Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
k Julll.t

GAZETTE DES A R D E IM N E S

LISTE N° 183 CONTENANT 400 NOMS

Lb mm 03 lîu les gnupn

(Reproduction striotement interdite)

les MM * » trouvent In prtstflW dont w oins an**, — u total du- nom» punttés MtolnrM a non» i mm. 26.4^750.

Total dm prisonniers français interne* en Allemagne i 343,000.

Ï* USEU DES PRISONNIERS CLANDESTINS

Wap/ris utV /aua bruit répandu en France., U
existerait des prisonnière fronçai», dont le* n*)mm> ne
sont pas publies et auxquels U serait interdit d'écrire
à leurs familles en France, Pour détruire une foie pour
toute cette tcnéanci»n.ie' légende, ne**ê> déoiarons
expressément ceci ;

Tous les prisonniers français sont autorisés à écrire,
k leurs familles, dès que les circonstances le permettent.
Leurs nome eont, en outre, publiés aussi rapidement
que possibte dans la u Garttt* d*j Anlnm« ». /I emt è
r*m(îrqurr, cependant, que: cette publication n* peut
toujours s» faite aussitôt après la capture et qu'en
raison du chiffre très) IMw des* Sj5,ood prisonnière
français intentée* aujoutrdîha» et* Mlemagna, on ne
tauralt bien entendu garantir, malgré lee soins
cen.scimr.icus avec letquete les listes sont dressées,
qu'elles ne contiennent H>W> ItJHl

Ces réservée faites^ nous, affirmons à nouveau, an
réplique à l'insinuation d'après laquelle beaucoup dé
noms de prisonnière* ne* seraient pas portés à la con-
naissance de la France, qu* tous la officier» et soldats
français disparus, qui n'ont pas renseigné leur famille
sur leur c::4i#*té et-dt+nt tes nems-ns figurent pas non
plus dans les listes de la m. Galette de* Ardennej », dont
la publication continue régutièrement, sont à classer
parmi les victimes dont on n+ petit qu* déplorer U
mort.

HEUBERG B Constanz

(Suit*)

Dervleux Mariua, Ampufi (Rhône), cbM* Si
0ub«uf Jean, Pomey (Rhône}, c**.. clMMi 6.
Degultlon François, Chambone»^HSe-Vian»*}, chas*. flo<
Desgr&r.ges Jean, ChaWlon-Chakaroo»* <Mn>, oap;, ok«w f.
Domerc Léon, La^lanemsi»**»»*(Ci»**), cha>**>■ L>
- Dutartre Jean, Longwy (Jura), chas», 5.
Duclaud PiefW, Jarertnec r*ordi>gne), chaas. 5,
Girihawm» Vîctun Stm»(i\Injv osa>, oh* s*, a.
Garl» Loufs, fcmnpfl*» (Atrf), cWaSi. 5.
Qobert Justin, Girmat (Àveyronj, chafli. 6.
Gruet Jean, LaiUeane-V*rtie»* (D*uA*j, c*nss. 1
Hartet fean, Mongirllhem (Gara), chaai. 5.
Jetoquet Prfîtfpp*, Toulouse (Jura), chas*. S.
Jbyiea* Jee», U'ftr^ette-WMHW: <Tfte-"V*errn»y, oajt, otiass. I
bapartftte Ootks, Ports, china. 8.
Lalour Jules, Arbignieu (Ain), chasa. S.

kgtthmk l a m» i. Hsweém *Wê*H <*aM &

Loult Gustave, Paria, chasa. 5.

Mores* BNntTka\ I^foc*!;- \inbreuil (CMeW'dl*), ck*4* 5.
Pellissard Joseph, DoIe-la-Bedug (Jura), chasa. 6.
Psrry Camille, RniVsur-WaaeM» (VbagaJ»», oteaaa. B.
P#rrot Mhrca*,1 .>Jrmetreu*v**-Pytoife .CoK-d'Or*, chas*. 1

Poulailler Ernest, Lageneat (SoonB-et-Loire), chasa. El

Quoli*i' George», Pont-de-Roîde (Donna), chas* B.

Rubis Gustave Lfmogee (Hte-Vienne), chas*. 6.

Samy- Piefr*. La Roche-1'Abeille (Hle-Vienne), chasa, B,

Solehe-rme Lucien, La Tesle-de-Bucli (Gironde), chaaa. 5;

Thourez Hehrl, St'Sdrhein (Jura), chasa. B.

Tournier Alphonse, Lepuy (Belfort), chaaa. S.

Trelongea Eirifte, E frac-su r-l'I si e (Dordognê), chaas: K

Veulurinl Charles, Maudeure (Doubs), cap., chasa. 5.

Volaln Robert, Parlai chasa. 6.

Vas aie t Maurloa, Noieroy (Jura), chasa. 5,

VuCIÎod Paul, Lyon (RhjBa), chaaa. B.

Vakfawt Justav B»Uecnu<Pi^oubs), chnss. 5.

Amadou Franolsqtu, Hilaire-las-MoDgea (P.-de-D.), chasa. S.

Andreanl Dot»4niqua>, Zilia> (Coria), chass. alpv 27,

Aijtolna Félicien, Villeraerine (Jura), chaaa. 5.

AnWgnat Antoine, Pousol (Puy-de-Dôme), chass. G6.

Bahuaud Andréa St Luc» (Loire-Inf.), £éni« i,

Ballufln Joseph, Miribal (Ain), Inf. 152.

Barbet Lucien, Tr«voux.(A«n), cap., chasa. Bt-

Barjaud Fernand, Parla, gitile 2.

Barraud EinUat, LaJieua-la^RochelIe fCbarprite-Infôn), ganU 1

Bartha Bogao», KitEideana-Remiremont (VoSfit»), ohaem B.

Basdevaut Rena, Anoste (Saône-et-Loire), Inf. 2Ml

Reliât Joseph, Parla, gtfclia 2,

Balltramelll Kmila, Arbola (Jura), tnï. 152.

Ber.'.ou Aihert, Paris» Inf, 152.

Bertln Oaorges, A:iw!y (Sa»ne-et-Loire), Inl' 2Mk

Bossa Uanrt, Périciicu* (Dotrdogne), chaaa. 6.

Blatagna Joaeph, Aubagne (Bouches-dU'RMau^» «haati &)p <•

Blauquelort Jean, Agda (Hérault), génia 2. „

Bocquareau Alfred, Paria, chass. G.

Bolason Oa»t^»li Si-Pre»Pe^ae-Vaille (Vienne>, ch'nss.

Bonnafoua Olivier, .''t-Su]pice (Tarn), génia 2.

Bogual Donat, GrangeB (Vosgea), Inf. 162.

Bougea ClemeftS, La Véry-de-Grassac), chass. h p. 2T.

Boulet Loula, Larance (SHvie), Inf. 229.

fiourdy EMa, St-Casaien (Dordogne), chasa. B.

Bourgia René, Fontana (Aube), chasa. 5.

Broo Jean, Eicaro (PyrSluees-Orientalea), génïe t

Brguard Geoigaa, Méjtiera* (Vdennea)., chasa. Sv

Brauaaaa> ifwlui, Searas ^TaraUv génia-2.

Brun Gedeon, Rlberet (Htes-Alpaa), chass. alp. M,

Bugnot Victor, Taveauz (Jura), chass. 5.

Buùhm Bm«BBV Paeta» idhtaai 5.

Ca#dou«r Josaph, OrtHîth fPyrtrté^Orient.), gôn!» f:

Carra IaM«n, \'Me!«y (Ymme), gérJa 1.

Gwwsseret HVtwf, Ràtton (Vosga»), cap., inf. 15X

Chaèart'A-iAHia, Vt«h»a (Altwr), sera;., crwsK Bi

Cfc*triv>n Lcnife, O:■>rbevnie (Seine), inf. 1G9>

Chamayou Julea, Senoulhac (Tarn), génia l

Chapalle Charles, Paria, génie 1.

Chartat Ben«it. TrivieMur-Mniajna*. (ln\ chas». S.

CharWfrrmé; Cussf (Saone-^Loira), Int. 22S:

Charpin Pierre, Montembroux (Jura), cap., inf. 152,

ÇhaasagDC ViMiiio, Nogenl-aup-Morae (Stdne), chaaavl

Ch'aaUa Paul, I^bareli» ^JJrÔme), chaa», ah> 6*

Chtv-aFia Gôor^e*, Fèohe-ii>Ch*l*l (Ain), caiw ekt** alp S.

Owvrisr Paal, \4onbangaiy (Niévra), int. VSÈ.

Clair* Ella, Raman (Ain), chaaa, 8,

Clément Claude, Megoraa (Saône-et-Loira), cap., inf. 2eft.

Clément Mariua, Vitry-aur-Setn» (Seine), aerg-, génia 1.

Clore Jules, Perrigay (Jura), chass. 5.

Coinua Albert, Geradiaor (Vosges), Inf. 152,

Colaa François, Neuvile-loa-Nlmes, nif. 15£

Collom André, St-Jean-da-Thurigneux (Ain), rhaea. Bu

Colombat François, Banisaon-Dieu (Loire), chaaa. S,

Cordeller Laiara, Pana, Inf. 2-^9.

Cornu Aloiandre, Neuvellea (Hte-Savoie), chass. 5.

Coucy Marc»!; Limogaa (Hta-Vionne), cap., chaas. B.

Dallât Aleximi-wav St-Fujoux (Corrèwj), génie %

Darbon Berna»*, Maraeulaa (Hte-Garone), gênAer-l.'

Daudet FrançoLn Limogaa (Hte-Vienne), aarg-, chaasit t

Delameiri* Jaan, B«BE«r«Hjaland (FIte-VleanajL! chaaa, S.

Delozanna Charles, Etalon (Somme), génia 1.

Domoucbjr AlTrad, Vlnberl» (Oise), génie 1.

DosleUra Phlllbart, Trembly (Saônc-et-Loire), chaaa. Bi

Desting Delphln, Eternon (Doubs), ihf. 158;.

Detrain Louia, Salaormela^sur-Guy (Jura), ch»£a».. B,

Dorgueilh M-urcel, Virlaneave-Dormont (Ain), chass, t,

Dorlïa» Bernara, Montelteux (Jura), chasa. alp, 2f.

Doyan Eàgaavay Raima'(Marne), a*rg., g«nlt 1.

Dujardi* AjiK4h«, Pari*, ohaaa. B.

Dumail Robert, Seiiea (ïlte^Saône), caa>( obhae, B.

Du mon toux Alaia«dr«H Ciaimont-Farrand (P.-da-D.), eha» t,

Durant Virtor, Chntou (Ssine-et-OiaaJ, génia 1.

Duss&rat Lucian, Biaaritx (BasseB-PyrénéosX génie L

Elby Jean, La Vtnause (Saône-et-Loire), chaaa, B.

Fabre Joaeph, Sadde CDouba), génie 2.

Fougaufflar Pierra, Grivea (Ain), chass. B. +

Pritach Josepk; B«e«»ço& (Douba), chaa« 5.

Gardella Franaoïas Paria, génia 1.

George Geimain, Gantaaav» (Glronéé^ chasa- B.

Gerin Auguata, Lyoa (ahôaa), cap., chaaa. B.

Glraud Eugena, Veau» (Ailler), chaaa. alp. tic

Gonon Jean-Baptist», Terrenofr (Lolra), chaaa, aJjj. 91,.

Goueron Jérôme, LavaUoi», (Seina), cap., génia 1.

Graviers Philippe, Parts, inj. 22S.

Gravol Loula, Laynea (Puy-de-Dôme), chasa. alp. 27.

Guaudry Alaxia, Paris, (nf. 229.

Hendrix Ecaifla^ Oyanaatv (Mn), chaas. 6.

Houot BaptWav GnacvgaavfVesges), int 15t.

Huot Marchonii Bretoa-Vilfcra : Doubs), oavpu, ch«aa,5.

Jacquc* A»dp», ChaUlioiv-».-I« Charonne (Ai»# rlnih 1'

Javau An loin», Paria, génie 1.

Jayr Joseph, Lyoa (Rhône), chasa. 5.

Jolly Marcel, Paria, chass. 5.

Juvanon François, Vrllcheuve-sur-Aîn (Ain),, chasa. 1
La Bruyère Henri, Parls^ inf. 158.
Lacaasagna Syîverfn, l^bavriele-L'Ev f.que, gént* t
Lalre Jeaa^Ba^Hat», aroiaRsUrr» (Hte-Saônatj ohaaa fc

Laurent Francisque, Oyoasax (Ain), cltaMk tV
Lauriau lAaara, SV-Eugène. (Ain), Inf. 229.
Lavclatte François, Sancoin (Cher), Inf. 22t.
Lecoine Fernand. Tholy (Jura), inf. 152.
Lavêqu» André, Bajollea, (Nièvre), cap., géni» t.
Mailla Marcel, Lavan-V»Qla|ant (Doubs), chaaa. 6.

Uniw Maria, Manbanay^oUtni (Ain), chaaa, b

Marchai Emile, Leapangea .Yonge»), inl» 22ft.

Marchand Charka, Reiniremont ^Voaftea), chasa. 5.

Mathouillot Pau], Rambervlllara (Voagaa), chaaa. 6.

Majùnun Fernand. Lyon Jlhôaej, chaaa. 5.

Menège Guatava, Lcvallcoa (Seine), génia 1.

Montagne Camille, Bourgua (Tam^ gànta 2>

Neidet Hyppolyte,. Colombiers-Fontaine, chaaa, B.

Neuhard Gaston, AuberUn (Nièvre), Inl. 21$,

Odda Guillaume, Charnoy (SaônaMst-Loire), Inj. 229.

0"ry Camille, St-Hyppolyle (Saône-et-Loira), chasa. t

Page» Jean-Pierre, Paria, chas» 5.

Parai Michel, Paria, génia 1.

Paru Emile, Vomay (Chai), inf. 229,

Paria Joseph, Belleiontaine (Vosges), chae*. 5.

Parlant Laiara, Àuùigny (Côle*-du-Nor4), int 220.

Pey Agricole, Boyeur-St-Jérôraa (Ain.), chaaa. 5,

Peyretout Huiert, Javardat (Hte-Vienne), chaaa. 5.

Philippa Loul», Lagrande-Verrière, loi 239.

Pillard Léon, La Balncy (Sa4na>el-0jae), cap., chose. 5.

Poiteoin Paul, RJquiea (Xarn-et-Gironie), génia 2.

Pradat Fraaçolat, Paria, g^nta, 1.

Prat Jean, Bompach (Pyrénées-Orientales), chaaa» alp, 27.

Prévost Ja&n-B&pUste, Lavailois-Perrel (Saine), génie 1.

Prost Emile, La Ville-Neuva (Saône-et-Loira^, chasa. 5-

Rambaud Jean, fiapteme (Saône-et-Loire), chaaa, alp., 68.

Raymond Franciaque, Dîgoln iSaône-at-Lrj^re)4 serg., çhaa, 5.

Regogne Léon, Dole (Jura), chaaa, & pied 5.

Ro tarif nu Auguste, Pans cap., génie 1.
■ Revota, Pau*, Nte» (Arpea-MariBrnes), chaaa. alp. 27.

Richard Afcal, Bft.BBe-».-le-Rupl (Vosges), Inï. 15fc

Richard Julo», VfcKd'A]oI (Vosges), chaBa. & pied 5.

Rtgaud Fraftçota, Arcq-Seacrt (Douba), inf. 192.

Rochaud J.-Marie, Curgies (Saône-et-Loire), inf. 15R

Rocher JoaepH; Yasingoaux (Hte-Loirff, chaaa. ahp S8.

Rocquanea Jean, Monlfcnnia ! Héraultv, génie 2.

Rollandea Marcel, Bellecomberyon (Vosges), chasa, k pied î

Rotiquien Paul, Sali (Tarn/, génia 2.
I Rocyer Maurice, PPOsaBva,<M»eeB» (Voaga»}, sap., cha.**; 5

Rudis'aon François, Montmerle-s.-Saône (Ain), cap., chass h

St-Chuqtia Rémjs, Bortloaux- (Gironde), géni» >.

^l»ty BratMt, tamsaavnon* (Vosges», rat. 153.

Sotv»» FratiçûlBv La, FWohs-Vineus» (Vost^sj, chas»- à p. 5

Si»»» Mclfcf, Cha,9fi»>s,-5a«Be (Saôiie-et^LOfra), c*U«, 1

Taii:au<tiec Claada^ Gran»6iou> (Puy-de-Démo), oaasa> à % 5.

T»uiau.l Ifcwiard, Ut.'dtui-Sl-Victop (Bhô»o), es»»-, aïp. Ci?

Terrier André, Mathener> {Jura!, ofeaas. alp. n.
; Toamat B»ptiaW, Sfttaièe (Héo-LoirOr,, chacs, aap. 68.

Therwviod Claude, NtonteuibHin (Nièvre), mit 2m.

Thoion Claudiua, La Valbonna (Ain), chaaa. alp. k,

ThemsA Paul, Ruftt (Vcagea), claiaon, chaaM* alp. 5.

TUhnal ABtotoa, PaKB, china, alp. fi.

Tousaaint Henri, Ruaux (Vosges), chass. arp- 5.

Touzet JMn-Marie^ Bullion (Puy-de-DÔMic;, chasa. alp S

Touzat Love*. Panta»» (Jiirft), chaaa. alp. 5,

Trapon Joseph, Condalùu-CoaJweV (Ain), chass. alp. 5.

Turel Lowia, Tenaj (AùaX chasa. alp. 5.

POUR LA PEAU NOIRE

Soui ce titra M. Pa*l Brmse*, député dat'IaMW-fraaçfci^,

h publié un article de fond dana ia u Franc*, de Borduws s
Su 10 juin. Cet article illuatrant d'une façon aiaex claire la
problème ardu des relaHcma entre lea Franc*il da Franc*
«t ceux dea coloniea exotiques, noua la reproduisons ia
•zteneo :

Voici que nw ' dernieT»* contingents hindous et antillais
montent vers, le» trauchéa*. Ils ost passé un»»a»tia da l'hiver
k a'inatruiM, eav TufiMi» ; on la» a rametVaV k alaraeilla ; ils
Tiennent en congé, réchauffer leur cœur i notre Foyer co-
lonial, cette admirable hôtellerie du front noir que le* dé-
puté» coloniaux ont aidé le docteur Vitalieo è créer, avenu»
du Mai iip, à Paria. .. Puia, aac au du et hMonuett* au ce non 1
Us sont Bolido» autant que quèiQfwya, «Mima/euv et fiera
da l'uniforme. Eu* au***, ili « iw» am-ont ».

Pourquoi faut-Il qu un pat da triste*»* barba leur front
die qu'on leur parla de ce qu'il» ont ltriaser l»-b*s, lorsqu'on
évoque le aouvenis dea fatnUle» lointavinaa, — de» viaiUe*
mamans ai malgriotea et caaaéa* par le* privation», mata
qu'on embrasse de si bon oœur ; — da» mioch*» qui courant
au», jolis brome* animé*, mata qui sont si fiers da leur
grand frère et de leur papa } Cas hommes-lft ont le» même*
■entlmoHU qu» non», pewt-fttr© meilleur» dune l'ensembl»,
rôti» le u r tort «*V d'avorr la peM noire,

(Coup ds ciseaux du censeur.)

Le préjugé de couleur est un microbe que l'on n'arrive
pas k chasser da lt mentalité européenne, en général. Il
prend toute» le* formée éruptlvea. . . P»r quoi sonnnea-noos
èuloriséa, dci qu'en paquebot noua avoir* large* Mxrieîll»
•u BbrAeau*, è tutoyer le* domestiqua* jatuwe» ou noir* du
bord } A Port-Saïd, mm* 1»» inAarion* vc4on*)er* ; 4 Dji-
bouti pour un rien, noua U*ur allongeifona un» oeloate.
Osariona-noui le faire, autour delà Madeleine on de le nèeca
de» Quinconcea,J

« C'est un h«y [ » On ne l* voit que trop* a» Iudo-Crhi»»
aurtout I >fai» ce boy d'hier, — ou aon frère, — e»t main-
tenant appelé son* les drapeaux, avec noa enfants blsnea,
st l'admintstratian civile ne parait pa» asîea a'en souvenir.

D'abord, l'allocation aux famille» a été payée aux aoldat»
lndo-chinoia^ — qui aont de» Hindous de Pondichéry et I>é-
pendanoee, en général, — selon un tau* portroulie*. Une
Commission (itaturalfcmeaé I) o décidé qu'un vieux père de
tpldat cràaie'ittanei « «aul » 7 fr. 50 ; un vies» père dWin-
dou ne vaut plu» que le tiare, tout a* ptuat Entra le* denx,
oomme échelon», il doit y avoir dn Larifi pour le* matii
,(*crt, citron) couleura variée», tarifa varié» ?

On n'a pas envie d'en plaisanter ici ; on a'en attriste.
Ces jours-ci, trois ou quatre petits Hindou» étaient aaaia
lur un» banquette de la Chambre, attendant leur» député*
et causant gentiment avec d'autres. La curiosité général*
leur était très lympathlque ; lia avaient joyeirae contenance,
fùaia quelqu'un dit, en fnisarrt alhiemn ù da» bruit» q«i ont
couru : u fit m paya, qno se paara-t-il1 f »

A ce mot de paya* silence ; le» phyaionermiea des petits
soldat! s'étaient renfrognée*. On leur arntoh» par nioreeaux
leur» iouoii : — II» étaient employé» auao-Jinire» aux douanes,
k la police municipale, eta ; ila y tenaient tréa bien de
toutes petites place», dons ils-se contentaient. On n'est jamais
généreux pour eux et il» n'avancent guiVe. Il» se contentent
«" peu et même, ce* temps dernier» encore, ceux qui n'ont
Pu été mobilisé* prélevaient sur leurs maigre» aatarre* dea
aomme» conaiderahla», pour le* envoyer k des œuvre* d*
"'enfaiatiioe franfaiee» 1 . . . . Ort pour le» mobilisé*, SJUa le
prétexte qu'il* n'réaient pas oons-minaioinvés, on a supprimé
»ut traitement d»a qu'il» c*rt endossé l'uniforme I

fcfais, dir*Tl-o«, il y a un- ministre de» colonie* 9 — Sans
Cloute ; il c»t bicnveillnni et avisé de cas chose* comme de
?uj" "lll^c, '• 11 * et* s»'"' ^e réolauiulioiis de oe genre,
et d'sulrcs qui lui ont élé présentée», notamment par I*
député de Cochincliine, M. Ernest Outrey, et par les re-
présentants de l*Tnde. Il a martHeelé, plusieurs fois, non
Mael de- l'équité, quand il en a eu le pouvoir direct : ce»

Iour» dernieT*, p»r un décret, il a ml» fin, aelon me» »ol-
icïtations, k une autre-utuatsan* inique i le» fonctionnaire»
coloniaux qui sont au feu, continuaient k depandre, pour
l'avancement, de leurs gouverneurs généraux, ; ces dernier*
étaient ofeaarfé» d'apprécier leur* titres miHtniree I — La
inanHSredaa colonies a combien c'étfijt abn-if et, dorénavant,
le* dvAsr*** du front iront- dirwtement à 1» Commission
d» rJ les mur ut- d* Péris.

Mai* pour l'eartérieur tu ministère, il en va différem-
m*M!

(Coup déveitteavs de iq lignes.)

NOUVELLES DIVERSES

Humanité} russe.

Berlin* 2» jui» )»«, (Officiel.^

De») setafet* mue», dos régiint*nt» m* et >m> {bi* divi-
sion), qui ont été fais» prisonniers,, 1* sa juin, k l'occasion
da* combats du groupa d'année Limingea, ont déclaré k
l'unis»»* qu'ii* o*( repu i'ordre foivncl de ne pai /iur* d« pri-
tonnites aHemande, mais- de les iavr sema eawcpliof*.

Cela expliqua que) le Haut commandement rusa» pré-
tend, daste aon bulletin officiel du aa juin, qu* le* troupe»
ruase* ne fereieDI plu» gvaoe, sons le prétexta que le» Alle-
mand» emploieraient de* balre»< explosibie*. )1 est superflu
d'assurer qu* cette assertion, »i elle a été communiqué» au
Haut rorn ruantes me nt ruaae, est un ignoble me tisonna. La
déetaration officiel»» russe n» fait doua ;u'e\<:u«r certains
chefs nuioi, d*nt le* ordroe cnaégnent 1* lum*^*»!

Le d Temps » et U géographie.

On a* .!•!•.>• le» raid* de* avimpur» français contre le*

ville» ouverte» do Katrlswuli* o* de Mullheiro en H*de. A ce
prop»» 1* « Temps » donne' le k renseignement » auivant k
sa* lecteurs :

a Le Mulheim, dont les étanUssements militaires ont été
bombardés par noe avion», eet Mttlheim-sur-ie-rihi», situé
aur la rire droite, k i kilomètres noni-est de Colopne. s

Or, de AMIitieim k MOlbeim 1» rapide, mes) 8 è heure» 1
Quant i 1' nEcIair» il simplifie les eJioae», en disant tout bon-
nement Afan^ieirn ponr Mûllheim, Ce «<>wl les même» jour-
naux qui parlant d' « accident* de montagne est Suisse s,
quand un touriste français périt pré» de Chcmonix- (Haute-
Savoie, Franc*) 1

Contre la littérature malsaine.

M. Franche, invtiluteur communal à Pantin o envoyé
aux famille» de se* élàvos- 1» note auivanto :

Aux parents

J'attire tpéaiaiement l'attention itej farnillee sur le danger
moraJ que présentent pour les enfant» le lecture de citr-
laine» publications d'un, genre narticuiisr, mises en vente,

malheureusement, un peu partout. Cet publications, avant
ta guerre, empaisonfuiieni déjà la jeunes»* française en lui
meltant sous lee yeux le» exploiis de bandits masqués. Elles
tentent, de nouveau, dViteroer sur nos ccoliert leur funeste
influence.

Au nom du bon ooilt français et de la sanli morale de
noire jeune génération, je demunde aux famille* d» m'aider
A combattre ce fléau en iVtÉNtMHsl d» façon formelle à
leurs enfants la lactave de« romans poUcurs et cks exploits
sanofunti de tytrticmeni» sinistre», pour iea* recommander
au contraire iej œuvres de nr>s grands écrivains qu'il» trou-
veront gratuitement dan* toutes las bibliothèques muni-

eê^Hteti

Le patrimoine lltténine de la France, ctf-asiez riche pour
que la jeunesse nVprouue pns le bevoin de lui préférer une
littérature malpropre.

Je saisirai, deu'HatirS) toute brochure soipeatav apportés
an classe, ej l'adresserait mus enveloppe coehetée^ a*»
parents de l'élève canine qui une sanction l
en cas de récidiva.

M. Franche a parfaitement raison, stuilesnent il * <
que cee publie*tM»» sont relativement innocente* quand on
la* compare au» * roman»i» et aux a ccw»**»-* qui aont
publiée tous le*, jours par La* grands journau*. Ce» produit*
malsains excitant le» instinct» la» plu» ba* «t a ornent la
haine d'una façon très dangereuse. Ils s* trouvant mien»
dans la* journaux lea phi» a littéraires a, grtee k oatta
c union sacré»-» de la bain*, qui, actuellement forma U
nota dominant» dana la a littérature » française.

Lea employée nègres à Pari*.

Nous lisons dan* 1' « OE livre » :

Hier k i» heure* ao — soyons précis — une dame des-
cendait l'escalier du métro au ChlteleL L» train entrait as»
p;ar« en marne temps que l* dam* arrivait k U dernière
marche. La barrière étant ouverte, elle la franchissait raploV
xnent et etteigneit la port» ds la dernier» voiture alors epae
la rame n'était pa» encore complètement arrêté».

Soudain^ surgit un employé, mai» un employé, nègre
qui, bondissant, empoigna violemment k bru 1» oorpa, ai
voyageuse, la secoua, la tira, la brutalisa pour la rejaUr
dan» l'escalier dont, gardian coupable, II avait négligé d»
fermer l'issue, ainsi qu» l'exige le règlement.

Des poilus, qu'indignaient ce* manière» aussi peu civile»
que civilisée», intervinrent just* k temps pour Isir* lâcher
pris* k l'employé déchaîné qui menaçait, an petit nègre, mm
Jeter tout 1» monda aur la voie.

Est-il permis d'espérer qu» cette scène scandeleue» n* ae
renouvellera plu* }

Un» lamIHe nombreua*.

Il eet arrivé k Barcelone un vieillard d» quatre-vInjV
treixe ans, né en Gelteia, qui avait qui:té son paya k viqgt
an» pour aller chercher fortune *n Amérique. Ce vénérable
nonagénoir*, nommé Lucas Negrerra» Paea, eet revenu est
Eapsgne aveo sa famille, qui se compose ainai :

i6 filles, dont fi veuve», q mariée» et un» jeune ilil*

a3 fils, dont i veufs, 13 maries et è garçon».

34 petiies-ullee, dont 3 veuve», aa mariés» «k f jeun*»
Bllos.

.'47 petits-fila, dont a veufs, ae marié» et 17 garçon»,

il5 anièree-petilej-fillfta, dont 1 mariée* et 4J Jeune»

filles.

3g, orrièra-potiU-fila, tou» garçon».

» arricre-arrikre-petita-nla.

7a gendre* et bru».

Au total, 179 personne*.

Lucas ^'clgreiras Pae*, qui a été marié trot» fol*, pc*s*d*
une fortune considérable. Il est'van* an Europe, av*o m
amala, sur un navira qui. lui appartient et qu» commanda
une des ses petiU-fila, »L* • Quotfcfts* *.)'

Ceux du front et oeux de ia presse

Dans 1' « Œuvre n, Zeté* publie cet ironique 1 BtQet A
noire Cousine Yvonne u (vous sèves bien, la fameus* cousha*
da tout lo monde des n Annules » 1) :

e Je suis chnrgée près d» vous, mnd*m*, d'un» petit*
commission. •

Vous „\rz, dans le* tranchées, beaucoup d'admirateur»
qui n'osent pas vous écrire directement j lia vous ocoiaé-
dèvent comme une divinité siégeant dana un empyré* pleia
de sentimenta aurhtimaina, parmi de* oheeur* tonitruante

comme M. Jean Bichepin ou séraphiques comme M- Maufjce
BÉmnay.

Nos poilu» s» font probablement une fausse id e de
l'Université de» Annales. Ils ont cerluine»iieiit raison [ors-
qu'ils diseaftt qu» vous écrivez bien. Il» exagèrent sans doute
lorsqu'ils m* chargent de vous dire que voua écrivez trop
bien.

An début d* lt guerre, vous êtes montée, d'un »eu)
essor, k un» prodigieuse hauteur d'héroïsme verbal ; depuis,
vous voua été* maintenue la-luut sans effort, pendant que
□oe soldats palouillaient dana la boue dea tranchées. Leur
héroïsme est devenu- une longue patience ; le votre déplue
toujours dan» l'éther ses ailea étincclnnte».

Alors, il* trouvent qu* voua le* flattes, que voua le»
gâtez, que voua en jetez un peu trop.

Par exemple», lorsque vous mettez dans la bouche d'un
soldat expirant une conférence spécialement écrite pour le
public dw a Annales s ; lorsque vous nous montrez un
deu&iàm* peflu envient le sort d'un aveugle, et un troisième
navré de n'être pas encore cul-de-jatte.

Croyez-moi, madame, lea poilu» ventent bien mourir,
mai» quand ils ne peuvent pa* ftire autrement ; et ils pré-
fèrent garder leurs jambe», amtknt que passible.

On lisait un jour, »u cantonnement, un de vos plus
vibrants article* (c'était cet admirable morceau sur les clo-
che» de Pique», digue, ding, don I) devnnt un brève Rrtton,
qui fumait silencieusement sa pipe... Certainement, le
Breton était ému.

— Eh bien t qu'est-ce que tu penses ? demandèrent les
camarades k la fin de la lecture.

— Je rigola, répondit le Breton-

« C'EST MOI QUI SUIS LA MARRAINE

Voulez-vous une histoire vraie aulaut qu'amusante î
Dans Bar-le-ûue plein de rumeur dea troupes qui vont et
Tiennent d» Verdun k l'arriéra, un offiçier m» l'a coulée.

Il y avait dan» le» tranchée*, un soldat que toua admi-
raient pour son héroïsme. Après l'aVoir fait citer à l'oidre
du jour : * Que pourraia-je bien faire pour lui ? se demande
aon capitaine. H n'a pa* d* famille, si je lui Irotivjis une
marraine t ■ L'officier s'adrose» k un d» se* ami». M* T...,
brillant avocat dans 1» Midi : « M* compagnie compte un
soldat magnifique, qui ne reçoit jamais rien de l'arrière et
nul n'a pa* de famille. Trouvez-lui donc une marraine u.
L'avocat, célibataire et tréa patriote, répond par courrier :
a Entendu s. C'est lui qui aéra, la marraine. En effet,-tous
lt* huit jour», 11 envoi» un paquet bourré de provisions
Et pour qu'k celles-ci t'ajoutent des douceurs, la femme
d'un ami da l'avocat, Mme Baxt..., accepte d'écriru, chaque
aemain», un» joli* lettre.

Mai» voilà qu'un hoaii matin on sonne k ia porte de
l'avocat. C'est Benjamin. U a un» permiaaion d* ai* jours
et, sans crier gare, il vient voir ■« sa nmname ». Un peu dé
eontenancé d'abord, l'avocat lui dit : « Mon ami, votre
marraine, m» soeur, ae trouva malheureusement en voyage.
Ella sera désole». Mais ici vous été» chez aile, donc chez
tous. » Au poilu. Il ouvra ion appartement et sa bourse ; il
lui prodigue lea attention»,» le* gâterie». Ah b)eq oui i ai
choyé qu'il soit, 1» poilu soupire après 1» marraine qui lui
•uTol* d* ai douce» lettrée : ■ N» reviendra-t-all* pas avant
k On d* m* parmisiioxt r Eflt doit âtr* ai jolie, étant si
•onn*|»

Au bout de deux jour», le poilu paraît si malhoureux qu*
 
Annotationen