Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
••Juin 101 e

« D*ns o« dut, on peut (Jure, BVeo uns assez grande certl-
fodt, cjym 1« service obligatoire ne pourra donner d'appré-
«lablea fSsulUU, Tannée ayant déjà absorbé., jusqu'à ce jour,
Il % da la population. Mal», «ans le Tpuloir, on se demande
«* quo eetta formidable masse do soldai* accomplit en réalité
(jflns cette guerre, car, ail fond, ce n'est pas le nombre, mali
ce sont le* faits d'arnica aur le champ do bataille, qui permet-
tant da juger la voleur dune armée. Naturelle ment, cela
n'aurait aucun sens d'envoyer an front une armée iusuffi-
tèTnment instruite et mal équipée ; donc tes puissances de
1 Entente sont obligées d'attendre jusqu'à ce quo lea Anglais
tient réussi à commuer cette nm^so d'hommes en une armée
tUllhabls dans une grande bataille, co qui, a coup srtr, du-
'Ara encore longtemps. En tout cas au front anglais on no
♦Çit encore "aucun symptôme d'offensive général?. La der-
nier* attaqua do Givenchy no peut pas non plus être consi-
dérée comnio un tel symptôme. Par contre certains journaux
înQkiit imcltcnf l'opinion que l'armée serait prête à l'offen-
■"h* tto printemps prochain. C'est long, en première ligne
MUr Je* Etait qui ont l'ennemi dans leur propre pays, et cela
ipfil qu'on leur avait promis que l'armée anglaise aurait ter-
miné ta préparation pour U printemps ijjiS. Entre temps ce
Wht la Franc» et l'Italie qui doivent porter presque seules le
poids de la Utile......»

A la Chambre des Communes.

Dans uno des dernière* séance*, M. Churchill avail-for-
muif certaine* critique* tur l'organisation des forces an-
glaises. A eel égard, M. Tennant fait observer que la proposi-
Uon de M. Winilon Churchill, tendant à porter l'effectif du
bataillon da 1,000 k 1,100 hommes, créerait de nombreuse*
difficultés au service da l'intendance. Uno telle modification
ait peu opportune-en temps de-guerre (I)

« SL Churchill, dit-il, s'est également plaint du granit
nombra d'hommes retenu* en Angleterre ; U plupart da
ceux-ci y sont an entraînement, et si M. Winston Churchill
«ut sa rendra compte par lui-même, il verra combien d'im-
portant* renfort* sont prit* k partir, n

Répondant k «ne suggestion de M. "Winston Churchill,
selon laquell» l'Angleterre pourrait obtenir jusqu'à douze
division? de troupe* indiennes, le sou s-secrétaire k la Guerre
dit qua la grande difficulté consisterait dans l'obtention de
cadres d'officier* en nombre suffisant.

Dan* si réplique, M. Churchill fait l'éloge de I.ord Kit-
ohener, qui, on le 'tait, <Mt dan* ce moment l'objet de
violentes critique* de lou* les coté*. H. Churchill ajoute
cependant ;

c Mais, ca qua le War Office a accompli jusqu'ici ne doit

fu *tra un obstacle aux améliorations future*, concernant
organisation militaire anglaisa. »

, 41 "Aiqtitoi a également'fait ht frrrtatrrc d'#ffaiblir les
critiques da M. Churchill : ,

a Isa proportion des effectifs sur la ligne de feu, compa-
- •rattvament à eaux de l'arriére de ceite ligne, «rt-probable-
manl inférieure dans l'armée britannique à celle 4a* autres
armées, n (Prière Je aomparer à cette-affirmation l'artir-lc du
■ P«ti( Journal a sur « Abbevtile City» que la « CntHU u
a publié.)

'Et la plaidoyer continue :

a D'autre part, on ne peut pas- appliquer k «ne armée qui
tira Mut d'owtre-iner le* mêmes règles que pour les armées
, qui sont dans an eas différent. Néanmoins, nom prenons
toutes le* mesura* possibles afin d'utiliser tur la ligne de feu
une plus forts proportion de no* effectif i totaux.

■ Quant à la proportion entre nos effectifs sur les divers
théâtres d* la guerre et ceux que nous coiuemon» dans le
Royaume-Uni, fterus avons à parer au risque â'>tn - «nuosion,
H impossible qu'tlle paraisse. Les effectifs retenus tur le
territoire tant ceux demandés dont ce but par l'autorili
mflifaire vcMlpèitMe.

i Ouire ces troupes, il n'y a qua le* malades, les con-

0A7.ETTE DES ARDENNES

TaJgXeoU, las recrues que l'on exerce, le* soldais destinés
k combler les vides sur le* divers fronts cl ceux qui servent
i constituer do nouvelles dnisions pi'les ou presque pifie*
A partir pouf l'étranger, a

Et M. Asquilh i i n i ." par une fervente npologio de Lord
Kilchener. Le Parlement s'est d'ailleurs ajourné au ao juin,
se pendant compte sans doute que des conversation* de ce
genre ne sont pas très utilec 1

• M. Runcitnan malade.

Une information officieuse) dit *

« Le minisire du OOBimcrce, M. lîunciman, est gravement
malade,*de sorte que, sur le conseil des médecins, il a' cédé
provisoirement lu dircelion de son ministère fi son collègue
M. Harcourt, ministre des travaux publies ; il se reposera
pendant une période d'an moins six semaines. La maladif
empêchera M. ftuaciwtao de faire In visite projetée à home
pour discuter avec les ministres italiens lo question des
frets. Il devra tutti renoncer à participer à la conférence
économique, qui doit avoir lieu a Pans, a moins que les
gouvernements alliés ne eroient opportun de la renvoyer
jusqu'à l'époque de sa gnérison. »

Un record.

Le « Matin » écrit sans commentaire :

n D'après le « Manchester Guartlian », un Tapeur do
SunderUud vient de battre tous les records en matière de
fret. 11 transporte de la 'lyne à Gènes une cargaison de 3,ooo
tonnes de charbon, le prix du Iranspoil est de 5 livres
(ta5 francs) par tonne. Il était, avant la guerre, de 5 shil-
lings (0 fr. a5). »

Les multiples conférences, accords, etc., ne paraissent
donc pas avoir eu le moindre effet.'

Un èlfert eeneMéf*bIe.

M Asquith, étant dor,né le besoin urgent de munitions,
a annoncé à la ChamBre des-communes que le gouverne-
ment propose de remettre le jour de congé du lundi de la
Pentecôte jusqu'au 8 «oui Les banques sont en faveur do
cet arrangement

Dans les chantiers de constructions navales cl les usines
de munitions, patrons et ouvriers, réunis en une confé-
rence, ouf accepté de remettre à fin juillet les congés habi-
tuels de la Pentecôte. L'n accord a été conclu sur l'angmen-
talion des salaires nécessitée par le surcroît de travail. Le
gouvernement désirant que cette suspension des congés soit
aussi générale que possible, a inTité le* autorités loraies k
lui prêter leur concours. Une proclamation renrerra au
mardi 8 txml le congé du lundi de la Pentecôte.

On constatera avec plaisir en France, que le* Anglais ne
craignent aucun sacrifice, ai lourd soit-il, pour servir la
came de* Alliés.

UNE PAGE D'HISTOTRE

(Comment lefi Anglais font la guerre.)
L'indignation morale est l'état d'Ame cù se complaît, de-
puis TÎRgt-dcui'Riois, la ptes* britannique dans- set msHtifet-
taHiofts contre FAlîenntgnc, qu'elle flecefo de tous les crimes.
Sur quelqu'un qui connaît l'Histoire,'cette pTop»gii»do ten-
dïneiense et perfide reste ïsnf effet. Car il n'est guère do
pays, dont le passé militaire soit si rîehe en m'était! de'tout
genre. Laissons de côlé pour aujourd'hui la -sanglitifte his-
toire de l'Angleterre colonisatrice, et reproduisons une pagt
de guerre anglaise mr le Dieux continent d'Europe. Cette
page est écrite par un Anglais, le colonel Maxwell, dans ton
lime « Victoriet of IVeHtnoton and tne Hril'nh Armies a
(p»gc rs58). Elle- est MMeaal plus compromettante pour le
renom de l'Ajigletefre «n'ellc se rsrttaehc a, la gloire du plus
fameux de se» généraux, eehii esue tes'oompaliiote* considè-
rent comme leTalnmi*nr de Napoléon : WelHnglon I

11 s'unit dt la prise de la lille CSpagnoh do B*dajot, le
6 avril iSia, pit l'armce anglaise Pour cnflanimer l'ardeur
de tes troupes, Wellington a\ait promis de livrer la ville i
leur pillage jteniant un jour et d.-u\ nuits la façon donl
les Anglais n acqiiïtliTcnt de leur hc-'-.;,»ne est ib . rite de la
fnçon suivante par le roloncl nngUÏ* Maxwell ;

d Le langage hunilln ne saurait rendre /es horreurs qui
*ui\ircnl lassant. La nuit était venue Les quelques heures,
pendant lesquelles j'avais dormi, avaient terriblement mo-
difié la conduite de nos troupes. !.<■ matin elles avaient
encore obéi aux ordres ; maintenant elle* se trouvaient dan*
un état d'ivresse sauvage, Tonte discipline était oubliée. Les
magnifique* troupes d'hier étaient devenues une bande dé-
chaînée et sanguinaire, privée de tout sentiment humain
dan* sa pa"ion beMuIr <■[ ib.il,ntique. 1-a \ille offrait un as-
pect de terrible désordre. Partout le regard rencontrait d'hor-
ribles tableaux.

« Une rue, par laquell? je passai, éfail remplie clc menu*
objets brisés ; sans aucun sens ni raison, par pure folie des-
tructive, tout avait été Jeté par les fenêtre* : meubles brisés,
literie déchirée par les pillards n la recherche d argent ou
d'objets de râleur.

u Au bout de la rue Soinl-Jcan, un couvent était en
flammes ; les MtgttJdfei se déballaient tMni 1 s bras des
soldats nrcs. Plus tard, les nappes danibl brodées d'or ser-
virent de jupons aux femmes à soldats D:* tonneaux d'eau*
de-vie ef de vin «raient été ronb-j dan* la rue. Leur contenu
eouluil k flot. Tout le moude était ivre, ou à moitié

i< Des cris de terreur, de vains appekde femmes remplis-
saient l'air. Comment pouvait-il d'ailleurs, en être autre-
ment, puisque ao.ooo sotdjl*; fo-is furieux se trouvaient lâ-
chés «ur cette malheureuse popnl.ihnn. ou se trouvaient sans
doute tant de femmes charmante*

« La ville entière était lrtri'c san» pilié îi Ces hordes qui
n'avaient ptus ri-n d'humain, et qn'aecomprrpnaient dans
leurs pillages toute* ces f.-mme* jt snlrbls, phi» féroces et
plus cruelles, peut-être, que le* soM.ms eux-mémes qui
avaient survécu à l'assaut.

« Il e*,t inutile de pousser plus loin la description de ce
terrible tableau. Rares furent les femmes et les j'-unes filles
qui échappèrent û Ui violence. Riches cm pauvres, jeunes et
vicîllej, filles de gentilshommes ou de modestes artisans,
tontes fitrr*nL victimes de la rrftitnlil* des (rimais anglais
Personne ne fut respecté. Très fff>a •enlTrtenl écmrppércnt.
Dons lenr folie, ces bf**randa bestml+'és tirèrent ptir les
porte* et les fenêtres dans la rue Tieaueorro d'hairitants, qui
tentèrent de fuir, succombèrent aons les iiirîonneltes an-
glaises. Mais les monsLte* se ruèrent même les uns sur les
autres, et plus d'un officier tomba sous les balles et le» cou-
teaux de ses propres soldats.......

» Le lendemain on dut prendre de» mrsrrres particuliè-
rement sévère» pour réprimer les ereès de In soldatesque. On
appela h l'aide la briurtdc portugaise, qui fit son entrée dans
la ville, précédée du bourreau avec corde el potence. C^lo fil
son effet, et ce n'est qn'ain«i que l'ordre put être rétabli, n

Arrêtons notre citation. Elle est, répé^ns-lc, le témoi-
gnage d'un officier anglais, qui assista en personne aux hor-
rrura qu'il décrit.

A une heure où les hommes d'Etat anglais aiment I parler
de la « barbarie n des autres, il est salutaire de leur soumettre
ce document historique et de leur rappeler les authentiques
ti atrocité» anglaises » dont il conserve le souvenir.

NOUVELLES PWEKSES

Les tuncraiHes du r/ehéra! ftulient h Bt^Ri*»hne].

Nous-empruntons à tm aYttoie du a Temps n fes rensdr/ne-
îrTçrtts sfliwits :

Le corps du çénéral Gatiifnî est arrh-f- en gare He Saint-
'ltap!«te],,lu 2 mai, par le rapide crrtnmt en gnre à nutlr quaranle-
«ualie

Le cercueil a été dépbsâ dans le salon de la pare, ti .m»formé

en chïpollç tirdcnl«, -\ où te lrcuvaienl le* couronne* offerte*
p&r le département du \ ar, la ville d» Toulon, 1* ville de Saint
Raphaël. >

A 1 licuro 30, le corps ds l'ancien minisire a été conduit de la
gar* a l'église, où un «errlc* relfgieux a été célébré. Les cordons
du pô*!e étalent tenus par l'amiral Rouyer, préfet rnsntim» dt
Toulon ; la général Coquet, eomrmndanl ta ITr* région ; MM.
RoquiuTt, prtfcl du Vor, el Allongue, premier adjoinl an malrs
de fism'taptiafl I-« drapeau du 58» colonial précédait 1* cor-
billard, ci in musique dcs^fjurpnge» de li flotte, avec la musique
de la ville, jouaient des fnorelira funèbres.

Apre* la cérémonie religieuse, le cortège ■'est dirigé ver» U
•Imetstra, où M. Allongue a prononcé un discours.

Le cercueil a ensuite été déposé dan* lo en venu de. famille, et
te* troupe* ont df-filé devant le tombeau du. général CalMénl.

Le prêtai du Vsr a adressé a I inspecteur d'académie la lettre
suivante : ■ Après a\liir reçu «ut Invalides le suprême hommage
du gouvernement et de ta nolinn, le général Gnlbéni reposera ea
terre varoisc Je vous prie d« luen vouloir prescrire, dans toutes
les écoles du département, nne leçon sur ce sujet : e Enfanta,
■ n'oubliez jamais Unlhèni, le sauveur de Paris ! »

L'heure légale.

La commission sénatoriale a fini par céder. La propa
gande pour l'avancement de l'heure était devenus très
violente ces jours derniers. En outre, l'Italie t'en mêlait
Ainsi le n Srcolo n, de Mrtan, considéra comme on ■ tr*«
grave inconvénient n l'écart horaire considérable (a heures!
qui va exister entre la France et l'Italie, maintenant que
l'Italie a adoplé l'u\ance de l'heure légale. Cet inconvénient»
sont d'ordre économique et militaire.

Le « Matin n avait même publié on Article de fond, in-
tHnlé : a Attendrons-nous l'hiver pour adopter l'heure
d'été P a Et les tHusions méchantes détenaient de plus en
phrs fréquentes. Enfin, les *îôirt messieurs dn-fent sa rendre.
Voici l'information officieuse de I* m Agence Htttat » :
Paris, 4 juin 1918.

La eommTssion aérla-torrale a avancé MMI légale.

Après audition dc'M Parnlevé, elle a adopté un nWe
transactionnel tendant a laisser au gonvernément l'initiative
de décréter la réforme et limitant l'application de i» nou
Telle hfnrc au i^^octobre.

La parole c»t au Sénat et an- fffflitcfnement.

L'assasisalat de J?urèi.

L'nssl^ssin Vîltain a adressé au président de la cour d'as-
*îse» une lettre, pour se plaindre dea éternels renvois de son ■
procès. La lettre conclut 6n ces ternies :

Tfffrt en eon&Bm*, f$ MWAtt* Mon-far à eOtre haùte appri-
eHlion de mtttj4itrat,>et je eo-is ' demande : ou rfifro \wgt iWnV-
âtatetnent-pTr douze cHmrénr français, fâl-ee & huis clos, si t'ordrt
publie léjiye, eu tout au moinr d'ilre mit en liberté prociêolrt.

Le président de la cour d'assises a communiqué ectle
retjrrete au prorHreur général Herharux.

-Espérons que Moritreur l^sMftssiin rtosfstra eeltc foir *
trom er des jirges.

■La'réornaTHtotten de hr Oenflure.

Nos réefemri se sourfenr/ent que V ((Action Française»
a prétendu qfle la, dîspïtilîon de ai. Ointtîef ftcîlttèrait la
-propagande pour la «faix boche n. Le a grand maître a
a disparu tout de même. Il convient donc de citer le né-
erologe dV Léon Baudet, du moins en partie. L'homme au
•atyle doux et cOmphusant écrit :

« On armorree tfue M. Jilfes f^nutier qaitte le iwrvice da
h Cerétrrre, Ce Jépart 'vu coniltter de ^oie le v/endcleLtre
e*e«rWré, le TThltfv*is citoyen qu'ést CTonwnoeau, le èsarlet-
que et dangereux infatué qu'est .ludet, le loucho Tdry et le
toleur Vrgo. En 'éfv*n*he il «frîsttrit tes JptftnlOtea' et ceux
qui avaient rceèTnrni en M. Mie* (îawtrér on homme elair-
Yrr/imt et'ferme, e>"an Kottrct rfJWfaitement oom-sois, mai*
inaccessible k tout.ee qui n'était pas lo eWorr de sa charge
et l'intérêt du-peys. n

(Pour éelairclr le lecteur, ajoutons que le n louche Téfy a
e» le ff-rrdenr Visgo n sont oVs rffrcrterfrs de journaux qui ne
partagent pas les vue* « irrfégraleuient nïtionalftlet » de
l'auteur des (t Morticole» d.) '

tes

LISTE W 1TO ^NTENANT 460 NOMS

. (Btiproâucticm strictement interdite)

e» -m Ha «s'gréas aspmi ts «aUfoiis ci se tra'jvtn; les oMaan M tes noms SdltHiL — te ttta: lies mm pa-affés M'eultuirriii]; je monte à mm 859,700.

Total «es prtsonrtiers français HttBtHBW* ifa. Allerrtnr^.o i 340,000.

GIESSEN

(Suite.)

Hamed ben'JUuli, tiraill. maroc.
Htirned bru Mohamed, tiraill. ma rot:,
ïlaantd ben Mohamed, tiraill. nwfoc.
Jtatic Saxli, Urailt. m troc.
Jhflchùrîi ben JiUlj, tiraill. irMroc.
Jhtj Mohanted -ben Jrnmon, tiraill. nrattx .
Jhawi'm ben Itrnhmi, tiraill. nurao..
'Jhioutin ben 'Moiwracd, tiraill. nraroc.
Jharsen' Beneli, iiraill.'mtroc.
Jhaaaen'ben Aounmr, trnill. maroc.
JhaisenJ>en Mohamed, tiraill. maroc.
■Jliesten ben Ah deJla, tiraill. mttroo./
Jilali ben Ab délia, tiraill. nroroc.
Kebir ben Kadour, tiraill. maroc.
•Ifebir ben Mohamed, tiraill. nraroc.
Larbi ben Hauwrf Ztrrîlri, tiraill. mafoo.
Mohamed ben Ali, tiraill. maroc.
Thiébaud Piul, AimdVvillen (Doubs), îhf. «70.
ThKvent lïenri, Fontaine (Doubs), Enf. 170.
Thomas Arthur, Saînt-Omer CPas-de-Galéis), int
Titaerand Mt^loire, Dijon (Côtff-d'Or), inf. 170.
Toupet Aimé, Brevilly (Pia-sie-Cahiis), inf. aû8.
Triboulet Juiea-Ernest, Urelle (Doùhs), Inf. 170.
Trotoux Louis, Mâcon (Saône-ct-Loire), inf. 170.
T/ousaé Emile, Carellcs (Mayenne), inf. 170.
Valantin Adolphe, Malakoff (Seine), inf. 170.
VaJla Antoine, Marseille (Bouchea-da-Ilhdne), itif. rjo.
Vandenbuttche Iaaie, Dexguea (Nord), inf. Sio.
Vaney ChtrLea^ Tliaon'(Vosges), inf. 170.
Varlel Louit, Boulogne-sur-Mer (Pat-de-CaJais), inf. vj*.
Vasseur Chaiiea, Mingoval (Pas-de-Calais), inf. 373.
Vattcur Gabriel, Yèvret (fiure-cl-Loiro), inf. 170.
Verooutre Joseph, Tilqua (Pas-de-Calais), Inf.
Vermeach Paul, Broulëerque (Nord), inf. 3io.
Vesmerache Edouard, Billy-MonUgwy (Pat-dc-C), inf. 97!.
Vlard Charles, ■Hesdiu (Pas-de-Calais), (ni. so8.
Vinaart Clotaire, Sl-Gormain-dee-Jos-Fostés (Allier), Inf. "a^S.
Wagaert Juîca, Saint-Pol (Pas-de-Calais), inf.
Wailly Louis, Sallaunnnes (Pas-de-Calais), inf. aqî,
Wavrant Victor, Ix*is (Pas-de-Caluis), Inf. 373.
Winckler Pool, Paris, mf. 170.
Woilrain Louis, Anie.hca (Nord), mf, 170.
-Wothcr Louis, Hémn-Liéto-rd (Paiedc-Calais), Inf 373.
Yart Auguste, Calcus (Paa-de-Gsrlttia), Inf. bo8.
Ab del Jtrack ben Mohamed, tirailleur marocain
Ab del Rajaman ben Mohamed, tiraill. mar.-"-
Ab Selem ben Harnadi, tiraill. uiaroo.
Àb Selem ben Lajhlcn, tiraill. maroc.
Ah'Selom ben Tayel, tiraill. rntrroc.
Ab ban Abd-el Kader, tiraill. maroc
Alaaa ben Mohamed, tiraill. maroc.
Alsta beu Mohamed, tiraill. meroo.
Mohamed ben Ali, tiraill. maroc.
Mohamed ben Ali Ierredji, tiraill. maroc.

Mohamed ben Ahmed, tiraill. maroc.
Mohamed b-n Aouri, tiraili. maroc.
Mohamed ben Aoumir, tiraill. maroc,
Mohamed ben Aoumar, tiraill. maroc. <
Mohamed ben Bouehaib, tiraill. inaroc
Mohdnied ben llouoliaib, tiraill. fnarv-..
'Mohamed heo'Bouohta, tiraill. maroc.
Mohamed L 1. Hanfed, tiraill./manoc.
Mohamed ben Hamed, tiraill. maroc.
Mohamed bén Hamed, tiraill. maroo.
'Molmmcd ben Jada, tirfill. maroc.
Mohamed ben Jhaehimi,«tiraill. maroc.
Mohamed J lis uni, ttraill. maroc.
Mohamed ben Ldrbi, tiraill. maroc.
Momimed lien Mohamed, ttraill. irraio-
Mohamed bert Mwfhrowl), tréaill. stmro
Mohamed ben 8arajh, tif»il!. maroc,
Mohimed ben Unbrffeavtiraill. 'Uïaroc
Mouley Archî ben Mohamed, tiraill.'ma-
MoUley ben 9aYd, tftlkU maroc.
Mourzouck'ben Ab délia, tlmill. 'maroc.
Rajtial ben Mohurued, tiraill. maroc,
Stùd ben Orafful, tiraill. rmiroc.
Saïd ben Mathi, tiraill.■maroc.
Stïd-ben Mohamed, tiraill. maroc.
Saïd ben Mohamea>, tnraill. maroc.
Satem ben Mohamed, tiraill. maroc
SuHan ben Ali,'tiraill. meroc.
Tintr ben Driss, tirai!, maroc.
Tacl»ar ben Drfs», tiraill. maroc.
Tami ben Bomnta, tinttll. maroc.
Unbarclt ben Mohamed, ttraill nwroc.
Pelloquin Félix, Vieux-Cerne O'endéc), capOrel, Inf. 84.
Jamea Josupli, St-André-des-Koux (Loire-lnfér.), Inf. SS.
Guillern Jean, (Juimper (Finistère),'iiff.^S.
c^gimy Louis, ArrOu (Ewre'el'Lott«),*(nf. oOl. *5.
Dupas François, Braillé (Loîrë-ïnférleùre), inf, *H-
Violain Emile, Nantes (ILonv-Infériomu), Inf. Oi.
Brochtrd Alexis, Sion (Loire-Inférieure), Inf. Oh.
Martin Pierre, GéUgné. (Lofre-ÎTtfrJricurc), 'Inf. A4.
Auvlnet Stanislas, Chaumière (Vendée)., Inf. fjà-
Frappicr Pierre, La Beneliérc-rle-C.hauchée (Vendée), Inf. jJ.
Souffrond Ix>uis, Nuntcs (Lomé-îrtférîeure.), mf. 65.
Hamon Théophile, ftiaillé {[.oli-c-lnférlelire), Inf. 84.
Mahé Etienne, Saint-Jonrliim fLoire-Iriférieun.'), Inf. 1^3.
Jardin'Pierre, Cacn'(Calvados), fnf. a6.
Ducrolté Charles, Champigneillles (Mcirrlha-et-M.), Inf. |sj.
Auberl Pierre, Provins (Scine-el-Marno), Inf. 37.
Bichon Louis, Nantes (Lolre-'Iriférieum), mf. to.
Oaudet Emile, Maisdon (Loire lnfériertrë), inf. A4.
Soulard Arthur, La Dreffierc (Vendée), înf. 37.
Fouilloux François, Pails, inf. col. a3.
Poisson Désiré, Boyncs (iAirel), ihf. r53.
Schneider Emile. À'anry (Meurllie-et-MoPctle), Inf afi
Fléouter Jean, ROfïïat-KrtS (Loire-ImY-rienre 1, inf 65.
Colas Alphonse, Sucé (I.oire-Inférieriro'i, mf 1 V
Beauvîneau Edmond, Paris, inf, o3.

Imbcrt Auguste, PalluSu (Vendée), capbfal, 'inf. Ci.

Nicolcau Théophile, EsSarts (Vendée), Inî. i53.

Lùïcl Henri, St-Juiten-des-Goncelles (foire fnf.), inf. iSi.

Mioheneau Germain, Sl-Marlin-des-Noyés (Vendée), inf. i53.

Pilale Bucien, Bagnelet (Seînc), Inf. iSi.

Roy Joaoph, La Gaubcrtiére (Vendée), inf. col. 3.

Michtod Aug., Pelit-Bourg-des-Herbiers CVehd.), inf. col. 3.

Pérolot Louia, Boumeau (\'endéc), inf. col. 3.

Le Guen Yvee, Dremec(Finistérc), inf. 1$.

Kérommcs Louis.-Lambezellec (Finistère), înf. la.

Jaoucn Ciiillaume, Lambczellec (Finistère), Inf. 19.

Berlin Clercq, Raboteliére (Loire-ïnférieure), inf. 19.

Vinot Pierre, Grand-Prcasjigny (Indre^ct-I/)iile), mf. 6Jr

Ledu René, Coray (Finistère), inf. 65.

Robin Jean, Saint-Gérand (Morbihan), inf, 65.

Majoarioc Kranoois, Carllac (Côtes-du-Nord^, inf. tJç.

Breton Jeian-François, Saint-Martin (Finistère), inf. 10.

Lemarclnind Charles, "Plemeur (Côtca-du-Nord), inf. ig.

Simon Charles, Roscoff (Finistère), caporal, inf. ig.

Hamon Jean, {.ocquenolé (Finistère), inf. 19. ,

Douaud Jean-Buptiile, La Clicvrelière (Loire-lnfér,), inf. i4(-

Lejeune Jean-Louis, Poullaouen (Finistère), inf. 118.

Corbin Léon, Noiay (Loire-Inférieure), inf. 64.

Brizay Chaiiet, Nantes (Loire-Inférieure), inf. 04.

Bormond Joseph, Lanta (Hn-ule-'iaronnc), mf. i63.

ftosteln Clément, Cestot (Gironde), caporal, inf. col. 3.

Begnaud Francis, Saint-Naraire (Loire-Inférieure), inf. ig,

Josaerand Pierre, Toulon (Ver), artil. 3.

Pinson Bené, Villcloln (Indrc-ct-Loire), inf. i53.

L&rgeaud Edouard, St-Hilaire-des-Loget (Vendée), inf. iU,

Penot Céleetin, Sainf-Sulpice (Haute-Vienne), inf. col. I.

Décombea Maurice, GéneraC (Gironde), inf .col. S.

Danton Paul, Etreltes (Aube), Inf. 7g.

Blourde Emile, Ctrqnefou (IjOire-lnférieirre), inf. îç.

Tymen Jean, Donamenez (Finistère), inf. r53.

Bargairt François, Rosnoen (Finistère), Inf. 1$.

Au*quer Yves, Le Juck (Finistère), inf. 19

Gueguen Jean, PIoue*cat ^Finistère), inf. tç.

Guyol Pierre, Plouneau (Finistère), inf. 19.

Ledu Jean ,1-cuhnn fFinistèro), Inf. tt8.

Légallec Toussaint, Mangrts (Morbihan), inf. 19.

Cornuché Hnymond, AVnlton (Yonne), inf. r6o.

Hélint IjOUïs, Plonéou-Lanvem (Finistère), inf, 64.

Baudouin Pierre, Verncuil (Mnme), fnf. 96,

Polit Bo*, Trlgunc (Finistère), mf. g3.

Le Gnénéda! J.-Miohel, Moncé-en-S*ônois (Sartlre), inr. iW.
Le Garf Pierre, Sentier-Lanestor (Morbihan), inf. rtk).
"Vinot Henri, Chiohery (Yonne), inf. r53.
Poillot Albert, Saint-Motmin (Vendée), caporal, inf î>^.
Robin Pierre, Apremont (Vendée), inf. fj3.
Jendart Léon, Vincoy (Vosges), nipornl, inf. 1^6.
SeigncuriM Jean, I-a Garnnche (Vendée), inf. p3.
Manniveiler CharW, Paris, inf. 1^.

Gamarr! Maurice, Saint-Naraire (I/>ire-Inférieure), înf n3,
Robie Jean, Plumélian (Morbihan), inf. 160.
Dodin'Emile, Arvert (Cliarente-Inférieure), inf. pdl 3.
Daoudal Etienne, Guilcr» (Finistère), inf. 87.

Noret Louis, Grandveau* (•Semeiet'Glse), mf. 97.

BlivelJ.-B., St-Vincent-des-Lnndes (Loire-Inférieure), ttii tà

CouTtîTTfèret -frenVi, CtftfRts' 'CTarn-e^OaVOfrne), mf.

Coupet Eugène, Saint-Faust (Basses-Pyrénées), inf. col. S.

Bahu Ttfdorc, I^mph;i^-dn-Chf?nTin (ÏIlç:et-Vn.), inf. i«o.

Dexmier Jean, Sommières-du-Clain (Vienne), inf. col. 3.

Saby Léon, Marly (Nord), inf. 79.

Mallrel Philippe, BoWtrhcl (Fin\*tère), inf col. 3.

Papin André, ^amp-Sainf-Fère (Vendée), inf.'POl. 3.

Girard Emile, Sl-Gemme-la^htme (VendéV), mf. col. 5.

Naott Georges, Rigné (Deux-Sevros), mf. coi. 3.

Le toutdec Jqsephî St-GiHes-let-noie (eorea^da-N.), tnf 1

Pornet Joseph, Motnay (Indre) fnf. rHo.

ChaurnCt Gustave, Berl (Loire-ïriférleum), inf. 65.

Kerdeîhuc Joseph, Kerliam1 (Morbihan), inf. 65.

Le Ruyct Jean, Bnby (Morbihan), Inf. roi. 3.

"Betiirétean Heti'ri, Prmil fSnrthe), ««pond, fnf, itÇB.

Bourdut Marcel, Paris, caporal, mf. ï6i.

Marot AYlstrde; Dolx fVendee), caporal, fnf. 53.

Gougnard Waïfme, PayTé (Vendée), fnf. tfa.

Tillaud Enlrop, Sftînt-Valérm (VwHée), mf. 9S.

Le Gai PieYre/Ploenha (Mnrmlmn), fnf. 9S.

Thieblemont Emile, Robert-Mafmy (Haute-ïraTne), 'Inf -ç

Galamftnt Jean, Liendlcu (Itère), hif. 79.,

Gonet Pierre, PaViSy Inf. 79.

Broaseau Maroel.la ChMpelle-«nU^ih fDeux-Serres), fn'

Schulti Charles, Paris, ctfporal, iïif. 79..

Mollez André, Magnicoiu*l'(Aifn>), caponil, inT. 7Y

Masscroni Valère, Petttiere CAut>c), mf. 31g.

Legrand Pskil, Mftrtiil-snr-T^nip (Aube), fnf. 79'.

Cauquil Joseph, Espéranssci (Tarn), inf. i53.

Laurent Eméat, Si-Pierre-lé-Vi^ux (Vendée), inf. 93.

Calas Adrien, Sealvtggct (Tarn), inf. r5S.

Lucas Joséph, Sainl-Matlutrin O'endée), fnf. g3.

Pétillon Guillaume, Keirfehntin CFinlaTèrc), M. 9?.

Descoins Charles, Boulogne-sur-Sehie (Sçme), inf. 79.

Quenners Yves, Salnt-Ségal (Finislère), inf. g3.

Blon François, La'Martyre CEinistère), Inf. ig.

PorhieJ Jean, Bourg de-Brîec (Finistère),'Inf. g3.

Bonncmcftll Jean, Molières (Turn-ct-Garonne), fnf. i53.

Poirier Ferdin., St-Miehel-dc Chavaignes (Sarthe), mT. \T

Daudonné Sylvain, Paris, inf. r*53.

I^croy André,-Gif (Scine-et-Oise), Inf. col, 53.

Caillaud Charles, Gétigné (I/iircJnférieufc), cap., fàT jf

La Galliot Pierre, Qoîstinic (Morbihan), fnf. ij3.

Ilemé Désiré, Gif (Seine-et-Oise), Inf. col. a3.

Senisse Léonard, Eymoutier (Hffutc-Vicïlne), înf. *g3.

Delctang Georgea, Paris, Inf. 7g.

Lièvre Paul, Nancy (MeVirthe-ct-Motelle), înf. 160.

Pichet Marocl, Morelllet'(Vendée), Inf. oS.

Poirao Henri, Colombe! (Seine), inf. g3.

Mario Paul, Artens (Aude), Inf .i53.

Aulnclle Alphonse, Poligné (Ule-et-Vilaine), inf. r5?

Richard Maurice, Paris, inf. 5g.

Izard Eugène, Montferrand (Aude), inf. i53.

No«l Pierre, Faint-Jacut'(Morbihan), Inf. 65.

«M suivre.)
 
Annotationen