Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
0

GAZETTE DES ARDENNES

10 Avril 1916

Umands ont pu t'êmpartr de la hauteur entre Béthtncourt
«I CumuVcs ci que leurs adversaires n'ont pas réussi jusqu'ici
4 Us en expulser et d ritablir leur ancien front de Bétliin-
Court-Forges.

La question vient d'ailleurs d'être tranchée par une au-
torité neutre, le coloorl suisse Charles Millier qui écrit dans
la « Bund », le grand journal bien connu de Berne qu'il a
pu constater do ses propres yeux que les Allemands sont
maître* île la position dite du « Mort-IIornmo » (cote 2g5).
t£ PRIX DE LA GUERRE.

Sous ce titre, la ■ Bataille * Écrit :

n Economistes et statisticiens se sont attelés a la besogne,
et après bien des efforts, sont arrivé! à cette conclusion que,
tout compte fait, un jour de guerre fait perdre aux puis-
lances Son millions de franc». .

« Ils savent approximativement ce que la guerre a coûté
à la Prince en particulier, en argent et en hommes.

El ils l'ont dit et fait imprimer un peu partout,

« Un peu partout, sauf chez nous.

" Car clin nous, < '■ «t bien défendu d'imprimer <!»
pareilles choses, et de donner des chiffres exacts, on aime
beaucoup mieux laisser la fanfasie de chacun se donner
libre cours et îes fausses nouvelles circuler.

« Résultat : Te*» l«s pays savent ce qui n««s intéresse,
sauf nous [

« — C'est tout de même un peu vexant, a

L'Angleterre contre les Neutres

Le journal suisse « Borner lntethgcnzbl*tt n écrit entre
autres ce qui suit, sous le litre : a Aggravation de In guerre
contre les Neutre» h :

s Les conséquences de la conférence parisienne sont Irès
Inquiétantes pour les Neutres. L'Angleterre supprime l'article
19 de la déclaration de Londres ; de ce fait le droit naval %
disparu et les Neutre* sont exposés à l'arbitraire des belligé-
rants. Cette mesure constitue, surtout pour la Hollande et
Isjs Etals Scandinave-, une atteinte sensible aux principes de
leur existence. Par cette déclaration, l'Angleterre et la
France se réservent le droit de faire dépendre complètement
de leurs propres résolutions et de leur bon vouloir, l'indé-
pendance de ces Etats. ï>e et fait, tonte apparence du respect
des drnits internationaux et de PindépesraVsice des Neutres
est abolie et il est créé ainsi une ère d'illégalités, qui d'ail-
laasri existait déjà depuis longtemps dans la pratique. On
■Attendra pas longtemps probablement une déclaration de
la part des Etats Scandinaves ; on peut s'attendre «usa» a ce
que les Etats-Usais insistent sur le droit international, qui
De peut être violé isolément et volontairement au détriment
dm pUiitAAi*. Si la guerre dure encore longtemps, la question
■V •posera pour tous les Neutres sans exception, de savoir
s'ils peuvent se soumettre volontairement à la loogaw ù un
tel despotisme, sa»* exposer a ht ruine leur propre existence,
leur force de résistance et leur indépendance, n
LA HOLLANDE ET LA GUERRE.

A la suite d'une séance secrète de la deuxième Chambre
hollandaise, le gouvernement a publié la note suivante :

« Le gouvernement tient à déclarer, comme suite à la
sauce secrète de la Chambre, que la suspension des congés
périodiques est une mesure préventive qui est liée à la ré-
solution inébranlable de garder strictement notre neutra-
tttt. La mesure n'est pas une conséquence dm complications
potHiqncs existantes*, mais elle a ses raisons demi des faits
eut font croire & l'accroissement du danger auquel notre
pays est empoté. H ne serait pm dans l'intérêt dat pays de
ammnwniqner quelque chose, au sujet de ces indications. »

0 ne sumble donc pae qu'un danger imminent ait pro-
voque, en Hollande, ses mesures spéciales s[uc nous annon-

cions hier. Le gouvernement paraît toutefois résolu de ne
pas permettre qu'on porte atteinte ù sa neutralité et d'em-
pêcher toute tentative par les armes. 11 est hors de doute
aussi que la neutralité de la Hollande n'est pas menacée
par les puissances centrales ; la Hollande est instruite et
convaincue de ce fait.

Quant a l'Angleterre, dont Ie3 intentions à l'égard des
Neutres sont moins claires, elle est avertie que la Hollande
prétend rester maîtresse de ses destinées politiques et éeo-

NOUVELLES DIVERSES

L'ouverture du Retrnstag allemand.

Le Rcichstag vient de reprendre ses travaux,
A la séance d'ouverture le Chancelier de l'Empire, M.
von Bethniann HoIUeg, « prononcé un magistral discours
politique dont la « Gazette » publiera le texte intégral,

Entre Alliés. a
Dans une assemblée générale les présidents des cham-
bres de commerce françaises ont formulé quelques vceux du
commerce français, qui se rapportent aux difficultés du
transport, nu manque de petits sous, aux bénéfices de
guerre, etc. Parmi ces vreux il en est un qui est très symp-
tomatique et que nous empruntons au n Malin » du 5 avril.
Sous le litre u De fâcheuses prohibitions » on lit :

c Un bilt receat intcrdil l'entrée en AngMcrre d un très grand
nombre de produit».

La Frsncc, dont le commerce de 1j\c est partieiihercmont
imp<tr!aiil. n trouve fort pestét par celle mesure.

L'utilité «le réserver k Mmssjb aux objets de première
nécessite, d (ait envi sa gT j ta Riwstc one décision nna loçuc

Arguant que les objels visés par ces prohibitions sont en
génenl d'un trè* faible- [roids et peu encoaibrjnt, souhçnanl en
outre l'util* activité que ce commerce d exportation eniretennit
on France en améliorant le taux de *otrç cl muge ù [étranger,
l'asacmblt e fut unan>;nc ù d-msndT que Ir- giuivcrnement inter-
vint penr que ces prohHulwns ne fussent pas appliquées, que des
eir.-rlKi.i- tout au moins fussent admises eu faveur des produits
allies »

La BouTeite heure française.

Pina, 4 avril 19IC.

La commission de la Chambre a artrrplé nne pTiiposi-
tion d'avancer de 60 minutes l'heure légale pendant la
durée de la guérir.

Celte mesure a pour but, m raccourcissant In
durée des soirées, de permettre des économies dons
les frais d'éclairage. La nouvelle loi enlrera en viguuur le
10 avril déjà. L'heure française sera donc, a partir de cette
date, idrntiqwc à l'heuie de l'Europe centrale, c'est-à-diro
à l'heure allemande.

Vii lit Swell fait il ce propos dans 1' <i Humanité )> les re-
marques amusantes que voici .

Si «nostirtc qu'elfe pmsse paraître, cette motion fera couler des "
Dota d encre, et on on va disputer avec animation < pro d et
« contra ».

A ses adversaires je céderai gratuitement le moyen de la
couler définitivement dans certains esprits : il consiste a montrer
qu'avancer d'une heure notre heure semelle, c'est adopter l'licmre
de l'Lurppe centrate on autrement dit l'Itcure de Berlin. Or, il est
bien évident que pour M Bsrrés et ses amis pareille mesure est
inadmissible car elfe ressemblerait a de la kaule trshisen

La qwstion est nowriant moins déiiratc, car rAitcsnagnc
a décidé d'avancer également son. heure de 60 minutes à
partir du 1™ mai jusqu'au 3o septembre. Al. Snefl rte con-
naissait pas encore cette décision en écrivant ces ligacs
moqueu'es. Rappelons en oulre que I' a "heure de Berlin n
est en même temps l'heure de Rome.

Une belle donation de Rodin.

Le sculpteur Rodin a fail don a l'Etat de son oeuvre et
de ses collections particulières. Elles seront installées dans
l'hôlel Riron et constitueront un musée qui parlera le nom
du grand artiste.

L'accord a été signé le 1" avril a Meudon, dans la
demeure du statuaire.

Bodin désire seulement procéder i l'installation dont il
prend le* frais à sa charge. Il ne se réserve, dans l'hôtel
Riron, qu'un cabinet de travail e* un atelier.

Le l'srlerucnt devra ratifier la convention dans un délai
de six mois et voter les crédils nécessaires pour les dépenses
annuelles du musée.

Cette donation est évaluée à' plusieurs millions.

L'Etat «fierté au musée Rodin, pour une durée minime
de vingt cinq ans, l'hôtel Riron.

"M Dcnys Cochtn et le e Comité de Restriction».

il. Dcuys Gochin se défend contre le titre de « Tïùnislre
du blorvs » que lui avait allègue le « Temps n. Donnons-lui
donc son titre exact . TV.iprès les journaux fran<ais de date
récente, M Cochin est n président du Comité pour la res-
triction des approvisionnement» et du commerce avec l'en-
nemi ». Voilà une jolie petite adiesse télégraphique qui
sera lurrali^e pour l'administration des postes et télé-
graphes ! •

Un martyr de la science.

M. Théodore Gniltox, médecin-major de 1** classe, chef ,
du service central de radiologie des ^o" et ai* régions, pro-
fesseur adjoint à la Faculté de Nancy, pharmacien de
1" classe, sient de succomber, à Lyon, A la terrible maladie
qui le minait depuis longtemps. Cette maladie, il l'avait
conlraelrc au service de h siicnce radi >logiq(»e, a laquelle
il avait consacré ses efforts et sa vie.

Atteint de radiodormitc — comme tant de savants qui
se spérinliièrent chms le* aprrlirntKms et l'élude des rayons X
— le do'.leur Guilloz a\ Ml dû subir, successivement,
r.impululiori de plirsieurs dmgt».

Au déi-rtrt de la guerre, el bien que son état fut déjà très
al.irmant. il *e mit mec mdeur a U di<nosttio*i de la patrie.
Il créa, à Nancy, sept postes de cid osteoscorHC- Puis,
contimiaut srs recherche* avec «nr ténacité et nn courage
contre lesquels le mal restait impurssanl, il p*T\int à créi^r
deux appareils qsn rendent les pins grands services a la
chirurgie rnilHaire. #

Le docteur Guilloz avait reçu la médaille d'or de M.
C«racf[;c, le grand philanthrope américain.

Grave expîosrkm à Bonlogne-snir-Selne.

Lu grave accident s'est produit à fioutogue-snr Seine,
d.ins kt'bianchisserie Boorgooi*, 69 l>is, rue de Palis,

1.'explosion d'une rhaudièTc a provoqué on incendie qui
s'est propagé avec une rapidité inouïe. Le sinistre n'a pu
être maîtrisé croc vers dix heures et on a passé la nuit à
fouiller les décombres où étaient ensevelies rm certain
nombre de personnes employées à l'usine. A sept heures
du malin, la lugubre besogne prennit lin , on t iç'iié
huit nasfeantjBj horriblement carbonisés

Line neuvième victime, Nf1* Adnsni, qiii-avsil pu s'échap-
per du brasier, est morte dans la matinée d'hier à l'hôpital
Boucicaul.

Enfin, il faut ajouter a ce nombre trois personne- bles-
sées assez sérieusement.

Les obsèques des neuf victhnci eu ont hier rratin.

Une laoùlle dispersée.
Cr^i la famille chi roi de Monlénégro. Le roi el h reine

se trouu-jit k Bordeaux, où îh scnl, on le sait, prisonniers
1 du gonventement français, qui ne leur remettrait même pas
la correspondance.

Le prince Mirko qui, on se souvient, est resté dans son
pays, est malade et s'est rendu à Vienne, où il doit être opéré.
Le meilleur sort est celui du prince héritier Danilo, qui se
promené a Monle-Carlo. D'après le » Figaro », on a vu
le prince et la princesse avec une princesse Karageorgc-
witseh dans la loge princière du Casino. Qu'en pense le
peuple monleW-grin P C'est ce qu'on se demande I
Le traitement des Suisses en Angleterre.

Quelques journalisles aaglais, ayant été arrêtés en
Suisse pour espionnage, se sont plaints à la presse d'avoir été
empêchés de correspondre avec l'ambassade anglaise pendant
la période d'internement préventif.

A ce propos la « A'cue Ziirchcr Zeitung a rappelle avec
rahon quelques cas de Suisses arrêtés en Angleterre, les-
quels furent traités avec une dureté bien plus grande que les
Anglais en Suisse. Non seulement l'ambassade suisse fut em-
pêchée d'entrer en relation! avec ses compatriotes, mais on
a même, dans certains cas, mis les menottes h des Suisses
déclarés suspects. La censure anglaise n'a pas permis que
ces fuits fussent communiqués en Suisse, Les journalistes
anglais semblent donc réclamer, en Suisse, un traitement
dont les Suisses ne jouissent pas en Angleterre. Jamais un
Anglais suspect d'espionnage ne s'est vu mettre les inenoltci
par la police suisse I

LE CfllH BOJiLTIÏfiïEBR

LA TAILLE DES SABOTS CHEZ LES BOVIDES.

Maintenant que voili le printemps, les sabots de nos
bovidés devraient Être absolument mis en ordre dans la
mesure des nécessités. La taille ne doit pas se faire à l'éta-
ble, mais dans ane remise ou 4 un autre endroit, parce que
d'abord à l'établi il fait trop sombre et en outre parce que
le^ aulrcs animaux sont dérangés par l'opération. La bêle
dont on vent tailler les sabols doit être attachée contre un
mtw ou une cloison, pour qu'elle ne puisse pas se jeter de
côté quand on lui soulève le pied.

On néglige Souvent de faire la taille des sabots parce
. q«e, comme on dit, durant l'opération les bêtes s'agitent
beaucoup et qu'elle ne peut donc a'ex*>irtcr qu'à grand'-
peme. En effet, cela est souvent le cas : il y a des betes qui,
bien que traitées avec douceur, se montrent récalcitrantes;
mais la plupart se soumettent à l'opération sans opposer de
h résistance. Les biles troBsseWt bientôt, comme c'est k cas
pouT la traite, qu'on ne veut pas tes torturer, mais qu'on
les débarrasse de quelque chose de gênant.

Avant de 'leur soulever la jpatte, on doit les caresser ;
dés qu'elle est senalcvéc, on lu placera rapsdeonent «ur le
chc^siet, car les bêtes oc peuvent pas se tenir longtemps
la pelle en l'air. Dés que l'animal a peur, il tremble et
s'agite;* ce que l'opérateur remarque iMMncdiatenscnt. En
cajolant la béte, on parvient d'ordinaire à la tranquilliser.
C'est une erreur que de vouloir forcer la bête à l'immobi-
Tité en lui serrant la pnltc ou en la rudoyant. Si la bête
s'agite parce qu'on loi a fait prendre une position incom-
mode, on lui laisse reposer ta patte et l'on attend «naelque
peu avant de la sou+rvrr h imurtan pour eonlmaer l'opé-
ration. Des moyens, de contrainte ne doivent être employés
qn'en cas de nécessité absolsie, jamais Uwlclois chez des
vaches portières. Reawcoiiip de portières et de vaches qui
ont noutellcmcnl vêle sont gâtées pnr un traitement rude
et prennent ainsi l'habitude de ruer. (Le Cultivateur.)

LISTE N° 137 CONTENANT 200 NOMS

(Reproduction strictement interdite)

n têts des papas déslp* "es an» qj se iwml les prisopers don: îes nom suivent, — It ME des wat ptittits îu^u'auJaunTHuï « mm 1 Environ 246,500

Total des prisonniers français Internés en Allemagne i 325,000.

Les sentiments humanitaires dont s'inspire la publtca~
Non, nanM la » Gtneltc des Ardeunea », des noms éet
Ifâ.kiOO pri-wn(tiers frniu.ais actuellement internés en Alle-
magne, n'ouï pus été apyicciés par tous avec la mêma équité.
Que nous importe I Nos lecteurs nt pensent pas de mfime
qu'on Ir fuit dans certaines réductions sur les boulevards
parisiens .Vous «c 4aisserons itonc pas troubler flnttme
cosUcnimoil que nous éprouvons d'uuoir pu contribuer à
calmci les inquiétudes de milliers de familles françaises,
portant nn ruym de pue dans tes foyers laissés dans la plus
doutouri'usc mcertititde pur le gouvernement français, en
tour nanmi<*BjSjf la bovme nouvelle que levr fUs était sain et
sauf, s* triturant en oaJ>!rr>tté allemande aussi heureux quê
M sjerjNr/ynf tes etrennstanoem.

La plupart des prisonniers internés ces temps der-
niers, onl clé faits dans ta contrée de Verdun. Le nom-
bre des régiments figurant dans les listes donne donc
une i'! - de l'importance des forces françaises enga-
gées ateat* ces sofwfenti.

HAH4ELN * W.

(Prisonniers itil<

nés ces temps derniers.)
(Swike.)

HhI'- 1 iimnd. I.oiirnt (Motiuhan), infanterie 174.

Cnitun 1 jvâl, Hordcnux (.Gironde), infanterie 17^.

Jtsjihc '.mua, Itayssac (îaruj, infanterie 170.

Waaad hnaenaa, iNivdlac (Worhihan), infanterie 174.

AnnaYnl bseiorin, La Cl.-tlc (Charente-lnf ), adjud., inf. 33.

kio^hait Albert, Nainpont (Somme), infanterie 33.

TbiéLirtiit l»u,s, Vcnlnin (Vourcs), infanterie 170.

tiuitheii Lucien, Sn%nt-0«nar (ftts-dr-Cjdais), infanterie 33,

Gooït = Joeepti, IWiuhaiv (i>ord), infanterie 30a.

Posnot Max, Varcnm s-h- Grand (Saûne-et-Loire), iaf. 170.

Ko' t= i'.,.' rt, Amiens (Somme), infanterie 33.

HafiUf \lherl, Xeiti^iiï (Nus^es), infanterie 170.

lî'Hi.] .1 -M., Vssui^cniiï (Haute-Loire), caporal, inf. 170.

Mail J'il (forges, Uananwn (Vosges), infanterie 170.

QkuI.'.i l^ioul, Clulons sur.Marne (Marne), infanterie 360.

Uour^uil? Kemand, Antmilin (Nord), infanterie 33.

nnsnann H Mt, U'îien-cs (Pas-de-Calais), infjntcTic 33.

Bernard Lwcien, Jounict (Vienne), infnntcrie r-jk-

Lopei nnssèn, [.oos-cn-tioheile (Pas-de-Calais), infant. 33.

Caplantve Jean, Saint-Vincent (Laaules), infanterie 33,

Capknne lî-vtrij bauliio» (Lande*), infanterie 33.

Flofpict .1 in, Saint-Desiré (Allier), infanterie 170.

M i,]. U rgtm, Echassi, rcs (Allier), infanterie 85.

SkMffasI Gaaaftna, Salins (.Jura), i»fiinterie 170.

Martin Octave, Hetry (Cher), infanterie 35t.

Pontlncu Marcel, Marquise (Pas-de-Calais), infanterie 33.

(amflfjl KwmW, Arrives (Creuse), infnntcrie 170

GniÏMi l Léon, Saint-*.m.vnd (Cher) infanterie Ut.

Houriin Jean, Itrillae (Charente), infanterie 170.

Sai s W'.cii, Lille (Nordi, infantrric 33.

Wagner Pierre, Chonvilte (Meuse), infanterie lerrilor. 44.

Jouid.mi Grégoire. Ljoét (Nord), infanterie 33.

Proiencal Edmond, Coudé-sur-l'Escault (Nord), infant. 33.

La s c aux Martial, Laterie (Haute-Vienne), infanterie 33
Uasocat Matburîn, Kerfourn (Morbihan), infanterie 170.
Ponrcl Adrien, CouroàeuK (Vonasas), infanterie 170.
Devigne Eloi, Scniuphcm (Pas-de-Calais), infanterie 33.
Bernard Jacques, Cognat-Lyonne (Allier), infanterie 36a.
Carrier Jean, St-Mead-de-Cui ton (Dtudogne), infant. 36i,
Chauffoud Faut, Vaaon (Cher), infanterie 85.
Simon Victor, Gérardraer (Vosges), infanterie 170.
Charron Orner, AigrefeuiUe-d'Aunis (Char.-Int.), inf. 3a3.
Maricfaal Alfred, Le Soiiich (Pas-de-Calais), caporal, inf. 35.
Clève Jules, Buneville (Pas-de-Calais), infaetteaie 3S.
Chauvclin Norbert, VaHères (Indre-et-I^airc), haiant. 170.
Seritte Alfred, Tourcoing (Nord), infanterie 3Gi.
Lebel Robcel, Paris, infanterie 33.

Chuqurt Julien, Qucrqucvillc (Manche), infanterie 170*.
Boseu AJjûjouse, Sailly-U-Lys (Pas-de-Ciikis), infant. 33.

Poisson .\Ifred, Baroche sur-Luce (Orne), infanterie 174.
Barbe Norbert, Tourcoing (Nord), caporal, infanterie 33.
Valot Jseoph, Gray (Hautc-Saone), infanterie 170.
Delj»lanque Armand, Tourcoing (Nord), infanterie 36a.
Pclletan Gabriel, Saint-Loubès (Gironde), sergent, inf. 173,
Vannier Marcel, Cambrai (Nnrd), infanterie 170.
Eeignier Claude, Charlicu (Lofre), infanterie territoriale 44.
Méot Jean-Baptiste, Dijon (Cote-d'Or), caporal, infant. 174.
Parquez, Hallennes-les-Hauhourdm (Nord), aspir., inf. 33.
Chavatie Ang., Ilersio-Coupigny (Pas-dc-C), cap., inf. 33.
Malnonry Paul, Reccy-sur-Ource (Cùte-d'Or), infant. 17^.
Vanlalon Joseph, Tulle (Corrère), caporal, infanterie 170.
Laffond runçois, Londiyuy (Charente), infanterie 170.
Faiviç Marcel, Koncluirup (.Haute-Saône), infanterie 170.
Lacroiv Lassis, Iîois-d'Amont (Jura), infanterie 170.
Giraud Louis, Limoges (Haute-Vienne), infanterie 170,
Mallct louis, Rueil (Seinc-et-Oiee), infanterie 170.
Dissoubray Marcel, St-Aguant-de-Versillas (Creuse), inf. 170
VTUeaninol Henri, Chaumont (Huutc-Maroe), infanterie 170.
Germain 1K nri, Cornimont (Vosges), infanterie 170.
Ragon Eugène, Lcgne (Cher), infanterie 170.
Bobeui'itlh louis, Comiinont (Vosges), infanterie 170.
Dcsj,irdius Georges, Missy-au-Eoia (Aisne), infanterie- 170.
Railly I ton. Chaîné^ (Jura), infanterie 170.
Goujat Louis, Las ira a» (Hjuile-Vienne), infanterie 170.
Sourd Charles, Plainfaing (Vosges), infanterie 170.
llénut Erancis, Vauban (Sjone-et-Lnire], infanterie 170.
Léculter Ferdinand, Pleure f.lurti), infanterie 170.
Bipol ',-ui Mlicrt, Cretcil (Seine), infanterie 170.
Zalé Miiat, Plainfning (.Vosges), sergenl, issfanierie 170.
Molière Edouard, Pans, infanterie ro-?.
Le Crenn Jeun, Le Saint (Morbihan), infanterie 17/4.
Pou thon Jean, Guiscrig (Morbihan), infanterie 174.
Caramain Désiré, Erai-.ans (Jura), infanterie 3i';
Cnmhes Edouard, Assuères, caporal, infanterie 170.
Colle Alfred, Bussang (Vosges), infanterie 170
Corserel Armand, Criscy (Jura), infanterie 170
Château Abel, Cbaumcrcy (Jura), infanterie i- i
Perrîn Louia-Auguatc, Hado) (Vosges), infanterie 170.
Voisin Gaston, Houdain (Nord), caporal, Infanterie 170.
Heish-r Ch rie». Biissanc; (Vnsj-es), Infanleric 170.

Arnould Paul, Samonchamp (Vosges), infanterie 170.
Arnould Linilc, Ramonckamp (Vosges), infanterie 170.
FflrrBQriou Henri, Montonarault (Ailier), infanterie 170.
Demoxiére Louis, Montmarault (Ailier), infanterie 170.
Piéthenut Julien, PreauUy (Cher), infanterie 170.
Sawas Henri, Arc-en-Derrois (Hauie-Marne), autant. 160,
Jardinier Louis, BsnseroUes (Dordogne), infanterie 170.
Laborde Jean ,St-Vincent-de-Tyrosse (Landes), inf. 170.
Gerinon Pierre, Saint-Etienne (Loire), infanterie 170.
Lambert Clotaire, Bsjilaiaville (Eure-et-Loire), inf. 176.
Liébert Fr.-Fem.-Eug., Choisy-te-Bioi (Seine), adj., inf. 170.
Bouhelier Robert, Vincennes (Seine), aspirant, inf. 170.
Munier Albert, Nancy (Meurthc-et-M.), aous-off., inf, 170.
Clère Gustave, Maragea (Jura), sergent, infanterie 170.
Bauné Pierre, Paris, sergent, iaahmautki 170.
Châtelain M.-L., Docclles tVoagca), sous-off., infant, ijo-
Morel Tiieolas, Crétncey (Haute-Mame), infanterie 174.
Guillaume Henri, Arc-cn-Barrois (Haute-Marne), inf. i7ê,
Lucbcrt Raoul, Auîuac (Gironde), infanterie 170.
Manchotte René, Combe (Gironde), infanteri 170.
Beghelly Honoré, Cannes (Alpes-Maritimes), infant. 170.
Caries Marcel, Paris, caporal, infanterie 17t.
Desbordes Léon, Pirajopx (Ain), caporal infanterie 170.
Bruno Paul, Morlaas (Basses-Pyr.), sous-off., inf. 170.
Dupont Louis, Martigny-le-Comte (Saône-et-L.), inf. 170,
Lannes Lucien, Fays-Billot (Haute-Marne), infant. 170.
Gîrot Louis, Montogncy (Haute-Saône), infanterie 170.
Lamidieu Mariua, Dam pierre-sur-Salon (Hte-S.), inf. 170,,
Busseuil Julien, Mars-Charlieu (Loire), infanterie 170.
Bernard Constant, Saint-Fsrgcau (Yonne), infant. 170. '
Dormois Victor-Alexis, Dijon (Côte-d'Or), infanterie 170.
Desassures Jean, Bounaigues (Dordogne), infanterie 170.
Fayolle Joseph, Chambonchard (Creuse), infanterie 170.
Barataud Jean, Compreignac (Haute-Vienne), infant. 170.
Anlagnicr Henri, Langres (Haute-Marne) infanterie 170.
Rouillon Isidore, Dornpaire (Vosges), infanterie 170.
Grapin Auguste, Trouhnns (Côte-d'Or), infanterie 170.
Rresson Octave, Fontaine-Française (Côte-d'Or), inf. 170,
Abel Germain, Bians (Var), infanterie 170.
Chipot Henri, Remirernont (Vosges), infanterie 170.
Jcangcorges Joseph-Gabriel. Cleurie (Vosges), Infant. 173.
Durix Benoit, Anglure-sur-Dun (Suône-el-L.), inf. 170.
Petïtvemange Joseph, Plainfaing (Vosges), capor., inf. 17*.
Laroche Claude-M., Chassigny-sur-Dun (S.-et-L.), inf. J70.
Lauriot Ant., Chauffaillei (Saône-el-Ix>ire), cap., inf. 170.
Sirhcny Joseph, Vitrey (Haute-Saône), infanterie 176.
Crctet Louis, Chaumont (Haute-Marne), infanterie 170.
Cloirac Marie-Alain, Epinal (Vosges), caporal, infant. 175.
Chaillou Hippolyte, St-Hilaire-sur-Yerre (E.-et-L.), Inf. 170.
Dugroaprei Fr., La Croix-Sl-Oucn (Seine-et-O.), fnf. 170.
Rouhier Joseph-Arsène, Darney (Vosges), infanterie 1
Amlrcux Prospcr-Emile, Urémcuil (Vosges), infant.
Ricard Jules, Vagney (Vosges), infanterie 170.
Canm Jules, Dijon (Côte-d'Or), infanterie 174,
Colombier Marcel, Guerrie, Busier-Badîl, infanterie
Clauss Alphonse, Epinal (Vosges), caporal, infanterie 17a}.
RoiiM't Iittrien, Etables (Savoie), infanterie 170.

170.
170.

170.

Francon André, Lyon (Rhône), infanterie T70.
Guillemetu Georges, Rhodon (Loir-et-Cher), infanterie 170.
Colin André, Saint-Dié (V'oages), infanterie 174.
Vabroff Julien, Saint -Maurice-sur-Mos. (Vosges), inf. 174.
Boïrhot Charles, BretonvilJcrs (Doubs), âafarrtrric 170.
Gaillard Auguste, Rochcfort, infanterie 170.
Dcsehiaesin Fraisçois, Saint-Point (Saône-et-L.), inf. 170.
Lantiat Pierre, Solies-de-Béam (Bassea-PyréTi.), inf. 170.
Cornebois Valérie, Tremonzcy (Vosges), infanterie 170.
Cozenot Laurent, Marcigny (Saône-et-ljoirc}, infant. 170.
ftlaise Joseph, Val-ct-CbatiUon (Haute-Sadne), cap., inf. 170
Dtlome Jean~Marie, Beaubery (Saône-et-Loire), inf. 170.
Duntérat Arm., Montigny-lcs-Cormeilles (S.-et-O.), inf. 170
Becel Charles, Nantes (Loire-linfér.), caporal, inf. 170.
FreiMt Marcel, La Chepclle-aux-eois (Vosges), inf. 1741,
Bebet Jean-Louis, Savignac-de-1'Isle (Gironde), inf. 170.
fteytrnas Edouard, Paris, caporal, mfawterie 170.
Coulot Constant, Russey (Doubs), infanterie 170.
Baligand Jean-Marie, Gible (Saône-et-Loire), infant. 170.
Victor Emile, Epernon (Eure-et-Loire), infanterie 170.
Dufour Jean, Clessé (Saône-et-Loire), infanterie 170.
LesgesjriTnes Jean, Dax (Landes), infanterie 170.
Gaget François, Cnaneins (Ain), infanterie 170.
Salacroup Auguste, Souaceyrac (Lot), infanterie 170.
Caillac Antoine, Ladinhac (Cantal), infanterie 170.
Barthc Raymond, Thiézac (Cantal), infanterie 170.
Cantaloube Paul, Malleville (Aveyron), infanterie 170.
Laniel Jean, Crandelles (Cantal), infanterie 170.
LaveissRue Antoine, Boisset (Cantal), infanterie 170.
Doucel Lucien, Le Compas (Creuse), infanterie 170.
NoCl Adrien, Lîézey (Vosges), infanterie 170.
Bocard Clément, Bleurville (Vosges), adjudant, inf* 170.
Michel Louis, St-Jtilien-sur-Sarlhc (Orne), infant. 170.
Mangin Maurice, GcnevrcuiTte (Haute-Saône), cap., jnf. 170
Bergougnoux Louis, Cronce (Haute-I-oire), infanterie 170.
Vemier M., Hcnneeel (Vosges), infanterie 170.
Rebeyrol Raymond, Castagnir (Lot), infanterie 170.
Pouliu Gabriel, Charonville (Eure-et-Loire), inf. 170.
Beuchof Georges, Belle-Fontaine (Vosges), infanterie 170.
Lanne Hayin., Epiais-Bhus (Seine-et-O.), souj-ofT., inf. 170.
Berceau-Faluncourt Antoine, Paris, infanterie 1-0.
Villaume Victor, Darnieulles (Vosges), infanterie 170.
Bouillon Albert, Chatellcrault (Vienne), sous-off., inf. 170.
I.oisy François, Cuisery (Saône-et-Loire), infanterie 170.
Bourgeois Joseph, Château-Renaud (Saône-et-L.), inf. 170.
Ranouil François, Saint-Yrieix (Cliarente), infanterie 170.
Haurjuart Alphonse, Lille (Nord), infanterie 170.
Gionnni Adolphe, Nice (Alpes-Maritimes), sous-off., inf. 17a
Montillicr Jean, Paris, infanterie 110.
Couturier Henri, Paris, infanterie 170.
Richet Marcel, Paris, infanterie 170.

Bocciarelli Lucien, Nogent-sur-Marne (Seine), infant. 170.
Gendre Elisée, Oiselay (Saône), adjudant, infanterie 170.
Morin Eugène, Verjux (Saône-et-Loire), caporal, infant. 170
Héme Edouard, Ménar* (Loir-et-Cher), infanterie 170.
Tournel Franç., St-.Merd-la-Brenille (Creuse), cap., inf. 170,
(A suivre.)
 
Annotationen