Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
19 Avril 1916

GAZETTE DES A R D E M M E S

De tua le 3 les marchandises i m perlées, c'eal le froment,
l'épeautrc et le meteil en giams qi\j tiennent le. premier
rang. Nous en avons rççu 26 millions 6UO.U74 quintuux- aux-
quels il fini ajouter 891 COI quintiiiix rentrés pour le compte
de l'armée et dont-les tilics de mouvements n'ont pa^ encore
été régularises, ce qui fait 27.522.625 quintaux. Si nous
retrauchjnis dp ce chitfio les 1 31H.536 quintaux qui ont été
Irnjisiles ensuite & destination de lu Suisse, c'est encore
Sfcaïi <i2*j qH(plftU« de Jylés d'prjgme C-tiongèip qu, ont £14
consommés en France.

Pivoine en grains, il en est entré, 9.948. WS2 quintaux,
plus 2$f,33-i quintaux poui l'armée, aoit ID.LM6.31C quintaux
dont noua déduisons les 320,331 qui ont été triinsllétj en
Suisse, soiL9.6i5.982 quintaux

Vient ensuite le rnuls, dont nos animaux onl (ait une aï
prodigieuse consojnmotiqn, avec 7.3|u.W2 guiuluux.

Quant à la faune de froment son importation a été d«
•iflf7.2U qumlaus.

Spnt éflftïernerit venus d'oulrc-mer 1,473.5.14 quintaux:
d'orge, 1,760^33 quintaux de légumps secs et verts et
892.110 quintaux de fourrais, foin, paille, etc..

Enfin, si nous «joutons à ces chiffres les 5.807.493 quin-
taux de'sarjasin, mail, riz en paille, brisures de riz, rtl
entier, faune et semoule, betteraves, [tommes de terre,
houblon cl lupuiine, marions el châtaignes, dan, millet et
alpiste en gialns, son de toutes sortes de grains, racines de
chicorée el de farine d avoine, d'orge, de seigle, de mais et
de sarrasin, etc., nous anivons au cAi/fre (olaf de 57.991 677

Îu/n'.ii i de produits agncvlrs que tioiu'apo.iis dû demander,
prix rf'ui, c/im les autres depuis le début de la guerre.
Le coût du fret de New-'ïurit à Livetpoul, a Londiei ou
Bans nos ports, qui était en autlt 1914, de 1 fr. 75 & 2 fr. 25
P*r quitUttl de nié, alternant. 13 fr. 75. a, le, flp de janvier
191Ô, cl \t i i>ajjg| provoquant une jieite de 0 fiança environ

rir quintal, on s'imagine la somme formidable — plu-, de
milliards et demi — que la Fiance a dû débourser pour se
procurer les produits que ses exploitations rurales n'ont pu
lui fournir..................................................

La conclusion de cet article a été coupée par la censure,
l a « DOULOUREUSE a
. Sons ce litre, 1' « Qtuort » du 7 avril publie l'article suivant :

« La Fiance dépense quelque chqs.e cgmrqe 87 millions
par jc,ur n, déclare le rapporteur général de la commission
du budget, M. Raoul PéreL Encore oe formidable chiffra
■traiUil, à dire d'experts, trèa au-dessous da la réalité.

Ça coûte diablement cher, la guerre. Vous rq« dires
jju'elle n'a qu'un temps. Maft ce n'est pas une consolation,
car la p§jx cqûtfip».plus cher encore.

S&l a fallu, «ïl faut beaucoup d'argent pour fabriquer
h des canons, des munitions », pour ■équiper, entretenir,
armer, nourrir nos soldats, il en faudra davantage pour
recon^tUfif nos provinces envalnes et réparer u}tô,grale-
ment leurs dommages ; pour recréer notre outillage eac-
c$ï':, volé, détruit ; pour payer les pensions de retraite,
aux veuve? et aux orphelins, aux muUlûs, aux infirmes, aux
iBftpte-.

11 faudra encore de l'argent pour aider la Belgique, la
Serbie, le Monténégro a ressusciter de ujiir» ruines, "il an
faudra enfin pour couvrir les intérêts et l'amortissement
de la colossale dette de guerre.

A combien 4a milliards s'élèvera cetle facture fabuleuse?

Voici, pour ma part, continent, j'en prévois, grosso modo,
le décompte ;

Aux cinq milliards du budget d'avant-guerre devront
Minuter :

* ou 5 milliards pour le service d itflérels de la dette
•p^ciale de guerre ;

I milliard au moins, pour le service/d'iqtfcfeis de*, fqndj
•flWajlcer à,la, Banque, a la Serbie, au rvjQOtapegro, et «ans
rq*,me parler des. prêts qu'il faudra prflpaWemcnt faire, à
'dJauLrcs nations.

1 milliard (au bas mol; pour les pensions aux veuves,
orphelins et réToqués ;

2 ou 8 milliards représentant l'intérêt du capilol affecté
a la remise en étal et a l'indemnisation des régions dévas-
tées par les Barbares — précisément, comme par hasard,
les plus riches du pays.

N'allons pas plus loin. Rien que pour ces quelques cha-
pitres essentiels de. nos futurs budgets, voici déjà 9 ou
10 milliards qui se superposeront aux 5 milliards de l'avant-
guerre. Soit 15 milliards, qui, a 5 %, représenteront un
capital de 300 milliard* — c'esl-a-dire l'équivalent de la
fortune immobilière de la France.

D'où cette conséquence que, les deiienses annuelles
étant triplées, le montant des Impôts à payer par chaque
contribuable devra grossir en conséquence, Sans compter
que le nombre des contribuables ecra sensiblement affaibli
L'épargne, en effet, a laquelle 11 n'est jamais chez nous
fait appel en vaan, aura été trop profondément atteinte par
les sacrifices que lui aura imposés le prolongement imprévu
de la crise et par la cherté croissante de la vie, pour n'être
pas pratiquement tarie. Inutile donc de songer à réaliser
un nouvel emprunt, Lee dernières disponibilités que les
besoins quotidiens de l'exislence n'auront pas absorbées
devront rester à la disposition de l'industrie qui, plus que
jamais, aura besoin de capitaux nouveaux.

Après comme pendant la guerre, le problème financier,
op. le voi(, ne cessera de dominer la situation. Problème
angoissant et complexe, qu'il importe de résoudre coûte que
coûte : " to be or not to be h : — Etre ou ne pas être l

L'avaiLce de l'heure légale

Pour l'Allemagne la question est définitivement réglée.
Le 30 avril, a 11 heur.es du, soir, l'heure sera avancée de
SfHSaflte nuqu^es. 11 y aura quelques petits iqconvénifints
pendant celte première nuit, surtout dans les services du
chemin de fer, mais le lendemain on se réveillera comme
toujours. Ce sera la même chose que lorsqu'on arrive de
Bellegarde a Genève, où il fout a\antér sa montre
d'une heure, ce qui ne présentai! uupune difficulté.

Quant a la France, les opinions sonl encore partagées, et
on attend avec impatience la décision de la Chambre sur
la proposition de loi de U. Honnurai. isolons eu passant que
Victor Snell, dans la causerie que nous avons citée, avait
prédit que certains adversaires objecteraiptil pcut-ûtfe que
celb* avance indRulifleiait la nouvelle heure française avec
l'heure <■ boche >• I Snell avait dit cela pour rire, maas Û
s'est trouv,é un aqteur français qui a très sérieusement
énus celte objection inepte. C'est l'ex-Belijc Maurice de
Wale/ie dans I' " Œuvre •>. Mui-i exposons plulût où en est
actuellement la question. Le « Petit Parisien » écrit :

« Au nom de la commission de l'enseignement et dei beoui-
erti, H. MaJûvialli:. député de 1 Au<3o, vient de déposer son rap-
port aur la prQpq^iupn de loi de M Honnoral, ayant pour objet,
comme qp le sait, d'avancer l'heurp légale d'une heure, pen-
dant la dur6e de la guerre. Il conctul not(oment a l'adopUon.

D'abord, comme pour répondre a M l.allemand, qui, à l'Aca-
démie dos science*, s'est déclaré formellement hostile a la ré-
forme, le rapporteur pose eft pr>pcipe :

« Celte proposition n'a aucun caractère ni aucune portée geien-
tigques. C'est pliilùt une mesure de prévoyance sociale, qui., sf
tUe ola.t érigée en loi p»r le vote du Parlement, pourrait contribuer
a la défense nationale par la notable économie, qu'elle permettrait
de réaïit^r tout do' suite, dès le jour de son application. ■

c Notable économie », tout est la. Et M. Malavialle insiste
U-dcssus

/I eitune, en ef/et, û un milliard enciron, pour la France entier»,
ta dépense de l'éclairage, gai et électricité tout cntcmble. Bi le
calcul est stniple : une déduction du dixième économiserait
ïtfO millions, une'du cinquième, 200 militons, et ain&î de suite.

Bref, il conclut que la proposition flonnorat ne présente que des
avantages.

L'un eut immédiat et palpable. Une ec^notnio de cinquante «t
peul-èlre de cent millions sur l'éclairage publie, uni compter cella
qu'elle provoquer*, par contre coup, bui 1 éclairage privé L'autra,
Cl c'est celui qui noua tienl le plus ft ceeur, fr *rra d habituer nos
Cûnciloyoak a lûcouomie, ai louable en lout temp§ et indispeniabla
en tempe do guerre Mlle cet 1<* premier pas dnus cette vola fé-
conde. Non» espéron» que cet esemplo sera suivi pour le plua
grand bien de nos finniu.es dans ImkTft de la délense nationale
et de la victoire.

Tar conire, telle n'est pas l'opinion dj lj ç«mmi^inn du bud
got. Appelért ^ donner son avis, ad point ù> vue des répercus-
aibila ecunomiqilM Cl tinanciéres, elle l'est occupé bier de la
question et, par 7 voit contre 6, elle a émi» un avu défavorable.
C'est en ce sens qu'elle a ctinrgè l'amiral Dijnaimé de tn\r* un
rapport.

' Nulle doute donc que In vole de ta proposition Honnoral ne
rencontre au Parlement quelques difficultés »

Lei grandB avantages pratiques que la proposition Hon-
noral présente vaincront-ils les hésilaliona Ihéorétiquo* T

la guerre navale

Le bilan d'un mois.
I,ea journaux allemands publient le communiqué offi-
ciel euh ant :

h Pendant le moi» de mars, 8o odfimcnii de commerce
ennemis avec ufl tonnage brut de 307,000 (onnes onl Ht
coulés par des sous-marins et des mines. 0

En fac« de ces chiffres officiel»,' les culculiliom privés*
de» journaux snglaia ne comptent guère. Heproduiiona tou-
tefois un eijtrefilel du « Duiiy Mtul ».

Ce journal calcule que depuis le 1" raara date du com-
mencement de la nouvelle campagne des eouB-murius slle-
manda, ceux,-ci ont coulés 4a navirca anglais, 10 «IJiéi et
3o neutres.

Le député Houatou, un des plus grandi armateur! an-
glais, déclare considérer le problème comme très sérieux ; II
craint que le ravitaillement du paya ne puisse élxe gravement
compromis par la diiclLc du lonnagc maritime. 11 suggère
plusieurs remèdes, parmi lesqueli la confiscation des vapeurs
allemands internés dam les porta neutre*.

Celte dernière proposition démontre encore ûne fois qua
les droits de» Neutres n'cxiilent point pour l'Angleterre. On
pourrait même dire, sans la moindre exagération, que c'est
la une grave injure à iéyyrfl des ^ c al n . M..ii r"!i n'émeut
point les « prolecteurs des Neutres ni Le chiffre 3o, donné
pour lei navire* ueutrei, est naturellement tendancieusement
exagéré. Il va sana dire que le* navires-contrebandiers seuls
sont coulé», et cela conformément au droit international.
L'acte de décès des victimes du « Bouvet ».

Le tribunal civil de Toulon vient dt; rendre un jugement
constatant le décès des victimes, du, cuirassé « Bonvet », qui
fu£ coulé par une mine,.

Sur lea 70g personnes qui se trouvaient h bord au mo-
ment de la cstaAtroplie, 6£a périrent sur le Aivirc dani l'ac-
coniplisscinent de leur deioir.

Le jugement rendu par lu tribunal tiendra lieu d'acte de
décèa et scrajranscrit mr le registre des décès dei communes
où les disparus avaient leur dernier domicile.

LES ALLIÉS ET LES NEUTRES

Le a Journal de Genève », notoirement franco ; anglo-
phile, juge ainsi la situation actuelle sur mer :

« Lea Anglaie el las Allemands publient des renseigne-
ments concordants (une fois n'est pas coutume) sur les ré-
sultats de la guerre sous-marine. Ces pertes — 80 bateaux,
représentant a7Q,opo tqqppi, en uni mois — sont df nature
à faiff ré/jochir le» AU#||. Le rajiiaïHenjf n( de l'An^glfterra

ne peut 6vidcnu»W*ï pa* 'xtc mis en question. Mais ta rare*-
faction du fret, et ti Amasse des prix qui en est la conié-
quence, pose une /«idïc de questions économiques el sociales,
qui ne sont jiOS ",ms ré"pfrcimsmns p<AUiques. Plus du tiers
dès bateau* perdus appartenait ù des nations neutre*, ce qui,
en proportion du liffnc total, e«t un chiffre énorme. CV»t la
ràillttë compote du droit marilime. »

A qui la faute, sinon nu fameux blocus anglais, dont la
but cyniquement avoué est d'affamer lo peuple allemand,
en commençant par le| faibles, c'est-ii-dire les. femme* et
le* petits enfants f Le ir Jnumol dé £fnh_*e i> continue :

« Il en est ainsi dans tous les domaines : une atteinte
au droit en appelle d'autres. Ixs Alliés s'établiiscnt île plus
en plus confortablement en Grèce et songent même, aux
dernières nouvelles, à utiliser les voies ferrées qui desservent
la capitale. C'est, dit-on, une nécessité, ou, au moin», une
commodité militaire l Quant au gouvernement grec, il cher-
che en vain à »e dégager des tenailles dans lesquelles il |
imprudeQjmCQi mis sa tête, n

Constatons que l'enumlopbile a Journal de Cenive »
n'ose pousser as franchise jusqu'à accuser ouvertement les
Alliés. Il s'en lire commodément en accusant la pauvre Grèce
d'avoir « mis sa tête dans les tenailles ».

Mai» qui c»t-ce qui tient cej tenailles ? Si c'était l'Alle-
magne, soyons »ûrs que le « Journal de Genève » ne man-
querait pas de le dire 1

LE DISCOURS OE M. JVSmjiTII

Au banquet qui a eu lieu, A Londres, en l'honneur de la
délégation parlementaire frâqçaiae, M. Asquilh a prononcé
un discours politique dont voici les passages saillants (voir
notre article de lûle, — La Réd.) Parlant dc's) copab^Ljns de la

paix qu'il désirerait, le premier ministre anglais a dit entre
autre, d'après la traduction officielle française :

« Le chancelier allemand déclare que, le 0 décembre, il avait
annoncé qu'il était prêt â entamer les négociation» do paix, mat»
que, alors comme maintenant, le» ennemi» refusèrent de prendre
M démarche en cuntidératioD. . . .

« Donc, ce que lo chancelier entend par disposions de »a
pari, k entrer en nL-eoculjons, e*t que le premier pas doit être
fait par nou* et qn'd se rç>'r\c de dcc.ili-i Autrement dit, noua
devon» prendre une alhUidy de vaincus s'adressait a un adver-
saire victorieux.

« Mais noua ne sommes pa» vaincus el noua n'allons paa l'être.
Le» alliéa sont béa par _un pacte aolennel lea oHiaeaot i no de-
mander, ni k accepter une paix séparée. Lea conditions auxquelles
nous sommes disposés a conclure la pan sont la réaljsation de»
objet» pour lesquels nous avons pria te» arme» Ce» objets, je lea
ai proclamés dès novembre lflU et le monde les connalls depuis
plus do seize moie. » -

J'ai dit en novembre que nous ne renie,lirions pas l'épée au
fourreau tant que la domination militaire dp la Prusse n'aurait pas
tU dè|£ui|Q enuercuieijt et deûniiiycnient. . . .

Si la Grande IkcUi'ue ef la fwm ■Çfil entrées dans celte
guerre, co n'est pas pour étrangler l'Allemagne ni [jour l'effacer de
la carte de l'Europe* ni pour détruire ou mutiler aa vie nationale,
ni certainement, comme le prétend le chancelier, pour troubler le
libre oicrcice de son paisible développement. La Grande-BrcUgae
comme la France, ont été contrainte» k prcnCt* lea arme a pour
empCcticr I Allemagne, autrement dit la Prusse, dp fp constituer en
mouace militaire el d'établir »on héaemonic sur loa nation» voi-
sine». (H)'"**

Au coura de ces dix dernières années, l'Allemagne a manifaaja
en pluî.turs occasuvos, Imlentioa d» ftUfe 11 loi k l'Lurgpe es le
menaçant de la guerre.

Par sa violation de la neutralité de la Belgique, elle a prouva
qu'allé rntend»i| établir aa dpmuïajjon, Wfciac au prix de I» guerre
universelle, en n< u les base» que les trailés donnent

k la politique curppécnpe

(11 est établi que c'est L'Angleterre qui, par l'intrigue B
diston viola fa première la neutralité bcl;e — I.n Jlud.)

UmTW W° t42 CONTENANT 400 NOMS

(Reproductipn strictement interdite)

ItHKHll oniiipss. ûÉsjg^Ql les tyM où se, IfdM i&s mwtiiï M ifô W suivwL — u- ku du nom » wnts à mim %4B>90Û

Total des prisonnier» français internés en Allemagne i 320*000.

Les sentiments humanitaires dont sHntpire la publica-
tion, dans la ■ GAxetle u^^V:demies », des noms du
tU,000 prisonniers français acfucllemenl intçrnéj en Alle-
magne, n'uni pas 616 appréciés par tous avec la mûme équité.
Qvt nuU ï'WPr/s 1 ftos lecteur* nâ panant fias de mtm,§
q\Cm le fait, dans certaines n^ac/ions sut Ist bf)v&ava,ï4*
parixtyis. rVflM na lierons 4<>flc fffl' troi*ftter l'Wttti*
confcwlepisiif que nou? éprouvons d'avoir, pu cc^r»0W à
calmer les inquiétudes de milliers de tttmiUei, /;unça\iscs,

Sortant un rauon de joie dans les {oyers lnissés daris la plus
puloureuse fncerfifude par le gouvernement luinçais, en
leur annonçant la bonne nouvelle que leur tilt était sain al
«ou/, <«, trouvant en captivité aJlqi{iand£ u.usil hnacux qu*
là ptrmenept les circonstances.

La. plupart des prisonniers internés ces temps der-
niers, onl Hè faits dans la contrée de, Vtrduji. Le nony
bre des icg\menXt Ugusatit dans les Unies donne don*
une i4& àe, l'importance des jor,cçs françfaes e/iyo-
gées da/fs ces combats.

MESCHEDE ' Westf.

IPrifonnier^ UUem^s ces temps detmers.)
(Suite.)

Brûlé AJbert, Château-Thierry (Aisne), chasseurs à picid 5».
Parodie Maï-unilien, Heiras (Mai^eJ, capotai, infanterie lfi*.
Calllet Q^amui, Lpop-Pluge (Nord), It^anLerie 310.
Girardin Gabriel, Verdun (.Vlpuse), tnlmilerto 12i.
Junot Eugène, Stuntmes (ViqeJ, mfanlei'ie,lôl
Dréard Zé^hirin, Sercbe& (Aisne), çàjqiisftum a piad 59.
Logéon Eiuest, aiauny (Au>nej, inlaiiterie 164,
Lcbcau Aiidié, Deiey (Ai,uc), infimle,u- ICI.
Picard FumCols, St-Dnce iÇlm.cntc;, i.Jmi^ne 1W.
Bumlle OWiUate, Condé-sur-Noirea.u (Cmvadosj, ebass 58.
u.onteil P^ei-re, Auuiiuc-d.-Bar (Corpéze), ydanlenc 105.
pnthege Poul, Bieime (Xurd), Uifnr)tcne 310.
éluicq Ucné, Arques (Pa^de-Caluis), Bcrgent, Infantede 25».
Latrie 0,la\e, Nédùuaiel (Paa-de-CaU^a), infanterie n~i.
VûnliûïcLiuuek Julien, Ryspudatl (Noid;, infanterie lilO,
" " uricouil jUfi-cd, Paiis, inja^tetle 3io.
uerlcl Pieire Narci&ise, Bainglûn-le-Conte (P -de-C), Int. 233
auLblw Luuis-Saifiutl, Paris, Infayolprie 2^3
"os U'.rges, Wimereux (Pas-de-Calais), infant eue 233.
Rûucbaud Jeun, MoUes (Allier), infanterie 310,
Meurdcsoif Clément,' Bin-le-Noble (Nord), infanterie 233.
Varlet Louis, Creufl (Rieuse), fnfanterie 2ft3
Blin Châties, Wlmy (Pas-de-Calais), chaleurs a pied M-
Allart Augustin, Wimy (Pûs-dc-Calais), infanterie 233
Leblanc Henri, Epinoy (Pas-de-Calaisj. infunterte 233_
Cèdre François, Waziers (Nord), caporal, lufanteiie 233.
Sauvage Lauia, Mercatel iPus-de-Calais), infanterie 2a3.
Prévôt J.-Bapt,, Onhieis, infanterie 233.
Bourtez Marcel, Montigny (Nord), totwAsri* 233
ITliiaHet Victor, Pas-en Aitois (Pas de-Cfvlai«), infanlene Ai».
Legros Victor, Sandemans (Pas-de-Calais), infanterie m.
Lonsade Jean, Bergerac (Dordogne), infanterie 310.
Eodelot Jean, Lena (Pas-de-Calais), infanterie 327.

Coill J.-Pierre, Ggogne (Deux-Sèvres), infanterie 233.
Sohisr Anatole, Lille (Nord), infanterie 310.

Chéniel Emile, St-Pol-sur-Mer (Pas de-Calais), infanterie 310.

Debnotte PauL, Selves (Pas-de-Calais), infanterie, £33.

Fauconnier Paul-Louis, Nanteoil (Oise), chasseurs a pied là}.

Vanacker Eugène, Coudekerijue (Nord), Infanterie 810.

Chambon Jean, Feuillade^Dordogne), infanterie 233.

Cnjcqfer Léon, Sclves (Pas-de-Calais), se. h • infanterie 23L

Cuisyiier Henri, Selves (Pas-de-Calaia), Infanterie 233.

Barbe François, Lyon (Rl^ûne), caporal, infanterie 310.

Delhnke Engène, Evre (Nord], infanterie 233.

Comïel François, Athies (Pas-de-Calais), infanterie 233.

Descamps Paul, Nomain (Nord), infanterie 165.

Savoy Georges, Crisollcs (Pas-de-Calais], infanterie 233.

Drot Edmond, Ivry (Seine). Infanterie 164.

Ocbard Cbarles, Le Havre (Seiije-lnférieure), caporal, inf. 1(4

Handot Gaston, Pans, infanterie ICI.

Godefroid Raymond, Blanc-Mesnil (Seine), infanterie 164.

Pierron Achille, Pans, inlantsrie 164

Rif&udat Aristide, Bagnolet (Seine), infanterie 164.

Hinfray Augustin, Hûttenvilje (Selne-Inféiieure), inf. 164.

Jouen Marcel, Le Havre (Seine-Inferieure), inlantc ie 144,

Bobard Joseph, Reuil (Seine), infanterie IGi.

Vassal Marcel, Pons, infanterie 164,

Mallard Emile, Paris, infanterie 164

Pallais Georges, Paris, infanterie 164

Legendre Daniel, Sceaux (Se,me), infaoteric 1G4 .

Fuick. Gc-urges, Pantin (Seine), infanterie 1&4

Blan4ea.u Edouard. Boulogne (Pas-de-Calai^j, ûifantciie 233.

Dhaine Louis, Ferté-Massé (Nord), infanterie 223.

Cappalie Henri, Clichy (.Seine), In/aolprje 233^

Havez Kmi)e, Façhc-Dunie&nil 0Âifri)i infan^e^, 233.

Germoip, Joseph, Graincourt, (Pas-de-Calais), infAnterifi 238.

Dumont Alcide, Hestiucs (Pas-(k'-CnIa,is), cap , inl 233.

Ladoijce Geprjïea, I.ocqsols (Ardqnnea), infanlerie lC4f

Malucua Georges, Lille (Nord), caporal, info derie 310.

Catii^^er^ionn;, Comincs {Sprd)„ lufu[it,ciie 233

Duvupa Albert, St-Omcr (l'as de-Calais), infafttçrie 233.
' Bois^qt Paul, Bonneuil-cn-Vulnis (û|flaj, (ha-s.-u."s ii pied 58.

Dupont René, Vnumcnse (Oise), chasseurs i pied 50

Lamelle, Edinond, Buhcuf (Ojse), chasseurs à pjcd 59.
Pôro Gaston, Arras (Pas-de-Calais), infanterie 233.
Cotten Georges, Buissy-Iiar C' He (p.iS de-Cal >, inf. 233.
Parodie Leun, \'il|ers-uuli eaux (Noici , choeurs ù pied 59.
Durt^He Engoue, Chery-le^Ruioy (Aunel cl-nss. a pied 59.
Bou^ngcr Gcyiges, VCnclm-lc-\ ioil (Pas de-Câjàla), inf. 310
DelpuUe Abel-Luuw, Aite-sur-L\ b (P.i, di-Cnbu-' inl 233
Soi(j(b^ft I^axctl, Hoitudact (Nuidj, iiit.mîcrie 310
Cuclf J.-Louis, Rodilis (Uniitèie), ir(fantciie 1GS
Duouis Alfred-Auguste, Afro-sui-Lys (Pps-dOrCalaJs), iqf, 233.
Doliiigur'.'gne Alfred, SeUnghern (Pas-di-Cd'iio, inf' 310
Vnndembossciie Gcurges-Louis, Waltem (Nord), inf. 310
Chevalier Aruiand-Jijles, Gliiuebca (Orne:, cha<&. ii pied 59.
GeuaidClaudius, Peucix (Ain). Itifanlerie GO,
Chebcaux Edouard, Creil (Uiso, chaas uia a pied 58.
Deme&tei' Arthur, Petitc-Synlhc (Nord», infanterie 310.
Bracc] J.-Bapl., Pluuvain (Pas-Uc-Gulais;, infanterie i!33.

(A suivre.)

CROSSEN

(Prisonniers internés ces temps derniers.)
(Suite.)

Martin Eugène, Monln^dy (Meus*), chasseur* 5&
Masde^as Henri, iv, ^ac (DordQgne), u^Ante^yi, 324,
Meda^t Gaorgas, Tayiefwfttuina (M cb*»«w» 5°.
Melw Isidore, Heraoyges {Meurthe-et-M'.>d j. infanlprje 144.

Menon Joseph, Prenod (Aift), Infanterie 64
Moressa Eugens., Maimaison vPft«-de-Calûjs), ç»p,, tat w-
Messen Edouard, Rosendail (Nord), infanterie 243.
Metaàris. J«an, Montigna (Mayenne), infect «.rie 3^

M-yer Augusî*, Rffjms (MftrJW»), çhM&vUX» 50,

M^zeiet .vjndçs.u, Az# (Mayenps), infaflWrîs 324

Millot Jules, \ •:: : (Nar4). iufanteri^ oiw,

MiJJot M.-Alhftrt, Grajïd-Uooclun (N'QrdJ, chaleurs 5*

Molle Marcel, Cha/lev^ç (Ard#Dfle|), înJa^torH 164,

Moussauxet Omer, St-Omcr {Foa-ds-CoJai»), iotajntsria ML

Monvoisin Jules, Ver^on (Pas^dA-CalajsJ, ver.» 327.

Mouzgn Aciiien, Jfwmy iMeurthe-et^loseUe), inlanteris 166.

Moreau Jean-Bapr:sl<, St-Loup-Terrier (Ardennçsj, inf. 3B4.

More! Albert, Lorivltre (Aisn#), infanterie l&i

Moplllon François, VorPCQu.PuTt (Pas^a-Cajois), inf.

Moricenu Auguste, Laval (Mayenne), infanterie 324,

Morvjllers Henri, Lille (Nord), ift/anteris 35J.

Mo!i:ii'.-re Alphonse, So^e, (Pas-de-CaUisj, infanterie. 38t

Mouton C.-.' 1,.1 le. M&lancourt <Meuse), infanteriç 362.

Mourin Eugène,, Nuiia (Ma,ine-et-Loire), intenlerie 324,

Nodot Jean,'Mnnbroo (ClKirenle), inlunlcne 3p^.

Nourick Louis, Tourcoing (Noixlj, uj(aj|terie 3C-J

Nivard Lotus, St-Gerj)i<iiJi.nion,t (Ardcnnes), Infanterie 164

Norlier TbéobaW, St-Mnrtin (PaV-do-Culaïs), infant, 302.

Houdart G^.'ton, Brugny iMnnie), chasseurs 53.

Palette Louis, Boulogne (P|id-de-C-il.ii»), infanlenc 352.

Parisis Jules, Cajaj» iPas-de-Galnis), intanterie tllu

Punncntiçr Jules, Uerck a'ds-de-Cului^., j'.finler.e 36fc

Pansy Fiefre, Lena iNordi, infanterie 327.

Pa^elattde Louis, Pairs (.VUvennej, infautene 2i3-

Patout Anlhimc, Soinghln tNoid), inlanUn» 3Ô1

Payen Joseph, Rosny-sur-Scrre (Aisne), infanterie 351.

PelisEjer Jean, Pan>, îiif.inloj^c ltS

Pellonn Eupvne, Doiiipicrre tùrnc), infajitÇflfr 24>

Peuel Hciin, Byiilygne il'as-dp-C*lais), inlanterie 3Ç2

Pener Utut*, 1 ans, mlanisne 334

Pelit Dé*ire, PaUnrd (Pas-de-Calais), chaisenrs 5C.

Pezavanl \<li-ien, Clinpdle (Sarlbc), uifanlene ^13

Pierre Louis, BpMlognc tPus-de-(;aliiis\ infanterie -33.-

Pillne f iinullp, Puieulk 't-uonde), inf.inleiie 36J

PiHier \liguste, Coulomby il'as-dc 1 fjoisj, iiu'utilerie 3C2.

Flaideui Jides, St-Quentm ! \isne), iulmienu ICI.

Puiie*» 1 Cftme, St-Laurenl (Pyi^ncçs-OfiepL), ca^./tof, 14t.

Poneliel H0111 i, Cspelle (pixJ-dfrCaltUs), infunlciic 302.

Pollat Gabriel, fet-Aubin (AUlit), infiiilene .151

Poher Edmond, Vicq ,Notd), inÇwilUfîe 3Ç£

Pngenl Ben*, PliMig.isiioii iFun^tére), infanterie 351.

Prou M.i,lLi, lu.iicii is. inc-inli'iiÛuie), cap., infant 164

Prusnost Nerf, SH-l'ol xl ns-de-Caluis), infanterie 362.

Prusvost Louïs, Lotlir^ghem (Pds-de-Cnlais), infant. 362.
Pruvûft JtflWD, Jeuvjilar (P4S-d£-L^M^ Jiliaokrie 362.

Queny André, Roubaix (Nord), chasseurs 56.
Quilet Henri, Voj4oa^ (^nej, ctiflssçurs 59,

Rabâche Jules, Ciippy {Somrne)i chasseurs 59.

Ragot Henri, Commercy (Meuse), infanterie territoriale 44

ReAgnier Auguste, Nantillo)£ (^euse), infanterie 365.

Raoul Ulysse, Merival (Aasne), chnsseurs 59.

Ravary Charles, La-Gravclle (Ikiyeunel, infanterie 324.

II.lu): Antoine, Alindhum (Pss-dt-Calaisj, infanterie 362.

Rebiffé Georges, Soura (Eure-et-Lmre), iutanteiie 105.

Régnier Adolphe, Hersin (Pas-de-Calais 1, cap., inl 363.

Regniew François, Nordpein (Nord), iafonlerie 165.

Remy Firmin, Bonzy (Marne), infajïtreje 164

Renault Maurice, Aimn (Noid), içianlerie 165.

Ribon Auguste, Bmu^sau (Meiise;, infanterie terri t. 44.

Richard Narasse, St-Gemme ;Marnei, uifanLerie 16».

Ryckambuscb Léon, Audruicq (Pas-de-Calais), infanL 233

Rigaux Aimable, Lille (Nordi, infanterie 351.

Biffai Baptiste, Enron (Mayenne), lufaotene 324.

Riollet Alfred, Crozont (Mayenne), infanterie 362.
'Robasse Emile, Vaudin (Pas-de-Calais), inlardeiie 363.

Ro-het Joseph, lUWnnes (Gironde), infanLeiie

Rohard Léonard, Ganet (Nord:, iniantene 263.

Royer Jules, Saudiupt (Meuse', infanterie leniloriale 44

Roussel AnuV14e, Eps (Pas-de-CnLais', infanterie 362.

Rouzé Emde, Berqmn fNvrd,!, inhintcue 334.

Ruysson Victor, Htuebroyck iNorib, mlanterie 'àQ

Hyckewaert Eiwle, Attaques ;1 as-de-CaUiv>), m(anl- 302.

Sabin Alfred, St-Ga.ylt (Mayenne), inf.inl<eriç 324.

Saigne Pierre, Sl-Just [DpjdQgne), nilunloiie 302

Wissucn Henri, Gnguallcs iP.is-d/î-Ciihiisj, îufanlene 165.

Samvï Jules, Mantque (Pas-de-CaUi/s), ïnfiLfttCj'ie 362.

Sarastn HtÇfii Brftbiflua (l'u^-de-C.il-.ii-), infan!ciie 165.

Snsan Jç.ni-M.ibç, Ihiiihyue-s -Seine '.i>eiuGj, infant 334

.Sauvajjq Loflis, N^uliij ,\<.i;cr>:.ù\ itif.mtcne 331

Sayvugç Louis, Bftuyip (Pa^-de-Cfjais), iiilonteric 362.
•ShaefOan Juleb, Co,uc:liy [Pa,|-de-Cnb^ia , înlunlene 363.

Sitpifl £1 nc^t, Uari'-le-Duc (MqiiiC;, Icml. mfonlarv *!■

Seîoïse Charles, Suiugii;eu (Nordj, inlaulçne 24J.

Scné.Th., Dram-e ,l''inul^re,, inLinLei ie 35,1.

Smith Edouard, Valencicti^eâ iNord), infantcrie'SjBi

Sepaeyâ Uiatle-, IJalimii (NwldJ. infunlenc 351

Spellemaecher Gaston, Varenncs (Vr*. infaalcrie 310

Saumet Forduiaud, Eguiat .Cieuse), mbinbirie 362.

Suurlv Auguste, Ecrou ^Lij eiinc.., iiif.miej-iG 334.

S'irhard Je.in, Uuini- M-t.\ei:.i.e , njjflutexte 3^4

Suyjjly Duiidl, JaiujUKiL'a ;l'.i->-de-Uilmï', clia^seurs 56.

Tailliez Adoljilie, l'uul-qi^tiidin [Pa-s-de-Cftloi^), inf. 362.

lunie! Je.m, Ma.11.lz (Nutdj, infanlenc 351.

T.unlH \'ic[or, S,l-Jaan (Mayenne!, intanleiie 331.

Tftver.ard Piarrç, Az* (Maje/jne), jnLinlene 324

Télin Sévrin, Baissca,u (Pus.-dç-Calaisy, infanterie 3G2.

'lli^b.iull Jean, Trçmblel (lUe-ct-Vilaine,!, infanloric 324

Thierry Iaul, E«nes (M^u'-o., iniantene 164.

Thomas, fr'ranç/ois, \'eymc (Ule-Vienne), infanterie 327.

Thomas Emile, Ronchin iNoulj, chasseurs 56-

(a luiure.)
 
Annotationen