Philostratus, Flavius [Editor]; Philostratus <Iunior> [Editor]; Callistratus <Sophista> [Editor]; Vigenère, Blaise de [Transl.]; Artus, Thomas [Transl.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara, 1933-2]

Page: 522
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0544
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
,2! L E S T O I L E S.

mefme toittsviuans en <vnemefme maifon: le feu (comme l'on dit commu -
nément) efiantfipres des esioupes, quetrop efirange merueillefut quil ne sy
priside quelque endroit. Deforte quilfemhLe que ce foit w chofe cotrouuée
dplaisir]pourferuird'exemplaire miroir d tout le tefie de ce fexe tnsirmey
plufiosi quvne hisioire verttahle : tant il fevoid de confiance de fermeté
en cefie leunefimple et dehilefemmelette, defemparee detout appky jfecours^
confolation, ayde3 confort(simaintenementpourpouuoir resisier avnetelle
tempesie orage3dont elle fut par vn silong temps ajsaillie enueloppéede
toutesparts. sant ily a d remarquer de fdgejfejsideliteÇsiprudence en elle
ddifimuler gagnerLetemps,ores sexcufantfurvne chofe3oresfe remet-
tantfurvne autre.par toutes les rufes desfaictes qmfepeuuentexcogiter,
dontlaprincipale sutvne toile queLlemit enauantdevouloir parfaire pre-
mier que d'entendre d aucun mariage >pour a tout le moins enfeuelir LaërteSj
puù queïle nepouuoit rendre ce deuotr d fon loyal hien-aymé esioux. Maùr
tout autantqùelledleurveu'ê entissoit le tour>toutautant auprofondde la
nuicb en lieudeprendrefon repos elle enredefaifoitdla lumiered vnefothle
lampe. Philofirate doncques nous depeint icy lafolitude (fi affhffion de cefis
‘vertueufeDame3 ladefolationdu logù d'KlyJses3ou les ^iratgnées d l’enuy
d'elle filoient aufi leurs toiles de leur cofié3en tom les coings & endroits di~
celuy, pour denoter latrifie(f melancolique saceque peut auoirvne maifon
durant l’ahfence ejloignement de fon maisire3 toceupation enquoy fe
doit cependant maintenir vne preude femme3pour s'acquitter de fon deuotr
enuers Dieu, fon mary3 fa confcience3 fermer de tompoinÜs la houche
au mefdifant vulgaire, dont lacoufiume efi communement d'esiierplusiofi*
contreroller (si furueillerles affions comportemens d'autruy3 que d'enten-
dre (sipresier l'œil auxfiens propres.

* sMvoi
x.'zn^Jiy^iTcq,
dauarage peu
s en saut que
l'on n’entéde
trottcr la na-
uette,& Pene-
lopcrcspadre.

V i s que vous faides Vn si grand cas de îa toile de
Penelopé, &que vous la celebrez ainsi par vos chants^
vous vous estes rencontré tout à propos en vne bien
bonne peinture,qui vous monstreratout ce qui peutde-
pendrede ccste toile. Carlefilet y est fort proprement
ourdy, &C la chaine est toute parsemée de sseurs au destus.
dp as seülement trotterla nauettCjpource que Penelcpé
samuse à respahdre des larmes, aüec iesquelles Homere fond &C resout la
nege, &C redefait ce qu elle a tissu. Voyez quant &C quant FAraignée qui fait
sa toile là aupres, si elîe ne surmonte pas en cet artisice Penelopé,& le peuple
des S eres, d ont les ouurages sont fî dessiez qu à grand’ peine les peut- on disi-
cerner. Or ce porche &C cntrée est dVne maison fort calamiteuse> &C diricz
bien qu elle est priuée de ses maistres : Câr la cour &C saie basse paroilsent là
dedas toutes vuides,&Cles colomnes ne larasseurent ny soustiennet presque
plus,ains s'affaissetoutedesia,&s ,envaenruine, pourseruir doresnauant
d’habitationauxseules Araignées,dautant que ce bestion àymede faire sà
besongne en la soiitude &C fîiéce. Regardez vn peu leur filet,ie vous prie, car

ayans
loading ...