Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
• janvier 1916

ŒAZETTE DES ABDENNE9

UNE VOIX ROUMAINE

Fnisint. îi !« ch*Tnbre roumâm©, la procta do M. T»kc Jonoaco,
le polilirien partisan ér< I Entente, M. Carp, 1 homme d'Etat rou-
ftiHin bnn connu a nettement déliai h» intérêt! roumains qu'il jur*
tin « accord avoc ceux des Puissances cenlrataa. M. Car* ■ dit :

h M. Take Jonosco, était 11 y a une année pour la neu-
tralité. Aujourd'hui, il poussa la Roumanie à entrer en
guerre. Avait-il raison il y a un an ou a-t-il raison aujour-
d'hui T Ni l'un ni l'autre car il n'a jamais défendu se» con-
victions véritables. Aujourd'hui comme alors, nous assistom
& un nouveau revirement de M. Jonesco. Ses talents ne
justifient pas tous ses revirements, comme la beauté ne
justifie pas tous les errements.

On dit (me notre accord avec les puissances centrales a
étl un accord dicté par la crainte. Lorsque le roi défunt
m'envoya à Berlin au sujet de la question du Danube, je
déclarai dans mon rapport que nous avions un intérêt &
marcher uvec l'Autriche*Hongrie. Rentré en Roumanie,
j'étudiai la situation de la Roumanie et arrivai a !a con-
viction que son sort ne pouvait être amélioré que par la
complète ou par des concessions. Une conquête était im-
possible, car elle impliquait la ruine de la monarchie austro-
hongroise, t'est pourquoi, comme puissance isolée, nous
avions le devoir d'entrer dons la voie des concessions.

Si nous voulons penser a des conquêtes, nous devons être
forts et prendre la Bessarabie. Avant de penser h réaliser
tout notre idéal, nous devons avoir comme but de réaliser
lt possible.

Os considcralâons ont amené la conclusion de l'accord.
Nous avons appris, par la bouche du ministre russe, ce qui
noui attend en cas de victoire de la Qucdntple-Eatenle. La
Russie veut les Détroits, les bouches du Banube et la g aIk ie.
La politique de la Roumanie ne peut pas se confondre com-
plètement avec la politwjue de» grandes nations. La Rou-
maine suivra toujours la politique de oeux qui, en Europe-,
représentant la résistance contre l'invasion du Nord (c'est-fc-
dire Is Panslavisme; La RM.). Cette glorieuse résistance
est représentée par les puissances centrales.

LA GRANDE BATAILLE AUSTRO-RUSSE

•'est de nouveau couvert de gloire* Comme an front bca-
sorobique, les attaques quo l'ennemi prononça au nord
d'Okna et contre Ici retranchements du pont près
d'Uscicczko, échouèrent égnlenient, aîmi que toutes Ici ten-
tatives nouvelles eiéculées, avec la plus grande ténacité,
pour pénétrer dans nos tranchées dans la région au nord-
est de Buczaci.

Les pertes de l'ennemi sont comme précédemment ex-
trêmement élevées. Dans un secteur large de 10 kilomètres,
nous avons compté devant notre front a,3oo cadavres russe».
Quelques batnillons russes partis au combat arec Un con-
tingent do 1,000 hommes, ont été réduits d'après des indica-
tions faites par les Russes eux-mêmes, i i3o hommes.

Nous avons signalé au dernier numéro de la « Gazette a
les vioieotes .et vaincs tentatives rosses contre ie front aus-
tro-fcwRgTOrï de "Galiole orrentaie. Ces attaque* ont un but
surtout politique. •

Le « ïiotmfcy Invalide » dît que l'importance straté-
gique de ce secteur s'explique par la proximité immédiate
de la frontière roumaine.

Le commandement ruvss s'efforce sans doute aussi de
lier autant de troupes austro-hongroises que possible, espé-
ra»! aider ainsi indirectement l'armée Sarraii de Sakmiquc.

Toute cette violenta offensive russe s'est brisée contre
ï'hétoî<ï«e résistance auMre-bon*rroiee. Aux comwmmiraei
reproduits au dernier numéro ajoutons celui du j janvier :

, Vienne, s janvier (officiel). •

La bataille en Galicie orientale continue. L'ennemi a
poursuivi hier ses tentatives de débordement avec des forces
considérables à Toborouta, i la frontière de Bessarabie.
Sod Insaceàs f«t le même «m las jairs précédents. Les at-
taque* russes ont été repousse** partout, partiellement dans
des corps 4 corps sang+ants de longue durée. Les combats
d'homme à homme furent particulièretttent acharnés dans
les tranchées démolie* près du Hegettaus, à l'est de Reranoce,
où notamment, le régiment d'infinferR n. 16 de Warzsdra

Bien que, dans tous les combats qui se 1011I livrés à l'Est
de Cicrnowitz, aucun soldat russo n'ait dépassé les obstacles
préservant les positions austro-hongroises, les Russes ont
oié prétendre que les Autrichiens avait abandonné Ici hau-
teurs dominant Czcrnowitz et évacué la ville.

Cette affirmation est complètement fausse et ne vise,
évidemment, à rien d'autre qu'à faire impression sur l'opi-
nion rassc, alliée et neutre.

Malgré toute l'énergie déployée et les énormes sacrifices
qu'elle coûta, cette nouvelle offensive russe n'eut pas le
moindre sucefts.

Le Haut Commandement austro-hongrois l'avait prévue
et y nvail paré a temps, de sorte que lo grand effort du gé-
néral IvsnoiT, qui ressemble à l'offensive russe dans les Car-
pathos, l'hiver passé, ne réussit point.

D'après un correspondant neotre, cité par la n Gnrtttt
de Francfort d, les Russes attaquèrent en masses, dont la
profondeur atteignait parfois vingt rangées, de sorte que
leurs pertes furent effroyables.

le blocus inefficace

Le « Lolcal-Ameiger » public le discours prononcé à
Brème, dans la séance d nier de l'Association des négociants,
par le président de la Chambre de commerce de cette ville,
M. Lchmann.

Celui-ci a parlé de l'inefficacité du blocus de l'Allemagne
au point de vue de la défense nationale. Il a dit notamment :

I La décision de considérer le coton comme contrebande
de guerre a lésé les intérêts de Brème ; toutefois la fabrica-
tion des munitions n'en a pas souffert, car les forêts de
l'Allemagne livrent une matière cellulaire qui est beaucoup
plus propre que le coton à la fabrication de la poudre.
Môme aptes la guerre, les fabriques de munitions n'Impor-
teront plus de coton d'Amérique.

Le salpêtre importé jusqu'à présent du Chili est au»-
jourdliui, en Allemagne, exclusivement tiré de l'air. Au
printemps, tous les besoins de l'agriculture en salpêtre
seront couverts, et si la gitetfe dure encore plus longtemps,
nos fabrhrues pourront exporter de l'a-eote. Nos amis do
Chili perdent ainsi un importont débonehé pour leur produit
principal ; ils peuvent en remercier les ennemis de l'Aile*
magne.

Le camphre, nécessaire à la fabrication des explosifs,
était importé auparavant exclusivement du Japon ; par
suite de la forte importation de térébenthine d'Amérique,
on l'a fabriqué ensuite par synthèse. Il est fourni aujour-
d'hui par l'industrie chimique allemande à meilleur compte
et en meilleure qualité que le camphre naturel importé du
Japon. *

C'est ainsi quo le bliwas maritime des Amrlais s euvert
à notre imlustric de nouvwim: champs sl'actrvîté, qni noue

feront économiser de nombreux millions en temps de paix.
Seul, l'étranger neutre qui est encore hypnotisé par la pré-
tendue maîtrise des mers de la 0ranie-Bretagua sera 16s*
dans s*M Intérêts, s

NOUVELLES DIVERSES

Un nouveau directeur de la Censure.

M. Jules Gautier, conseiller d'Etat, a été nommé direc-
teur do la Censure.

L'ago-nco, llavaa communique a ce sujet une noie atn*i conçue *
Lo ministre do la guerre vient de charger M. le conneiller d'Etal
Julei Gmilier de ta direction genernte des relation* avec lo près»©,
Ces service*), qui centralisent les informations susceptible» d'être
utilisées par la presse, lui transmettront cei informations. Tl aura
dans «os nilributioni tous les services qui eonrernem la censura
dos journnux, télégrammes de presse, puhhetitiens de wolei na-
tures, et les consigne!! seront donnes par lui à ces oervtces en con-
formité des instructions qu'il aura reçues tant du lYuniatre des
affaires étrangères en matière diplomatique que des ministres de la
guerre et de ta marine en mot-ères militait* et maritime.

A côlt* de ce communiqué officiel, reproduisons le salut
de bienvenue d'un journal r^rrtieri :

Un nouveau directeur de la Censure vient d'être nommé.
Ce sont 11 les etrennes que le (renéral GnnVni offre a ta Presse.
CôniienHl do l'on remercier*!
Attendons :

Noua avion* déjà uno Afiastnufe r-orçtw. Allom-Wrw en svotr
une tout k fait aveugle T

Vous me diece qwo c'est la co qui peut nous arriver de mieux.

Quand on ne voit plus, on ne coupe plus.

Vous ne connaissez pas les censeurs. Borgnes ou aveufles, ils
couperont toujours. A tort et k traver*, c'est entendu, mail enfin
co sers coupé.

Mettez-vous a leur pls-e* :

S'ihtic coepsient jamais rien, ils ftaifMfrrt pas de raistm d'etro.

S'ils n'avaient pas de raison d'être, oiï les »ii»prtmerait (et en-
core ce n'est pas mn*f.

Si ou les wpprtHMit, il faodrtrit b-on qolls ailfeW autre «art-, sa
front peut-être.

Changer ses ciseaux contre un sabre, ça jamais.

Donc, nous avons un nouveau dtrectcui de la Censure.

Et mémo un directeur générât.

(Suit le réfflimé de la communication offif+elle.)
' En sofnwe, M. Gautier est simpTetneW nommé * grand-maître-
de l'opinion publique ».

Souhaitons, sans trop l'espérer, qu'il tm seulement la confiance,
qui, elle, no s impose pas

Mort ie derri journaliste*.

M. Léon BoJi, - anuen directeur du ajournai d'Alsaoe^
Lorraine », est mort dans sa 51* onuée a Parts. 'Au com-
mencement de la guerre il s'était rendu en Francs* étant
accueé de haute trahison. A Paris il ne joua pas lo rôle
espéré, et c'est sa mort seulement mu réveilla son nom 4e
l'oubli complet.

Le même jour un journaliste parisien bien connu, M.
Potier! Afitc/iffi est mort. Il était rédacteur au « Gaufoiî s,
où il écrivait sous le pseudonyme de L. Detmnulins. Tous
les journaux parisiens lui consacrent de chauds nécrologes.
Citons les lignes d'un journal qui a presque toujours com-
battu la politique de Desmoulins. L' n Homme Enchaîné » du
4 janvier, après avoir tracé une biograpbte du défunt écrit :

c Nature droite, il TorÇait i estime -dos coOtnHwk-vjrs les plus
déterminés par sa sincériW, sa d:gnrté, son mépris des mes-
quineriei persotmettes. Oratew dijervt, il fut eeoui* avec sym-
patbie sur tons los bancs oe la Chambre.

Ses eorreepfioris poliliqis-s n'étaient pus pr**tisémenot tes nôtres.
Nous lus avons (réqwmfnerit combattues. Nous n'en vouteua être

qua plus prompts à célébrer sa courtoisie, sa loyauté, sa hauts
tenue. Devant la tombe de ce confrère honoré de tous, nous noua
inclinon» re*>i>t-clvjruaemenl. »

Mme Sarah Bernhardt a Londres.

La célèbre tragédienne a démenti de la façon ta plus
officaco les ru'/icure de sa mort imminente. Qu'on en juge
d'après le télégramme suivnntj envoyé de Londres à
V s Echo de Paris h :

Après la représentation des Cathédrale» au Coliscum, M" Sar
rah Dc.rnti.ird!, qui personnifiait la cathédrale do Strasbourg, a AU
l'objet de doaie rappels ; puia l'auditoire a entonné la Marseillaise.
Des gerbes de fleure ont été offertes à Mme Saroh Dernhardt.

Une nouvelle ligue. (T. d. I*.}

Nous linons dans «n Journal parisien :

n Notre confrère Henry de Forge, mobilisé et sur le front,
rédige un journal des tranchées : « L'Echo det Marmites »,
Dans le dernier numéro, il fait appnl, non sans humour, à
tous ses lecteurs pour former une ligue : La Ligue de la
Tôte de Loup (T. d. L.). H s'agit'de donner la chasse à
l'embusqué profltcnr, qui exploite l'absence du combattant,
et prend sa place, son emploi, sa situation dans la vie civile,
d'abord proviioïrement, bien enlenda, puis définitivement
Nul doute que cette fantaisie ne corresponde, hélas, à ont
amère réalité.

Mais que nos défendeurs devant l'ennemi se rassurent :
ils seront par nous tous défendus contre ces araignées-là. s

L'âme de l'entant et la haine.

Dans tous les pays civilisés on s'efforce de tenir a l'écart
des lerrenr* de la guerre les enfants innocents. 11 y a pour-
tant des gens qui ne pallagent pas ce point de vue raison-
noMN et humain. Ainsi le conseil mumcipaî de St-Agen a
éluboré un pluti scienlillquc pour semer systématiquement
la haine dans l ame de l'enflant. Voici cette information qui
pourrait être qualifiée île grotesque, si elle h'élait pas si
triste, oh combien tristé !

« Le Conseil municipal d'Agen vient d'émettre te vœu
gue le mimslre de l'instruction publique et det beaux-arts
prescrite du ni tous tes élGbitisvmeiUs d'tnseignement de
France et des colonnes, i«n- (iisfiucfton de sexe, toutes les
metures qu'il jugera utiles pour faire naître et graver dans
l'esprit et dtW»s ie eattr de nos en/unfs l'horreur de l'Alle-
magne ; que, notamment, des affiches, des images et det
fnbleuOC r&ppdlant les atroeirés et Us trimes de la nation
allemande soient constamment placés sous leurs yeux, et
que tous les jours, au commencement ou à la fin des
études, des clùsits ou det edufs, dét conférences ou entre-
tiens de quelques minutes soient consacrés au pieux souvent)*
de nos glorieux défenseurs, à l'organisation de la déftnte
ccuriomtqne ei sociale de la France, à flétrir les embtisquét
et les embusyuevrs, à douer au pilon" cettx qui profitent de
la guerre pour se livrer à des opérations louches ou obfemV
des bénéfices illicites. »

Nos leeteurs ne seront pas étonnés, en apprenant, qa*
c'est le « Matin » qui a offert ces monstruosités à ces lec-
teurs — le î* décembre, pour la sainte fêle de Noël

Une coïncidence signfficiAlvt-.

La Cioix-Rouge a été informé que le docteur Baran\,
lauréat du prix Nobel de 11M5, qui était prisonnier de guerre
en Russie a été mis en liberté par le gouvernement russes

En même temps le gouvernement indo-angiais a ordonné
l'internement d'un autre poiteur du prix Nobel. C'est le
célèbre poète indien flabindrundi/i Tugore, qui a été interne
d Calcutta tl qui, par conséquent, ne peut plus entreprendre
son voyage projeté, & San Francisco. 11 parait que le poète
a critiqué l'étrange traitement, que lo protectrice des petites
nattons a Infligé à la population indienne.

Les sentiments humanitaires dont s'inspire la publication, dans la « Gazette des Ardennes », dos noms dt*s S8S,000 prfSonniers français actuellement iuterftée ert Allemagne,
n ont pas été appréciés par tous avec la môme équité. Que nous importe ! Nos lecteurs ne pensent pas de même qu'on le fait dans certaines rédactions sur les boulevards parisiens. Nous ne
laisserons donc pas troubier l'in-time contentement que nous éprouvons d'avoir pu contribuer à calmer les inquiétudes de milliers de familles françaises, portant un rayon de joie dans les foyers
laissés dans la plus douloureuse incertitude par le gouvernement français, en leur annonçant la bonne nouvelle que leur fils était sain et sauf, se trouvant en captivité allemande aussi heureux
que le permettent les circonstances.

LISTE N° 96 CONTENANT 4O0 NOMS

(RsproductioQ strictement interdite)
Les noms en tète des groupes désignent les endroit* où se trouvent les prisonniers dont les noms suivent.

Le total d«s noms publiés jusqu'aujourd'hui se monte à envirbn 230,330. — Restent à publier environ 54,650 noms

MUENSTER ' Westf.

lSufte.>

Girod Emile, Ecorans, chasseurs t pied 3.
Giaquet Emile, Vincennes (Seine), caporal, infanterie 122.
Givers Alexandre, Billy-Monzigny (Pas-de-Cal.), ch. à ch. 8.
Glacel, Adolphe, Ferrière-la-Grande (Nord), art. & pied 1.
Glûdieux Augustin, Villers-Outréaux (Nord), infanterie 4.
Glaise Edmond, Solre-stir-Sambre (Nord), art. ùi pied 1.
Gobert Auguste, Lille (Nord), artillerie à pied l.
Gobert Edouard,-Noeux-les-Mines (P.-dc-C), biig., art. à p. 1
Goblet Léon, Solre-Ie-Chûlcau (Nord), artillerie à pied i,
Goblet Chartes, Ferrière-la-Grande (Nord)' infanterie 4.
Godar Emeat, Béthune (Pas-de-Calais), génie 1.
Godard Georges, Montigny (Pas-de-Calais), artillerie à pied 1.
Godart Adolphe, Lnmbersart (Nord), artillerie h pied 1.
Godart Ernesl, Courson (Nord), artillerie 3.
Godart Maurice, Tours (Indre-et-Loire), chasseurs & ch. 6*
Godart Paul, Levnllbis-Perret (Seine), infanterie 6.
Godbille Désiré', Iioalogne-sur-Helpe (Nord), infanterie 4.
Godbille Gustave, Fellenes (Nord), brig., artillerie a pied L
Marchon Joseph, Quingcy [Doubs), caporal, infanterie GO.
Marcotte Joseph, La Comte (Pas-de-Calais), serg.-moj., Int 6
Marcoux Auiédee, Sous-le-Dois (Nord), artillerie 1.
Marcoux Eduuard, St-Quenttn (Aisne), artillerie 1«
Devernois Désiré, LoiTis (Loiret), chasseurs 61.
Delétang Auguste, St-Georges-de-la-'Coées (Sarthe), chass. 61.
Dtimarch6 Jean, Jussy-lc-Chaudrier (Cher), chasseurs 60.
Donnio Louis, Sl-Aignan (Moibihan), chasseurs 60.
Dufy François, Monceau-les-Minea (Soone-et-Loire), chass. 61
Pantalons René, Noisiel (Setne-et-Marne), chasseurs 61.
Dufour Denis, Verzé (Saônc-et-Loïre), chasseurs 61.
Dulour PranÇfltS, Bully-los-.Mines (P.-de-Ca.), serg., chass 60.
iJignncourt Oswatd, Paris, caporal, ehusseors 61.
Dugenne Olivier, St-Mammes (Selne-et-M.), cap., chass. 61.
Desfmliïx Marcel, Thou [Lotrtt), caporal, chasseurs 60.
Duvaî Eugène, Auctpiencourt (Somme), chasseurs 61.
■Jemnnpjc Pnnl, Pesmes (Haute-Saône), chasseurs 61.

Debai

i«e Charles, LevaHoi-s (Seine), chasseurs 61.
Dcsachy Marcel, Becquijjny (Somme), chasseurs 61,
jJupuis Jean-Louis, Mont-St-Vtncent (Sa6ne-et-L.), chass 61.
Dûcheux Amt-die, Beauval (Somme), chasseurs Cl.
Dûudier Emile, Hannonville (Meuse), chasseurs 61.

Doutenville Emile, Deneuve (Meuithe-ct-Mos.), cha=s. 61.
Dauphin Eugène, Mailly-Maillet (Somme), chasseurs 61.
Daligné Henri, Honfleur (Calvados), chasseur s6U
Durand André, ViUalet (Eure), chasseurs 60.
Ethoré Pierre, Hennebont (Morbihan), chasseurs 61.
Evano Louis, Kerrarec (Morbihan), chasseurs 61.
Fichot Louis, St-Léger-du-Bois (Saône-et-L.), chasseurs 60.
Fournier Julien, St-Ouen-en-BHn (Sarthe), chasseurs 00.
Flouriot Francisque, Pomment (Côtes-du-Nord), chass. Cl.
Français Louis, Paris, adjudant, chasseurs 60.
Fauchez Julien, Crêcy-en-Ponlhieti (Somme), chasseurs 61.
Guérin François, Levallois-Perret (Seine), adjudant, chass. 61
Gaschet CclesUn, ChStcHerault (Vienne), serg., chass. 61.
Garet Barthélémy, Monthrisson (Loire), serg., cliasseuis 61.
Georges Emile, Yal-d'Ajol (Vosges), chasseurs 61.
Gros Jean, Baudrières (Snonc-ct-Loire), chasseurs 61.
Garel Julien, Le Bignon (Loirc-Infétieure), chasseurs CO.
Girct Pierre-Léopold, Chasscneull (Vienne), chasseurs C0.
Guillet Joseph, Cétroux [Haute-Savoie), chasseurs C0.
Gaillard Joseph, Meslin (Côtes-du-Nord), chasseurs 60.
Guillemot Louis, Korrihuel (Morbihan), chasseurs 60.
Gond Louis, Pertuis (Vienne), chasseurs 60.
Gillier Louis, Loirô (Maine-et-Loire), chaîseurs 61.
Gallen François, Belle-Isle-en-Mer (Morbihan), chass. 61.
Geoffray lJierre, Avenas (Rhône), chasseurs 61.
Guiavarch Golven, Plouvlen (Finistère), chasseurs M,
Garrec Jean, Pleven (Finistère), chasseurs 61.
Gatilloti Emile, Pans, chasseurs 60,

Griffonne! Charles, Oivrièics (IIuule:Savoîc), chasseurs 61t
Hauhn Léopold, Lorris (Loiret), caporal, chasseurs CO.
Hasselot Jean, Ce lies-sur-Plaine (Vosges), chasseurs 61.
Horiot Henri, Fresnoy (Haute-Marne), cap., chass. 61.
Herry Yves, Pouigneau (Finistère), chasseurs 61.
Hardy Auguste, Mours (Seine-ct-Oise), chasseurs 61.
Honoré Jean-Bapt., Woignarne (Somme), chasseurs 61,
Hubert Victor, Paris, chasseurs 60.
Hémon Joachim, Pluvigny (Morbihan), chasseurs 60.
Jacquerot Alexandre, Pans, sergent, chasseurs 61.
Jacquet Jean-Baptiste, Castelnau (Cher), chasseurs 61.
Joly Marcel, Brinay (Cher), chasseurs 60.
Ladroit Henri, Andcrnay (Meuse), caporal, chasseurs 61.
LalotH Henri, Ruodtn (Saithe), caporal, chasseurs 00.

(A suivre.)

SENNELAGER ' WESTF.

(Sutt«.)

Oruolle Théobald, Esclies (Oise), infanterie 2o4.
Ory Ernest, Ceintrey (Meurthe-et-Moselle), chasseors 47.
OsmonL Auguste, Valogues (Manche), serg.-inaj., inf. col. 1,
Quesnal Jean-Baptiste, St-Denis-le-Vétce (Manche), art. 3.
Ouf Henri, Paris, infanterie 1*29.

Ouinfl Paul, Torpmesml (Seine-Inférieure), tnl. terril, 8.
Ozlard Henri, Fosseuse (Oise), hussards S.
OuUn Maurice, Alençon (Orno), infunlerie 103.
Ourard Louis, Bazoges (Vendée), inlanlerie territ. 84.
Ozard Henri, Fosscux (Oise;, hussards 3.
Padet Clément, Douvitle-sur-Audelle (Eure), infanterie 228.
Pagis Paul, Trugny-par-Relhel (Ardennes), infanterie 332.
Pagniez Fernand, Tourcoing (Nord), infanleriè 145.
Paillard Julien, Fougères (Ille-et-Vilaine), artillerie 3.
Paindorge Maurice, Romilly-sur-Seine (Aube), infanterie 82,
Pourrand Daniel, Bordeaux (Gironde), infanleriè 144. ,
Pagot Alphonse, Arques-ls-fialaille (Seine-Inf.), chass. 7-
Panhaleux René, St-Jean-la-Polene (Morbihan), génie 11.
Faohaleu.x Georges, St-Lo [Manche), sergent, infanterie 136\
Pavillon Etienne, Marolletle (Sarthe), caporal, inl. 115.
Pantaléon Armand, Bordeaux (Gironde), infanterie 308.
Paolette Domirrique, Paris, caporal, infanterie 332.
Papillon Jean Antoine" André, Garnat (AlHer), cap., génie !.
Papillon François, Le Mans (Sarthe), infanterie 28.
Papillon Léopold, Paris, infanterie 315.
Paquier Charles, Petit-Rouchin (Nord), infanleriè 145.
Parelon Henri, Thouron (Creuse), infanterie 63.
Farent Alphonse, Tourcoing (Nord), infanleriè 145.
Parent Louis, Croix-près-Houbaix (Nord), infanleriè 145,
Paris Isidore, Frosnoy-s.-Sarthe (Sarthe), infanterie 27.
Paris Paul, Avesnes-sur-Helpe (Nord), art. a pied 1.
Parmeland Léon, Rumilly (Haute-Savoie), zouaves 3.
Parmentîer Paul, Laudouzy-la-Ville (Aisne), infanterie 10.
Parmentier Auguste, Lille (Nord), infanterie 287.
Parmentîer Georges, Tourcoing (Nord), infanterie !.
Parmentier Emile, Wavans (Pas-de-Calais), section I.
Tarquet Ernest, Paris, infanterie 21.
Parsy Henri, Rouchin-I.ille (Nord), caporal, infanterie 345.
Pascal Baptistin, Paris, infanterie 24.
Pascal Henri, Paris, infanterie 24.

Pascard Albert, Ourain (Côte-d'Or), infanterie 109.
Passemard Jules, Dinard (Côtes-du-Nord), infanterie 2.
Patin Edouard, Vngny-aux-Boii (Ardennes), infanterie 287

Patoir Edmond, Hergnies (Nord), infanterie 127.

Patoiseau Félicien, Ile-d'O'ézon (Charente-Inférieure), Inf. 3.

Paloux Edmond, Caudry (Nord), infanterie 4.

Fatoux Léon, St-Hîlaire-les-Cambra<! (Nord), infanterie 45.

Patté Théophile, Pans, infanterie 12.

Palté Soûls, Neusmont (Aube), infanleriè 68.

Pattier Charles, Paris, caporal, infanterie 228.

Paty Julien, Denazé-La-Chapel (Mayenne), infanterie 25.

Paubel Lucien, Bourg (Ain), infanterie 44.

Paul Victor, Fresquainnes (Seine-Inférieure), infanterie tl.

Paulevaiche- Jean-Baptiste, Annappes (Nord), section L

Paulin Julien, Doufrçnt [Orne), artillerie a pied 3.

Pannier Isidore, Malaifnay (Seine-Inférieure), infanterie 21

Faunier Léon, Paris, artillerie à pied 3.

Pautant René, Pans, infanterie 129.

Pauwel Henri, Roubaix (Nord), artillerie i,

Pavy "Germain, Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais), inf. 145.

Payelle Alfred, St-Gobm (Aisne), infanleriè 332.

Payen Eugène, Thoi^'né [Sarthe), infanleriè 27.

Payreflcourt Marina, Varacieux [Isère), chass. afr. 3.

Péchani Henri, Amberieuse-en-Dombe (Dasses-Pyr.), inf. 127.

Pédélafiorde Jean, Lucq-de-Bearne [Basses-Pyrénées), int 11

Peillet Louis, Chateaudun (Côtes-du-Nord), art à pied 3.

Pelcrm Alphonse, Popt-Audemez (Eure), infanterie 119.

Pèlerin Emile, Pouillé [Loire-Inféneure), infanterie 64.

Pelier Charles, Reims (Marne), adj., infanleriè 132.

Pelletier Etienne, Angers (Maine-et-Loire), infanleriè 135,

Pelletier Joseph, St-Jean-Brve!ay (Morbihan), génie IL

Pélissier Armand, Mantes (Seine-et-Oise), caporal, inf. 228.

Peltnaux Marcel Jean Armand, Sedan"ÏArdennes), inf. 332.

Fesnelle Jules, Hermonville-sur-Mcr (Calvados), art. à p. 3.

Penchenat Joseph, Roche-la-Molière (Loire), drag. 14.

Ponet Edouard, Lille (Nord), infanterie 145.

Penot Joseph, Sellier (Loire-Inférieure), génie 11. "

Pépiol Alphonse, VilIers-le-Lac (Doubs), infanterie 109.

Péquerion drille, Mauheuge (Nord), infanterie.

Péquignot Charles Emile, Angincourt (Doubs), serg., inf. 55.

Pérrard Albert, Jideville (Vosges), infanterie 149.

Persevault Joseph, Bellevîlle-Coelmieux (Fin.), inf. col. 31.

(A suivre. )
 
Annotationen