Cahier, Charles; Martin, Arthur
Mélanges d'archéologie, d'histoire et de littérature (Band 1,2): Collection de mémoires sur l'orfévrerie ...: 2 — Paris, 1851

Page: 233
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cahier1851bd1_2/0243
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
ETOFFES HISTORIEES,

SECOND MÉMOIRE. (Voir le premier, page 101.)

(l'E ARCHES IX-XVUI ET PE ARCHES XXXII-XXXIX).

Je ne me propose dans ce Mémoire que d'indiquer ia provenance des nombreux tissus re-
produits dans ce volume. Eusse-je formé le projet d'esquisser l'histoire difficile des étoiles
pendant le moyen âge, j'aurais dû par prudence laisser un tel travail à l'habile philologue qui
!c prépare depuis longtemps. Les graves études de M. Francisque Michel sur les manuscrits
français l'ont mis en possession d'un grand nombre de textes inédits où nous aurons sans
doute à recueillir de curieux renseignements sur les anciennes manufactures d'étoffes pré-
cieuses, les diverses espèces de soieries, leurs différents usages et le style propre à chaque
contrée et à chaque siècle'. Mon but, plus à ma portée, consiste à fournir à l'histoire soit de
{'industrie, soit de l'art, des matériaux non moins utiles que des textes, et sans lesquels les
textes n'offrent parfois que des idées confuses peu de nature à éclairer l'archéologue et à ins-
pirer l'artiste. Ce que les exemples sont pour la morale, les monuments figurés le sont pour
l'art et l'archéologie; ils fournissent la leçon la plus courte et 1a plus sûre. J'ai l'espoir que
nos tissus intéresseront d'autant plus qu'ils sont tous inédits, excepté le dernier, (PI. XXXIX)
et que de toutes les branches de l'ancien art il n'en est peut-être aucune que les collection -
neurs aient plus négligée jusqu'à ce jour, il est vrai que les produits de l'antique industrie
textrine très nombreux au moyen âge sont devenus fort rares, et sont en général d'un difficile
accès. Une grande partie de ceux que le temps avait respectés a dû disparaître devant le mé-
pris dont on poursuivait depuis la renaissance tout ce qui n'était pas ou très ancien ou très
moderne. De là vient qu'en examinant avec soin les trésors des principales cathédrales de
l'Espagne je n'ai pas pu découvrir un seul tissu antérieur à Ferdinand et Isabelle. Moins
riches durant ces derniers siècles, nous aurons sans doute moins renouvelé nos monuments
' Cet ouvrage doit paraître prochainement sous îe titre de : sa! p/c.deaæ, eu occîdea;, peudard ;oaf te Mtoyea dye
Recdcrr/ies sur /e co/aw/erce, /a /adrtca;:oa e; Casayc des LedreàM. iV. r cateuiz, 7?tana/dc;a? ier, roHsaMeY'arytae
e;o//es de soîe, de.! drap! d'or e; d'aryen;, c; aaires ûs- à Lyon.
II.

30
loading ...