequinous est euident à lœiljdl
cette mer blanchissànte à cause des vagues, &C les rochers cauerneux, parce
quilssontbaignezincessàmment:puisvne grossessammequisortdumilieu
du tillac, à trauers laquelle le vent se venant entonner, le nauire qui se sert de
ce feu, ny plus ny moins que d vne voile, court encore. Aiax au reste reue-
nant à soy comme dvneyuresse, contemple la mer çà ôclà, (àns regarder ny
au vaisseau, ny vers la terre : ny auoir crainte aussi peu de Neptune qui vient
droit à luy rainspersiste tousiours enses menaces 6C braueriesrcar la vigueur
n a point iusques icy abandonné sesfortsbras, Ô£ hausse la teste ainsi qu’il
souloitencontreHedor ôclesTroyens. MaisNeptuneramenantvngrand
coup de trident sur la pierre,en abbattra vn gros quartier auecques luy : ô£ lc
reste des Gyres tant que la mer durera,demeurera debout, immobile à tous
les eftorts de ce Dieu.

ANNOTATION.

O m er e auquatriesmederOdysréetraitecécaccidenticyd’Aiaxencetteror-
te, sous la personne de Protée, qui declare à Menelaus ce que les Grecs deuin-
drent à leur retour.

A)'04 fj&s) ff$ vtivoi é'ttfir]

yuprioi /uiïp GrçépTa riotjjcsïlw emï&ase

mrpnoi yjtyiMoi, ygj cJ%ttma>o* SuAôiojt\ç,
loading ...