Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
S" Année. — N- 312.

Tirape : 135,000 Exemplaires.

Charleville, le 12 Décembre 1916.

JOURNAL DES PATS OCCUPÉS PARAISSANT QUATRE POIS PAR SEMAINE
On t'abonne dans loua les bureaux de poste

LE FRONT OCCIDENTAL

pmis

f'Zâûûûûû

—*-—»-«--i——I-1

a te *o #,' go réo

Voilà bientôt tix mois que l'armée a nglo-française
t dérJanché sa gronde offensive tur la Somme. Le*
Allié» t* croyaient û tel point siïrs du succès complet,
»jh iU tvnient tuasse, dans les premiers jours da
juillet lUlfl, «i 4 plusieurs reprises depuis, dé 1*
.éêliïtri» demèra leur infanterie, pour la Lancer par

la Brèche que devait faire dans le mur allemand 11
lau roulant d'une artillerie formidable.

Mais la percée projetée n'a pas réussi. Les Allié*
Mt gagné, au prix de grands fucriPces, quelque»
kilomètres de terrain. Ils ont pris quelques villages
•«rasés en miettes. Depuis aeplembre, l'avance anglo-

française t'est d'ailleurs len^iblemeiit ralentie. La
petite carta 11 que noua reproduisons ci-apr^s repré-
sei,.e la terrain gagné par l'offensive anglo-Iran çaua
Jusqu'au 20 novembre :

CABTI il.

RrjnideîaSonïïTte.

itZQ.6.16"—-

•IrTraniloy

'.^boeufs

Depuis le 20 novembre la situation sur la Somma
n'a subi aucune modification sensible. Pour apprécier
t leur juste valeur les progrès allies, qui ont été lêtéj
dans la presse de* Fans et de Londres comme une.
série de victoires, il suffira de leur opposer l'avança
allemande autour de Verdun, dont celle même presse
• applique à faire une " déiaite « allemande I

La carte reproduite ci-dessous donne également
la situation du 20 novembre, c'est-à-dire après la
reoccupa lion du coin de Duuaumont-Voux par Les
Fronçais :

OARTE tll.

Rmi devaniVertlun, £ fal%-zzz

le 20.2.76-----

Ici encore la situation n'a pas sensiblement changé
4epuis le 20 novembre.

Un simple coup d'œil suffit pour démontrer que
les Allemands ont largement gagne autour de Verdun
le terrain qu'ils ont perdu sur la Somme. Et l'avance
autour da Verdun, qui paralyse la valeur de la
forteresse française- en tant que poste d'attaque, est
plus importante que l'avance anglo-française datis la
région da la Somme, laquelle est sans valeur stra-
tégique.

Sur la carte du Nord-Est de la France, reproduite
en téte de cet article (I), nos lecteurs retrouveront en
proportions réduites ces deux seuies modifications du
Iront occidental, depuis bien des mois.

BULLETINS OFFICIELS ALLEMANDS

Qrand Quartier gênerai, M décembre Ulf.

Thédtri de la guerre à l'Ouest.
Qr- "t>e d'armées du Kron-pnns Rupprecht.

Deo> U région de la Somme la feu d'artillerie augmenta
w aotr , 4a fortea patrouillee anglaises l'avançant QUitam-

aeetot t l'Ouest de Guaod«court furent repousafea.

(troupe d'armées du Kronprint allemand.

■ Ko Champagne, au Sud da Ri pont, nos groupes d'at-
leques rejetèrent lea Français hors d'une tape évacuée par
•rus. puu occupée par eux.

Pana >e* Vcwgea, à l'Ouest da Markirch, dea a landwehr a
d» N« - - ,.i ramenèrent plusieurs classeurs et i lance-bombe
a* plu ré* dana la tranchée française.

Théâtre de la guerre à l'Est,
front du feldmaréchal Pnnot Léopold de Bavière.
Pas d'événements particulier!.

■ Front du colonel-général archiduc Joteph.

Le» Busses attaquèrent dr nouveau sans succès entre
Ktrlihahs et Oocna Vatra. Au Sud de la vallée du Trotoaul,
lia puiettl enlever une hauteui, mnis ils ne réussirent pus,
malgré le* importantes forets qu'ils y employèrent, à élargir
sur les cotés leur point d'irruption.

Groupe d'armées du fcldmârëchal -von Alackenxen.

Nos arnieoi progressent en Valachie orientale. Entre
Ccmatodl et Bîtialril les forces bulgares ont franchi la
Itani:lia pans la Dobroudja, faible Activité militaire.

Front de Macédoine.

Au >ord de Mona.-lir et dans la Luucle de la Cerna dea
troupes da l'Entente prononcèrent de nouveau,' hier, une
fort* attaque de soulagement. Elle échoua.. Dea troupes
allemande* et bulgares ont renouai a*vec perte* sanglantes
toutes les altitquea des Français et des Serbes.

Grand Quartier gênerai, 1] decinbro 1916.

Théâtre de la guerre à l'Oueit.
Groupe d'armées du Kronprint t\'upprecht.

Sur lue deux mes de fa bumine L'activité de l'artillerie
a est sensiblement renforcée. Hier, le feu ennemi s'est égale-
ment accru, i partir de midi, sur le front au Nord-Ouest de
heim».

•vupi d'armée du An

; allemand.

À la Hutte du ,»iesml (an Champagne} et prés de Vau-
sjuois lArgutiue) nous avons delruil par d'impui tant* coupa
dt- mines Je* éléments considérables de in position Iran-
(aise Mu- la rive bel de la aleU39~ notre urtillene lourde
opéra contre les tranchées et les balteiiea de l'ennemi. Au
Iront de Verdun, 7 avions furent abattus par nos Urg de
défense et en combats aériens.

Théâtre de la guerre a l'Ouest.
FratU du feldmaréchnl Prtnce Léypotd de Bavière^
Pas d'actions militaires importantes

Front du colonel-gênerai archiduc Joseph.

Au Nord du col des laitares, dam les CaijnUies boisés,
4ans le MOssNV da La UiatriU, su .Nurd-bsL de iacohenv, bu
aloncelul «dans l*a uioutagnea do L.jergvoj et des deux
•otée d* La «allée du trotosul, le Kusso attaqua hier encore
aveo d importantes forces, «nais sans aucun succès.

Au Nord Je biiioliec une poussée de patrouilles alleman-
*ae rannorU ia pnsonniera et 1 lance-bombes.

T5UILLETON UB LA eGAZhïlh OES AIWBNHKS*

LE

«LE

Par Pierre Mal.

« Alors tous exoyea qu'ils vont l'emmener ainal ^a>

?a'«a sjaelque point dà Us a6te d'Angleterr* d'où Us
interneront f

— C'est, en «fiât, mon opinion. Et o'eet parot que
l'ai eru q«e je m* suis mis à suivre le ballon, d'abord
•s, bm dirigeant sur son feu rouge, puis an l'observant
aa pénaeope, dea que l'aurore nous a permis de mieux
4i*bnguer ses mouvements. 1 . ,

Jeumont ton<iit chnletireuseinent ses deux mains à
ta* j*une et saguoe compagnon.

• Durée, — dit-il, — tous valei décidément mieux
1 moi. Vous apportai, «m tout ceci, une perspicacité

àt aaat prudence qui me confondent. Je eroii vraiment
sw J su 1 surprit troublé et que j* ferais mieux de m'eut
••mettre 4 votre direction, a *

£-t, «ouime l'enseigne protestait, en souriant, Phi-
•ir/pe ajouta 1

* Encore «ne sottite que viens de dire! J oubliait
a&« >ous «tes piod dàpuia la commencement de la
loit et qae nout avona bouleTeree toutes nos habitude*
|4arulisiieB. A o« régime, nout ne tiendrioua pat Iong-
lempa. AJlea donc voua reposer, je roua r*Teill«rai dana
fifj» heures d'ioi. » ~ m j 1

Le jeûne homme ebait, codant aux consent de La
aarudenoe, et Jeumont reprit aa place dans M kiosque.

C«j tut pendant toute la journée one lutte atrangi
eatr* U nef d'en haut et eelle d'en bat, entre l'aérostat
ai le sona-marin.

Banloutant la trop rrsvnde transparenoe de la mer
■sua sua «i«l ju* la sol ail de printemps avait dépouille
li~ai.rT. Pbilippa matatsmait la t Vssjtw » aux pro-
fcuÉlIll Aa «Ux sattre*. 'Parfois »»iue, etonii* A* U

force da pénétration de oet raront lumineux, «ni ren-
daient Lee oouebea salées limpides comme on onstal, 11
1 immergeait plus bat encore, abn de" sa dérober 4 1 œil

Laissant det jumelles bruqueee sur TUcéan du haut de
i nacelle du ballun. Le poisson de fer devait échapper
aux regards du vautour d acier. _

Et, pour maintenir tes distauices, tant te ;*._»—r
voir, pour tuivro 4 La piste le ateumer tur lequel, — il
■'en doutait plus 4 présent, — Alice était retenue eap-
4iv«1 Philippe tantôt se laitsait devancer, tantôt prê-
tait lui-même lét devantt, mettant toujours l'obliquité"
sUt :v aoUires entre l'aerottat at lui. Bien plut, U
ave hissait !• punteopé qu'à de rares intervalles, tachant
•m'aa bouchon "même devient apparent tur la surface
■a la mer pour un œil habitué 4 en scruter rimmentiU».

Cependant la steamer ne ralentissait point ta
•ourse. Vert une heure de l'apret-iniui, en faiiant •

CinL Philippe oonstata que le bateau anglais rtmiou-
,t droit au Nord. One ligue, encore indécise, 4 1 ho-
tiaon, annonçait lea approches dea îles Scilly et du t oi-
walli. On avait devant soi Le cap Land'a End, le 1 Pi-
miatar* s da la Grande-Bretagne.

C'était on bon marcheur que ce bateau d'un» viteosa
soutenue de vingt-cinq nœuds. A IVxtiminer de loin,
îaumont avait conçu Le désir de Le voir de plus près. Il
ftt part de ce dfsir 4 Duiuc qui, après un moment de
stVâexion, répondit :

a La eboae me parait faisable, commandant. En oa
amomeut, le soleil ett perpendiculaire et la nier reliât*
directement tes rayons, il est donc presque impusiil le
«te nout voir. Nous pouvons noua approcher 4 bonne dit-
atmoe et examiner {ennemi.

— Je l'avait penaé ainsi, — confirma Teuiuont. —
Frenona donc connaissance '1* notre ennemi, s

Et, ae rapprochant insensiblement, il vint te pincer
4 moins de cent mètres du steamer.

L'image projetée sur la table de veno était d'une
netteté merveilleuse.

a Ho 1 kg I — te récria le jeune chef, — mvez-voue
•jeu voil4 u admirable b&timent, Durée Voyez ta
Strapo 1 tout «n riteste et, eepeudant, d'une stabilité
aaarveili«ute. Il tnarebe avec des turbine* et «a vitesse
asttuell* tve doit Itr* rien auprès de celle* qu'il peut
Bjarooarir. Je n'en ai ru encor* aucun de ce type. Cer-

tainement il a dû être construit sur les plant et indi-
cations de oe Woodman lui-meiue. »

Et, Ira yeux hxes sur le réflecteur, ila étudiaient la*
forme*, 4 la fois souples et robustes, de ce vaisseau
tout en tole d'acier; ils examinaient sou arriére suré-
lève, mais au-desuoua duquel se pioiuugeait un gou-
vernail enfoncé lui-même uans uno qut;ue de la quille,
lit remarquaient que ia coque tout entière, dans la
Longueur, était protégée par une ooUe de carapace 4
eiaire-voie, lai^sunt l'eau circuler Libramant autour de
La oarène et garantissant celle-ci confie les heurts vio-
lants et aussi contre le Unuger dea explosions tous-
snarinee. Et, le aourcil fronce, Philippe dit 4 son com-
pagnon :

t Impossible de torpiller celui-ci. Nos Whitebead
•ont toutes réglées pour dea proloudeurs de cinq mè-
tres. En admettant que la quille de ce vapeur plonge
an dolA de «îx mètres, il serait de nui eliet do provoquer
La commotion par le vicie, iiexplosit ne parviendrait
qua le soulever violemment et a lui taire piquer le nei
eu arrière, mais ce ternit tout. Son ossature extérieur*
tuiait seule atteinte. •

Soudain, il tintciiowpil, et Durée eut la surprise
da voir cet homme, luujuur-. si fort devant le danger,
devenir «embuu pule et s 1 u t-rocher a la miiiu courante -
du kiosque poui ne put tomber.

s Qlla,?aS"Voust cnmiaaiidant f — s eena l'enseigne
•n n'élançant pour la loutenii

— \ oyea, voyet, » — bé| ays\ Phih;i|>o «n appuyant
•on indts sur In tebla du pétiaeopt).

lin ftait «1 pn-s du ha vire Qnnaqii que les moindrea
dftml* fie sa structure, de 10s mâtn, de tou pont tpna-
rniftuuoiit comme d.in* une lanterne m»gioi<e; on oit-
tiniruait -jusqu aux gustet, jusquaux |eux de physiono-
tnte îles matelot 1 suspendus aux baubnns.

j lit, penche, haletant, sur le nieiveilieux instrument
d'optique, Durée avait la nette vision d uue forme gra-
cieuse du ii'iiiuie debout sur le ^uillririi d'arrière. La
vent aghait les plis de bu n.be et faisait flotter quelques
mèches de ta chevelure hlondu.

« Alice i — pleuya Plu lippe de Jeumont, — Alice,
ma sœur, la, n pus rie mut ! Lt je ne piua I... Dieu ne
m'entend donc pas ? >

. La captiva.

11 avait on nom, co bateau mpide, il s'appelait
« 7*h« ti teLer un titra ueulogique équivalant a cette
désignation française ; pécheur à la nasse.

l_e titra, à lui seul, était une bravade. Une ironie
an peu pesante 1 avait a&surement invente.

il vomaii dire que ce vaisseau do .petites dimen-
sions, emuie des deotroyera, ou destructeur*, fait pour
Les viwbdub prodigieuses, avait pour mission «pfciale.de

Frendre a 1a nantie, weet, le nouveau poisson de 1 Océan,
invisible sous-iuari-n.

Et cette nasse consistait «0 un hlet de mailles
d'acier connue, susceptibles de soutenir des masses m-
vj-aiseinliliiulee, que le navire pouvuit, t son gre, lais-
ser traîner derrière lui ou projuter de l'avant ee faisant
machine eu arrière.

I u système d'articulations concentriques permet-
tait de le ntaserrer des qu uni proie y seiait prise

iiius, jusqu'à cette heure, le e R éstiar », a peine né
d'hier, n'avait pas mu l'occasion de faire lionne pèche.

Aucun de- sous-manne fronçais u avait ontisenti i
ea laisser prendre dan» le gigantesque blet.

Et, présente nient, le réseau d'acier chrome, roulé
- et retenu aux cramyons de 1 armature extérieure du
einK'ulier uavire, ne s était pas détaché une seule fois,
Binon dans diverses expériences préliminaires dépour-
vues de Sontre-epreuve

Vusai t» bâtiment n'avait-il pu accomplir aucun
•xpmit au cour» de cette campagne. Trop faible pour
lutter contre les gros vaisseaux; ne nossedant, pour
sonner le* profondeurs ■nus-marines, aucun moyen qui
lui en dt-voilut lt* pièges, il voyait sa Bavante organisa-
tion réduite à Iimpuiaaanoa. Tout ce qu'on avait pu
faire de 'm, o était d utiliser ta prodigieuse vitesse en
oualltv de courrier de l'Océan. C'était ppu, et les ré-
tultata ttaient ndiculea api-ea la magnificence dea pro-
bbhsw

Humilié da son insuccès, Woodman, Boa inventeur^
v«uajt ae i utiliser au métier de ravisseur de femmes.
 
Annotationen