Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
ao «ont nu

LISTE N° 211 CONTENANT 700 NOMS

(Reproduction strictement interdite)
PRISONNIERS FAITS DANS L. A RÉGION DE VERDUN

Les noms on télé un groupBs assignent les endroits ou se trouvent les prisonniers dont M «on» suivent. — Le total des noms publiés |tiftï*vW si moult i environ 276,900.

Total des prisonniers français* Internés en Allemagne i 355,000.

OHRDRUF

Renard Fernnnd, Pans, chass. a p. 44.

Normand Ern , "Vaast-Dieppc-Dalte (Seine-Inf.), cap , mf. 2T4,

Leolerc Albert, Alloneville-Belle-Fosse (Seine-Inf), int. 27*4,

Potier Julun, Toges [Ardcnnes), inf. 1G2.

Etienna Bertrand, Rosay [Eure), inf. 274

Jeegir Marcel, Charlerol (Belgique), serg., Inf. 409.

Démain Arlhur, Valeneiennea (Nord), fnf 406.

Qïavalte Louis, Gorgues (Nord), Inf. 408.

Tjavle Arthur, Dunkerque (Nord), inf. 400.

Galllez Elicrmo, Morquet (Nord), inf. 409. - m

Lemire Gustme, Hénin-Uètard [Pas-de-Calais), Inf 400.

Aimé Louis, St-Jean-d'Ang«ty (Charente-Infér.), Inf. Sût

ûourello Emmanuel, Vieille-Eglise [Pas-de-Calais), Inf. 40* '

Vaiaeur Gérard, L'Etoile (Somma), inf. 400.

Warin Iejéber, Bresles (Oise), inf. 409.

LIMBURG */LAHN

(Suite.)

Fourel Pierre, Annonay (Ardèche), serg., inf. 111.

Fulcran Charles, Nice (Alp.-Maritimes i, cap.-iourr., inf. Ut,

Ferrari Joseph, Beaulicu (Alp.-Maritimes), inf. 111.

Fournier Arthur, Willerval (Pas-de-Calais), Inf. 33.

Félix Jean, Agde (Hérault), serg., inf. 258.

Frappas Emile, Marseille (Bouches-du-Rhône), Inf. 111.

Ferrara Charles, Genève (Suisse), inf. tU

Farnet Baptistin, Bourgoin (Isère), Inf. 258. _

Guillemin Jean, Avignon (Vancluse), Inf. 255.

GuQio Joseph, Nantes (Loire-Inférieuie), serg.-fourr., Inf. I7W,

Guillermet Louis, Nice (Alp -Maritimes), Inf. 111.

Ûuinet Eugène, St-Victor (Isère), cap., inf. territ. 104.

Gaume Emile, Tlilel (Allier), inf. 98.

Gassin Paul, L'Isle-s -Surgue (Vaucluso), inf. -259.

Girerd Joseph, Pont-de-Bcauvoisin (RhôneJ, ierg4, Inf. t. 10t.

Oarnler Jean, Renoisy (IIle-et-Vilaine), inf. 270.

Gautier Paul, Paris, inf. 98.

Gbéralnia Mou., Affreviîle (Algérie), tiraill ».

Ûiraut Amour, Nice (Alp.-MniiUmes), serg., inf. 111.

Glraud Jean, Roquefort (Alp.-Maritime»), aerg., inf. 111.

Oulllot Joseph, Vinay (Isère), Inf. territ. 106.

Glraud Joseph, Chateaurenard (Vaucluse), inf. 258,

Oamler Emile, St-Brieuc (Cotes-du-Nord), inf. 27a

Gutllon Auguste, Nie* (Alp.-Maritimes), inf. 111.

Gelas Marie, St-Pierre (Isère), inf. territ. 106. ■

Gauthier Charles, Avignon (Vaucluse), inf. 258.

Guibert Jacques, Orange (Vaucluse), aerg., Inf. 258.

Gay Ferdinand, Annonay (Ardèche), cap., inf. 25S

Grand Joseph, Ségur (Aveyron),'Inf. lit.

Guis Français, Nice (Alp.-Maritimes), inf. 111.

Gévaudan Jules, Cette (Hérault), Inf. territ 106.

Gallay Louis, Paris, serg., inf. lit.

Gautret Henri, Brest (Finistère), cap., Inf. 70.

Hennebellc Arsène, Armenlières.(Nord), Inf. 70.

Hobé Auguste, Nantes (Loire-Inférieure), serg., Int 111.

Hennand Auguste, Lille (Nord), eap.-fourr., Inf. 276.

Hamada Mohamed, Tenes (Algérie), tirailL 9.

■Henry Désiré, Paris, cap., inf. terril, 31. (

Henriot Joseph, Bordeaux (Gironde), inf. 211.

Henry Louis, Cherbourg (Finbtèie), serg., inf. col. 33,

Héntier Zéphuin, sjhxon (Drûme), inf. 258.

Hllaire Auguste, Le Luc (Var), inf. 111.
.Hugon Paul, Aigucs-Mortes (Gard), inf. 111.

Hordé Alexis, Fougère (Ille-et-Vilaine), serg.-maj., inf. 876,

Houde- tjdniond, St-Quentin (Somme), fierg., inf. 251.

Hervé Pierre, Annonay (Ardèche), inf. 111.

Imbert Joseph, Avignon (Vnuclnscj, inf. 258,

Isnard Joseph, Vence (Alp -Maritimes), inf. 111,

Junier Jean-Pierre, Montna (Canada), inf. ji8.

Janvier Pierre, St-Germnin (Ille-et-Yilaine), inf. 270,

Justarnond Félix, Beaiicoire (Gard), mai 6ch -de-Iog., huis. H

Joulfrel Maurice, La Seine-s.-Oi er (Seine), inf. 258.

Jacques Ferdinand, Lorgnes (Var), inf. 111.

Jeantet Claude, Aufavre (Savoie), inf. ternt. 106.

Jarrand Joseph, Corrençon (Isèie), inf. 140.

Jougla HeSli, Castres.(Tarn), inf. Ht. , *

Jouffret Antoine, Entraiguees (Vuuclusc), inf. 258.

Jammcs Fortuné, Toulon (Var), serg , inf 111,

Jouhanln Victor, Bourgoin (Allier), serg,, inf. 111.
-Lambert Heurt. Pugct-Ville (Var), se.gent, inf. terril. 211.

Llnsolas X., Barbeulane (Buuches-d.-Rh ), cap. fr,, lof. £51

Le Clam Sam SOU, Huuaret (Coles-du-Noid), inf 70.

Lelay François, Versuilles (Seine-et-Oise), inf. 270.

Leconte Georges, Mézières (Ardcnnes), inf. 270.

Laval Adolphe, Toulouse (Hte-Garonne), cep. fuur., inf. 211.

Legiand Louis, Toulon (Vax), sergent, inf. $11.-

Lahondès Adrien, Langogne (Lozère), inf. 111'. *

Lagueste Emincia, Etfenvllî* (Manche), serg.-four., inf. 78.

Langlols Marcel, Noily-les-Baina (Savoie), tiralll. 9.

Layol Marius, Caumonl (Vaucluse), inf. 258.

Lôo Théophile, St-Laurent (Htes-Pyrénées), serg., inf. 271

Légal Louis, Avignon ,VûucTîise), inf. 258.

Léautier Louis, Marseille (Buuclies-du-Iïhûne), serg , gên. W

Loy Joseph, Lorient (Morihan), serg. four., inf 7Û.

Labeur Germain, Montpellier (Hérault), inf. 259.

Louer Jean, Moucliaux (Morbihan), mf. 70.

Larcliô Henri, Fodgèret (111e-et-Vilaine), inf. 270.

Le Damany Efnam, Brest (Finistère), inf. 70.

Lécrivain Eufiène, La Chapelle (IHe-et-Vilaine), inf. 70,

Lapeyre Fronçais, Curruères (Gers), sergent, inf. 288.

Letnquel Gabriel, Epernay (Marne),* seigcnt, Inf. 154.

Laurent Georges, Vouillers (Marne), sergent, Inf. 154.

Lenoir Antoine, Tygneux (Creuse), inf. territ. 105.

Leget Clément, Montauroux (Var), inf. 111.

Lcgeard Henri, Rennes (Illc-et-Vilaine), adjudant, inf. 70.

Loiseau Léon, Ambon (Morbihan), maréch. de» logis, art. T.

Laflilte François, Chateaurenard (Se-el-O.), serg.-in., Inf. 258.

Lansard Albert, Mesnil (Manche), Inf. 15Î.

Long Auguste, Marseille (Bouches-du-Rh.), serg.-fr., gén. T.

Laurent Jean, Dôle (Lozère), Inf. 258.

Longin Maxime, Benurepaire (Saône-et-Loire), chnss. 21.

Lyannaz Eugène, Annecy (Doubs), Inf. 140.

Lerda Joseph, Nice (Alpes-Maritimes), inf. 111.

Laurent Paul, Paris, sergent, inf. 111.

Lota François, Baslia (Corse), caporal, inf 111,

Lefebvre Gustave, Le Hessis (Manche), inf. 70. #

Labcrty Charles, Slguer (Ariôre), sergent, inf. 259

Lagarde Alfred, Fou (Arière), inf. 259*

Latieule Paul, St-Laurent (Aveyron), inf. 111.

Laval Albert, Monieux (Vaucluse), inf. 111.

Leleu Joseph, Paris, sergent, 258.

MiÙet Henri, Avignon (\aneluse), cap -infirmier, inf. 111.

Martin Paul, St-Haon (Loire), serg- nt, inf. 38.

Mulet Alexandre, Marseille (Bouctie-3-dii-P.hùne), hu»*. 1

Muiy Jean-Eugène, Les Abreti (lsèie), cap., inf. terril. 10*.

Margaron Henri, Faichin (Nord), sergent, inf. 70.

Michel Louis, St-Médatd (Ille-et-Vilaine), inf. 70.

Menour Tahar, Tablât (Algérie), tiralll. 9.

Morard Julien, St-Lhnstol (Vaucluse), inf. 258.

Meyffren Paul, Marseille (Bouches-du-Rhône), inf. coL fil.

Mathieu Baptiste, Laurens (Hérault), inf. 111.

Mollé Jean, Collinée (Côles-du-Nordj, scigent, inf. 27a '

Massabuau Joseph, St-Hyopohté (Vaidï, serg.-fr., Inf. 111.

Malsse Jean, Toulon (Var), Inf. 111.

Montés Baptiste, Bcnuiais (Oise), sergent, inf. 270.

Marie Albert, Subies (Calvados), Inf. 70.

Massât Paul, Paillés (Arlège) infirmier, inf. 259.'

Massai F rançois, Roquedur (Gard),-maréch. de log., art Bfc,

Mhamar Ben-Marian, Chanot (Algérie), tiraill. 9. ,

Mosbah El-IIahsi, Bewray (Algérie), tiiallL 9.

Mimoun Mouhamed, Rouachet (Algérie), tiraill. 9.

Mehracrr Abderalnian, Rabfa (Algérie), tiraill. 9.

Méria* Auguste, Vitré (Ille-et-Vilame), sergent, inf. 70,

Maussion Eugène, Toucé (Ille-et-Vilame), sergent, Inf. 70.

Murât Jean, Rozan (Dordogne), inf. territ, 106.

Massei Paul-Simon, Ponlc-Leccia (Corso), adjudant, inf.,111.

Michel Gaston, Castelnau (HérauUj, mf. 111.

Mazel Henri, Menton. (Tarn), sergent, inf. 111. .

Moerlen Emmanuel, Agde (Hérault), caporal, Inf. 111.

Majastre Léopold, Gien (Var), Int 174.

Mounés Henri, Caromb (Vaucluse), Bergent 258,

Maurandi Victor, Nice (Alpes-Maritimes), inf. 111.

Nouvel Raoul, Alais (Gard), inf. lit

Noiret Fernand, Corbie (Somme), inf. 211.

Nautet Lucien, Paris, cap.-infir., tiraill. 9.

Nan Sympbonen, Goulier (Ariége), serg.-four., inf. 25à

Pérès Joseph, Bieuzy (Morbihan), sergent, inf. 70,

Poincet Lucien, Chaintreau (Seine-et-Marne), serg., lhf. t M.

Piovanelte Jean, Guenronet (Lolre-lnf.), inf. 175.

Payen Narcisse, Vinay (Isère), inf. 106.

Parnallaud François, Mallerey (Saône-et-Lolre), inf. terr. 64.

Penevern Jean, Montréa (Hle-et-Vilaine), inf. 70.

Perriaux Henry, Paris, inf. 111.

Prodnomme Louis, Secousse (Ille-et-Vilaine), serg., int 171
Piccardo Joseph, Nice (Alpee-Marttimes), caporal, inf. 111*
Pin Joseph, Rimarguea (Hte-Garonne),- Inf. 111.
Paul Fortuné, Molièl-esJGard), sergent, Inf. 111.
Pépin Paul, LTsle-sur-Sorgue (Vaucluse), inf. 258.
Palomar Louis, LTsle-Jourdoin (Gers), inf. 288.
Péralta CDsme, La Loubet (Bas-Pyrénées), Inf. 270.
Pielrosemoli Armand-Emile, Toulon (Yar), serg., int 111^

Persigny Jean-Louis, Lyon (Rhône), caporal, Inf. M.
Payany Emile, Avignon (Vaucluse), lut 111.
Pépin Jean, Toulon (Var), sergent-major, loi. 251
Peyrusse Jean, Villelaura (Bouches-du-Rhône), oap., lof, -gjj
Provost Louis, Fougères (Rle-et-Vilalne), adjudant, Inf. ^
Prloul Louis, Bazouges (IIle-et-Vilaine), adjudant, lot 83&.
Piel Olivier, Vignoc (Ille-et-Vilaine), adjedant, Int 171.
Picumil Jean-Louis, Paris, sergent, inf. 288.
Parcellier Maurice, St-Mandé (Seine), sergent, int 401.
Pailloux Aimé, St-Hilaire (Vendée), int 28t,
Petit Henri, Montpellier (Hérault), Int 251
Plandé Marie, Tasque (Gers), Int 281

Pe]u Henri, Porcien (Isère), caporal, inf. 251 •

Pallas Calixle, Vtnay (Isère), Int III.

Roland Alfred, Montpellier (Hérault), Int 111.

Renosi Joseph-Charles, Poggio (Corse), brancardier, ht ifj

Rollerl Etienne, Marseille (Bouchcs-du-Rhôns), Int Ui,

Roi Marcel, Avignon (Vaucluse), sergent, Inf. 111.

Robert Léon, Paris, sergent, int 111.

Reynaud Louis, Cette (Hérault), sergent, Int 11L

Rion Irénée, Alais (Gard), int 111.

Ratll Jean, Nice (AIpes-Martlimes), inf. 111,

Rossignol Joseph, La Carda (Var), Inf 111.

Rolland Séraphin, Pontet (Vancluse), inf. Bfl>

Rocher Albert, Vf«*ux*Vy (Ille-et-Vllaine), adjudant, Int ffc

Robin Louis, Thizy (Rhône), Int 140.

Rabatel Louis, Marseille (Bouches-du-Rhônt), serg., inf %±

Riatorto Antoine, Cannes (Alpes-Maritimes), serg., laf m

Robin Pierre, Mesnil (Loire), int 70.

Roata Jean, Antibet (Alpes-Maritimes), sergent, Inf. HL

Rousset Prosper, Nîmes (Gard), inf. 258.

Roux Fernand, Vagnas (A>dècha), sergent, Int 251

Raybaud Jean, St-Cézaire (Alpes-Marilimes), Inflrm., lof. hl

Reboul Denis, R«y (Gard), int 111.

Routier Paul, Vidauban (Var), Int 111.'

RIondelet Benoit, Delmont (Rhône), Inf. tTO.

Sarrasin Auguste, Beaumes (Vaucluse), génie 7.

Snldi-Belkhacem ben Djellouch, Batima (Algértt), llraH 1

Sisco Antoine, Marseille (Bouches-du-Rhone), serg., tof.

Statle Julien, Monte-Carlo (Alpes-Mar.), serg.-foar., Int M.

Simian Gustave, La Garde (Basses-Alpes), int Ht.

Serinet Edouard, Mort-Homme (Ille-eUVilain*), Inf. 171

Senquéry Louis, Thézan (Hérault), eerg.-fourr., Int Ht

Semeriva Chart, Marseille (Bonch.-dn-Rh.), serg.-t, Inf. lit,

Semeha-Mohammed Ben AU, Adéha (Algérie), ttralll 1

Soulignac .Emile, Clermont (Hérault), Int 2S(k

Sauvan Martin, Nica (Alpea-Maritimes), (.aponl, int 111.

Silve Rdouard, Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), inf. lfl«

ScalvinI Adrien, Grasse (Basses-Alpes), sergent, [nt 111.

Senequier Urbain, Bormei (Vax), caporal, inf. 111.

Savoret Raymond, LePerreux (Seine), sergent, Inf. 1U.

Séclin Louis, St-Onen (Seine-et-Oise), inf 154.

Simon Jean, Paris, adjudant, Inf. 270.

Sahdaoul RaiW, Bhabe! (Algérie), UrailL I.

Soinrapt Etienne, Montcreau (Seine-et-Marne), ler», L t M

Soulabail L., Laprennessay» (Côtes-du-Nort), serg., int 74

Silvestre Eugène, Renne* (Ille-et- Vil aine), inf. 171

'(A tiiivri).

BULLETINS OFFICIELS ANGLAIS

(Fronf occ/d<nfaI.)

Londres, 12 noat 1916, 10 K 35 soir.
Entre l'Ancre el U Somme, p«< de changement notable. Bons-
bardement inlermittcnt sur tout lo front. C« matin, nos tranchées
■u sud-est d'Vprea oal été violemment bombardées. Un corps
allemand nouvellement arrivé t tenté de aortir dea tranchées.
Cette attaque a été repoussCo. Le front est da nouveau calms.

Londres, 13 août, 1 h. st 10 h. soir.
Sur le plateau, au Nord-Ovcst de Bazenlin-le-Petit, noua avons
gagné du terrain vers M.ir;inpuich el noua noua aomnjcs emparas
dé tranchées ennemies. Au Nord-Ouest de Poziéres, une pro-
gression lissez tinsible a avancé notre front de trou t quatre
cents nitlrcï, sur une longueur d'environ seize centa mèlrca. Nos
perte* sOml minimes, en dépit d'un violent feu da barrage de l'ar-
tillerie ennemie: La nuit dernière, trois coups de main heureux
ont été ex rentes sur tel tranchéea allemandes. La premier au
Sud-Ouetl de la ferme do la l olie, sur la erCla de Vimy, le second
en face de Calonne et le troisième k l'Est d'Armentièrca. L'ennemi
a subi de grosses perlea , une mitrailleuse et des prisonnière sont
tombés cnlic nos mains. Les Allemands ont tenté, près de la re-
doute IIolicnïoDern, une ail.ique qui a été repoussée sveo perles
par notre infanterie ; nous avons fait plusieurs prisonniers bava-
rois. L'enri'im a bit exploser une mine à fEat du Cabaret-Rouge;
nous en avons occupé l'crilonnou-. Nous avons fait exploser troia
mines nu Nord de Neuve-Chapelle, ainsi qu'au aud des carrières
Nord'Oue«t d'Hulluch. L'ennemi n'a fait aircune tentative pour sa
occuper les entonnoir*. -La nuit dernière, nous avons repoussé
.une attaque a la grenade ou Sud-Ouest de Guillemont. Rien d'hn-
portint a signaler sur noire flanc droit, en dehora d'un asscs
violent bombaidi-ment des tranchées de première ligne cl de quel-
ques engagemerts de patrouilles dans les environs du bois Dol-
ville. Un de nos avions a observé d importante* concentrations
qnnemies au Nord de Pozièiv», derrière la terme, du Mouqucl.
Notre artilkrro les a pris elficaceincnl sous son feu. Les Alle-
mands s<- sont immédiatement dispersés. Aucune attaque ennemis
ne s'est développée. Un groupe de deux cents travaillons a été
décimé par nos feui de mitrailleuses dans la méms région. Sur
le reste du front, Aucun e\encment important t signaler, en dehors
du bombardement do quelques villagca de noire tons arrière.

Notie ivistion a exéetM Iner une nouvelle éipédition t longue
distance Des travaux de chemins de fer et dea voies de garage
ont subi d'importants degûls Plusieurs reconnaissances et atta-
ques de moindre portéo ont également donné d'eicellenLa résul-
tats. Les aviateurs ennemis ont montré de l'activité, tout en évi-
tent le combat. Nous avons descendu un appareil ennemi. Un
des noires n'est pas rentré.

Londres

L'ennemi a réussi la
pendant quêtons*, temps
conquises^ par nous hier,
autro év^ni-inent important
entre la Summe et l'Ancre.
Bina pertes un Coup de ma
mineur* Aorrt restés très act
allemande ou Bhiù* (Nord du
sauter une étendue considé
sont empares d'une certaine
Nous avons fait exploser
Cordonnerie.

, 14 août 1910, 1 s. 20 après-midi.

nuit dernii'èrs à prendre pied
dans un élément des tranchées
k l'Ouest da Pozièrea. Aucun
a signaler sur le front brltnnmqus.
Noua avons exécuté avec succéa et
■ m au aud du saillant d'Yprea. Nos
ijs Ils ont pénétré dana une galerie
anal Yprca-Cominos) et en ont fait
il« après l'avoir explorée, fie se
quantité de malérlal de mine ennemL
ec succès une autre mine près de U

racontée par un député irlandais-

Dans le u Bonnet Rouge a du 3 août, le docteur Arthur
Lynch, membre irlandais df. la Chambre des commune»,
ijui est un ami de la-Franee et un partisan des Alliés, a dé-
veloppé le problème irlandais dans un esprit nullement an-
glophobe Yoiei les principaux passades de cet srlkle :

« La question irlandaise, coirjme ls question du'pauvre,
est toujours pendante, et en partie pour ls mfms raison.
L'Irlande — et ceci cal vrai spécialement pour les partiel
nationalistes de l'Irlande, — ne participa que de tria loin

et imparfaitement à la grande prospérité commerciale qui
distinguait l'Angleterre avant la guerre.,..

L'Irlande est prîncjpalémcnt un pays agricole avec un»
très pctilo fortune minière. La population en est pour la
plupart d'origine celtique, bien qu'il y ait eu tant d'inva-
sions successives qu'il serait aussi vain de parler d'une tac»
irlandaise que d'une race française. Cependant, dam l'en-
semble, certaines c ara clé ri et iqu es se dressent en un con-
traste bien défini avec celles des Anglais ; les Irlandais, h
vrai dire, ont de beaucoup plùa grandes affinités de tempé-
rament avec le* Français ; dans certaines parties, particu-
lièrement dans l'ouest de l'Irlande, où le langage l'est con-
servé, un visîteur pourrait s'imaginer être en Bretagne.

L'Irlande est divisée en quatre provinces, correspondant
grossièrement sua quartiers d'un, blason et dana trois de cet
provinces la grande majorité du peuple est catholique ; dani
la quatrième, l'Ulster, il y a un très grand nombre de pro-
testants, et dans certaines villes manufacturières, notam-
ment da»s la ville de Belfast, les protestant! prédominent.

Ces Protestant sont pour la plupart lei descendante
(fimmir/ranfi qui furent placés, ou « planté» •< mr dci
Urrti prises aux catholique» par la confiscation, comme eon-
léqiiénce des invasioi\$ successives anglaises. A certaines
époques, cet établissement d'immigrants fut une politique
délibérée dei monarques anglais.

Les Protestants ont toujours déclaré que lours avantages
matériels étaient le résultai de la supériorité de leurs qualités
mentales et momies. On les appela le parti du Pouvoir. Les
Catholique! maintenaient que la prédominance protestant*
était due seulement à la parfialiié dti gouvernement anglais
qui faisait injustement baisser la balance 4 leur profil. CetU
version elt certainement la plui correcte.

L'Irlande a toujours été mal gouvernée par l'Angleterre.
Un peuple plutôt peu sympathique, mais calculateur et
tenace, l'est efforcé de gouverner aelon son propre point d*
vue un peuple k l'esprit prompt, impatient et combatif. .
mécontentement, rébellion, oppressions sanguinaires, for-
ment l'histoire du pays. En 17S1, l'Angleterre fut obligés)
par les difficulté! de la lituation extérieure, d'accorder un
Parlement à l'Irlande. Ce Pailemcnt fut composé de Pro-
testants,'principalement de la classe propriétaire. En lygS,
le Parlement fut lupprimé grûcp ù une monstrueuse corrup-
tion polilique de U part de Pitt et de son agent Castlcreagh,
les membres irlandais étant récompensés de leur vile
trahision envers leur pays par dei dons de terruins et d'ar-
gent. Sur cette base sordide, une nouvelle « aristocratie »
irlandaise fut créée et l'Union consommée. Les Nationalistes
immédiatement, commentèrent à résister, à s'agiter et enfin
k rebeller. De génération eu génération,'Ici héros natiunailx
Irlandais ont été ceux qui furent nu premier rang pour s'op-
poser su jong anglais. — Wolfctonc, Robert knunet, Daniel
O'Connell, Mikhell, ML,igtier, Davis, Stéphane et Pamell.

De tous ceux-ci, Paj-nell "fut le plus heureux, car ses cf.
forts obtinrent de sérieux résultats. Il réussit k poser le*
fondations sur lesquelles il était possible d'établir et de dé-
velopper une Irlande forte et unie. U fil du u Home Mule»
une possibilité. M. John Redmond, le leader actuel du parti
Irlandais, fut un des principaux lieutenants de Pamell, mail,
ce* dernières années, sa méthode fut de se faire l'avocat
d'une attitude de plus en plus ooncilfànte envers la gouver.
nement anglais. Un acle contenant le principe du a II. m»
Rule * fut p^ssé par le gouvernement libéral de M. Asquilh ;
maii la guerre avant éclaté, l'upplk-ation de Pacte fut sus-
pendue.

La guerre fut réellement la pierre de touche du degré de
réconciliation mutuelle que des mesures conciliantes avaient
pu produire. Ls grande majorité du peuple se décida sans
hésiter en faveur des Alliés, et je crois que ce résultat fut
en partie dû k un sentiment d'amitié pour la France, qui
a depuis lonptemps été en honneur chez le peuple irlandais.
(L'Irlande lait aujourd'hui que cVsl en prenant le parti de
ses opprrsseurt que la Fraine officielle et 1a presse la ré-
com]icn*en>nt de- rcb sympalhiei séculaires 1 — La RM ).

Cependant un parti a'éloil formé en Irlande suis la ban-
nière des h Sinn Fein » (n Nous-mêmes n). Ils el.m nl mé-
contents des effort! de conciliation qui avaient caractérisé
le parti parleuieiilaiie irlandais et ils dénoncèrent comme
un lâche abandon tous les pactes de compromis....

Les Sinn Feiners n'étaient pas nombreux, mais ila
étaient habiles, actifs, audacieux. L'éclat de leur drapeau
amena ls plupart des jeunes poètes et littérateurs k leurs
eûtes, et ce fut k la fois une cause de force et de faiblesse.
Ils étaient trop a dans les nuages ». De plui leur agitation
était presque certaine d'aboutir k un conflit sanglant avee
les autorités.

Ce conflit fut rendu inévitoble^ar d'autres événements.
Qennd il parut certain que le Bill du « Home Rule u passerait
au Parlement, l" « AsccndancY party u da l'Ulster résolut de
préparer une résistance par la force des armes. Au nez même
des autorités, ili l'agitèrent, l'organitèrent, et, finalement,
■oui la. direction de sir Edouard Car son, établirent d'une
façon expérimentale un gouvernement provisoire, ils équi-
pèrent des soldat! et, ei\ un exploit mémorable, importèrent
un grand nombre de fusils pour les armer. Ile avaient créé
une armée 1

En face de ce* procédés, le Gouvernement svait montré
une indécision ou une faiblesie qui s'élevsit i de la timidité.
L'exploit de l'importation d'armes éveilla chez. M. Asquith
une indignation profonde et je me rappellerai l'impressioa
qu'il produisit au Parlement quand il dénonça cette façon
d'agir ; par son apparence, son attitude, sa façon, U noua
donna un pressentiment d* la majesté outragée de la Loi
britannique. Quelques j'oujj plut tard, U avait abandonné
toutet'ces déclarations grandiloquentes et I* majesté d* I*
Loi britannique avait disparu dan* let coulisses- douteu**i
dé la politique de parti.

Let Nationalistes, au Sud et à l'Ouest, -répliquèrent ans
préparations d* l'Ulster. Ili établirent leurs propres roloev
taire» et leur procurèrent des armes....

Leun troupes furent renforcées par l'Armée dea Citoyen»
{Citizen Army), représentant un mouvement laboriit* 0*1
•ocialiite qui n'avait obtenu d'influence qu'à Dublin, sous
l'inspiration du fameux leader James Larkin et d* ao*}
lieutenant Connolly, qui commandait en aecond la rébellioat.

Le rôle joué par VAllemagne- dan* tout ceci a réellement)
été 1res minime. (Cette constatation du député Irlandais
détruit la légende ridicule du complot allemand. — La Réd.)
Quand les leaden Sinn Fein eurent décidé de ie loulever, lie
cherchèrent naturellement aisiatance 1k où Ils pouvaient
l'obtenir, et air Roger Caseirîcnt parait avoir été tri* actif
de ce côté.

Un facteur beaucoup plus important est le grand ippui
moral et financier donné, eux Etats-Unis, au mouvement
révolutionnaire par les exilés d'Irlande et leun descendants,
' Leur importance s été accrue par leur alliance avee lee
organisations politiques germanophiles ; mais lk encore le
principal motif n'est pas le progermanismt, mils l'anti-
anglicisme.

Je puis dire ici que bien que j'ai moi-même combatt»
contre l'Angleterre, ayant conduit une brigade irlandais*
aum cûlés det Boers dans leur lutte pour la liberté, j'ai été
de oœur et d'Ame avec les Alliés. 11 est vrai que deux motif*
ont peaé ches moi qui ne pouvaient influencer les Irlandais
d'Amérique : 1* fait que? je suit, de naissance, Australien
et que, toute ma vis — sentiment que J'ai hérité de mon
père — j'ai été un amoureux'd* Il France, un champion d*
ls bannière de la Liberté, de l'Egalité et de la i-'m terni:*.
(Que pense aujourd'hui M. Lynoh de l'altitude de la grand*
presse français f — La Réd.). »

L'inilucnce de la Franoe opéra d'un* façon contraire m
le cerveau de certain! membres du clergé (l'Irlande et parti*
culièremcnt sur celui des jeunes prêtres. Une grande partie
d entre eux professe une haine euven la France k oauae de
la loi de séparation et leur .influence n'a pas été négligeable
dans les trouhlei actuels....

Les esputs les plus ardents du parti Sinn Fein résolurent,
même contre les plui grandes improbabilités, de risquer
l'aveiitnrc et avec quelque a.uoo soldats, 1* plupart encore
des enfanta, ils occupèrent Dublin pendant une semaine et
Huiler le drapeau de ls République irlandaise sur

la

illc

La réprenaiea fut snnquinaire, et, comperés ivce 1* façon

donl le général Botha traita un* affaire quelque peu slnuV

l.urc dans l'AInque du Nid, k la fois Tindicatîve et impra-
' ,:<■ 1 'M ■ . st iiiaiMi iiiint sous In Lui Militaire, et cette

fsçon brutale de vouloir contraindre l'Irlandais IndomnteUs,
n'a fait qu'accroître la fores dee Sinn Fein. La situsik» de-
mandait du tact autant qu* d* la fermeté, et, cerOinement,
sur c* point, lee autorités n'ont pas fait preuve de qualités
brillante*. La vieilli form* du gouvernement en Irlande
■yant été un échec eusii affreux, et le maintien définitif de
la lot martiale étant impossible, M. Asquith envoya le
fameux M. Lloyd George, le ministre de la Guerre actuel
négocier aveo les leader» rivaux irlandati : M. Redmond et
air Edward Canon......■

M. Arthur Lynch exprime finalement l'espoir qus es*
négociation aboutiront k une ooncluilon équitable. Or en
•ait qu'il n'en est rien et que les coniervateuri anglanr ont
fait échouer la trsniactlon, La question frtandef» resss
tntière.

s Lonqnll écrivit l'article ci-dessus, déclare le « S<maM
Koage », 1* docteur Lynch, s* fiant aux néfocfatloof d* str
tloyd George — et eux noble» parole* officielles qui com-
mentèrent, k chaque Instant, le but dei Alliée dans la guerre
actuelle: La défense du Droit des petit» peuple» — «mt
pouvoir exprimer sa concluiion optimiste. Le* événement*
■ont venue, sinon démentir entièrement oett* conclusion,

de moins ls contrecarrer momentanément____» La eeaV

lure n'a par permii au journal populaire de Parti d *n dire
davantage. Lee Implacables oiieatix ont coupé ls conclusion,
n'an laissant lubsiater que oette phrase : * On ne joue pat.
impunément avec 1» /eu »,

L'Angleterre officielle n'a pas tenu compte d* cet svertie»
«•ment. En tusnt Sir Roger Ciiement, elle * témoigné sw
•on parfait mépria pour ces « principe* isers* », au nom
deequeli elle continue ta guerre égolate.

ÉCHOS D'ANGLETERRE

Complication» électoral**.

L* i« aoét un débat eut lieu à la Chambre dea Com-
munes, qui se rapportait k une question de politique intérieure
seuleincnt, maii qui présente ueamnoins un certain intérêt.
U. Asquith a déposé la loi prolongeant la durée du Parle-
ment actuel Jusqu'au 3i mai 1917. La question de cette pr*
longation elle-même disparaît quelque ptu devant la ques-
tion du registre électoral, qui n'est plui tenu k jour ipre»
deux ans de guerre, vu que lee mesures de contrôle em-
ployées dam les autre* pays sont inconnues en Angleterre.
De* millions d'électeurs sont aujourd'hui sous les drapeaux
et de* centaines de mille d'ouvriers des munitionsout chaofé
de réaidence et pexlk même ont perdu momentanément l--ur
droit de vote.

Le « Da% Chronïcf* a estime que le registre actuel basé
*eur l'état des réiidences en juillet 1914 ne représent* proba-
blement pa» 60% du chiffre réel de* électeurs tlL-L'«xemp»»
donné psr la Colombi* britannique en o* moment mêm* d*
recueillir le* vote* de* aoldaU en garnison et même au frool
donne lieu d* croira que la question de faire voter lee «lee-
tours qui sont sous lee arme» pourrait être considéré* (')•
Quant aux ouvriers de* munitions, suivant le u Daily Cnre>
ntclt s, il est possible qu'on réduise la période nécessaire de
résldeno* d'un in k trois mois.

Suivant certaines rumeurs, des membre* du cabinet, i™

ris vicoml* Orey et lord Robert' Cocil, qui sont en fav*0*
suffrage dee femme», considéreraient cette occ«,lo•1
oomm* fivorebl* k l'étsblissement du suffrage idulte, tM*"
t-dlre du tujfragt d» tou» le» hommes et de toutes Us fsrrvns*
•pré* une période d* résidence relativement brèv* dans un*
elrconso ri p lion.

Ce* rumeur* féministe* n* m sont, d'ailleur», P**
flrmée*. Dan* 1* léano*, U. Asquith a fstt ls déclaratif*
Tant» t

« La ncHiveO* net» d s%seaen itm laauefl* Im nouv,luî*UJi
tten a* fixaient, an peu* m*> «u'u* sacaeter* lomporatr* ^

guerre ayant ciuié le plu» grand déplacement d'électeurs *■»
 
Annotationen