Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
GAZETTE DES AROEMMES

27 Février 1916

LA GAZETTE RÉGIONALE

SUCCÈS OU CATASTROPHE?

La « Gazette des Ardennes » relatait, dans ion
numéro du ati janvier dernier, la terrible catastrophe
survenue à Lilfe par suite de l'explosion d'un magasin
de munitions. Cent six personne*, appartenant à la
population civile, trouvèrent une mort horrible aoua
les décombres, tout un quartier fut anéanti et la cons-
ternation était générale dans la région.

La cause de l'explosion n'intéressait pas directe-
ment ; on voyait avant tout un immense désastre dani
une ville qui avait déjà beaucoup souffert, de nom-
breuses et innocentes victimes, des blessés, des habi-
tants sans abri, sans ressources. Ce fut un long cri
d'horreur et de pitié ; la douleur était unanime. Jamais,
de mémoire de Lillois, la foule n'eut à suivre un cor-
tige aussi lugubre de oercucila.

Bombardée d'abord, puis dévastée par une explo-
sion, la pauvre capitale des Flandres est donc plutôt
i plaindre. Conscients de leurs malheurs, ses habitants,
qui auront été incontestablement parmi les plus éprouvés
de la guerre, supposent volontiers que la France, de
l'autre côté, gémit sur leur malheureux sort ; ne scrait-
ce qu'illusion ?

On sait que la ville a été dévastée et on l'annonce
comme un grand succès militaire II Ecoutez cela I (

Le « Journal des Débats » du 3i janvier 1916 pu-
bliait l'information que voici :

« Lille vient d'être bombardé par les Anglais avec un
succès sans pareil. Après la destruction d'importants
dépôts de munitions, un millier de maisons à usage
militaire, dés ouvrages entourant la ville ont été tota-
lement détruits.

Le i5 janvier, l'autorité allemande a fait afficher
qu'au premier coup de canon la population devait ren-
trer et s'abriter dans les caves, etc.... »

On attend donc, ô mes braveB Lillois, une meilleure
occasion de voua plaindre, lit quand les facéties des
Anglais auront démoli toute notre région, la ville de
Lille comprise, sans avoir fait aucun progrès réel au
point de vue militaire, uous apprendrons peut-être que
les Parisiens ont pavoisé I

Succès sans pareil ?! Qu'ils y viennent voir !

Le quartier détruit était un quartier ouvrier et popu-
leux, dans lequel deux cents soldats au^ plus étaient
disséminés. 73o maisons et 4 fabriques ftnpôVhthtes sont
complètement démolies. 4,5oo personnes;' ioit 900
familles sont les victimes de ce grand' sinistre. Elles
ont tout perdu I voilà le vrai bilan, 1 ' * "I

Succès incomparable? N011I Malheur épouvantablel
Que la vérité se trouve ainsi dénaturée, c'est assez gro-
tesque, mais ïl est odieux et cruel, pendant que nous
pleurons nos morts et nos désastres, que des fanfares
de joie résonnent de l'autre côté.

La charité s'est exercée amplement à l'égard des
malheureux sinistrés. Outre le Comité Hispano-Amé-
ricain qui fit don immédiatement de 2,000 francs, des
personnes généreuses envoyèrent des dons divers :
Têtemente, linge, ustensiles de ménage, etc.. Actuelle-
ment, tous les iini«trés ont un abri et on Améliorera
encore leur sort dans la mesure du possible.

Que Dieu garde la ville de Lille d'un nouveau et
incomparable succès anglais I Celte prière est dans le
coeur de tous les Lillois, n'en déplaise aux journalistes
parisiens 1 Un Lillois,

D'UN VILLAGE DE L'AISNE.

Janvier 1910.

Question de préférence. — La question de logement* est
d'actualité en paya occupé. Vaul-il mieux loger les soldats
allemands que les soldats anglais ? Je sais bien que l'on peut
répondre : « Ni les uns, ni les outres », et par patriotisme
préférer malgré tout les Anglais : Ils défendent un coin du
territoire qu'ils ont grand intérêt i conserver... à la France,
Mais étant donnée l'obligation a laquelle on ne peut se sous-

traire, de loger Allemands d'un cote du front, Anglais de
l'autre, comment le Français supporlc-t-il l'étranger citer
lui ? La question est peut-Être prématurée, car pour y ré-
pondre en connaissance de cnuse, il faudrait avoir logé les
uns et les autres, ou avoir fait une enquête chez les habi-
tants des deux côtés du front : ce qui, dans l'espèce, est pra-
tiquement impossible.

Dans l'état actuel, les intéressés ne peuvent pas échanger
leurs impressions sur les occupants, encore moins les
publier : la censure française est là qui veille.

Dans mon isolement, je n'ai recueilli, par hasard, qu'un
seul témoignage, encore est-il de peu de valeur ; la personne
avait logé trop peu de temps des Anglais, au début do la
guerre, et trop longtemps des Allemands pour répondre avec
impartialité. Cependant son témoignage était en faveur des (
Allemands.

1/Anglais pratique-t-il V « entente cordiale » cher sou
logeur obligatoire? Thaï iî the question, suggérée par la lec-
ture de la « Chronique régionale » de la « Gazette des
Ardennes ». Vn vieil occupé*

'% ' ERCHEU (Somme),

Janvier 1916.

Voilà bientôt dix-sept mois que nous entendons jour et
nuif la voix grave du canon, mêlée parfois du bruit des
mitrailleuses cl de la fusillade.

La population actuellement est réduite à 645 urnes.

Notre sympathique maire, M. Noiret, partj le premier
jour de la mobilisation, est remplacé par l'adjoint, M. Fa-
fet, qui, resté fidèle à son poste depuis le début des hosti-
lités, et secondé par le Conseil municipal, dirige de son
mieux la commune.

Lors de la venue des premiers Allemands en France,
quelques habitants pris de panique s'enfuirent, mais revin-
rent peu de temps après.

Divers fonctionnaires ont respecté l'ordre qui leur avait
été donné de ne pus abandonner leurs postes.

Le ag août 1914, à 6 heures du soir, le village reçut la
baptême du feu, par une vingtaine d'obus tirés des bois de
Libermont, et qui trouèrent quelques maisons.

Le afl septembre de la même annéc^ une vive bataille ss
livra entre Ercheu et Solcnte. Les habitants émotionnés
comme de juste, se mirent à l'abri des projectiles dans les
caves. Quelques obus éclatèrent dans le village, n'occasion-
nant heureusement aucun accident civil ; plusieurs habi-
tations furent détruites.

La sucrerie a été incendiée accidentellement dans la nuit
du i3 au il\ avril iqi5, il n'en reste que des ruines.

Certainement on vit dans la tristesse et l'inquiétude, en
pensant ù ceux qui nous sont chets, dans ces douloureux
moments, mais à pari cela la vie n'est guère désorganisée. •

Les deux boulangers assurent notre pain et celui des
communes voisines. Les commerçants vendent encore des
marchandises par l'intermédiaire du maire, qui s'approvi;
sionne, autant que cela lui permet, à Saint-Quentin.

Les hommes vaquent aux travaux culluraux, et les
femmes lavent le linge des soldats.

Les écoles fonctionnent normalement.

La sanlé générale est bonne. Un médecin allemand
donne des consultations gratuites aux civils. Les comman-
dantures veillent à l'hygiène des maisons et a la propreté
des voits publiques.

Un cimetière allemand, où reposent une domaine de sol-
dats français, et qui sera scrupuleusement respecté en paix,
existe près de li sucrerie ; les lombes bien entretenues sont
l'objet de soins des Allemands et de la population.

Les prisonniers d'Allemagne donnent des nouvelles à
leurs familles, et celles-ci ont le droit d'y répondre régu-
lièrement. La « Gazette des Ardennes » est lue avec vif in-
térêt, surtout depuis la publication-de1 noms des-personnes
internées en Allemagne,

Maintenant, souhaitons bientôt la fin de cette sanglante
guerre et le retour de nos compatriotes.

MORCOURT (Aisne).

Janvier 1916.

Avant de donner quelques renseignements sur la com-
mune de Morcourt, je tiens a remercier l'administration d»
la « Gazette des Ardennes » de bien vouloir mettre i ma dis-
position la chronique locale.

Morcourt est une commune située en bordure de la

grande ligne du Nord. Sa population de '180 habitants en-
viron est aussi paisible qu'en temps de paix. La commune n'a
pas eu a souffrir de l'invasion.

La population est ravitaillée par les soins de la Munici-
palité qui a eu recours au Comité hispano-américain.

Le Conseil municipal est A son poste et fait l'impossible
pour que la commune ne so ressente pas trop de cette mal-
heureuse guerre.

L'état sanitaire est bon en général. Les enfants \onl a
l'école comme par le passé.

OMI8SY (Aisne).

Janvier 1910

Omissy est une commune de Bon habitants qui n'a jamais
eu autant d'animation que depuis l'occupation allemande.
Les soldats allemands vivent en très bonne intelligence tvec
la population. Tout le monde est content.

Le ravitaillement est assuré par une commission, avec
l'aide du Comité hispano-américain. Le maire a été rem-
placé par les autorités allemandes.

L'élat de santé de la population est excellent. On re-
marque beaucoup la propreté des traversées du village. Les
travaux de réfection de frottoirs ont été entrepris ces tempe
derniers et assureront un parfait écoulement des eaux qui
séjournaient sur les rues.

Dans l'agglomération du Moulin-Brûlé, rien de poiticu-
lier à signaler.

Calendrier rélrospeffl de la qrande guerre

Î7 {évrier ffl/5. —- Attaques françaises en Champagne
totalement repoussées. Succès allcmund dans les Vosges
près de BlanionlTBionville. Avance des troupes russes sur
Prasznysz.

2S février 19iû. — Les Français attaquent cinq fois, mais
en vain, cotre les Argonncs et Vauquoia.
I V"r mars 49i5. — De fui tes attaques françaises en Cham-
pagne s'effondrent avec des pertes considérables. Bombarde-
ment continu des Dardanelles et de Sedd-ul-Bahr. Cinq
cuirassés alliés sont obliges à se retirer.

LE MIROIR DE LA PRESSE FRANÇAISE

La « Gazette u a, à plusieurs reprises, signalé le caractère
fmntalsiste et tendancieux, voire mensonger des informations
que lancent journellement d travers le monde les agences des
Alliée et leurs stations radio graphiques de Lyon, l'oïdha,
Carnavon, etc. four illustrer ce que valent en réalité ces in-
formations, il suffira de remettre sous les yeux de nos lec-
teurs, au jour le jour, les nouvelles et appréciations pu-
bliées, il y a un an, par la grande presse parisienne.

24 {évrier 1915.
Extraite du « Matin » :
L'AVENTURE DES DARDANELLES. U n'est pas
impossible que Fallaque des forts de rentrée des Dardanel-
les, qui commença vendredi et continua le jour suivant, soit
le prélude d'événements de la plus haute importance. Quelle
qua isttf£|suite, cependant, nous n'avons pas a craindre
la répeHff~dV iiasco de l'expédition de sir John Duckworth

dans les Dardanelles____ L'amoral^ Corden a les vaisseaux

et les canons nécessaires, et la vapeur et les aéroplanes ont
complètement changé les conditions du succès, (u Stan-
dard ».) * _

La cause des conspirateurs politiques et militaires
germano-lurca ne sera pas favorisée par l'atmosphère nou-
velle que créera le tonnerre des canons des cuirassés fran-
çais et anglais. Le bombardement marque le commence-
ment d'une phase nouvelle de la guerre, une phase pleine
de promesses pour la cause des aillés, (a Daily Telegraph ».)

« L'attaque des forts des Dardanelles fait partie d'un
plan à longue portée. Un coup décisif sur le théâtre sud-est
de la guerre est évidemment nécessaire. La fermeture -do
la mer Noire est un inconvénient grave pour la Grèce et
l'Italie, dont les approvisionnements dépendent principale-
ment de cette région féconde. Plus importante encore est
la nécessité d'opérations militaires de nature a influencer
les événements des Balkans. On a laissé la Sarbie agir
seule avec des ressourças terriblement diminuies, et un
désastre pour elle serait un désastre pour la cause des al-
liés toute entière. »

VICTIMES DE LEURS COMPATRIOTES

La u Gazette des Ardennes » publie régulièrement, sous
cette rubrique'Spéciale, les noms de personnes civiles fran-
çaises ou belges, Juées ou blessées à l'arriére du front alle-
mand, par le feu de l'artillerie des Alliés ou par les bombes
de leurs propres compatriotes aviateurs.

A SAINT MIHIEL (Meuse).
Le ai février 1918.
Dauplcix Charles-Albert-Louis-Auguste, âgé de 48 ans,

avoué, conseiller général, conseiller municipal, muni

d'iTne délégation pour la durée de la guerre, grièvement

blessé, mort le sa février 191G.
« A WERVICQ.

La 10 février 1916.
Vandensteene Arsène, âgé de 3a ans, tué.
Hollebeke Philomtnc, âgée de 78 ans, tuée.
Flnmcnt Maria, ûgée de aa ans, grièvement blessée.
Delrue Virginie, âgée de 8a ans, légèrement blessée.

DERNIERES NOUVELLES

LES AUTRICHIENS DEVANT DURAZZO.

D'après le dernier communiqué qui nous parvient do
Vienne, les troupes austro-hongroises ont vivement
poursuivi les Italiens battus le jour avant à l'est et au
sud-est de Durazzo et les ont rejetés sur la langue de
terre à l'ouest des étangs de Durs. *

Les installations du port de Durazzo sont sous le
feu de l'artillerie autrichienne, qui a sérieusement gêné
rembarquement de troupes. Quelques navires italiens
ont essavé, sans aucun succès, de prendre part à l'ac-
tion* Les Austro:Hongrois ont fait prisonniers jusqu'ici
plus de 700 Italiens, avec H officiers et pris 5 canons
et 1 mitrailleuse.

Six vapeurs d'un tonnage total de 30.000 tonnes coulés I
La Haye, 24 février Ifllft.

Le vapeur anglais u VVcstbum » est arrivé a Sauta-Cruz
(Ténériffc, îles Canaries) pour réparer des avaries. Le na-
vire avait arboré la pavillon allemand et avait ù bord un
équipage composé d'un officier et de 7 hommes, dont l'un
portait à sa casquette l'inscription a S M. Mcewe », Le **
« Westburn » avait à bord 306 prisonniers provenant de
six vapeurs anglais coulés.

Le télégramme de l'Agence Reuter n'est pas très clair,
mais il parait que le a Wesiburn u est une prise du
a A/ceut », cpmme le fut iLy a quelque temps 1' a Appam ».
Le mWeMbiïwn, s avait, sans doute, l'intention de débarquer
les prisonsueni des vapeurs coulés dans un port neutre, cl
il fut obligé* par des avaries de se rendre & Santa-Cnat.

D'après les noms des vapeurs coulés, tels qu'ils sont
donnés par la dépêche anglaise, ces vapeurs avaient un ton-
nage -total de 3a,000 tonnes. Si l'on ajoute le tonnage des
autres navires détruits par le u Ucetoe d, les pertes totale!)
causées aux Alliés par ce bateau énigmatique se montent à
63,000 tonnes.

VIENT DE PARAITRE

L'ÉDITION ILLUSTRÉE N° 10

- DE U

« GAZETTE DES ARDENNES »

Huit pages de texte avec nombreuses illustrations
contenant entre autre :

Une Tille éprouvée (La Catastrophe de Lille).

Noël en Pays occupé).

La fin d'une «.Tenture (Gallipoli).

La vie des tranchées.

Monuments de France,-victimes des Anglais.
Un dirigeable préhistorique.
Etc., etc. _

PRIX : 15 CENTIMES

CASSEL-NIEDERZWEHREN

. iSuite.) -siruuA xm .

Co*Lc Heuri, Menton (Aipea-Marit.), bata(Jljin'dij chàss, 67.
Côte Anlide, Besançon (Doubs), sergent, infanterie 60.
Couaillac Léon, Menton (Alpes-Marit.), bataillon chass. 67.
Coudorû Georges, llelfort (H a ut-Khi n), caporal, infant. 35,
Coulct Clodomir, Desançon (L)0ube)f infanterie 60.
Crcsto Aimé, Besançon (DoubsJ, infanterie 60. "
Cuinet Albert, Besançon (Doubl), infanterie 60.
Cuines Louis, Besançon (Doubs), infanterie 60.
Dacheux Abel, Paria, infanterie 8a.
Daret Laurent, Besançon (Doubs), infanterie 60.
Darmay Maurice, Beaunçon (.Doubs), infanterie 60.
Daujeat Armand, Besançon (Doubs), infanterie 60.
Dauphin Cahxle, Mu 11 Ion (Alpes-Mant.), bat. chasseurs 67.
Debihe Charles, l'eiigucux (Dordogue), caporal, inf. ter. 8.
DcfrjÈiic Léon, Besançon (DouLaj, infanterie 60.
Delbru Marcel, Besançon iDoubs), infanterie Go.
Delescluse Louis, Besançon (Doubs), infanterie 60.
Delettrc Abel, Besançon (Doubs), infanterie 60.
Delifrne Louis, Besançon (Doubs), infanterie 60.
Uesbois Félicien, Besançon (Doubs), infanterie b'o.
Dcsestre Louis, Menton (Alpes-Marit.)• bataillon chass. 67.
Desptcrres Louis, Besançon (Doubs), infanterie 60.
Desroches Louis, Lotis-le-âuunicr (Jura), infanterie 44-
Donnadicu AFthur, Menton (Alpcn-Marit.), bataill. chas. 07,
Dorget Alphonse, Lons-le-tiaunïcr (Jura)., infanterie 44.
Douât Maximilicn, Cahors (Lot), infanterie territoriale 7.
Dousset Marcel, Besançon (Doubs), infanterie 6o,
Desbois Jean, Besançon (Doubs), infanterie 60.
Drevel Edmond, Besancon (.Doubs), infanterie 60.
Dubuiî Claude, Besançon (Doubs), infanterie 60.

Duclot Alexandre, Besançon (Doubs), infanterie 6c*.

Ducret Eugène, Lons-le-baunier (Jura), infanterie 44.

Duniaa Léon, lien ton (Alpes-Mai il.), bataillon chasseurs 67.

Dupner Lucien, Besançon (Doubs), infanterie Do.

Dupuy Jean, Lona-le-Saunier (Jura), sergent, infanterie 44k

Durousseau François, Besançon (Doubs), infanterie flo.

Estérier Hogcr, Besançon (Doubs), infanterie Co.

Estivollct Félix, Besançon (Doubs), infanterie 60.,

Eustachc Charles, Besançon (Doubs), infanterie Co.

Euvrard Jules, Besançon (Doubs), infanieiie (io.

Faivre Maurice, Besançon (Doubs), infanterie 60.

Farre-Bulle Charles, Besançon (Doubs), infanterie Co.

Faurc François, Menton (Mpi's-Mani.J, but. chasseurs 67.

Fuvard Edmond, Besançon (Doubs), infanterie 60.

FavrcLéon, Besançon (Doubs), infanterie 00.

F'cndet Emile, Besançon (Doubs), infanterie 60.

FerrouEsier Jean, Menton (Alpes-Marit.), bat. chasseurs 07.

Ferrand Louis, Besançon (DoubsJ, infanterie 60.

Flaguièrcs Jules, Lons-le-Saunier (Jura)*infanterie 44.

Fleuriot Emile, Besançon (Doubs), Infanterie (10.

Follet Lucien, Besançon (Doubs), infanterie Co.

Fontanez Armand, Besançon (Doubs), infanterie 60,

Fosset Paul, Lons-le-Saunier (Jura), infanterie 44<

Franon Pierre, Besançon (Doubs), infanterie Co.

Frédéric René, tféraidmer (Vosges), caporal, infant. 35a.

Frédine Jusl, Lous-le-Saunicr^Jura), infanterie 44.

Fumey Louis, Besançon (Doubs), infanterie 60.

Fumey Maurice, Besançon (DouLs), infanterie Cô,

Gflcon Jean, Besunçoii (Doubs), infanterie 60.

Gagneur Camille, ftaint-Dié (Vosges), bataillon chasseurs 45.

Gaillard liénée, Long-le-Saunier (Jura), infanterie 44.

Ganne Marcel, Lons-le-Saunier (Jura), caporal, infant. 44-

Garnier Marcel, Besancon (Doubs), infanterie 60.

Gaubc Auguste, Lons-le-Saunier (Jura), infanterie 44- ^sjv

Gaudot Honoré, Besançon (Doubs), infanterie 60.

Gauthier Jean, Besançon (Doubs), infanterie 60,

Gayet André, Besançon (Doubs), infanterie 60.

Guzaix Jules,,Menton (Alpes-Marit.), bataillon chasseurs G7.

Genre Charles, Besançon (DoubsJ, infîmlcrie Co.

Genre Louis, Besançon (Doubs), infanterie 60.

Gsnalil Albert, Besançon (Doubs), infanterie 60.

Gibert Marïus, Besançon (Doubs), infanterie 60,

Gillct Adolphe, Besançon (Doubs), infanterie Co. 1

Gindre Léon, Lons-ie-Suimier (Jura), infanterie 44.

Giraudon Michel, Besançon (Doubs), infanterie 60.

Gue Fernaqdï Lons-le-Saunier (Jura), infanterie 44.

Gourdon Georges, Belforl (Haut-Bbin), infanterie 35.

Grandjean Auguste, Besançon (Doubs), infanterie Go.

Greppo Paul, Besançon (Doubs), infanterie 60.

Gfîffbn Paul, Besançon (Doubs), infanterie 60.

Gnllet Charles, Besançon (Doubs), infanterie Go.

Gros François, Bcsuuçun (DouIjs), infanterie 60

Guibert Baymomi, Menton (Alpes-Marit.), bat, chasseurs 67.

Gu(ihard Louis, Besançon (Doubs), infanterie 60.

Gui^naud Maurice, Besançon (Doubs), caporal, infant. 60,

Guillon Francisque, Besançon (Doubs), infanterie 60.

Gumvot Maiius, Besançon (Doubs), înfnnlerie Co.

Guiraud Marius, Million (Alpes-Marit.), bat. chasseurs 67.

Guis Albert, Menton (Alpes-Marit.), bataillon chasseurs 67.

llcnriot Charles, Besançon (Doubs), infanterie 60.

llenriot Clovts, Lons-le-Saunier (Jura), infanterie 44-

Moflard Georges, Besançon, sergent-major, infanterie Co.

Honnenft Justin, Menton (Aliies-Muril.), cap., bal. chas. 67.

HoilSt Emile, Besançon (Doubs), infanterie Co.

llumberl Julien, Besançon (Doubs), infanterie 60.

Jacquêt Darius, Menton, caporal-fourrier, bat. de chass. 67.

Jacqusii Henri, Besançon (Doubs), infanterie Co.

Jucquul Celestin, Besançon (Doubs), infanterie 60.

Jaidry Jean, Lons-le-Saunier (Juia), infanterie 44.

Jann Vincent, Besançon (Doubs), infanterie Go.

Jasmin Joseph, Bel foi t (Haut-Rhin), infanterie 35.

Javey Joseph, Besançon (Doubs), infanterie Go.

Jeuinbon Joseph, Lons-le-Saunier (Jura), infanterie 44-

Jean in Albert, Lofllate-Saunier (Jura), infanterie 44-

Jeannln Charles, Besançon (Doubs), infanterie Co.

Jolly Joseph, Besançon (Doubs), infanterie 60,
Joly Alix, Besançon (Doubs), infanterie 60.
Josslone Louis, Paris, infanterie 363,

Kummer Georges, Besançon tDoubs), caporal, infauterie 60.
Laine Emile, Belfort (fiaul-Rhin), infanterie 35.
Laine Gustave, Besançon (Doubs), infanterie Co.
Lambert Alphonse, Gérardmer (Vosges), infanterie 35a.
Laraothe Martin, Lons-le-Saunier (Jura), infanterie 44.
Larivière Jean-Claude, Bergerac (Dordogne), infant. 3oS.
Lavaux Claude-Besançon (Doubs), infauterie Co.
LavotrûVré Jean-Claude, Lons-le-Saunier (Jura), infant. 44.
LéW Henri, Gérardmer (Vosges), infanterie S5a.
ssWgros Maurice, Sens (Yonne), infanterie 38g.
Levet Charles, Besançon (Doubs), caporal, infanterie 60.
Lombard Emile, Lons-le-Saunier (Jura), infanterie 44.
Loriod Charles, Besançon (Doubs), infanterie Go.
Loriod Maximin, Besançon (Doubs), sergent, infant. Co.
Luizy François, Lons-l&-Saunier (Juru), infanterie 44-
Maillard Alix, Besançon (Doubs), infanterie 60.
Marciauo Léon, Besançon (Doubs), infanterie Gd.
Marscaux Victor, Besançon (Doubs), infanterie 6b.
Martin Marius, Besançon (Doubs), infanterie fio.
Martinachc Emile, Cambrai (Nord), caporal, infant, lenit. 3,
Masson Maurice, Lons-le-Saunier (Jura), infanterie 44.
Mauvais Paul, Belfort (Haut-Rhin), infanteirc 35.
Méiel Pierre, Besançon (Doubs), infanterie 60.
Meurîer Henri, Besançon (Doubs), infanterie flo.
Mc'yer Gédéon, Besançon (Doubs), infanterie 60.
Miehéa François, Besançon (Doubs), infanterie Co.
Moinat Joseph, Besançon (Doubs), sergent, infanterie Go.

Moissanne Joseph, Besançon (Doubs), infanterie 60.

Molud Ben-Amed, Alger (Algérie), tirailleurs 9.

Mongcl Adrien, Besançon (Doubs), sergeuf*infanterie 60.

Monnet Victor, Besançon (Doubs), caporal, infanterie Co,

Monnier Emile, Besançon (Doubs), infanteéie 60.

Monnier Jules, Besançon (Doubs), infanterie tio.

Momiin Alphonse, Besançon (Doubs), infanterie 60.

Montruhard Frédéric, Lons-le-Saunier, adjudant, inf. 44.

Morcl François, Besançon (Doubs), infanterie 60.

Mouhot Henri, Besançon (Doubs), sergent, infanterie 60.

Mounnier Hugues, Besançon (Doubs), infanterie Go. '

Mounnier Max, Besançon (Doubs), infanterie Co.

Muguet Jules, Besançon (Doubs), infanterie 60.

Munier Ferréol, Besançon (Doubs), infanterie Go.

Mvard Léon, Besançon (Doubs), infanterie Go

.Nieot Auguste, Besançon (Doubs), infanterie Co.

Nizet François, Besançon (Douba), infanterie Co.

Noir Gabriel, Lons-le-Saunier, sergent-major, infani ù.

Nuuinger Ernest, Besançon (Doubs), infanterie Go.

Dllagnier Jean, Lons-le-Saunier (Jura), sergent, infant. 44'

Ondot Henri-Marius, Besançon (Doubs), infanterie 60.

Oudot Simon, Besançon (Doubs), infanterie 60.

Pagnier Léon, Besançon (DoubB), infanterie flo.

Paul Marius, Menton (Alpes-Marit.), sergent, bal. chass. fl^.

Pasteu|J<«eBh, Besançon (Doubs), in/anlcrie 60.

Puyan Ma-nulf Menton (Alpes-Marit.), bataillon chas". C7.

Péchovjx Auguste, Besançon (Doubs), infanterie flo.

Peillin Barfhé|einy, Lons-le-Saunier (Juru), infanterie il.

Penez Eajnond, Besançon (Doubs), infanterie Go.

Perdigon Paul, Menton (Alpes-Marit.), bataUIon cha-s 0;.

Péréra Julien, Belfort (Haut-Bhin), in/anterie 35.

Pergaud Charles, Besançon (Doubs), adjudant, infani. Go.

Peruot Jules, Besançon (Doubs), infanterie Co.

Perret Charles, Besançon (Doubs), infanterie Go.

Perret Clément, Besançon (Doubs), infanterie 60.

Perrin-Carrière Louis, Lons-le-Saunier, caporal, infant. 44*

Perrin Marc, Besançon (Doubs), infanterie 60.

Perrin Raymond, Besançon (Doubs), infanterie 60.

Perron Marcel, Besançon (Doubs), infanterie 60.

Pertet Louis, Besançon (Doubs), infanterie 60.

Petitbiouhaut Joseph, Besançon (Doubs), infanterie 60.

Philippot Marius, Menton (Alpes-Marit.), bataillon chass. 67.

Pigeroulet Jean, Besançon (Doubs), infanterie 60

Plasse Victor, Saint-Dié (Vosges)), bataillon de chasseurs 45.

Pochet Antoine, Lous-Ic-Saunier (Jura), infanterie 44*

Poulain Henri, Sens (Yonne), infanterie 380.

Poulenard Marius, Villefranchc (Alpes-Marit.), bal. chas. 64.

Pourchet César, Besançon (Doubs), infanterie 60.

Poussière Benoist, Lous-lc-Saunier (Jura), infanterie 4i-

Pradeloux Adolphe, Lons-le-Saunier (Jura), infanterie l'i-
Prébet Jean, Besançon (Doubs), infanterie 60.
Privât André, Gérardmer (Vosges), infanterie 35a.
Protiers Benoist, Lons-le-Saunier (Jura), infanterie 4'j
Puthet Ferdinand, Lons-lc-Sauuicr (JuraJ, infanieiie U»
Puthod Marcel, Besançon (Doubs), infanterie tio.
Rambion Antoine, Besançon (Doubs), sergent, infanterie 60.
Ray Claude, Besançon (Doubs), infanterie Co.
Raymond Jules-Léon, Lons-lu-Saunier (Jura), serg., iuf- 44-
Raymond René, Besançon (Doubs), infanterie ûo.
Rebouillat Auguste, Besançon (Doubs), infanterie Co.
Reboulin Paul, Menton (Alpes-Marit.), bataillon < ha". t>7-
Renard Antoine, Lons-le-Saunier (Jura), infanterie .'m-
Robelin André, Besançon (Doubs), caporal, infanterie 60.
Robert Charles, Besançon (Doubs), infanterie tio.
Robert Joseph, Besançon (Doubs), infanterie Co.
Roches Ernest, Besançon (Doubs), infanterie Co.
Rodct Victor, Besançon (Douba), caporal, infanterie Go.
Rogier Maurice, Menton (Alpes-Marit.), bataillon cUaw
Rondot Isidore, Besançon (Doubs), infanterie 60.
Boudil Fiédéric, Menton (Alpes-Marit.), bat. thasseius d"
Rougcmont Pierre, Lons-le-Saunier (Jura), sergent, isï '
Rousselot Pierre, Besançon (Douba), infanterie 60.
Roussillo Jean, Menton (Alpes-Marit.), bataillon chass
Rozier Joseph, Besançon (Doubs), infanterie 60.
Sabatier Marius, Menton (Alpes-Marit.), bat. chasse"1 "
Sage Pierre, Besançon (Doubs), infanterie fio.
Sanimarcelli, Menton (Alpes-Marit.), sergent, bat. ohaii l\-

{A suivre. )
 
Annotationen