Philostratus, Flavius [Hrsg.]; Philostratus <Iunior> [Hrsg.]; Callistratus <Sophista> [Hrsg.]; Vigenère, Blaise de [Übers.]; Artus, Thomas [Übers.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara Nr. 1933-2]

Seite: 616
DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0640
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
6x6 P YRIHVS E T

ensoncoeui%àsagaye8£ioyeusechere, nestant point autrementbesoin de
s'enquerir quelle en est la cause. Car ces diligens moisfonneurs, &C ceux qui
assernblent &C lient les gerbes 6C les iauelles qu’on a mis bas, que les autres
soliicitent soigneusement, tesmoignent que la cueillette doit sürpasser de
plüsieurs mesures ce qui a esté ietté dansla terre. Ce chesne au surplus n’a
pasestéicy apposé friuolement Schorsdepropos: carsonombrage s’espan-
dant de costé &>C d autre, rafreschist deisous ses braches &£ rameaux ceux qui
sontharastezde louurage &:delachaleur. Et cestui-cysapprochâtôcbeu-
uant, àquiles trompettes sonnent vne fanfare, vous levoyez bien sous le
mesme chesne, encourage ceux qui trauaillent apres la recolte du grain. Pe
cesfemmesquendiriez-vous? Ne voussemble-il pasqu ellesmettent ausfi
la main à s œuure de leur part, & s’exhortcnt les vnes lcs au tres de pestrir di-
ligemment lafarinepour le soupperdes manouuriers? Que si vous deman-
dez desfruidsde rarriere-saison, envoicy demeurs, lesnoirs là,à sçauoir
des vignes, S£ ces iaunes cy des arbres fruidiers. Or ce fossé a esté ainfî peim
de violet toutexpressémentde louuner,àcequeie croy, pourdemonstrer
sâ profondeur, Scvous doit suffire pourleregard des vignes domestiques,
dimaginerencetestainvne telle quellecloison : mais largent est requis au
vignoblede la campagne. Ces perches au reste nepermettent pasque ccs
arbrespanchent S^s’affaissent,quisont ainsichargezdefruidl:. Maisquedi-
rons-nousde ces vendangeurs, ïesquels en cesteallée fî estroitte s’estoupans
lepasïàgeîesvnsaux autresvuidentlà endroitlavendange quilsapportcnt
dedas des hot tes gays SC deliberez, S£ en aage proprc pour la besongne ? Ces
ieunesfillesdautre-part, &C cesgarçons sen vontdansansà la cadece dvne
note euienne 8C bacchique queleursonne cetautre-là, lequelmonstre dàc-
compagnerlesondesalyred vnevoixgrestedont il chante. Mais sivous
tournez vostre ententedeuersce troupeau debestes àcorne, vous cognoi-
strez bien aylement qu’elles sen vont paistre, suiuiesde leursgardiensqui
les meinent. Quant à leur couleur 5C pelage, ne vous en esbahissezpointau-
tremet,car le tout n’est quor 8c estain : mais d’oüy r en la peinture ces choses
si apertement, &L que ceste riuiere semble resonner &C bruire, le long de la-
quellepaissent ces vaches, comment se peut-il faire que cela ne vous soit du
tout manifeste ? Certes iene voy pas que ie puisse assez dignement exprimer
ceslyons, nyletaureauqu’ilstiennentaccablé souseux, lequel monstrede
mugler fort, &C se debattre, comme celuy qisils dcschirent}&: ont desormais
accordé iusquàsesentrailles: &C seschiens, àmonaduis,quiaccompagnent
letroupeau,y estans conduits parlesPastresvontautourdes lyons, les cui-
dans espouuenterde leurs aboys, neantmoins ilsne lesosentpas attaquer,
encorequeleursmaistres lesyincitent. Voyezd’autre partces troupeaux
de bestcsblanches, comme elles bondissent &Cs egayentsur ces costaux. Et
cesparcs,fueillées,&estableries, sçachezquetout cela est pourla retrait-te
dubestail. L e surplus, àmon iugement,est vnedansedu toutsemblable à
vnlabyrinthe, tel qu ondit Dedalus auoir bastyautre-fois àAriadné fille
du Roy Minos. Mais quel est làrtifice &C maniere de ceste danse ? Les iou-
uenceaux entre kçans leursmains auec cellesde ces ieunes filies, dansent

ains].
loading ...