Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
4 Juin 1916

Mort de Mme Dieulafoy.

Mme Dieulafoy, l'exploratrice et aichéologue, vient de
succomber, a Toulouse, sa ville natale, à I âge de 05 ans.

Mme Dieulafoy née Jane Magre, avait épousé, en 1S70,
M. Marcel Dieulafoy, allât lié au coips dci ponts et chaus-
■ces. La guerre déclarée, le jeune ingénieur prit du service
en qualité de lieutenant du génie. Sa femme voulut le
suivre et fit à ses côtés la plus grande partie de la Campagne
de France. Dèi li paix venue, M. et Mme Dieulafoy com-
mençaient la série de leurs belles recherches archéologiques
par le Maroc et l'Egypte.

Violent incendie à Blois.
On mande do Blois au ■ Pelii Parisien » :

Un incendie a éclaté, le 38 mai, dans une aile des vastes
bâtiments occupés par la manutention militaire et les
bureaux de la lous-intendance.

Le feu a pris naissance dans les fournils. Les archives
de la tous-intendance ont dù être déménagées. Une partie
des bâtiments ont été détruits. Les dégâts sont importants.

Titres de noblesse.

Le général Pau — racontait il y a quelque temps le
« Ptlil Bleu » — a tout a fois de la bonhomie et un esprit
mordant.

Colonel dans l'Est, il avait alors sous ses ordres un
lieutenant au nom assez répandu, et qui avait la manie de
s'anoblir. Il s'appelait. . . . mettons Durand tout court, et
signait gravement Durand de Ménèrea. Il signait même
ainsi des nolea officielles de service.

Le colonel Pau lui en fil un jour l'observation.

— Mon grand-père, répondit le lieutenant embarrassé,
a été, dans ion temps, une gloire de la ville de Méziércs,
et c'est pour en commémorer le souvenir que je m'appelle
ainsi.

— Vraiment I répliqua le colonel. Mais que diriez-vous
■i, pour commémorer le souvenir de la balle qui m'enleva
la main droite en 1870, je me faisais, moi, appeler Pau de
Balle?

Et le lieutenant demeura penaud.

En Chine.

On signale une aggravation générale de la'situation
tn Chine.

Dea troubles se lont produits aux alentours de Sens-
Tung et de" Shan-Si. A, Pékin le ravitaillement devient
difficile. Le ministère de l'intérieur a été confié à Taai-
Jaulin, déjà chargé du ministère dea communications. La
ministre dea affaira étrangères, après avoir offert sa démis-
lion, a pris un moii de congé.

D'autre part, lea chefs des provinces susdites en révolte,
réunis à Canton, manquent d'argent.

La grande conférence de toute* les provinces, que lea
chefs militaire! de la vallée du Yan-Tié voulaient réunir
a Nankin, n'a pu grouper qu'environ un tiers dei représen-
tant des provinces.

Le journal « Asahi 11 a publié, le a8 mai, un télégramme
de Pékin signalant l'état grave de Yuan-Shi-Kaï qui, tombé
malade, se trouve dans un état très grave ; à tel point qu'il
ne peut plus prononcer une parole. On soupçonne qu'il a été
empoisonné. Ce bruit a été démenti par l'ambassadeur de
China a Berlin.

De tout cela il ressort que la situation en Chine est assez
embrouillée.

LE CASIER DES (SOTTISES

Dans un article contre l'avancement de l'heure légale,
publié par le «Journal», se trouve le passage suivant:

11 Nous reparlerons de tout cela quand nous aurons
repris aux Allemands lea nombreuses pendules qu'ils nous
ont « chipées n en 1870. Alors, nous les mettrons toutes à la
même heure : la notre, l'heure de la victoire, n

. Dea sottises de ce genre ne sont pas neuves, et personne
ne s'en émeut. Ce qu'il y a d'attristant cependant c'est la
signature. Nous avons le regret de dire que l'article est
■igné : Henry Cheron, sénateur, membre de la commission
de l'heure légale. -

Condoléances 1

LÀ GAZETTE REGIONAL

L'INCENDIE DE LA MAIKIE DE LILLE.

Nous .non* annoncé, d.ins un précédent numéro, l'incen-
die de la mairie de Lille 1 -a fatalité réservait un nouveau
désastre à relie malheureuse ville uYj.i fortement éprouvés
par le boni barde me ut cl I explosion du dépôt de munition!.
La mairie, avec tout ce qu'elle contenait, ou à peu pris, a été
la proie des flammes.

Ix-s bâtiments n'avaient, il est vrai, aucune valeur Us-
tique, mais il y avait les archives comimmales'et la biblio-
thèque dont la destruction est à déplorer. Il en résulte DUlsi
un éparpillemenl des services dont le public souffrira avec Je
personnel des fonctionnaires et employés,

Les premiers effets de l'incendie fuient aperçus par le
poste de police militaire logé au rez-de-chaussée de la mai-
rie. C'est par lui que l'éveil fut donné nut-sitôl et que les
autorités furent averties, en même temps que les pompiers de
la ville.

]/■ service d'incendie de la Connu a Milan turc inlcr\int im-
médiatement et s'attaqua au bloc de droite avec l'intention de
circonscrire le foyer. Les soldats du parc d'automobiles de la
poste allemande se joignirent a leurs camarades avec non
moins d'activité, mais, le feu trouvait un aliment favorable
dans celle immense quantité de papiers dont la mairie report
geail ; il se propagea avec une rapidité inouïe et les bâtiments
furent, en peu de temps, un immense brasier contre lequel la
lutte était inefficace si non impossible,

Les soldat" de la garnison, dirigés par des officiers; ont
montré un réel dévouement en sauvant, malgré le danger,
une partie de In bibliothèque, des objets de valeur, [niilrnux,
archives, machines À écrire, etc., ainsi qu'un dépôt de vête-
ments destinés à la population indigente de la ville.

11 faut déplorer l'arrivée tardive des pompiers français par
luite du manque de téléphone et une trop faible pici°sion
d'eau qui nc~ permit pas de Combattre vigoureusement l'élé-
ment destructeur. Quand on put mcltrc les pompes en œuvre
le feu avait déjà gagné une grande partie des bâtiments.

D'après les rapport! officiels, le feu a pris naissance dans
lei bureaux du service d'hygiène, au deuxième étage. Cepen-
dant, il n'y avait rien dans le voisinage qui fut susceptible de
prendre feu spontanément, ni fils électriques pouvant donner
lieu a un court-circuit, ni conduite de chaleur, ni poêle
allumé dans la journée. D'autre part, personne n'a pu péné-
trer dam ces bureaux après le départ des employés ; le veil-
leur de nuit avait fait sa ronde avant l'apparition du feu ; il
• trouvé toutes le» portes fermées et n'a rien vu d'anormal.

La cause du sinistre reste inconnue ; aucun indice ne
permet de supposer qu'une main criminelle y nit participé.
Les employé! ayant l'habitude de fumer pendant leur travail,
on pourrait simplement supposer qu'elle est due à l'im-
prudence de l'un d'eux qui aura jeté au hasard une cigarette
ou un bout de cigare allumé. Dans ces conditions, le feu
aurait été communiqué lentement aux objets environnant!.

Le bâtiment annexe appelé « Salle du conclave » a été
préservé ainsi que lea maisons voisines. Il n'y a pas d'acci-
dent de personne. Lei perles matérielles sont couvertes par
une assurance de 3 millions que les compagnies seront tenues
de payer,' l'incendie n'étant pas dû ici à un fait de guerre.

AUTILLER8-LES-FORGES (Ardennct).

Les émigrés dont les noms figurent ci-dessous ont re-
cours a la publicité de la a Gazelle des Ardennes » pour ras-
surer sur leur sort leurs parents demeurés à Lille.

lia ont été évacués dans ta commune d'Estrebay et le
hamesu de Laval-d'Eatrebay qui en dépend. Lea habitante
leur ont fait un accueil cordial or empressé, et la manière
dont ils ont été reçus est digne des plus grands éloges, aussi
se réservent-ils de leur prouver leur reconnaissance en dea
joun meilleurs.

L'état de santé de tout le monde est satisfaisant et il n'y
a actuellement aucune inquiétude à avoir sur leur aort.

Les éinîgréa évacués aur Estrebay cl Laval sont : MM.
Louis Leroy, D'halluin, Onéiime Stien, Castcllain, Dhainaut
père et fil», Gislon Noury, Clovis Gravelle, M. Deletrex et
Uf Deletrex sa fille, M"* Zoé Laheine.

de la grande guerre

31 mai 1015 — Vaine tentative française de percer près
de Souchcz-Bclhune. Défaites russes près d'Amboten et de
Szawle eu Pologne Dea troupes bavaroises prennent d'as-
saut trois forts de Przemysl, Les troupes de l'année
Linsingen enlèvent Stiyi.

1" juin 1915. — Les Français reprennent la sucrerie de
Souchez. Défaite russe près de Solotwina en Galicie. Les
troupes austro-allemandes enlèvent deux nouveaux forts de
Przemysl,

LE MIROIR DE LA PRESSE FRANÇAISE

La « Gazelle 11 a, à plusieurs reprises, signale le caractère
fantaisiste et tendancieux, voirë mensonger des informations
que lancent journellement à travers le monde lesagences des
Alliés et leurs stations rtidiogrtiphïques de Lyon, Poldhu,
Carnavon, etc. Pour illustrer ce que valent en réalité ces in-
formations, il suffira de remettre nous les yeux de nos iec-
teurs, uu jour le jour, les nouvelles et appréciations pu-
bliées, il y a un an, par la grande presst parisienne.

31 mai 1915.

Extrait du «Journal»:

» LA DÉMORALISATION DES TROUPES ALLE-
MANDES EN BELGIQUE. — Que de fois, voyant ainsi
puiser d'interminables trains pleins de cadavres (!) les
soldats qui gardent les voies ne pleurent-ils pas il chaudes
larmes devant les Belges silencieux ! Les désertions sont
devenues tellement nombreuses que les autorités allemandes
ont dû prendre des mesures pour y mettre fin. Elles ont dû
établir de nombreux corps de garde tout le long de la dite
frontière. De nombreuses pair outilles parcourent nuitam-
ment toute les renies de nos villages, battent nos bois pour

reprendre tes déserteurs---- Tous ceux qui ont vécu en

Belgique avec ces gens pourront dire qu'à la moindre
déroule de l'armée allemande plus de la moitié de cea
soldats, surtout les pères de famille, chercheront à se cacher
dans nos bots, dans nos maisons, pour ne pas devoir con-
tinuer celte guerre sans aucun profit ni issue. Ils s'en vont,
baissant la tête, pleurant et répétant a qui veut l'entendre :
i' Nous kapout, das Icapout [I) Tout le monde contre nous. ■
Que sera-ce quand Us apprendront que l'Italie est contre
eux (III). ■

Extrait du « Matin » :

Nous venons de pa=ser le irois-cenlienie jour de guerre.
Où en sommes-nous ? Au point de vue moral, pas d'hésita-
tion possible : nous savons que nous aérons victorieux, quoi
qu il arrive et à quelque prix que ce soit, parce que noua et
nos Alliés avons résolu de ne poser l'épée qu'après la vic-
toire complète. Et déjà nous pouvons voir à l'horizon la
pure clarté qui annonce l'aurore prochaine. Au point de vue
matériel, bornons-nous a un simple rapprochement Le
21 mai 1871, la France accablée et l'Allemagne triomphante
signauent le traité de Francfort ... La 31 mal 1915, la
France a repris la maîtrise dea batailles. Elle a déjà tué ou
pris & l'Allemagne plus de combattants que celle-ci n'en
uvaal mis en ligne contre elle il y a quarante-quatre ans.
Elle a remporté entre vingt autres qui seront illustres un
jour, la plus grande et la plus décisive victoire des tempe
modernes, celle de la Marne (11) Et si une partie de son
territoire est encore envahie, c'est que les deux millions
d'Allemand» qui l'occupent H'y som) terrés comme des tau-
pes et qu'il faut le temps de les faire sortir de leurs re-
traites. . . . Notre patrie est sauvée. Nos territoires nous
seront rendus. L'Allemagne sera châtiée. Certes, il sub-
siste encore une tache noire sur la carte 1915, mais bientôt
elle sera effacée. Et nous verrons alors une tache blanche
poindre au delà des Vosges, puis au delà du Rhin.... s

i" juin 1H6.

Extraits de « L'Echo de Puis » :

LA SITUATION. — ;.. Du coté russe, les résultats ob-
tenus par nos amis, malgré les infériorités de leur orgahi-.
talion matérielle, sont un sujet constant d'admiration. . , .
Les Ausiro-Atleniands repousBés sur la rive gauche sont
hors d'état de .faire courir un danger d'encerclement à
Przemysl. ... Le dernier communiqué de l'ôtat-major de
Pétrograd nous apprend que les Russes ont prie résolu-
ment l'offensive au sud du Dniesler, entre le Stryj et la
Lomnitza et que cette offensive victorieuse se poursuit, pre-
nant dons son Çlet près ds 4000 prisonniers. Si donc les
Russes sont en puissance de reprendre l'offensive, alors que
les effectifs qu'ils combattent ne pourront plu» se renforcer,
c'est un signe qu'Us ont accumulé des moyens qui vont
assurer leur victoire. La manoeuvre austro-boche vers
Lemberg a pris fin (1} » Général CherfUs.

ON PREVOIT A ROME DES INTERVENTIONS BAL-1
KANIQUES. — Nous avons eu l'occasion de nous entre-
tenir avec un personnage diplomatique très compétent,
spécialement dans les choses balkaniques, au sujet des con-
séquences de l'intervention italienne. Nous avons apprbj
qu'on considère désormais comme certaine l'intervention
aux côtés de la Triple-Entente, de la Grèce, qui autrement
se trouverait complètement isolée. La Bulgarie, elle aussi
ne tardera pas a se décider à laire valoir ses revendications
contre la Turquie. Quant a la Roumanie, elle se trouve
dans la même situation que l'Italie avant l'intervention
c'est-à-dire qu'elle traverse une période d'incertitude qui
devra fatalement prendre fin. Je vous ai dit hier l'impôt
lance qu'on attachait ici (a, Rome) a l'éloigncment de Rome
du ministre de Bulgarie Rizoif, et a son remplacement par
M- Stancioff. Tous les Journaux voient dans cet événement
l'indice d'un revirement impartant en Bulgarie, et la pré-
lude de l'entrée en scène de ce pays aux côtés de Ta Triple-
Entente. »

A CON3TANTINOPLE ON REGARDERAIT LA PARTIE

GOMME PERDUE. — L'intervention italienne a jeté le dé-
sarroi, dans les cercle» politiques de Constantinople. Lea
Jeunes-Turcs ont tenu une réunion pour examiner ^a situa-
tion. Le plus grand nombre se sont prononcés pour une paix
immédiate et séparée de la Turquie avec ta Triple-Entente. »

Extrait du «Journal»:

LA PERIODE CRITIQUE DE LA DISETTE ALLE-
MANDE. Le phys-iologue danois, docteur Rubow, « soumis
la question dea vivres en Allemagne a. une enquête appro-
fondie. Il est remarquable que dans son étude parue dans
r/iospilûi-rilcndf, il arrive, comme son collègue allemand
Kuczinski, à la conclusion que vers la mi-juin se produira
une période critique pour 1"Allemagne. . . X\* siècle). » SL
l'on considère que la frontière italienne vient de se fermer
à son tour, la crise allemande menace de prendre un carac-
tère extrêmement aigu. »

VICTIMES DE LEURS COMPATRIOTES

La n Gazette des Ardcn nei » publie régulièrement, sous
celte rubriqu* spéciale, les noms de personne» civiles fran-
çaises ou belges, tuées ou blessées à l'arriére du front alle-
mand, par le feu de l'arlillcrit des Alliés ou par les bombes
de leurs propres compatriotes aviateurs.

A NOYELLES-SOUS-LENS (Pas-de Calais).

Du a3 au i(\ mat 1916.
Demaillv Jeanne, 19 ans tuée.

A MAUREPAS (Somme).
Le s5 mai 1916.
Paillcbert Eugène, 66 ans, tué.

A LENS ET BANLIEUE (Pas-de-CaI.iL
Du aa au a3 mai igit).
La femme Ledieu-Quignon, 47 ani, blessée.
La femme Dilly Philomcne, 58 ans, blessée.

Du a3 au a£ mai 1916.
Casier Emile, 4 sns, tué.
Aubert Abraham, 6g ans, blessé.

A HENTN-UETARD (Pas-de-Calais).

Le 31 mot 1916.
Calonne Jules, i5 ans £, tué.
Monpach Jean, 16 sns tué.
Carlier Emile, i5 ans, tué.
La femme Chevalier Céleetin, ai ans, bletets
Caullet Arthur, 35 ans, blessé.
Drouin, 64 sns, blessé.
Thorel Amédée, ig ans, blessé.

Le a5 mai igi6.
Dcloffre Emile, 10 an*, blessé.

A PCRENCHTES (Nord).
Le 33 mai 1916.
Lei ni ire Marthe-Marguerite, 17 ans, grièvement bL*
A COLROY LA GRANDE (Vosges).
Le 18 moi 1916.
Humbert Paul, 8 ans, grièvement blessé.

MUENSTER '/WESTF.

«(Suite.)

Golland Jean, Sl-Jusl-s.-Loire (Loire), génie 7
Gallo Joseph, Locunoli (Finistère), inf. 411,
Gallo Alain, Querrien [Finistère), inf. 4M.
Garnit Eugène, Le-Blonc (Indre), génie 4.

Garreau Marcel, Nantes ;Loire-Inf.J, inf__411.

Gasnier Louis, Pets't-Auverné (Loire-Inf.), cap , inf, ill.

Gasnier Gênais, Monlforl (Sarlhe), inf. 317.

Gaspur Henri, Denain (Nord), Inf. 412.

Galineau Alphonse, Chateaubriant (Loire-Inf.), inf. 411.

Gauboul François, Elbeuf (Seine-Inf.l, inf. 412.

Gédouin Albert, Nantes (Loire-Inf.), inf. 411.

Geins Eugène, Paris, inf. 317.

Gendron Louis, Nantes (Loire-Inf.), inf. 411.

Gendron Albert, St-Gildas-du-Bois (Loire-Inf.), inf. 411.

Gérard Joseph, La-Chapelle-Clain (Loire-Inf.), inf. 411.

Gerbault Lucien, Liglet (Vienne), inf. 412.

Gergoud André-Joseph-M., Heibignac (Loire-Inf.), inf 411.

Gergaud André-Marie-Augustin, Coiron (Loire-Inf.), int 411.

Germain Jean, Machecoul (Loire-Inf.), serg., inf. 411.

Gernigon Pierre, Bellé (Loire-Inf.), mf. 412.

Glcquaud Alexandre, Nantes (Loire-Inf.), inf. 412.

Gicquel Mathurin, Ploemel (Morbihan), inf. 412.

Gicquel Je«n, Plumelin (Morbihan), inf. 412.

Gillel Armand, Nantes (Loire-Inf.), ïm*. 412.

Gilol Ferdinand, Boulogne-s.-Seine (Seine), inf. 31"

Giloteaux Achille, Petite-Forêt (Nord), inf. 412.
Gineau Emile, St-Nazarire (Loire-Inf.), inf. 411.
Gineau Jean-Marie, St-Nazaire (Loire-Inf.), inf. 411
Girardin Edouard, Lille (Nord), inf. 412.
Glévarec Jean, St-Thois (Finistère), inf. 411.
Gobert Eugène, Le-Portel (Pas-de-Calais), inf. 41J.
Goset Léon, Cresques (Pas-de-Calais), inf. 412.

Gouriou Louis, Brest (Finistère), cap, mf. 411.

Gourret Guillaume. Pont-Croix (Finistère), inf. 411.

Gouy Paul, St-Lumine-de-Coutaia (Loire-Inf.), inf. 411.

Gouyec François, Clohars-Carnoet (Finistère), inL 411

Greffard Victor, Thiré (Vendée), inf. Ut

Greiier Pierre, Nantes (Loire-Inf.), cap., inf. 412.

Gngnon Ernest, Outreau (Pas-de-Calais), inf. 412.

Guégon Joseph, Plumeliau (Morbihan), inf. 411.

Gucgon Emile, Umealer (Morbihan), inf. 411.

Guého Joseph, Locoal-Meueîon (Morbihan), Inf. 411.

Guenssan Marc, La-Turballe (Loire-Inf.), Inf. 411 .

Guérinenu Léon, Apremont (Vendée), cap., inf. 411.

Guiheiieuf Théodore, Sl-Trenne (Loire-Inf.), inf. 411

Guiheneuf Henri, I-a-ChapelLe4ea-Marais (Loire-Inf.), mf ill.

Guillaid Jean, Moustoir-Ac (Morbihan), inf. 411.

Guillcl Aimé, La-Genetouze (Vendée), inf. 411. .

Guillel Léon, Héric (Loire-Inf.), inf. 411.

Guillot Jean, La-Chaise (Côtes-dy-Nord), inf. 411.

Guinier Charles, Pontivy (Morbihan), inf. 411.

Guissard Allred, Ecommoy (Sarlhe), serg., inf. 317.

Harnois Marc, Landault (Morbihan), inf. 411.

Hélou Jean, Gourin (Morbihan), inf. 411.

Herforl Raymond, Lille (Nord), mf. 412.

Hérissé Louis, St-Gerinain-d'Arcay (Sarlhe), fnf. 317.

Hervo Joseph, Hennebont (Morbihan), inf. 411.

Heussler Jules, Calais (Pas-de-Calais), inf. 412.

Hurpin Henh, Valon (Sarthe), inf. 317.

Houdou Constant, Kremlin-BicêLre (Seine), inf. 317

Hulelhcr Alphonse, Paris, inf. 317.

Huiliez Louis, Auchy-les-la-Basaée (Nord), inf. 41..

Hylias Charles, Brest (Finistère), mf. 411.

JeuiiEon Clément, Montchal (Loire), inf. 317.

Jolly Félix, Aizenay (Vendée), cap., Inf. 411.

Joly François,- Barian (Pas-de-Calais), inf. 412.

SfttM Joseph, Teillé (Loire-Inf.), inf. 411.

Ktiloch Clet, Plagoff (Finistère), inf. 411.

Kermbal Jean-René, Plogonnec (Finistère), inf. 411.

Kervatrec Jean-Mathunn, Guénin (Morbihan), inf. 411.

Lucour Cypmen, Rui lié -en-Champagne (Sarlhe), inf. 317.

Luhille Jeun-Uapliste, Sauvelerre (Batscs-Pyr.), inf. 411.

Lsdl Henn, Mouilleron-en-Paieds (Vendée), cap , inf. 411.

Lwnuuroux Jacques, Plouay (Morbihan:, mf. 411

Landais Eugène, Cholel (Muine-et-Luire), mf 111

Lamlncux Félix, Lambersarl (Nord), inf. 412.
I Lanasval Louis, Gourin (Morbihan), ïnl 317.
i Larreignette Bernard, Tilh [Landes;, mf. 411.

Lu^alle Femand, Craonnelle (Aisne;, inf. 317.
I \ nSirrrr Joseph, Monl&oué iLandest, mf. 4M.
| l-iiinay J11 h en, Le-M ans (Sarlhe), inf. 317.

Luunay Aiêtiie, Geimcs ^Mayenne), bcrg., inf. 31<

Lcbulatd Unuutten, Saffrè (Loire-Inf.), inf. 411. .

1-e Heue l'runiois, licluzè iMaine-el-I-oire), int. 317.

Labrard Jeun-Baptiste, St-Lèger (Mayenne), inf. 317

î.c fiias Pierie, Arzal (Morbihan), inf 411.

Lebiun Maxime, Mousigné (Sarlhe:, inf. 317.

Lebrun Henn, La-Chapelle-d'Alignc (Swtfsc), MP-t i ff -H?.

Lei ulun Emile, Bourg-la-Reîne (Seine', art. 44.

Lei lercq Robert, Tourcoing (Nord', m[. 412, .

I.e Couviour, Baud (Morbihan,, rot 317.

Lefebvie Geoiges, Calais iPas-de-Culais), inf. 412.

Laterrec Joseph, Qsjtscrill [Morbihan!, int. 317.

Lelranc Adalbert, Espars [Pas-de-Calais), cap., inf -112.

Le Gai Jeun-Marie, Melrant (Morbihan), inf, 411.

Le Gallo Louis, Melnn (Morbihan;, inf. 317.

Le Gargasson Antoine, Vuimes (Morbihan), inf. 4M.

Le Garrec Joseph, Kerbuon-de-Languidic (Morbihan), inf. 4M.

Legendrc Julien, Sl-Aubin-des-Chftlcuux [Lone-Inf 1, inf. itl.

Le Goas Jean, Pans, Inf. 411

Legruin Raphaël, Arnienlieies (Nord!, ml 112

I.elioncq Jean, Roubaix (Nord), inf H*.

1 i jeuno Léon, Bailleul (Nord), inf. 412.

I.elu Cébulre, Gomeiz-lc-OiAtel (S.-eî-Oise), mf 317.

Lemée Henn, Brétc (Sarthe), mf. ii7

Lemomc Ixjuis, SuVignM'Kvéqup Suilhet, inf 317

Le Momg Yves, Coet-Rivahn-de-Ségtieii (Morbihan), mf. l\2

Lerasle Louis, Le Puisel (Eure-et-Loir;, inf. 317.

Leray Albert, Paris, inf. 317.

Leroy Georges, Armentières (Nord), inf. 412.

Leroy Aimé, Rimboval (Pas-de-Calais), inf. 412.

Leroy François, St-Nazaire (Loire-Inf.), inf. 411.

Lsroy Auguste, Sablé (Sarthe), inf. 317.

Le Suun Mathieu, Poullan (Finistère), inf. 411.

Laurette Edouard, Drocourt (Pas-de-Calais), inf. 412.

Leveleux Charles, Montcabrel (Pas-de-Calais), inf. 4J2.

Levêque Fernand, Azé (Mayenne), cap., inf. 130.

Levisse Georges, Ruixent (Pas-de-Calais), inf. 412.

Louf Gabriel, Lambersurt (Nord), cap., inf. 412.

Louis Joseph, Bonningues-Iez-Ardres (Pns-de-C), inf. 412.

Loyer Marcel, Varades (Loire-Inf.), fnf. 411.

Malherbe Alexandre, Le Mans (Sarthe), inf. 317.

Mambré Aimé, Monlrouge (Seine), inf. 412.

Maniez Rinaldi, Béthune (Pas-de-Calais), Inî. 412.

Marchand CharleB, Pans,, inf. 317.

Marcque Georges, Ferques (Pas-de-Calais), inf. 412.

Marquis Maurice, Malo-les-Bains [Nord), inf. 412.

Muriel Prudent, Blendecques (Pas-de-Calais), inf. 412.

Martel Léon, Deletles (Pas-de-Calais), inf. 412.

Mai tin Eugène, St-Hilaire-de-Talmont (Vendéeï, inf. 411.

Martin Paul, St-Quin (Seine-et-Marne), inf. 317.

Mathurin Ferdinand, Brou (Eure-et-Loir), mf. 317.

Matlél Jean, Corsica (Corse), cap., inf. 411.

Maycur RtnrL, Bully-les-Mines (Pas-de-Calais), cap., inf. 412.

Meneslrier Auguste, Paris, inf. 317.

MertiVr Raoul, Boulogne (Pas-de-Calais), inf. .112.

Méry Geoiges, ChAteau-du-Loir (Surlh'e), inf. 317.

Messuwe Bruno-Emile, Dunkerque (Nord), inf. 412.

Mcunllon Paul, Eslaires (Nord), mf. 412.

Méyerhoffet Xean-B , Bordeaux (Gironde), cap., inf. 412.

Michel Georges, Longueau (Somme), inf. 411.

Mlron Henri, Rosendnèl (Nord), inf. 412

Moerkerke Maurice, Coudekerque-Bronche (Nord), inf. 412,

Monter Jean-Rapt., Montigny-en-Gohelle (P.-de-C), inf. 412.

Monnjer Alphonse Hezé (Loire-Inf), inf. 411.

Mordarp Ernest, Blannghem (Nord), inf. 412.

Muui Jean-Pierre, Lésignetu (Loire), inf. 317.

Moiiau Kléber, Erre [Nord), inf 412.

Mouveaux Jules, Fretin (Nord;, cap., inf. 4f2.

Muroil Zacharie, Poiroux (Vendée), inf. 4M.

NnvéOB Joseph, Kervignee (Morhihanv, inf. 411.

Neau 'Anatole, Olonne (Vendée), inf. 4M,

Nfvart Eugène, Reims (Marne), inf. 317.

Nfibtel Emile, St-Nazaire (Loire-Inf.), inf? 411.

Noyer Maurice, Calots (Pas-de-Calais), inf. 412.

Odum Ferdinand, Dourges (Pas-de-Calais), inf. 411.

Onliuuneau Arthur. Nantes (Loire-Inf.), inf. 411,

Orion Ernest, Bacoges-en-Pareds (Vendée), inî. 411.

Pana Emest, St-Quen-de-Mimbré (Sarthe), inf. 317.

Paulin Henri, Changé (Sarthe), cap., inf. 317.

Pnuverl Athanase, Voves (Fure-et-Loir), inf. 317.

l'ouvert Eugène, Luehé-Pringé (Sarthe), inf. 317,

Pelletier Eugène, Pans, cap., inf. 317.

Pérot Allred, SUDenie (Charente-Inf.), inf. 411.

Perroud Armand, Paris, int 412.

Petit Pierre, Bordeaux (Gironde), inf. 412.

Philippe Emest, Trategnye (Belgique), génie 7.

Picoron Gaston, Moreilles (Vendée), int 411.

Pilier Ferdinand, Sillé-le-Guillaume (Sarthe), inî. 317.

Piponiol Roger, Avallon (Yonne), Jnt 317.

Plaire Aristide, L'Aigusllon-a,.Mer (Vendée), Int 411.

Pollet Marceau, Tourcoing (Nord), int 412.

Ponseel Maurice, Tétéguen (Nord), inf. 412.

Ponseel Eugène, Tétéguen (Nord), inf. 412.

Porquet Paul, Calais (Pas-de-Calais), int 412.

Portéron Antoine, Buasy-Albiet {Loire), inf. 317.

Pouce Auguste, St-Paterne (Eure-et-Loir), Int 217.

Quernin Lucien, Loiient (Morbihan), Inf. 411.

Quertant Hector, Lille (Nord), inf. 412.

Quiglars Jean, SlrRémy-s.-Avre (Eure-et-Loir), inf. 317.

Quivron Emest, Halluin (Nord), aerg., int 412.

Rambaud Albert, St-Mars-des-Prés (Vendée), tôt 41k

Raynaud François, Carnac (Morbihan), cap., Int Stti

Renaud Louis,. Peasac (Gironde), Int 411.

Richard Jean, La Bruffière (Vendée), int 411.

Ricgert Alfred, Paris, art. 44.

Riclet Albert, La-Fontaine-St-Martin (Sarthe), inf. 317..

Riveloia Arthur, Sech'n (Nord), inf. 412.

Roblin Louis, St-Hilaire-de-Talmont (Vendée), Inf. 411.

Rocard Alexandre, La Tranche (Vendée), inf. 411.

Hocher Gilfrôde, Fontenay-le-Comte (Vendée), inf. 41L

Rolland Alfred, Pmols (Hle-Loire), cap., inf. 411.

Romet Eugène, Sohgny-la-Trappe (Orne), int 317.

Ronseaux Félix, Ville-en-Tardenois (Marne), inf. 317.

Rousseau Auguste, St-Sulpice-de-Verdon (Vehdee), int

Roux Ehe, IVrrelatte (Drome), génie 4.

Roy Henri, St-Denis-la-Chevasse (Vendée), int 411.

Ruchot Louis, Hénin-Liétard (Pas-de-Calais), inf. 412.

Ruppin Fleurimond, Sl-Gemme-la-PIaine (Vendée), int *lf*

Salvy François, Bordeaux (Gironde), Inf. 411,

Sauvage Xavier, Douvrin (Pûs-de-Calaia), bit 412.

Sauvfitre Georges, Pouzauges (Vendée), inf. 411.

Sauzesu Jules, Aizenay (Vendée), inf. 4M.

Seiller Léon, Sle-Radégonde-des-Noyers (Vendée), int 411.

Siilard Albert, La Croizille (Mayenne), inf. 115.

Simon Albert, Chézy-s.-Marne (Aisne), inf. 317.

Sorin Marcel, St-Etienne-du-Bois (Vendée), inf. 411.

Soulard René, Les-Essai ts (Vendée), cap, .int 411.

Soulard Augustin, Bazoges-en-Paillera (Vendée), inf. 411

Soulard Louie, Boupère (Vendée), mf. 411.

Soulet Alphonse, La Châtaigneraie (Vendée), int 411.

Stoessel Marcel, Paris, serg., -mf. 412.

Suire Clément, La Gierre (Vendée), inf. 411.

Teasier Louis, Hédé (Dle-et-Vilaine), inf. 317.

Théry Louis, Lens (Pas-de-Calais), mf. 412.

Thlbal Marcel, Bordeaux (Gironde), cap., inf. 412.

(A suivre.)
 
Annotationen