Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
6 MSI 1910

bridge. Une canonnière ?ur la Liffoy tirait pour fnire sortir
da leur Ireu les insurgés de Liberty Hall De 'nouvelles
troupes entraient en ville. D'autres encore étaient en roula,
n était clair que la situation se modifiait. . , ,

Tous les tramways avaient été pris par les rebelles. Un
grand nombre, renverséi, furent convertis en barricades.

Le1! automobiles, les caintong, les fourgons, tous les
▼éhlculea furent également arrêtes, les chevaux dételés et
chassés et les voitures employées comme remporta et abris
contre le tir.

Saint-Sibepens-Grecn fut occupé. Des barricades en fils
'de fer barbelés barraient le chemin de plusieurs cercles bien
connus, convertis en poste d'observation et en embuscades
d'où les tirailleurs faisaient feu par les fenêtres supérieures.
Les bureaux d'un journal furent attaqués avec rage au début
des désordres. Les fenêtres furent brisées et la bâtiment
occupé par « l'année citoyenne Mais mardi Hoir, les insur-
gés furent délogés par le feu de nos troupes.

Quelqu'un qui a assisté à la plupart des scènes du jour
me dit que les insurgés étaient" au nombre d'environ 12 000,
dont 2,000 seulement appartiendraient à d'armée citoyenne»,
composée des partisans do Larkin. Les 10,000 autres ètuient
tous des Sinn-Feinera.

La liste des portes est élevée..,, n

Le drapeau républicain.
d'un récit du t Ttméê ï digageoaa cet épisode :
A troi£ heures, on a hisBé sur le' bAliment de la Poste,
deux drapeaux, a droite l'emblème vert des n Sinn-feiner »
et a gauche -un autre de couleur jaune. Le drapeau vert
portait l'inscription en lettres jaunes : a Jtcpuoiigiie
Irlandaise ».

Les rebelles ont salué l'apparition de ee pavillon par de

frénétiques acclamations----Les n Sinn-feiner » ne s'en sont

pas pris aux civils — *olt Anglais-ou Irlandais. Ils se sont
attaqués uniquement aux militaires qui représentent évidem-
ment le gouvernement.

LE *RE CTtTJTEMEPÎT.

Voici la situation actuelle d'après un télégramme du
correspondant du «Journal de Genève », qui peint ntitorcl-
lement en rosé :

h Le retrait par le gouvernement du « Military service
bill a ne provient nullement de la révolte irlandaise. Après
discussion, en séance secrète, du résultat'desdlfféTeTilcs mé-
thodes de recrutement volontaire et de conscription partielle,
il était évident que le'bîïl était mûrt:né. '

« J'apprends de btmne aourte que d'ici a deux ou. trois
semaines le gouvernement proposera au Parlement un bill
étendant à tous les adultes en état de porter tel armes la
prescription de 4a loi-de conscription partielle qui atteint
déjà les hommes non mariés.

«En cela comme peur la rjnestion- irlandaise, le gouverne-
ment est décidé à agir avec énergie. Le cabinet aura derrière
lu' l'appui unanime de tous les partis politiques et de l'opi-
nion publique. »

Quant à l'unanimité, cm verra ! Citons ■encore le « Daily
Telegraph », .qui écrit :

a La cause principale de l'échec du Bill militaire a élê la
répugnance éprouvée par les députés de sanctioniieran mode
de conscription qui était spécialement une charge pour les
hommes libérables et les donlrtcerrrt.i

L* a appui unanime de tous les partis » est d'ailleurs
singulièrement compromis par une résolution du congrès
des syndicats ouvriers de l'Ecosse. Par 66 voir contre 46 ce
congrès s'est déclaré contre le service obligatoire ét a de-
mandé au parti ouvrier de poursuivre Fafcdlïtiôn de 'la loi
actuelle sur le service militaire. A Londres une assemblée des
syndicats a pris une semblable résolution, s

La situation reste donc incertaine et il faut attendre les
faits.

GA^CTT!

□ ES ARDENNE3

La presse française s'efforce, bien entendu, d'atténuer
la portée de la capitulation anglaise a Kut-el-Amara.-Seul
la a Temps a qui déclarait dernièrement (voir au dernier
numéro du la «Gazette») que (emprise de l'armée deTdwnshend
serait « un événement 1res grave » et qui, le ar> avril encore,
écrivait que «le principal, c'est que Kut-el-Amara tienne
toujours », ne peut tout de même pas s'empêcher d'avouer
que l'événemenj qu'il craignait et qui vient de se produire
est douloureux sous tous les rapports.

La presse anglaise est un peu plus sincère. Les journaux
consacrent tous de longs articles a la capitulation du géné-
ral Townshend. Certains profitent de l'occasion pour atta-
quer séièremont le gouvernement.

I Daily Mtnl n demande « pourquoi Townshend a été
sacrifié » et répond que le gouvernement dojt être rendu
•responsable de la sottise que fut la marche sur Bagdad,
"(i Morning Posl » écrit qu'on ne saurait permettre davan-
lagc que le gouvernement décharge ses responsabilités sur
le dos des soldais et des marins.

Le « Times n dédatc que la nouvelle de Kut-el-Amara
a provoqué dans la nation un profond regret et que pareil-
les aventures devront définitivement cesser.

(i Daily News n dit que l'expédition envoyée au secours
de Townshend devra être, en son temps, examinée Sévère-
ment.

La presse vraiment neutre est a peu près unanime a
constater que la capitulation de l'armée anglaise à Kut-cl-
Amara est un coup très sérieux porté au prestige anglais en
Orient. Ainsi s'expriment le « iYieuiue Tïofierciamsche Cou-
rant », la ■ A'eue Zûrcher Zellung », V « InielligenibUtl »
de Berne, ainsi que le « Dund » de Berne, qui souligne
encore l'importance qu'aura pour les Turfi la liberté
d'action que leur aimée de Mésopotamie vient de s'assurer.

Pour terminer, «joutons la note humoristique : Le direc-
teur de la <r Gazelle de Lausanne », le très anglophile colonel
Secrétan, prétend, —et le «ans-fil officiel de Lyon, a moi
1916 propage ee trait lumineux I — que l'expédition de
'Kut-el-Amara "ne prouve qu'une ciiose : l'héroïsme des offi-
ciers*! des soldats anglais I

Qu'aurait bien pu écrire M. Secrétan, si les Anglais
avaiotitipris les Turcs P

U mWÈKL 'SUISSE *T -1*8 AVIATEURS

Le 26 avril, de grand rnat'rn, im'aviatenr allemand a sur-
volé près de Porrenrfuy le territoire suisse dnns la direction
de Délie. Sur le retour il s'est encore une fois trompé'Et est
resté de 5 n. 4a à 5 h. 45 au-dessus du sol de la république
neutre. Auoune bombe n'a été jetée cette fois sur le terri-
toire suisse. Inutile de dire qu'il s'agit d'une regrettable
errèur. Mais quelques semaines seulement séparant cet inci-
dent de celui des bombes lancées sur îorrenlruy, il va sans
dire que cette nouvelle violation involontaire de la neutra-
lité suisse a été mal accueillie en Su'ssc.

Comme on va lire, l'incident a été réglé d'une façon sa-
tisfaisante. Ce que nous voudrions cependant signaler, c'est
la joie vniment infernale que cet attentai involontaire a pro-
voqué dans les milieux officiels et dans les journaux de
'Parla, te MMH -officiel de Pufis'n'n pas eu I himte de ttélé-
■.gnrphicreu'monde entier les outrages tfat voici :

a "Apres -avoir pTOnlis de respecter désormais la
netftraï'té nelvètlque Ira 'Allemands méconnaissent.nnc fois
Be plus leurs promesses «jr cV«J le peuple •airoin î les ser-
ments coûtent le moins, n

Lu teneur de ces lignes csl tellement-inqualifiable que la
plupart des journaux français n'a pas osé les reproduire I
Mais aucun journril n'a pu dissimuler, sous le masque de l'in-
dignation, la profonde joie que causait le « conflit » entre
les deux pays. N'ayant pas réussi a lancer sur l'Allemagne
la Roumanie, la Hollande et les pays Scandinaves — pour
ne palier que de l'Europe — on espérait du moins pouvoir
persuader, sans pourtant l'avouer clairement à la Suisse, que
sa dignité l'obligeait à déclarer la guerre a l'Allemagne I La
solle indignation les feuilles boulevardières était a son com-
ble, lorsque le même état-major suisse, qui avait publié le
premier communiqué sur ['allentat allemand, publia, di*ux
jours après, un nouveau hullrlin sur un (Icux'èmc attentat.
Mais, cette fois, c'étaient tfella aviiiipiirs français qui avaient
violé la frontière suissel Celle fois le sans-fil et les journaux
restèrent muets. Tout ee qu'on put lire, fut un télégramme
oflicieux de l'Agence Hâves. Opposmis-le au radiogramme,
cité pHus haut :

Paris, 30 avril 1918.

Jeudi, a 11 h. i5, un biplan français pressé par le vent a sur-
volA, pendant quelque* centaines de métrés-, le territoire suisse prés
de Bcurnevésin. En raison de la consigne reçue depuis l'incursion
d avions allemands (') les troupes ëuissrs ont tiré, apfwlruit ainsi
l'attention do l'aviateur, qui a fait un delour et s'est du igù vers le
nord-esl. A midi un autre avion, qui se rapprochait de la frontière,
averti par les Coups do fusil, a viré de bord avant d'arriver sur le
territoire de nos voisins

L'offlcier-observaleur du premier biplan, responsable de Jla
marche de l'appareil, a élè l'objet de sanctions disciplinaires.

Constatons, pour couper court : L'awon allemand a com-
mis un « attentat prémédité », il a <( provoqué n la Suirse,
l'Allemagne a rompu ses serments, etc. Pour les auialcura
français, c'est le vent qui les a poussés ! On ne s'en étonnera
gtfè-ro, les « bulletins météorologiques n de l'Iînterite étant
assez connus. Il ne nous reste plus qu'a relater la Un de l'in-
cident. Les journaux suisses ont publié ces communiqués ;

> 28 avril.

a Conformément aux instructions spéciales du chancelier da
l'empire allemand, lo ministre d'Allemagne est venu aujourd'hui ex-
primer au chef du Département pohtiqiie tes regrets les phis sm-
cercs pour in violation du territoire suisse commise avant-hier par
le vol, trCs condamnable, d'un aviateur allemand. •

• M. de Romberg a déclaré que le gouvernement impérial na
regrette pas moirii vivement que te Conseil îédéfal hii-mfmo cet
incident, ainsi qlio ceux qui Inlil 'prfecéde.

a Par lea mesures spéciales que le commandement- de l'armé»
allemande a prises ape-ntanement fin eaeltiant l'aviateur fautif du
corps des aviateurs ut eu interdisant en principe tout vol d'avions
dans la Tégion confinant a ta IrrtitièYe suisse, le Cemsed fédéral
pourra juger du prix quo le commandement de i année allomaildo
attache à écarter toute occasion de crè^r en Suisse du mécontente-
ment, et quelle sérieuse volonté l'anime d'éviter tout ce qui pourrait
troubler lcn relations amicales qui existant entre Ici deux paya.

0'avril.

« Le gouvernement allemand a fait, par l'intermédiare de aon
ministre, M. de Hombcrg, de façon confidentielle, au Conseil fé-
déral, des communications complètement satisrniaanicB sur la
délimitation de la zone lo long do la frontière suisse, dans laquelle

io« vols *sont inrewtos.

« Le Conseil fédéral a pris connaissance samedi malin do ces
communieationa dans une séance extraordinaire, et considère
Fin ci délit comme liquidé.»

Dans toute l'Allemagne on est imontme a regretter le
nouvel incident, qui a trouvé une solution digne des deux
paya. L'Allemagne n'a aucune raison de provoquer la Suisse.
Non seulement ce pays a gardé depuis le commencement dea
hostililés une attitude digne, neulreict coffecle, mais il s'est
montré n/oble et généreux envers 'tous 'les 'beHigtfrcirlts
■(échange de lettres, eoI:s et 'mandats 'pOtfhtinc "pour les pri-
■sonnienî, frottement Mi pHsowrtiers nnfladW, etc.) ; on te-
■tëil 'doneprorondément ingrat et tnC-me fltupîde «n mii cher-
chnnt querelle I Et-personncen Suisse n'a oru a une mauvaise

intention de la part de l'Allemagne, à l'exception de qoeli
quel petites feuilles peu Inrpoiiantea du Jura et de Genève,
qui s'empreisent de rivaliser avec le « Matin », mais qui sont
réprimées par les grands journaux de la Suisse entière.
Terminons par une citalirm du « Journal de Genive », dont
la gem anophoirie e^t connue. Ce journal érrit, le 3o avril :

« La rapidité avec laquelle l'Allemagne a tenu à répondre
d'avance aux demandes du Conseil fédéral montre qu'elle
désire vîvem'li mainteniâ ses relations , amicales avec la
'Stiisie. »

Le langage excitant des feuilles boulevardièrcs a donc
manqué son effet, et les espérances qu'on a fondées sur l'in-
cident— vivement regretté en Allemagne, nuus le répétons
— ont été cruellement déçues 1 Quant à 1' « attentat » fran-
çais, nous sommes certains qu'il est dû uniquement à une
erreur, l'as un seul Allemand ne voudrait imiler le snns-fil
gouvernemental de Pans, personne ne voudrait exploiter cet
incident en parlant d'une « violation préméditée d& la neu-
tralité suisse 11 de la part des Français. L'Allemagne renonce
volontiers h tes moyens I -

EN FRANCE

LES YEUX QUI S'OUVRENT.
Sous ee 'litre, M. Clemenceau reprend dans \1Ham1ne Enchaînés
du '",J avril ses appela aux Alliés anglais. Dans un article, folle-
ment censuré, consacré à la séance secrète du parlement angiaie
et fc la question du service militaire, il écrit entre autre :

« Quand des hommes annoncent qu'ils vont délibérer,
portes closes, l'imagination populaire prête, d'instinct, aux
parties de révélations qui vont suivre, une importance
inusitée. La prévision peut se trouver justifiée par l'événe-
ment. Il arrive aussi qu'elle soit déçue.

n Dans quelle catégorie peuvent se ranger les délibé-
rations secrètes de Westminster, c'est ce que nous n'avons
point qualité pour dire. Il est bien rare qu'un trop grand
appareil n'entraîne quelque désappointement dans le sursaut
de gens qui s'entendent dire, en grand secret, ce qu'ils
savaient déjà. Je me demande, en vérité, si M. Asguitb n'a
pas voulu, surtout, impressionner le pays par un acte
particulièrement solennel, dont le. mystère annonçait des
révélations chargées de périls inconnus....

(Censure 1)

« Nul ne doute que M. Asqûith.et les excellents patriotes
qui l'ont engagé dans un dédale de dispositions inextricables,
pour ajourner le service militaire obligatoire, ne soient
ou fond, partisane de la mesure qu'ils ont peur d'en faire
mal pour éviter. S'ils en ont peur, s'ils ont peur d'en faire
peur, ou simplement de" ressentir le contre-coup de la peur
d'avoir peur, je n'ai point à le démêler....

« Aux moments de fatigue, le bon Juif errant, Isano
Laquedem, entendait une voix qui lui Commandait de
ntarCher. Les soldats anglais qui sont tombés pour sauver
1'tiîdépendanee de leur pays Appellent aux ehampi de ba-
taille ceux de leurs compatriotes qui n'y ont pas encore
paru. Guerre de volonté, guerre d'endurance, qui donc peut
s'y soustraire par l'étrange raison qu'ayant fondé une
famille, il a plus d'intérêts à défendre que le commun
célibataire ? ....

J'écarte, pour aujourd'hui, le problème du commandement
qui ne serait pas résolu par le puéril stratagème consistant
a feindre de l'ignorer. Je laisse de côté les fameuses diver-
sions lointaines chères à la stratégie d'apièa-dlner.,.. Mais,
tandis que toutes les fabrications sont activement poussées,
c'est dei hommes et de» hommes que nous attendons de
l'Angleterre.

(Censure I)

k Voilà pourquoi nous ne pouvons voir, sans quelque
impatience, le 'ceîbirîet Asquith, dont les intefrtrons ne peuvent

LISTE «1° 151 CONTEfiAf^T 450 NOMS

(ïteproauction-strictement interdite)

-tolpîa! m -Mlraiis m « tarai as. prisa»* m sa'ras KMIL — ts Tdîai Hïs œ putiiés iasgu*au]aurdnul n monts à nflnn 352,400.

Total des prisonniers français Internés en Allemagne i 330,000.

GIESSEN

TSutte.)

Blanc Jacques, Arles (Couchca-du-Rhône), touaves 3.
Blcriot Léon, Lîéramont (Somme), chasseurs a pied 8,
Blot hidere, St-Denis-1e-Coudray (Serthe), infanterie 3i6.
Blondeau "René, Epotrol (Euij-et-Loire), infanterie 10a.
Blond Floritn, St-Vincent-de-Lorctte (Sarlhe), infant. 3i3.
Blet Léon, Mainterle (Eure-et-Loire), infanterie 3i6.
Boclé Emmanuel, Treverec (Côtes-du-Nord), infanterie ■ > 1.
Bocquet Contran, Bonnières (Pas-de-Calais), infant, ifia.
Bocquet Georges, Amiens (Somme), infanterie i5i.
Bocquillon Lucien, Beuvardcs (Aisne), chasseurs a pied 8.
«odin Sébastien, St-Pierre-du-Chemin (Vendée), ch. à p. 8.
Boismorand Léon, *cllac (Haute-Vienne), infanterie 53.
Boissier Louis, Gerdon (Ain), infanterie kk.
Boîssnot Emile, Montournais (Vendée), chaas. à pied S.
Bolbacb Jean, Paria, chasseurs a pied 8.
Sonnet Pierre, Dames (Haute-Vienne), infanterie i6a.
Aonduau Georges, Qhurtèves (Aisne), chasseurs à pied S,
Borie Emile, La Prade (Charente), infanterie i53.
<Bordtn Alphonfie, Loes (Nord), infanterie i6a.
Botineau Léon, Nogent-le-Bemard (Serthe), infanterie 3 (S.
fiotrel Hei)t:, j-'iirin, infanterie ioa.
Houchawi Deville, Pisiru (Isère), infanterie 3.
Boucley Joseph, Saint-Valérie (Saànc-et-Loire), infant, roi.
Bourose Léopold, Wattreleo (Nord), infanterie ifia.
Boudret Paul, Cubry (Doube), infanterie ifta.
Bouilloud Emiie,'St-Jean-c*Reyssousc (Ain), infanterie ioi*
iioulay Auguste, Noncé (Sorthe), infanterie 3iB.
Bouresche Julien, Enncrie (Seine-et-Oise), infanterie 3>5,
S3outgelel Georges, Nogent-le-Hotrou (Eure-et-Loire), inf. ioi
'Bourgeois Henri, Foucatier (Doubs), infanterie ia>i.
'Bourgwot Voltaire, Chartres (Eure-et-Loire), infanterie ioi.
Basssrbstin Augmlin, Houbaix (Nord), infonterie ifia.
Bon tel Ernest, Marnns (Charentc-Infér.), choseeurf à pied 8*
Boulillier Victor, Rai ames (iJord), chasseurs à pied 8.
Boutmy Casimir, Paris, infanterie g4.
Bouttier Léon, •Lombron (Snrthe), infanterie 3i5.
Buuttier Désiré, Chapctlc-Saugain f,S«rthe), infant. 3r6.
- Bouvard Claude, St-Trivier-de-Courte (Ain), sergent, inf. 47.
Bujrt Jean, Broons (Côlcs-du-Nord), infanterie ioi.
Buguct Albert, Nogent-te-Hotrou (Enre-et-Loirs>), inf. ïûi,
Muriel1 Bené-Leon, Bouetles (Seine-Inférieure), infant. ICI.

liurvcnique Louis, Foormiei (Nord), infanterie îûie

Bus?on Albert, Saint-Pol-Gothon (Strthe), infanterlo 3i5-
^\ûH ËugJ-np, Wissnvau (Pas-de-Calais), caporal, Inf. iUÏ.

Butet Désiré, Roucsaé-Fontaine (Sarthe), infanterie 3r5.

Bramiud Célestin, Nanc (Jura), infanterie loi.

Basquies Antoine, T^fnrcoles (Cantal), infanterie 316.
_'Bra>si5 Gustave, Aubin (Sorlhe), infanterie 3i5.

Srayard Joseph, Goeuf (Meurthe-et-Moselle), chas, à p. 8'

liraj François, Frevent (Pas-dc-CftHIs), chasseuri à pied 8.

Bran Gcorgr?, Flaecourt (Somme), infanterie ioa.

Biida Louis, W,iuznnncs-au-Bac (Nord), infanterie ïfla,

Brémier Àl«tfndYe, Aiay-le-Rideau (Indre et-Loire), inf. ifla.

Breleau Fug.>nc, Huycr-sur Loire (Sarthe), infanterie ioi.

Brelenalter Félix, Paris, infanterie 94.
■«Srivis fiiMèhe-Denis, Lancônc (Loir-et-Cher), zouaves 3.
Brouard Emile, Oyre (Viennç), zouaves 3.
Bélot Louis, Laurenon (Côte-d'Or), infanterie 9^.
Bclot Raymond, Thousrs (Beux'Sèvres), caporal, inf. roa.f
Bénaret René, ColvisSOu (Canhtl), caporal, infanterie ie^. '
Benoïst Gaston, RavçncI (C*rse), caporal, chass. ù pied 8.
Benthmed Hlohamed, Ç^-an (Algérie), tirairlcurs a.
Bera Emile, Lens (Pas-de-Calais), dhasserrra à pied r6.
BerkoVÎtcb Isaac, 'Paris, dhasseurâ à pted 8.
'Bernard Joseph, Le M3tre (Basses-Alpes), zouaves 3.
Bernard Mary, La "Souterraine (Crerrsc), irrfanterie -rfro".
Berten Lucien, Coudeierque (Nord), chasseurs à pied 16.
Berlin Martin, Mont-s-fes-Côtes (Meuse), sergent, înf. r5i.
'Berthelot, St-Lutin-de-Jonchefrets (E.-et-L.), serg., inf. 3oi,
Berthomé Pierre, CroIx-dc-Vlc (Vendée), infanterie '65,
Bertin Jean, MaBScrcc (Seine-Inférieure), infanterie 19.
Bcrtout Denis, Rceulx (Nord), sergent, chasseurs à pied 16.
Bertrand Ernest, Leaissac (Avcyrôn), infanterie r6o.
Besqucut André, Siaugca-St-Romain tîItc-LoiTe), Inf. i(S3.
Bcssièrc Victor, St-Denis-du-Mainc (Mayenne), infant. io3.
Bézard Bobert, Thorignère (Sarthe), Infanterie 315.
Béîiers'Pierre, Héric (Loire-Inférieure), infanterie 65.
Bichon Gaston, Nantes (Loirc-InTcricure), infanterie 19.
Bidanchon Léopold, Ligneux (Dordogne), caporal, inf. b\.
Billard Albert, La Coupe (Eure-et-Loire), caporal, inf. 3i5.
Billard Jules, Paris, infanterie 151.

Billeret Louis, Saint-Valéry (Somme), chasseurs à pied 16.
Bisséré Julien, Guignen (IlIc-et-Vilaïne), infanterie 102.
Bizery Eugène, Bousse (Sarthe), infanterie io4. -~
Blain Charles, Calais (Pas-dc-Cnlaifl), chnss. à pied 16.
Biais Auguste, Moisdon (Loire-Inferieure), infanterie 19.
Blanchard Adolphe, La Garnache (Vendée), inf. col. a.
Blanchard Henri, Froid-Fond (Vendée), sergent, ch. à p. 8.
Blanchot Charles, Tarpes (Doubs), infanterie 4i.
Blanchct Henri, Bouillancourt (Somme), chas à pied S.
Bluteau René, Bouin (Vendée), infanterie g3.
Bocquillon André, Poisay (Seine-et-Oise), sergent, inf. roi.
Bochu Georges, Beaumont (P.-de-C), sergent, chas, i p. 6.
Bodenes Ollivier, Plouguerneau (FinUtère), mfantorîc 19.
Bodigcr Jean, Hauvec (Finistère), infanterie 19.
Boectx Eugène, Tourcoing (Nord), chasseurs à pied 16.
Boiron Gaston, Marolles-les-Sainl-Calais (Sarthe), inf. 315.
BoisBerie Henri, Lubcrsae (Corrèze), chasseurs ;\ pied ri}.
Boiveau Joachim, St-Hilaire-dc-Chalun (L -Infér.), inf. ig.
Bon Eugène, Mantes (Seine-et-Oise), chnsjeurs ^ pied S.
Bonamy Charles, Pans, zouaves 3.

-Boncler Pierre, Vanpillon (Eure-et-Loire), caporal, inf. 102.
Boudier Louis, Monans (Jura), infanterie 44.
Bonnet Emile, Saint-Marc (Loire-Inférieure), infant. 65.
Bonnisaut Gérard, Aubusson, infanterie coloniale 2S.
Bontemps Louis, Angoisse (Dordogne), chassxnrs î\ p 16.
Borclle Daniel, Lille (Nord), chasseurs à pied iC.
Bothorel François, Botmnur '(Finistère), infanterie 151
Bolzon François, Frossay (Loire-Inférieure), infanterie 19,
Boucard Louis, Missillac (l oire-lnférieurc), infanterie t j.
Bouchaud Camille, Poulx (Loire-Inféi ), caporal, inf nj.

■Bouchenez RôbeVt, Parts, infanterie 74.
Bouchet André, Pauzcanges (Vendée), infanterie 65.
Boudigou Pierre, Tréboul (Finistère), innmterie-ig.
Boudoux Louis, Saint-Malo (Ille-et-Vîloine), infanterie 94.
Boulay Jules, Do'lon (Sarthe), 'infanterie 3x6.
Boully Georges, Peuvillolte (■Somme), chwseurs a pied 8.
Boulnoie Camille, Valre-sur-Corbic (Somme), infant. 3i5.
-Bourasaou Rerté, Landes-Génusson (Vendée), chas.1 à p. S.
Bourdel Armé, Erbray (Loire-Inférieure), infanterie ^4.
'Bemrdml!Emlle, Sèrh^ny (Oise), infanterie 3^.
-Bouret Aug-uste,'Mpisdon^la-Riviere (Loire-Infér.), inf. 64.
Bourg Antome, Pretfetix (Lofre), infanterie 3i5.
■Bourgeois Pierre, Carquefou (Loire-fnférieure), infant. 64.
Bourgnet Gueteve, Gréez-8Ur-Roc (6arthe), infanterie 3i5.
Bourmnud Jacques,'Beaufon (Vendée), caporal, chesa. à p. 8.
Bournet Ar., St-LéOn-s-J'Ule (Dordegne), cap;, inf. toi. 3.
Bourrée Jean-B., Ifferidic (IIle-et-Vilaine), infanterie 10a,
Boiisseou Marcel, Nanies (Loiret-Inférieure), caporal, înf. 8,
Boûte Albert, Boubeix (Nord), ehasseurs a pied 16.
Boutin Emile, Rouans (Loire-Inférieure), caporal, Inf. Ci.
Boutry Albert, Cliehy (Seine), sergent, infanterie
Bracq Lucien, Lille (Nord), sergent, éhasseura a pied ifl.
Bracquart Charles, Lille (Nord), chasseurs i pied 16.
Branellec Latsrent, Cieder (Finistère), infanterie 19.
Branlard Eitgéne, Lhomme (Sarthe), sergent, Infant. 3i5.
Brasseur Guïtavc, Thiville (Eure-et-Loire), caporal, inf. iola
Braud Jcaii-Bu|itiste, Benêt (Vendée), ohosseura ù pied 8.
Brelet Jules, LerouxjBollcrca»x (Loire-Inferieure), inf. 6J»
Biémand Pierre, Ardelay (Vendée), ehasseurs à pied 8.
Brèmaud Pierre, Sl-HilaSre-dc-Riez (Vendée), infanterie 9S.
Breminc Cyrille, WDrmhotitlt (Ndtd), caporal, éhni. o p. 16.
Brémont Henri, "Reims (Mîrrtte), 'infanterie 87.
Brest Louis, Fours (Nièvre), zouaves 3. "
Berth Johannès, Poiigny (Calvados), chasseurs à pied 8.
Bretapne Julien, La Dommehris (Illc-et-Vilnine), inf. i*&
Berllu's Joseph, Cauna (Landes), Chasseurs à pied 16.
Breton Consjant, ■St-Luéicn {Hure-tft-Loire), sergent, Inf. 161,
Bnaild Gustave, Nantes (Loirc-lnférieurc), infanterie 65.
Brialit Jules, NeufcIifllel-en-Saonois (Sarthe), Infant.
Brillouct Célestin, Thnn.irsais (Vendée), chasseurs à pied 8»
Brisard Armand, Ruffigtié {LoiTc-inféricure), infanterie A
Bioehard André, ErUe tlMaytiiûe), caporal, infanterie 10a.
Brosse Auguste, StPierre des-Ormcs (Sarthe), ihfant. 317.
BrojucltcSulï», Iiuubaix (Nord), infanterie iBi.
Brousse'Antoine, Aurillac (Canial), infanterie i5i.
BrunMu Lucien, Mnneliccourt (Loiret), infanterie 18a'.
lînrncl P.inI, 'Pans, ciii>onil, infanterie i53.
BrinHtPruil.yRollaneaul (Tas de Calais), Chasseurs^ pied iA,
BroOliard Bernard, Presaillcs (Haute-Loire), zouavea 3.
Brunei Fcrnand, Levâlldh (Corrèze), infanterie ioi.
Brunet Dlyaee, Nogent lc-ltoi (Lnre-et-Loire), infont, iôi,
Brunei Claude, Cuieery (SaAne-et-LoIre), infanterlo 44.
flruslis Jean, Sore (Landes), infanterie 44-
Bcnoist Manus, Francounrlltle (Eurc-ct-Loire), infant. io5,
Behnrcl Louis, Montesson (Seinc-ct-Oise), infanterie 170.
Boni-.licl Gustave, Saujon (.Charente-Inférieure), inf. 170.
lîoiiflrjniéeeOul, Constuntinc (Algérie), tirailleurs 3.

•Bouialb Bon Add-el-Kader, Fisehdida (Maroc), tiraitleun 1.

Boutalby Sadi, El-Maine-Djaafra-Constantine (Alg.), tir. -3.
"Bouttevtn*ETTittt, Xebreïl (fhtfthé), mfjrrrterre tjo.

Bouveret Jules, Parecy (Jura), infanterie 170.
Buatois Elie, Passenans (Jura), infanterie 170.
Burgeod Paul.^roissier (Jura), infarTrerie 170.
Bordé Raoul, Château-Thierry (Aisne), chasseurs 60.
Bombaron Paul, Bourgogne (Marne), chasseurs 69.
Barreau Jean-Maurice, Hardengea (Mayenne), chasseuri 69.
Beau Georges, Paria, chasseurs 6g.
Blumenthal Henri, Paris, chasseurs 6g.
Blanc Loui», Buncey (Côte-d'Or), infanterie 170.
Berthaux Gaston, Danizy (Aisne), infanterie ag4.
Bourel Jean, Quélneuc (Morbihan), infariterie ag"4.
Boisseau Léon, Paris, chasseuri 6g.
Brouard Adrien, Erquy (Côtes-du-N'ord), infanterie àgi.
Bordenave Jean, Arcachon (Gironde), infanterie an4-
Buridant Paul, Rozoy-sur-Serre (Aisne), infanterie ag4.
Boyer Pierre, RiOm-ea-Montagne (Cantal), ehasseurs 69.
"Ben-Abdalla Ohbase, Mogador (Maroc), tirailleunmar. 1.
Ben-Mohamed Shman, Aragamuia (Maroc), 'tirail. msr. 1.
Ben-Mohamed Lhaoussine, Mogador (Maroc), tiràill. rnnr. 1.
Ben-Sald Ahtwad-K.„rThamna (Maroc), tirailleurs mar. t.
Ben-Mohamed Mohajoud S., Manrkech (Maroe), tir. mar. t.
Ben-Hallah Mohamed-Arzen, Oran (Algérie), tir. indien 6.
Ben-liamed Hoiem, Houra (Maroc), tirailleurs marocaint a.
Ben-L'Ahouaine Thramie S., Chyobdema (Maroc), tir. mar. a
Ben-Lekclui Mohamed, Chaouîa (Maroc), tirailleurs mar. a
Ben-9ulhene Mohamed, fea (Maroc), tirailleurs mar. a.
Ben-Ahmed Mohamed, Doukala (Maroc), tirailleurs mar. 2.
Ben-L'Abile Aomor, Marakech (Maroc), tirailleurs mar. a.
Ben-Mahond Abdellon, Abda (Maroc-),*' tirailleurs maroc. a.
Ben-Pournjib AU, Zouchie (Maroc), tirailleurs mar. a.
Ben-Ahmed Mohamed, Haha (Maroc), tirailleurs a.
Ben-Djiliall Matti, Ramhna (Maroc), tirailleurs mar. a.
Ben-Mohane LHachemio, ChaoUia (Maroc), tirail. ninr. a,
Bcn-Saïd Ouled, Chaouîa (Maroc), tirailleurs mar. a.
Ben-Ali Djillall, Chaouîa (Maroc), tirailleurs mar. a.
Bcn-DjiHâli Elmarti, Chaouîa (Maroc), tirailleurs mar. 5.
Ben-Boni L'Haisen, Chaouîa (Maroc), tirailleurs mar. a.
Bouin Félix, Lettais-en-Fay (Loire-Inféricurc), infant. 65.
Boulet Liévin, Loringhem (Pas-de-C), sergent, inf. 273.
Bourgeon Claude-Marie, Dyo (Saône-ct-Loire), inf. col. 3.
Bouron Julien, La Boche-aur-Yon (Vendée), infanterie 6").
Bourrât François, Laroque-des-Albères (Pyr.-Or.), inf. 80.
Boursé Lucien, Paris, caporal, infanterie i5o.'
Boursin Jean-Marie, St-Colombin (Loire-Infér.), infant. ç3
Bousha Toumi, Berroughia (Algérie), tirailleurs mar. 7.
Bouyssi Louis, Mouillac (Tarn-et-Gar.), caporal, infnnl. So.
Boyer Alexis, Brechignac (Haute-Loire), infant, colon. 5.
Bozzi Jean-Charles, Pila-Canale (Corse), caporal, inf. col. 5-
Brave Jules, Joze (Puy-de-Dôme), infanterie coloniale 5.
Breard Jean-Marie, Haut-Endré (Loire-Inf.), cap., inf. 4oa.
Bretagne Edouard, Nantes (Loire-Inférieure), infant. 65.
Brcthorné Alexandre, Cholct (Maine-et-Loire), infant. 4oa.
Brichet Max ioi i lien, Nantes, sergent-major, infanterie 65.

(A suivrr f
 
Annotationen