Philostratus, Flavius [Hrsg.]; Philostratus <Iunior> [Hrsg.]; Callistratus <Sophista> [Hrsg.]; Vigenère, Blaise de [Übers.]; Artus, Thomas [Übers.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara Nr. 1933-2]

Seite: 838
DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0862
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
838 NEOPTOLEME.

me sembiavoir soudaintous les bledsde ia Thesialie bruinez desia : &leurs
champs insedez de brouillards pour la corruption des frui<sts:accidés qu*on
void ordinairemét arriuer de la mer sur les territoires prochains, &que quel -
^ ques villes de la Thesialie seroient submergces, comme fut B ure,Helyce, &C
Athalantetout conciguauxLocriens, qui souïFrirent semblables dcsastres:
de faidt il dit qu’il y en auoit desia de noy ées, &C ies àutres renuersées de fonds
en comble. Mais Achiiles &C Thetis pourpensoient bien en leurs courages
d autres manieres de ruines pour affliger la T heisalie, do t le plus grâd chasti-
ment quiis rcceurent, fut de ces coquilles de mer dont se teint le pourpre, {ï
f* 'cZfcZe*' 4 ue lesThestaliens eurentde ià occasionde peruertir Scsophistiquer ceste
btjiti noirei. st c estlaverité,ou non, ie nele sçay pas bonnement : maisil y a de

grosses pierres eminentes plantées çà Sc là de costé &C d autre pour represeii-
teroùestoientleschamps,&les maisonnages. De leurselclauesaudemeu-
rant,lesvns s'enfuirentj&lesautresfurécvendus,maislapluspattàpeine ne
font plus rien de deuoir enuers les ames de leurs defun&s peres-mer es, dont
iisont mesme abandonné lessepulturcs, siqusil faut nommémentque les
D mauxdont Achilles menaçoit lesThessaliensleur fustent venusde la men
Phen. Certescefutvnfortpernicieuxcourrouxquevousvenezde racon«
ter, &Cmal-aisé à rhabilier. Maisdittcs-moy, ievousenprie,qu est-ceque
Prothesilaus veid digned admiration enceste Isse du Pont-Euxin ? car ildit
Snr It chapi- qu’il y fit quelque seiour auecques Achilles. Vign. Ceîa est vray,&C il racôtc
quil y a vne petite Isse en ceste mer-Ià, tirant plus vers le riuage inaccostable,
laquelle ceux qui nauigêt vcrs la bouche d’iceluy Pont,Iaissent à la màin gau-
che, pouuantcontenirquelque lieuëdelong, &delargeurvndèmÿ quart.
Les arbres qui y croissent sontpour la pluspart des peupliers blancs, &C de$
ormes,auecques quelques autres, comme ils se rencontrent à 1 aduenture &C
confusement,mais ccux qui sontaupres de la chappelle,sontpiantez par or-
dre. Elle est au demeurat bastie pres la dessusdite emboucheure du Marez de
la Mæotide, qui n’estantengradeur rien moindreque le Pont-Euxin,entre
eniceluy, &C na autresimagesque celled’Achilles &CHelene,quifurêt esta-
blieslàparlesParqueSj&sentre-regardansamoureusement fvn sautre: &C
delàont prisoccasion lesPoëtesde chaterIeursamours,dont leursyeuxse
monstret estre remplis. Mais en premier lieu Achilles &C Helene ne se virent
oncques, elle se trouuant en Egypte, lors qu’il cstoit à guerroyerTroye:
neantmoins ils nelaisseret desentr’aimer tres-ardemmet:le desir de s’entre-
voir estant procedé de laseule oüye, &C pour leur feftin nuptial esté reserué
cethabitacle parlesdestinées apresleurmort. Car audestous d'Ilion il ny
auoit aucunes Isses des Echinades iusqucs à PÆneade &C Acarnanie, qui
n eussênt desia esté côtaminées &C polluës du parricide dAlcmeon enuers sà
mere, lequel s en alla en fin resider vers les desgorgemês d sAchelous, en vne
AmshsrL.* terre toutenouuelleaulabourage,tellement queThetissuppliaNeptunede
luy odtroyer quelque Isse en la mer,où Achilles&Helene peustent faire leur
demeurace. Et luy regardat tout le 16g du Pôt-Euxin, apres qu il n ay en eut
apperceu vne seule où son peust aborder,il s en alla produire ceste Leucé,dc

k grandeur que ie vous ay ditte,pour leur seruir d’habitations,& par mesmc

a?.oyen
loading ...