Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
GAZETTE DES ARDENNES

S Mal m*

BULLETINS OFFICIELS FRANÇAIS

Pans, 1« mai 1916. soir.

En Belgique notre avdllSMe .1 bouleversé les trenchees
allemand-?? en face de Strenstraele et de Boe^nghe.

En Argonne, lutte de mines à la POIe-Mbrte. Nous avons
occupé U lèvre sud d'un entonnoir provoqué par l'explosion
d'un de nos fourneaux, Concenlration de feux sur les
organisations ennemies des Courtes>-Chfius?es et du bois de
Cheppv.

Danï la région de Verdun, bombardement 1res vil de no»
position? de la rive gauche. Sur la rive droile, .'activité de
lartillene s'est concentrée dans les secteurs de la Cote du
Poivre el de Dououuionl.

La guerre atnenne . Pendant le moi? (Tavriî, notre aviation de
combat, qui s'est montrée 1res active, particulièrement dans la
rtfton d> \erdun, a obtenu des rusiilt'ils appréciables Au cours
cU nombrejses luttes arrrrnnes, ou ils gardèrent incontestable*
mMl l'sWtnBgH nos pilui*s ont reaeti u abailre Ironie et un
trions ennemis. •

Neuf de ces de nu ers beat tamlWH daira nos t.gaes et vingt-
tWux ouf ete wis jiar nos observateurs descendant en fk.mmea ou
complètement désempares duns las lignes jllcniairtks

Pendant la même période, SU avions français ont en le dessous
dans les combats et souL lombes dans les n^nes-enncmics.

Pans, 2 in»i 1916, 3 heures.

Au sud de la Somme, un coup de main, tenté aur un de
nos pe'its postes duns la région de Donipierre, a été
repousse par notre fusillade.

En Champagne, nous avons canouné des convois de
tavitatllement au nord de Navarin,

En ftqpgatfj une forte reconnaissance allemande a clé
dispersée nu nord de Lu Lîarazôe.

A, l'ouest de la Meuse, l'netivile de l'artillerie a été
continue au cours de la nuit, depuis la région d'Avocourt
Juequ'au Mort-Homme.

Des renseignements nouveaux (util tunnattre que les ac-
ttona menées pur nous;, ta» -"9 et 30 avril, ni les pente* nord
du Mort-Homme, oal (ail loinber entre nos mains environ
1,090 métrés de front des Iran-nées ennemies sur une
profondeur variant entre 300 cl OOv mette*.

A l'est de la Meus*, hier, en lia de puraee, nos troupes
pat mené une vive al laque sur les positions endémies, au
aud-est du fort de Douauinont.

Au cours de celle opération, qui a parfaitement réussi,
nous, avons occupé une tranchée allernai.de de première
Hpt sur une longueur de 600 métrés environ et fait une
oentatne de prisonniers.

Quelques rafales d'arliUeue en Woevra

Autour de la Guerre

L'ALLEMAGNE REPOND A L'AMÉRIQUE.

La réponse de l'Allemagne à la note diplomatique du
président Wilson, vient U'èlre remis*- a l'ioetitinil» des
BMa-l'nis à Berlin, M. Gerartl. La uGmeite» reproduira
paoeheineaient le texte de cette répons*.

H suffit d'avoir suivi duns ces derniers temps la grande
presse alliée, et particulièrement les radiogrammes sewii*
oMtcieï* de Pari* et de Lyon, pour avoir pu se rendre comple
qu# les ennemis da l'Allemagne, leur presse et leur diplo-
matie n ont rien négligé pour aiueKer un coitffit entre
l'Allemagne et l'Amérique. Cette tendance, à pern* voilé*

de quelques IjcIIcs phrases, n'aura pas échappe aux Améri-
cains. Quelle que soit l'évolution des choses, la note alle-
mande ne manquera pas de démontrer nu mon-lo entier,
que ce n'est pas l'Allemagne qui cherche a créer des diffi
eulle- mec I Amérique et qui méconnaît les intérêts légitimes
des Neutre*.

UN ANGLAIS SINCERE.

Le directeur de l' n Efon Collège », le Dr. Lyttellon, fîll
de Lord Lytlelton, vient de se retirer do ses fonctions a Ia
lé le du célèbre institut scientifique anglais. Les raisons de

la retraits de ce savant remarquable sont ptrti$urT{retneflt
intéressantes,

L'année dernière M. Lyttellon a prononcé à l'église de
Samte-Mergnerite, ot'i se rassemblent le» membres du Parle-
ment, quelques sermons où il a osé dire à ses compatriotes
de franches vérités. S'inspiranl de la légende biblique du
Pharisien, il reprocha à la nation anglaise de rejeter sur les
Allemands toute la rcspon-abilitd de la guerre. Les Anglais,
dit-il, en ont, eux aussi, leur part. Depuis einqmwnh ans le»
Empires centraux se sont sentis encerclés par des mélhodet
qw ne sont pas à l'Itaimcur d'une autre nation (lied l'An-
gleterre), "vis convoitises ont contribué à l'explosion de ia
guerre.

Dan; un autre discours, où il traitait de U paix en Eu-
rope, le lavant a dit en substance : « Sf l'Angleterre n'offrait
pai de faire, elle aussi, le» concessions qu'elle prétend im-
poser aux attires, on pourrait la considérer justement comme
une guindé hypocrite. Si l'Angleterre prétend conserver tout
ce qu'elle s'est approprié dans le passé — souvent par des
moyens In s duuleux, — si elle prétend ne pas vouloir lâcher
un seul poure de terrain ni un seul privilège, elle répudie les
principes du christianisme, »

On comprend que les journaux anglais aient persécuté
cet homme loy al. La démission dtr-Dr, Lyttellon n'csl qu'uno
conséquent e ' i cette campagne.

UN DIRIGEABLE ITALIEN ABATTU.

Le communiqué officiel austro-hongrois du i mat si-
gnale de la façon suivante la perle d'un dirigeable italien :

Celte nuit un dirigeable ennemi survola nos lignes à
l'embouchure de la Wippach, où il jeta des bombes, après
quoi il continua a voler dans la direction nord, suivant la
vallée de l'Idna vers Laibach et Salloch. A son retour, notre
artillerie lui barra le chemin près de Dornberg. Attaqué
simultanément par no» aviateurs qui l'incensièrent, il
s'abattit et son épave tomba non loin du champ d'exercice
d« Goera. Les k passagers sont morts.

EFM FRANCE

AMtCS LA CONFERENCE ECONOMIQUE.

La conférence économique, qui vient de discuter k Pari»
le*, problèmes que nous traitons dans notre article de fond
1>' « Aprèstjutrre n, cet loin d'avoir désarmé et contenté
le» sceptique». Plusieurs journaux parisiens constatent l'ina-
nité de ces discussions sur un aventr que formeront les évé-
nements et non (es programmes et le* discours.

Tandis que les (larlemuiit aires discutent et croient pouvoir
décréter ce qui devra être demain, certains industriels se
rendent un compte bien plus exact da La réalité. C'est le cas
de* industriels de Lille, Tourcoing et Uoubaix, qui ont quitté

leurs usines nu début de la guerre et se trouvent actuellement
en France non occupée. D'après le « Progrès de Lyon » ce»
représentants de la province industrielle, condamnée a payer
le» pots cas«és par les politiciens de Paris, viennent d'adres-
ser au gouvernement une « Résolution » commune, où ils
précisent leur point de vue dans la question de la guerre
économique. N'ayant sous les yeux qu'une traduction do ce
document, nous sommes obligés d'en retraduire quelque»
passages ; il y est dit en substance :

La Fronce laissa tomber, par sa propre faute, la plupart
drrscs industries au troisième rang. Seules les filatures du
Nord de la France réitèrent de premier ordre. Malheureu-
sement, depuis deux ans nos Alliés et les Neutre! ont acca-
paré tous les débouchés de cette industrie et ils font une
concurrence pénible à la malheureuse France. Ce n'est
pas la lutte contre le commerce allemand, mais bien celle
contre la concurrence drs Allies qui rut nécessaire.

Les Chambre» de commerce do Roubaix et Tourcoing
déclarent donc ne pas considérer comme compétente la con-
férence économique de Paris et réclament l'annulation de»
décisions éventuelles se rapportant au temps de paix. Il s'agit
de veiller à ce que la France ne sauvegarde que ses propres
intérêts et no se sacrifie pas pour l'égoïsme de certain»
Allies.

Nos Amis et Alliée les Anglalt.

Sous eoi litre-, le - Rappel » du 16 avril a publié un article qui
témoigne d un contrc-cifort officieux, tendant i atténuer dan» la
piiy» le mécontente me ni qui grandit contre 1 Allié anclais En voici
les principaux passages : *

Depuis l'arrivée en France du contingent anglais, c'est-i-
dire au début de» hostilités, nous avon* entendu, fréquem-
ment, des rumeurs pessimistes ou malveillantes, dont la
tendance indiquait, suffisamment, l'origine et dont le but,
en un mot, est de dénigrer l'armée anglaise......

Parmi les reproches, le» plus courants, adressés à nos
Alliés, il y en a de deux sortes, et presque de troi» :

Premier grief : Le concours militaire par envois de
troupes anglaises est insuffisant.

Deuxième grief : No» Alliés nous ont poussé dan» l'aven-
ture ? — C'est pour en tirer a noire détriment de» profit»
commerciaux et politiques.

Il y en a bien un troisième. Il c«t futile en apparence,
mais il porte facilement. Partout, nous dit-on astucieuse-
ment, où les troupe» anglaise» passent, et cantonnent, elle»
dévastent et agissent avec un sans-géne révoltant......

Sur le premier point, san» être un stratège militaire et
surtout sans être dans le secret des chefs, ni connaître l'ef-
fectif exact de» force» anglaises sur le continent, on peut
affirmer que, depuis bientôt vingt mois nos Alliés, pris au
dépourvu par la déclaration de guerre, san» armée de terre
pour ainsi dire, sans service militaire obligatoire, puis-
qu'il vient, scalemcnl, d'être établi tout récemment, ont
réalisé un tour de force extraordinaire, dont peu de peuple»
auraient été capables, mettant (m* pied, équipant, instrui-
sant des millions de soldat» répartis sur le front franco-belge,
en Egypte, aux Indes, dans les Kalkans et sur le territoire du
Royaume-Uni......

Le second grief n'est pas mieux fondé. II est incontes-
table que l'Angleterre, grâce à sa situation insulaire qui la
garantit de l'invasion terrestre, mais non aérienne, le» raid»
de zeppelins le prouvent, a pu continuer sa vie normale et
industrielle ? Nous avons eu recours a elle. Ce qui nous était
utile et que l'envahissement du Nord de la France nous em-
pêchait de produire, l'Angleterre non» l'a fourni et en ■ tiré
profit, c'est entendu. Mais, n'avons-nou» pas* été henreux de
trouver cet appui matériel sans lcquel nous aurions éprouvé

les plus sérieux désngréments ? Ne vaut-il pas mieux, en toul
cas, que ce soit un de nos Allié» qui nous fourni*»* ce qui
c»t indispensable, plutôt qu'un neutre, souvent-hostile, en-
caissant des deux mains ?......

Reste le troisième grief : On reproche a nos amis, lors-
qu'ils cantonnent dans une loralité, d'agir «vec lans-gîne.
On exploite le ressentiment de eetrx chei qui les officier» an-
glais ont été installés par voie dp réquisition, qu'ils onl
dérangés dans leur» habitude», dans l'aménagement inté-
rieur de l'habitation. L'Anglais, fort hospitalier, dans son
« home », croît pouvoir demander la réciprocité lonqu'il se
trouve hors de chez lui. Il a certaines habitude» d'hygiène,
d'hydrothérapie surtout, qui nous semblent excessives. Chez,
nous, l'élite- seule les possède (et encore P). Nous considé-
rons comme un raffinement ce qui n'e»t pour l'Anglais que
la normale. Si quelques écarts aux lois de l'hospitalité ont
été signalés, ce sont des exceptions fort excusables, par leur

rareté même......

En plaidant dune façon aussi évidemment tendancieuse la
mur- anglaisa, la a Rappel > ne fait, en somme qu'excuser cette
politique chauvine, qui poussa la France dan» le filet de l't En-
tente cordiale » et dont il rcsle parmi les journaux de gauche, t*
représentsnUIo plus (ougueu» Tout ce que démontre cet articla,
o'eat la réafift* des gne[* qu'il prclend combattre et le fait que
l'Angleterre n'est pas celui de» Allies qui touffre le plu» !

L» record du prix du fret.

Le « Times », tegnale que le prix du fret le plus élevé qui
ait été enregistré vient d'être payé pour le voyage de la
Plata aux ports français de l'Atlantique. Ce prtx «st da
172 sh. 6 par tonne, soit 215 fr. 60.

Le navire porte 4,600 tonne» de grain, ce qui donna un
total de 991,790 franc». La même navire chargé en Angle-
terre pour se rendre en Amérique au prix de 72 sh. 8 par
tonne, soit 90 fr. 60, trnn fi portrait 4,200 tonnes de charbon
pour une somme totale de 380,520 francs. Dana son voyage
d'aller et retour, ce navire aura réalisé la somme d»
1,372,200 francs, dans une période de trots à quatre moi»,
c'est-à-dire, écrit le n Thnei n, peut-être presque le doubla
de ce qua le vapeur aurait coûté i construire, il y a peu
d'année*. Sa> valeur, on le comprend, a singulièrement
augmenté depuis.

EMBUSQUES DE MARQUE.

D* t « Œuure * du 27 avril, c» petit Ubteaa :

Par une de ces'matinée* ensoleillées que nous ramène la
printemps, allez faire un petit tour aux environs des allées
cavalières du Roi» de Boulogne.

Sam parler de* mobilisé» qui se dévouent pour fais*
prendre un peu d'air et d'exercice aux chevaux du gouver-
nement, vous serez émerveillés de la quantité et de la qualité
de la cavalerie civile qui défilera soui voi yeux.

D'apre» la conversation que ces brillant» cavalier» ont
avec leur» fringante» monture», vou» aurei l'illusion qu'il»
•ont étrangers. Mai» c'est une pure illusion : le» pur-iamj
ne parlcaf que l'anglais, et c'est la seule langue qui ait cours
dan» les allées cavalières du Dois.

Soyons donc fiers en pensant que ces sportimcn sont no»
compalrialcs. U serait dommage de mettre il pred et d'en-
terrer dan» le» tranchées ce» beaux cavalière : il» atrrndesjt
évidemment l'heure des charge» héroïque.». Il serait dom-
mage de faire, avec ce» beaux cnevatn du saucissoa pour
l'armée. Il» atrenderrt l'appet de la trompette guerrière.

.... Tout de même, en revenant dw Boi», j'ai pu con*-
tater qu'on n'aime pa» le» embusqués. Car, dan* le iMfro,
une bande de commerer s'acharnaient sut un malheureux
anxihnire de la aa', oatragemement myope et k moitié boaam;
et eïle» lui demandaient s'il n'avait pus honte de ne pa» être
su fronf...

LISTE H° 153 CONTENANT 200 NOMS

(Reproduction strictement interdite)

la noms i :èu les grmpis Mgntitf m sauts oit » nnat les prMere m lu Dons suivent. — Le m Un noms petit jusqu'atiïoiirtrTiui n monte i Mo» 233,050,

Total dos prisonniers français Internes en Allemagne i 330,000.

G! ESSEN

iSuitaj

Charpigriy Claude, Sawe^-le-MàcoR (3irOiie-cl-f. ï, inf. 1C1.
Chassau MMfJy Saint-Maiwié' l>esnej, sergent, zouave» 3.
Chauzeix I'iançoi», Beauinont '.Curiezej, infanterie 44-
Chevrict Henri-Marie, laleusac i,îlle-et-Vil»ine), inf. g3.
Chesneau Charles, Pre tn-Paul [,Ma«-nnej, infanterie 3i5.
Chédculle Arsène, Chuiiiplecrex (Cène), infanterie 3i5.
Chéron André-Auguste, St-MWxcnt (Sarthe), infant. 3i5.
ChesK J-an, Coulonges- i,l)cux-S**re»), chuMeiu» a. pied S.
CKealeb Ik-njamin, Opp-d« (Vam-lu**), zouaves 3.
Chevalier Gustave, Kt U- Hiboule (Serthe), in/ani. 3i5.
Chichp'jiln-h MoieC, Hou ^àuda (Algéiic), infanterie 3i5.
Cli"jb*ri ! 'liiioiid, IV: , 'in > i 1 hissais j [ iG.

Cho*e Clément, ParL, infanterie iG».
Cla<ii3ii> Mawakte, Ruui*,\ (iWw.41, iufuuileric yi-
Glande r'inile, St-\|iie?.> . vIL-iirih^el-VreecU*) ). infant gA.
Gavé Jean, Saint-Pierre du-Mont '.Landes), infanleiie 4+.
Clavi?n , Ci-nu .i .!i 1 .<<, mfunti'rnf \\.

Cbgfatf téon, Ifcbbar* (î*uitfl r^Wnweur» a-pn*i i0.
Collet Louis, Mollon (A-in}, infanterie 44.
C 'I'iu,!-' Georjfes, Part*, intalitcb e Jtfl

Compi '\ .\fariu», Tltmsd (lîhùne:, caporal, infanterie 3i5.
Compl I mu», Novatelle 'Puy de-Qt-mei, zouaves 3. ,
Contrr I.Jouard, Aubervîllers tSciue), infanterie 315. k

Cooleu Frédéric, Cilonne Liévin (.Pas-de-Calalsi, inf. i6a.
Corbi \\es, Larivain (Cotc»-du-Nordj, infanterie 101,
Cornut Martel', Lowiie» {VusjU terrc', caporal, infant. 3i5.
Corseli* VJolphe, Menin (Belgique), infanterie iGj.
Costes Charle», Marseille (Bout hc-du-Khûne), zouaves 3
Couasn- n Mphonsc 11* Croizille (Mayenne), infant. 315.
Coublc JeaaieMaria, Paudstàaae ^wiàeaX uiimliinc 3i5.
Coud-ri siyhain, Saml lulitn {Çi.rm . caporal, inf. 44.
Court. ; J-Mii, IHjiijhii.-i./ ' I'mi-l-i ), mf.iiib'i le Un.
Couil'.ns .hdinoiid, AbbevùUa (Nummej, tbass à pied 8.
CouimIIi: Vugiutf, UiuiiiIU" ;S,iù[i,', i Loire;, iiifmlcrir
Gasaatau N..u-bep|, 9aataM tl.ol-el Un- i, chasseurs il pied 16.
Croit/t'l Jules, Anequin (rTtardk-GttilajMjl, cbuiï». à pied ifl.
Cunni Cauk, BaaauL(AtraVnnes)r, itstunareria iG'«,
CuMllier Fanil» Jaeophti NegeletltM (Psa-de-Gola'i»), inf ibi.
Castel Louis, l'aria, nifaniepie %

Castilie li , Qlandy-I - l'ours (SeineVf-M..), cop , (h, à p a.
Causeret J,, Mcrrey-sur Saône (Ilb-- <'net, cjn., inf, 170.
Cau\ Julien, Curpientle fs.mini), infuulerte ,'i.f
Certiin Pierre, -.k- In Aligne ' Liuiv-lnitr 1, mfnnC n3.
Cevaer Jean-Uarie, S lint Sc^al (Finis)ère), infanterie g.t
Cliaitfii.ird Ma«cel, PimiirliH (l>jir*aTni*éhaitre)i, inf. 65.
Clt.iijn, ; [miuiiii.4, * Lu II;!.',ii-uri-l, mf fi5

ChjiiiJ-j) Louis, Si t uiL'. lpli 'Hle-Suvote>, ser^ , inf col 6.
Chain! -;kt Josep'i, Pilune l'ai, ton i\>.-ndi:«l, iuf. 05.
Chape! nu MJ.ert, 1 n>b.iHo (CM^-du^), aerg., ch k p a.
Cheponct Paul, Pan«, ciporal, mf iiiterie G5
Chariot René, Saisy (Saoïie-et-Loirc), infanterie colon. 5
Charriau Jean-Maiic, Lriil-de-la-Marne (Loiiv-Inf.), inf. G5.
ChaiR1 , 1 ljnde, Protemrd (Saône et L ), chass à pied 1
Charton Uippolyte, Beaune (Côtc-d'Or), infanl. colon. 5.

Chalourelle Félicien, Villeroncourt (Meuse), clîas». à ch. 9.
Chaussenet Raymond, Lamalayrcde (Aude), infanterie 80.
Chausson Jean, Toulouse (Haute-Garonne), infanterie 80.
Chauval René, B?urgncuf-cn-Mauges (M.-ct-L.), inf. i43.
Chuuvel Albin, Fourrou (Aude), infanterie coloniale 3.
Chauicl Louis-J.-M , Ste-Maric (Loire-Infér.), inf. 6S,
Chauvot Marcel, Souppes (Seine-et-Marne), cha»e. à pied i.
Chavanm-s Célestin, Dijon (Côte-d/Or), ckasseur» a pied a.
Chenet Jacques, St-Gcnest-lierpt (Loire), infont, colon. 5.
Cherencey Louis, Ezy (Eure), infanterie 4oa.
Chesnard Joscph-A'aric, Guilhcr» (Morbihan), inf. i5#.
Chcvaleyrc Jean-Pierre, Vateasière (Puy-de-I>.), inf. col. 5.
Chevalier Léon, Tully (Somme), infanterie 4o».
Chevalier Pierre, Chen (Loire-Inférieure), infanterie 65.
Che\illard Joseph, Chilly (Haute-Savoie), infant, colon. 5.
Choibcau Isidore, St-Cermain-lès Corbeil (S.-et-O.), inf. i56.
Chossièrc Louis, St-Victor (Puy-de-Dôme), serg., inf. 170.
Choluid Auguste^Ponnil (Sarlhe), caporal, chas. & pied a.
Chouin Hyacinthe, Machecoul (Loire-Infér.), capor., inf. 60.
Civel Joseph, Guenmuel (Loire-Inférieure), infanterie 65.
Chrétien Uûjmond, Iwuy (Nord), sergent, chas», à pied 8,
Chuat Henri, Saint-Aignan (Loir-et-Cher), capor., inf. 3i5.
Cîron Louis, Le Genest (Mayenne), caporal, infanterie 3i5.
Claegman Llie, YVariiein (Nord), chasseurs k pied i&.
Claquicr Louis, Amiens (Somme), infanterie i5i.
Cl.r-i-1 Jean-lïaptistc, Royale (Gard), zouave» 3.
Clémence André, Rouen (Seine-Inféiieure), cap., ch. à p, 8.
Clément Auguste, l'reigne (Maine-et-Loire), chas»', a p. 8>
Cloarce Jean-Marie, Uuerleaquin' (Finistère), infant. 19.
Cloarcc Va es, Nantes-(Loire-Inférieure), infanterie 65.
Clotteuu Fr., Bain-de-Bretagne (Hle-et-V.),,'capor., inf. 3i(f»

Cloutier (ieorgea, Paris, caporal, chasseur» a pierf 8.

Cloutour Philbert, Sainte-Foy (Vendée), infanterie j}3.

Clu-se Louis, Bcrtry (Nord), chfisseur» à pied 16.

Coodio Pierre, Saiut-Thurien (Finidére), infanterie i5S.

CtMfgt Paul, Cloder (Finistère), infanterie 19.

Cochard- Pïerre-Murie, Brinquau (Loire-Infér.), inf. 65.

Coftîn André, Paris, infanterie 65.

Colin Jeun, Lannilis (Finistère), infanterie 19.

Collet Louis, Peillac (Morbihan), infanterie g4.

Coinpaiii Jules, Fnsnay-sur-Sarliie (Sarthe), infant, io»,

ConslurU Charles, Bourg-la-Reine-(Seine), infanterie 118.

Couv Henri, Quunpcr (Finistère), infanterie i5i.

Cortuî re Pierre, Chaires (Illc-et-Vilaine), infanlerie 160.

Cordie» Arsène, C'elon (Orne), infanterie 315.

Cordier Raoul, La Ferlé- Bernard (Sarthe), infanterie 3i5.

Cordonnier Georges, Paris, infanleiie 1C0.

Corcy Albert, Chicago (Illinois), chasseurs à pied 8.

Cafté Armel, I'ioermc! (aTorbihan), chasseurs h pied 8

Cormii-i Emile, S:iinl-Maro-la-Brièie (Sarthe), infant. 3i5.

Cor huit l'runt, Cerna) (Curc-( l-Loire), infanterie 10a.

Cciinnllr Mtslor, Vrndhuile (Aisne), chltSCOn l pied 16.

CÔle Jcan'Clauda, Mlonnay (Ain), infanterie 102

Cot.lle Jean-Prédéric, Dijon ((V.ted'Or), caporal, inf. 37'.

Curti^ny Maiius, Mcaux (Sein •-ci-Marne), iiifunleric q3.

Caesonnet Raoul, Fcrouvillc (Lurc-ct-Loire), serg., inf, 10».

Caslanier Jean, Ladinhac (Cantal), infanterie iTn.

Cattoen George», Winnezeele (Nord), chaaseur» à pied ifl.
Cauchois Carolu», Ilellemonchy (Oise), chasseurs à pied S.
Caudrelier François, Paris1, infanterie i53.
Caulier Julien, Wormhoudt i^Nord), adjudant, ch. à p. r5»
Caullet Françoi», Bénin-Liétard (P.-de-C), »*Ty.,"uif. i6i.
Caumartin Théodore,^mien» (Somme), infantetae 3i5\
Cavagné René, Ivry-sur-Scine (Seine), infanterie 10».
Chalange Georges, Paris, tergenf, infanterie 3i5.
Champeau Louis, Trcsson (Sarthe), infanterie 315.
Chanson Henri, Nantes (Loire-Inférieure), infanterie 65.
Choquereau Joseph, Bailleul (Nord), infanterie 16a.
Cnarbonneau Alfred, Billy-Oisy (Nièvre), chasseurs k pied 16.
Charbonnera» Jacques, Meillac (Haute-Vienne), géaie ô.
Chamay Albert, Bourg (Ain), infanterie 44.
Charnudet Xavier, Moisons (Jura), zouaves 3.
Charpentier Léon, Daugcul (Sarthe), infanterie 3r5.
Charpentier Maurice, Neufehâlcl (Sarthe), infanlerie 315.
Charrin- Antoine, St-Jean-d'Ardière (rthône), infant. 44-
Chaumont Henri, Lille (Nord), chasseurs a pied 16.

Chauvin Louis, Segric (Sarthe), caporal, infanterie 3i5.

Chavagnat Jules, Chaveyrat (Ain), chasseurs A pied 16.

Chenu Armand, Thouarsais-Bouildroux (Vendée), inf. 37'.

Chesnel Jacque», Versailles (Seînc-et-Oise), serg., inf. ioï.

Chevance Robert, St-Gerrnain-en-Lay* (S.-et-f>.), zoua». S,

Chevreau Louis, Semur (Sarthe), infanterie 3i5.

Chcvrolicx Léon, Monlreuil-sur-Maine (jyi.-er-L.), inf. G4-

Chignaguct Jean, Caudbeaurcgaid (Dordogne), ch. a p. ifl.

Chollet Henri, N'unies (Loire-Inférieure), infanterie 65.

Chollet Joseph, Nantes (Loire-Inférieure), infanterie flG.

Chrétien Alexl», Nantes (Loire-Infér ), caporal, infanl. 60.

CnuchoieTh., Houbecq-Cocherel (Eure), chas», a pied 8.

Clémentdemenge Ernest, Vaulxures (Vosgea), cap., inf. 170,

Chcbroux André, Verrières (Vienne), infanterie 1701

Coque Pierre, Limoges (Haute-Vienne), infanterie r7u.

Cotte Elie-Paul, Robiac (Gard), infanterie 170.

Clavet Marcel, Paris, infanterie 170.

Charlet Robert, Lens (Fa»-dc-Culais), infanterie 3io.

Charrn Jean-Remi, Dunierc» (Haute-Loire), infanterie 170.

ChauBsin Charle», Boureron (Saône-et-Loire), infanteria 170.

Chauveau Pierre, Saint-Deni» (Seine), infanterie 170.

Chemine! Victor, Rebrcuve (Pns-de-Calais), infanterie 373.

Cheron Henri, Ollé (Eure-et-Loire), infanterie 170.

Chevalier Joseph, Le Havre (Seinc-Infericure), infant, 373.

Clacssens Fcrnand, Béthune (Pas-de-Calais), cap., inf. njSX

Clément André, Rimous (Gironde), infanlerie 170.

Cogoluèpnes Louis,* lspagnoc (Lo/ère), infanterie 1701

Collin Henri, Levallois-Perret (Seinel, infantenie 170.

Comte Paul-Lucien, Alluze (Jura), infanterie 170.

Conj it Louis, Lanzac (Corrfrze), infanterie 170.

CoquereHe Léopold, Len» (Pas-dc-Calai»), infanterie 373.

Cou!On Alfred, Sainl-Gcorges (Pas-de-Calais), cap., inf. 373.

Courant] Pierre, I.eyrieu (Isère), infanterie coloniale 36.

Couiteau Paul, Beiot-Dié (Vosges), infanterie 170.

Cropieii Aliel, Lens (l'as-de-Caluis), caporal, infanterie 3i*.

Crosiuer Gustave, Pont-de-Genne» (Sarthe), infant. 170

Crépiu Arthur, Dlendocquea (Pas-de-Calais), infanl. ao8.

Creuse Henri, Biiire-aux-Doii (l'as dc-Cnlais), tnfnnl. 37s.

• Cuillerdier Albert, Civry (Eoee-et-Lotre), infanterie 170.
Cust Maurice, SarceUe» (Seme-et-Oiee), infanterie 170.
Daniel Alexandre, L» Vendelée (Manche), infanterie 170.
Dargaurf Joanny, Matour (Saone-et-Loire), infanterie 170.
De Itarnu'l Auguste, L» Rochelle (Ch.-Infér.), cap., inf. 170
Déferauquenne René, Noyellc-s-Len» (Pa»-de-C), inf. 37$.
Desseuse Cb.irles, Divion Pas de-Cilnis), infanterie 37$.
Deglos Jose-ah, Buaeang (Voagaa), infanteria 170.
DehoTter Julien, Teteghem (Nord), infanterie 310.
Delangle Adrien, Tancon (3acne-ct-Loire), infant. 17a.
Daltmnoy Isidore, CoudekeTque (jvord), infanlerie 3ro.
Détartre Georges, Calai* (Pas-de-Calais), infanterie 37!.
Delïsscnne Kléber, Liévin Pas-de Calan;, infanterie 37*.
Detller Henri, Angouleme (Charente), infanterie. 170.
Delmarre Alexandre, Liévin (Pai-dc-Calais), infant. 3io. ^
Detebelle Casimir, Burbure (Pas-de-Calais), infanterie 37J.
Delplanque François, Divïon (Pas-de-Calais), infant. 170.
Ddvel rSiul, Billy-Monligny (P.-de-C), caporal, tirait, mai
Denis Alphonse, Itamecourt (Pas-de-Calais), infant. 37t.
D ère ester Charler, Harcnie» (Hornwit, Belgique), inf. 37!.
Deiaifl-f Jescph, Carvin (aWde-Ci-laif), infanterie 37S.
Desbois Jules, M^^^et (Sadne-et-Loire), infanterie 170.
Desmarais Fern^Bf Allon* (Oise), infanterie 170.
Desmidt Abel, Hsjïierghe (Nord*), infanlerie 373.
Deverdam E , St-Morc-cKOstiHy (Calvado»), cap., tirail. ma:
Devinck Georges-, Dunkerque (Nordl, infanterie 3io.
Derveulf Maurice, Hosendael (.Nord), infanterie ïocT.
Dervilte Georges, Malo-Ies-Bains fiord), infanterie 373.
Dcynun Jean, Guyan-Messtra» (Girtlntle), infant, coton. K
Dhollandc Henri, Paris, caporal, infanterie a;3.
Dhoye Ernest, Précy-sur-Oise (Oise», infanterie 373.
Dieudonné Joseph, Carvin (Pas-de-Calais), infanterie s^S.
Dormet Urbain, Penton (Mayenne), infanterie 170.
Dubaele Gaorgvs, Heiebrotick (Nord), infanterie 3io.
Dubois Alphonïe, rTurionville-Lillers (Paa-de-C), inf 37!.
Ducaanf Joseph, Courset (Pas-de-Calais), infanterie 373.
Dulièie Edouard, Billj .Montigny (Pas dc-CuUis), inf. 373.
Duinav Alphonse, Saint-Palais (Allier), infanterie 170.
Dumci Alphonse, Coudekerque (Nord), infanterie 3io.
Dumez Anaclvt, Billy-Vercloa (Paï de-Calan), infant. 373.
Dupont JVaiv-BtopH'te', WatJly-Beaiimmp (Pas de-C), inf. 3t "
Dupont Laurent, line :^omme), infanterie :'o?L
Dupnis Moïse, Auchel (.Pas-de-Calais), infanleiie 373.
Dupuv Casimir, Caslelnau--Magnoac (Htes^Pyr.), inf. 170.
Durand \lbert, St-S>!vain-M*ontaigu (Creuse), infant. 170.
Durand \ulnl, Croi.y (Calvados), infanlerie 170.
Duni'l Louis, Renc-nuo '\01d1, infanterie 310.
Dur\ez Alcide, Hénln-Liétard (Pai-de-Calais), nfant. 373.
EstrL.df Fliaein, S*-f:lionne-Fougère» (I ot-eï-G.). inf. 308.
Clavier Paul, La Peine rie fLoire-Inférienre), infant^ 4oa.
Clca-t Alphonse, Mai livre (Allier), capcmi>, infant, col. 5.
Clert Fra^ifn'Ytj.'oMT (Savoir* infanterir rfi
Clémcnanaaa Chul eï ,ly"n "lOrierrtaleeX infanterie i43

<■■■■<•' P'quet George,. Tt^Z/' ^ ' ^ S

(A «uliirt.;

I
 
Annotationen