Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
ŒAZ.ETTE DES A R D E M M E S

ai »o« 1*1,

LISTE N° 212 CONTENANT 750 NOMS

(Reproduction strictement interdite)
PRISONNIERS FAITS DANS l— A RÉGION DE VERDUN

La goms eo tête fts groupes désipnl iej enJro'is où sa trouvent les prisonniers dont les nm suivent — U tou des ooms publiés jusQu'auimrd'liul a moriti i uvlroo 277,650.

' Total des prisonniers français Internes en Allemagne i 355,000.

MESTCHEDE VWESTF.

(Butta.)

Cabrol Eiicnne, Montpellier (Hérault), cap., lnf. 100.

Cadiergues Jules, Sl-Maunce (Seine), inf. 214.

Cahpe Jacques, Boultencourt (Somme), clmsseura 10.

Calippe'Charles, Paris, inf. teint. 34.

Callede François, Lesyar (1,/indes), mf. 170.

Calmeltc Léon, Reahille (Tnrn-et-Gnrnniia), Inf. 220.

Cambières Benjamin, Pont-ft-Vendin (P-de-C), cap., Inf. Ml

Caminada Georges, Pans, chasseurs 21.

Campagne Georges, Caziiubun (Gers), inf. 259. m

Canari Adolphe, Vitry (Seme", inf. tenit 54. -

Cancel Joseph * St-Victor (Anège), lnf. 253.

Canan Georges, Juvisy (Seine-et-Oise), inf. 1T4

Capdeville Adolphe, Meihlan (Gers), inf. ÏH.

Capron Louis, Croissy (Seine-et-Oise), inf. 92.

Caralp Paul, Marseille (B -riu-R ), inf. 259

Çnrbonne Sylvain, ROBOla (Anége), .inf 259.

Carcary Eraiile, Alphonse, Pans, inf lerril. 54.

Cardinaud Dclmaa, St-Sernm-Leulac (H te-Vienne), inf. 1M,

Carrère François, Alleu (Anège), inf. 259.

Carrière Auguste, Les Bordes-sur-Arize (Arifege), in! 259.

Carron Alfred, Lovetlaz (Savoie), aerg , inf. 100.

Cartier Louis, Maçon (Seine el-Ixire), cap, inf. 21.

Casimir Pierre, Semens fronde), inf. 214.

Cassagne Charles, Toulouse (Hle-Garorine), inf. 214.

Caatrycq Henri, Pont-de-Nieppe (Nord), inf. 269.

Catgalifaud Léon, Puy-Malô (Corrèze), tnf. 92. •

Cathala Alphonse, Arvigna JAnege), inf. ,269.

Cathala Eugène Carln-Bnyle (Anègf ],*inf. 25B.

Catlbat Roger, Fournoué (Creuse), inf. terril. 34.

Cau Jacques, Bettemallc (Anege), inT. 259. •

Caumeil Biaise, Ceysse (Hte-Garonne), inf 214.

Cavaillac Emile, Carn (Loi), inf. 2144.

Cavrois François, Sambin (Pas-de-Calais), inf. 165.

Cayrou Joseph, Monslaslruc-la-C (Hle-Garonne), inf. 214.

Cuiabon Ernest, La Tour-de-Crieu (Anege), fnf. 259.

Cazanobus Pierre, Puch (Lot-et-Garonne), inf. 22Û.

Ca«rang Alexandre, Bordeaux (Gironde), cap., inl. 211.

Cazenaye Henri, Toulouse iiile-Garonncj, in/. 288.

Caïiolis Auguste, Villy-aur-Illon [Vosges), inf. 174.

Celier Bonnet, Chazeron (Puy-de-Dôme), inf. 00.

Cendrier Paul, Chassignoles [Indre), cap., chass. 21.

Ceni*enat Jean, Maasot vAnége), irif. 259.

Cerf Jean-Baptiste, Varange\ilJe kM.-et-M.), chose. 21.

Ceraot Joanny, St-Andté-le-Désert (S.-et-L.), chass. 21.

Ceasac Pierre, Allassac (Coi rcî*i,"inf. 214.

Chabrier Eugène, St-Pauli..n tHl«-Loire), inf. 92.

Chabrillat Frédéric, Vichel iPuy-dc-Dôme), inf. 214.

Chagoon Engins, St-Sauvier (Allier), lot 109.

Cliaignu Bernard, Les Onch* s (Deux-Sèvres), inf. 109.

Chalnel Fernand, Chalons-Rur-Marne (Marne), chass. 21.

Cludae Pierre, Si-Martial (Corrèze), inf. 92.

Chaise Raymond, Chalotre-le-Grand iS.-et-M.), inf. terriL 34.

Chalayer Jean-Henri, Charna» (Ardèche), inf. 214.

Chamayou Jean-Manie, Quint (Haute-Garonne), inf. 214.

Chambaron Alphonse, Alleuie (Cantal), inf. 92.
Chambellan! Albert, Chatillon-sur-Scine (Seine), inf. 109.
Chambun Ernest, Boissy-aux-Cnilles (S.-et-M.), inf. terrlt. M
Chamcrois Paul, Dienville (Aube), chaas. 21
Champie Jean, Bourrel (Tarn-et-Gnronne), inf. 21 f.
Champvolier Clément, St-Snuveur-de-Monluatut, mf. 211,
Champseut Léger, Lebourg (Corréze), mf. 92.
Chandelier Pierre-Joseph, Viviers (M«>enne), chass. 21.
Chandèze Michel, Vodalles (Puy-de-Dome), inf. 92.
Channon Joseph, Lyon-Croix-Rousst (Rhône), inf. JernL 54.
Chanleron Jean, Limoges (Ilte-Vienne), inf. 109.
Chnpelol Henri, Trévety (Loir-et-Cher), cup , mf. 153.
Chapul Benoit, Bicrmnt (i\te-Vienne), inf. 211.
Charnue Eugène, Montrnth.m (Tarn-et-Gnronne), inf 220.
ChanMon Alex., SI-Hilnir-'-mix-Fuiisenuj; (Loiret), chnss. tt.
Charles Alfred, Anglure iSetne-et-Mnrne), inf. terni. 34.
Charles Noël, VIlleneuve-d'ONnes (Anège), inf. 259
Chariot Jean-Edouard, Illats (Gironde), cap., inf 220.
Chariot Gustave, Paris, sergent, inf 10S.
Charouleau Jean, Beblèw (Hte-Garonne), mf. 220
Charpentier François, Sl-Sylveslre (Hte-Vienne), inf. 211.
Charpentier Léon, Vil lie rs-SI-George s (S-et-M ), inf. terr. M
Charreyre Auguste, Vallée (Hle-Loire), inf. 92.
Charrié* Pierre-Marins, St-Gemez (Aveyron), chajs. 21.
Charnère Mberl, Perfnelières (Hte-Saône)k ebass. 21.
Chertier Adrien, Bnurnin (Ill«--el-Vilamel, chass. 21.
Chas-saiog Jean, Pans, inf 211.
Chnssagne René, Tulle (Corrèz*!, mf *92.
Chasaang Jean, Reaulhae (Cnnlall, mf. 92.
Cha^sard J.-Joseph, Dogneville (Vosges), chnsseurs 21,
Chatenet Albert, Bourbiily (C.-d'Or), mf. 109.
Chaudron Louia-Giislave, Pann, inf. terril. 34.
Chauvet Louis, Monbrourhee ;Drôme), choss. t\.
Chuvanbeyre Jean, Vinrgues (Canla!), inf. 02.
Claxel Miehel-E., Plaimfaing (Vosges), caporal, inf 170.
Cbasselnsm Pierre, Sl-ljiurent (Hte-Vienne), inf. 214.
Chazol Jean, St.-Marc [Cantali, «ergent, int 92.
Chwiofal Benjamin, Pont-ChAleau ;l„-lnf ), wrg., Inf.' 174»
Cheneau Joseph, Roanne (Lnirf), inf. 174.
Chenel Arlbur, Verlon (Pas-de-Calais), inf. 362.
Chery Eugène, Sulpice-les-Champs (Creuse), chaaseurs'îl.
Chevalier Jean, Sl.-VaJHep (S.-et-L), chasseurs 2t.
Chcvossus Eugène, Lona-le-Saunier (Jura), inf. terril 54.
Ctievigny Fmile, Clcry (Côte-d'Or), ohasêeurs 21.
Cheville Jean, Bethisy-SL-Pierre (Oise), sergent, huaa. L
Chavillon.Albert, Gastnis (S.-et-M.), inf. terriL 34.
Chevillot Paul, Villeguaien (Hle-Marne)^ caporal, inf. 17*.
Chevich Auguste, Rnnnon (Rhône), inf. terril. 54.
Chevreux Gabriel, Chaon (Vosges), chasseurs 21.
Duron Jean-B., Tames (Gironde), caporal, inf. 2Î0.
ChuzevlUe Claude, Germobles (S.-et-L), chasseurs 21.
abiel André, St.-Flour (Cantal), inf. tt
Citrougnc Lucien, Castillonnés (L.-et-G.), iftf. 214.
Ciaeron Jacques. Sl.-Gene<-l'Erpt (I-oire), inf. 92.
Claverie Pierre, Le-Hougat fGer*), inf. 214.
Clavier Antoine), Vesoul (Hte-Saône), inf. terril. 34.
ClemendQt Théodore, Champ-Mort (Allier), chasseura ÎI.
Qlément Alphonse, Vanault-les-Dames (Marne), cap , inf. 108,
Clément Emile, Paris, caporal, inf. 92.

Clément Louis, Ivry (Seme), inf. 109.

Clérc Antoine, Lougratle (L.-91-G.), inf. 22D.

Clerc J.-Maria, «PreHervilIe (Hte-Gnronne), chasieurs M.

Clerc Joseph, La-Burland (Ain), caporal, chasseur» 21.

Clerc Paul, Chaumont (Hte-Marnej* ad]., inf. 109.

Clermont Alfred, Mnisons-Alfort (Seine), inr. territ. 84.

Clin Edouard, Paris, Lnf. ternit. 34

Cloarae Joseph, Qimperlé 'Finistère), mf. 109.

Cochet Clément, Camhrai (Nord), sergent, lnf 38!.

Cichet J -Bnp., Tignieu-Giméy^ieu (Isère), cap., inf. 1T.

Cognet Picrrc-Cl, Monlbuzon (Loire), inf 17t

Colas Louis, Verneil-Ie-Chelif (Sarthel, inf 158."

Colas Friper, Bordeaux (Gironde). Int 220.

Colas René-François, Baccarat (M-et-M), adj., chass. 21.

Colin Ernest, Etival (Vosges), chnsseuri 21.

Colîin Arm , Mornay-sur-Vingeann« (C-d'Or), cap., inf. 101,

Cnlomhnt Félix, Paris, inf. 31.

Colnel Charlei, Dama^-an-Rnis Vosges), cap, lnf. 174.
Colombard François, Salnn (B -du-R ), inf 90
Combe Adolphe, Bonliîny (S -et-M I, cap, inf tèrrlt 34.
•■Combe Anatole, Arville |S.-et-V!.l, mf terril. 34.
Combes Jean-Pierre, Clermont-Fcrrand (P-de-D.), inf. 91
Commenge Maurice, Dnumazan (Anège), inf 259.
Compin Gaston, Paris, inf, 109.
Confrère Joseph, Lebier (Pas-de-Calaia\ inf 201.
Connnc Jean, Aucam^lle' (Hte-Garonne), jnf. 214.
Constant Maurice, Senny(Ardennea), sergent, inf. 109.
Conthe Françis, Lieudan^fCantall, inf. 92
Conty Marcel, rEglise-nu-Bots (Corrère), cap., inf 91
Convert Jean, Lanbiie-Ambert (P.-de-D.), inf! 92.
Coquand Job-Victor, Larchant (S.-et-M.), inf. territ. 84.
Corbm Jean-Marie, Seyches (L.-eI-G.), caporal, inf. 220.
Cordier Emile, Areeuil Cachan (Seine), in', territ. 34.
Cordin Claude, Montberthoult (C.-d'Or), chasseurs 21.
Cormoran! Ferdinand, Tourcoing (Nord), cap., inf. 10&
Coudy Maurice, Pantin (Seine), chasseurs 21. •
Coudert J.-Marie, Berlignal (P-de-D ), int 91
Coudert Ernest, Latourette iCorrfze), int 92. •
Couderc Paul, St-Pardoux (Dordogne), inf. 195.
Couderc Joseph, Saverdun (Ariège), inf. !51
Coatedoat Georges, Règles (Girondej, sergent, inf. 280.
Costa Gabriet-André, Villenaux-1 a-Grands (Aube), chaas. H.
Correch Clément, 8t.-Alonsie (Lot), inf 21L
Cornemillot Fernand, Fauveny (C.-d'Or), serg., inf IW.
Corolleur Jean, Paris, inf. 109.
Corrend J.-Bap., Boissey (Ain), chasseurs 21.
Couffat Georges, Gy-I Evèqua (Yonne), inf. 109.
Couix Ramy, St.-Use (Drôme), chasseurs tl.
'Coulaldoux François, Chirac (Corrèze), inf. 91
Coulaud Jossph, Mausilac (Dordogne), int 8.
Coulon Jean-Armand, Dole (Jura), caporal, inf. territ 54-
Coumollet Joseph, Gergovit (P.-de-D.), inf. 91
Couplet Edouard-Emile, Roubaix (Nord), lnf. 106.
Cousin Gustave, Haubourdin (Nord), inf. 351.
Cootela Fernand-Michel, Casteljaloux (U-et-G.), inf. 2».
Couvidut Jean, Qiampagnac (Hte-Vienne), int. 214 *
Couvlous Mathurin, Baud (Morbihan), inf. 174.

Couzy. Antoine, Gargenvillar {T -et-O.), Inf 214.
Coyer Auguste, Nantcuil-en-Vallée (Charente), ehaiseurs IL,
Cremazy Thomas, Arligal (Aftègs), inf. 259. *
Cremoux François, La-Maisonnad» (Corrèis), lnf. tj\
Creuzet P.-J., La-Chapelle-la-Reme (S.-et-M.), Int tarrm. R
Crocfer Clément-Augustin, CauaT> (Nord), serg., ebsaa, H
Cuignez Alfred, Lille (Nord), lnf; 33.
Cula Louis, Villeurbanne (Rhône), înl. Uriit 14
Cuny J -Bap., Raon-l'Etape (Vosges), chasseurs ft.
Cuny Joseph, Raon-s.-Plaine" (Vosges), chasseurs tl.
Dagens Joseph-Jean, Bassans (Gironde), lnf. tSO.
Daguet Jean, Gray (Hte-Saône), chasseurs tL
Dalbiei Paul, Mirepoix (Anègs), int 258.
Damas UiJore, Lsvea (E.-et-L.), lnf. 1C6.
Dnntony Louis, KMganc (Dordogne), sergent, M tf*.
Daran Ernest, Thil (Hte-Garonne), inf. 214
Darbas Antoine, Lezat (Ariège), lnf. 259.
Dardenoe Albert, Bourget-Comln (Aisne), easv, sst M
Darnafon François, Limoges (Hte-Vienne), lnf. M
Darré Pierre, Bécard (Nièvre), caporal, inl PJO
Darsant Jean-Louia, Bordeaux (Gironde), int 280.
Daure Alexandre, Fomex iArièga). caporal, lat M
Doriac François, Aubist (Gers), lnf. 288.
Dauziech Paul, Matibec (R-at-G.), caporal int M4
Davaricens Henri, Asast (Basses-Pyr.), Int 1T4
David Auguste, Dole (Jura), int terriL 84
David Auguste, Ormoy (S.-et-O.), inf. territ 84 * *
David Jean-Elof, Promthanea (Lot), inf. Bl.
David Gustave-Marius, Nantes (L-Inf.), int Ht.
David Paul, Champfougonas (Hte-Saone), chasseurs M.
Debain Alfied-MT-P., Wq-sur-Guerterflpe (Vienne), ehaat, ta.
Dehart Fenelon, Grandvillers (Somma), inf. 401.
Benat Pierre, Engelure^*. -Dun (S.-et-L.), chasseurs 84
Debain Gaston, Paris, inf 408.
Débet Antoine, St-Paul-Laroche (Dordogne), Int M
Debled René, Lonjuineau (S.-et-O.), int territ 84
Debray Georgss, Thoury-Ferrottes (S.-et-M.), chasasws |.
Debrui.Ile Louis, Bouvines (Nord), uif. 201.
Debs Charles, Asnières (Seine), caporal, inf, 101
Decalonne Charles, Chereng (Nord), inf. 371
Decamps Maurice, Artigard (Anège), lnf. 251.
Declaude Emile, Traves [Hte-Saône), lat territ 84
Déclare Clément, Epizy (&-et-M,), caporal, Jpt terrlt 84
Decombredel Joscph-Léopold, Gueret (Creuse), enass, 8L
Decotttgnles Jules, Croix (Nord), lnf. 409.
Decoudun Constant, limoges (Hte-Vienne), tof. 101
Dedieu Adrien, Soulan (Ariège), inf. 259.
Dedieu J -Jh.-Armand, Toulouse (Hte-Garonne), serg tour.
Dedieu Fierra, Camarade (Ariège), Int 208.
Defarx Léon, Paris, caporal, int 409.
Defoly Fernand, Quesnel (Somme), inf. 258.
Dcfranc Georges, Levallois-Parret (Seine), loi. Mi.
Degoilh François, Bezlers (Hérault), inf. 238.
Dejean Auguste, Aigues-Junte (Ariège), lnf. 858.
Deladoeuille Paul, Quiery (Nord), caporal, inl 801.
Delahaye Alîrea, BeaurninvîHe (Pas-de-Calala), tat 881
(A isuurs).

Paru, 15 aoûl 1918, 3 heures.
Sur le fronl de la Somme, grande acUviW do noUo arUllerts
dans quelQUsa sectaUrt su nord ds la nvtérc ainsi que sur tel
région» an ;ud de Dclloy, L«Lrèe» et nu nord de Lihons. Au eud
de Belloy, une reconnaissance allemande a ete dispersée a coupe
do fusil Au nord de l'Awne, un dtljiclicnjent ennemi s pénétré,
après un vif bombardement, dam un petit saillant de nos lignu
au nord-ouct de- Ilr.n lue 11 en ■ ete ehassô par ni>îro conlre-
at'.aque ImiDédieta. Sur la rive drotlc de la Meuse, une séria
d'actions dë détail, brillamment menée» par nos çfenadiera au-
nord de la chatteatt SayMe-Rae nous ■ permis d'enlever dea éls-
mcntfi de tranchées aUantandas sur un Iront de trois cenls mètres
et une proîer.'k'ur de cent metres environ L'ennemi ayant lent*
de réagir, sa conlrc-altaqno e été brisée par noa lira da barrage.
Le bombardement reste assez violent dans les secteurs de Fleury
et de Vaux-Chapitrs. Partout ailleurs nuit calme.

BULLETINS OFFICIELS ANGLAIS

(Fr. ni occidental.)

Lcmdres, M août 1910, 9 h. 30 soir.
La situation demeure, sfui» changement sur l'ensemble du (rosi
britannique Bombaidcment accoutumé de noa Itsjnea où les Alle-
mands ont pria pour objectit» principaux le bois de Mamets,
Posiéres, Arras et nos Iranclieea au nord de la roule lîierstraals-
Wyischnrtc A l'ouest de l'o^ieres, une attaque à la grenade noua*
S penni!- de nous emparer d me mitrailleuse «t de quelques pri-
aomers L'ennemi a fait cïp1os< r a l'ouesl de 1s ferme de le Folie
uns mine qui o caut.e des dogslti sans imporUnca. Noire aviation
a prêts hier un utile concouis a l'artillerie et à l'infanterie Elle
S également exécuté, plusieurs bombardement» et trois attaque»
contre un aérodrome allemand. Un de noa appareil» n'est psa
rentré.

POUR -LA PAS DE DEMAIN

Un lecLcur français nous écrit :

La guerre s loujoui» èlé un hVau terrible, mais on frémit
i la pensée de ce qu'est maintenant une guerre européenne.
Ce ne sont plus oVa armées mais des peuples, des million»
d'honiniLï, qui sVntrcthoqut'nt. Le progrès dea armements
les e rendus si effroyablement nienrtrier» que les combat-
tjnls BVfstnl les rencontres trop décisives, ce qui rend la
guerre lrî-8 longue. Pendant ce temps, qui fait vivre les vieil-
.lards, les femme», lw enfants resli's nu foyer } Tous le» tra-
vailleurs valides sont rn tampague. Et comment entrctienC-
on les combattants eu* menus, qui «ont plusieurs million» ï
En outre, cette longue inactivité est ta ruine de l'industrie
dans les paya en guerre ; cl tes relation» industrielles et com-
merciale» île peuple 4 peuple sont telles que le contre-coup
de ce* Bwssntrsjl se fait sentir dans le monde entier. Enfin,
le» épouvantable» conséquence» de celte guerre, si elle ne
B'arréle pns au plus tôt, anéantiront les vaincus et mettront
les vainqueurs dan» l'impossibilité de réparer leurs prîtes.

Lorsqu'on réfléchit n cela, on arrive à penser que le» pro-
moteur s d'outre-Manche qui ont osé préparer celle guerre 4
mort, pour assouvir leur mîsérahl« ambition ont assumé
ainsi une responsabilité terrible devant l'humanité tout en-
tière. Ils portent devant l'Histoire la responsabilité de cet
épouvantable cirnajre.

Et pourtant, a nous Françai», la cruelle leçon de 1870 au-
rait dû nou» profiter. Noos n'aurions jainnis dû nous laisser
prendre "aux pièges de ceux qui ont su exploiter n-is senti-
ments patriotique» et qui nous promettaient la Gloire et le
Bonheur Malgré tout, n/ms^vons consenti a perdre ce qu'il
y s de plus précieux au monde : noire liberté Sachons v Uc la
reprendre.

La Revanche Certes, H fallait gnrdcr un fidèle sou-

venir n nos frèrea d'Alsace et de l orraine ; entretenir nvec
eux les plus affectueuses rrlaliofls et s'intéresser îi tout ce qui
•e faisait dans leur payt. Si toute pensée de guerre avait été
écartée, r\llcmngne n'aurait pu faire autrement que d'ac-

corder à ces Province* une large indépendance. Elles seraient
srrivées à former un petit Etat où la langue, l'esprit, l'Ima
de la "France auraient été maintenus avec force. Et un jour
peut-ôtre, un arbitrage aurait-il réglé la situation de cet Etat
en faisant une ptirt nu sentiment français. 11 serait devenu
un trait d'union entre deux grande» nations faites pour
■ 'aimer et se compléter, non pour se haïr et s'entre-dévorer.

* (Tout en reconnaissant l'euliére bonne loi et 1s tranche volonté
d'entente do noire correspondant occasionnel, nuû» ferons remar-
quer que, contrairement a la légende poliliquc el sentimentale en-
tretenue en Ernstse par la presse el par ta propagande nationaliste,
l'Alsace entière el la plus grands partie de la Lorraine sont des
paya de roec cl de IsssjSM ntltemmnt allemand^, qui furent jadis
conquis et annexé» par le ftoyaums de trance. Leur place normale
est donc dan» le cadre de I Empire allemand tcconsUtue en 1871. —
La Héd.)

Malheureusement, la France menée par de» hommes ne-
faites qui prêtaient une oreille bjenvcillanlcvaux belles pa-
role» et «promesses anglaise», n'a pas eu le courage de'dd-
clarer hautement qu'elle renoucait 4 toute guerre offensive.

Ls Triple alliance et l'alliance franco-russe assuraient une
paix durable. Malheur à l'Anglais « téméraire » (bien qu'il ne
risque pas souvent sa peau, comme on dit vulgairement) ai
souhaitons qu'il ait h supporter toutes le» conséquences de
cette épouvantable ostasliophe.

Français, il faut regardei bien en face ls situation actuelle
et convenir que le sang a trop roulé. La puissance mysté-
rieuse d'où sort tout ce qui existe, en faisant des êtres sem-
blable* et qui ue peuvent «c passer les uns des autres, paraît
bien les avoir crée» pour l'amour fraternel et non pour ds
hideux massacre;». Faisons donc tous nos efforts pour que la
paix règne 4 nouveau et travaillons à faire naître cet
amour fraternel.

La Fraternité des peuple», quel beau rêve, quel idéal"
lointain, main il est asset beau, je crois, pour que nous nous
efforcions d'en faire une réalité.

Enfin, avec la paix acquise, nou» ne devrions pas aban-
donner l'espoir que des I fats-Lins d'Europe seront un jour
constitué» par une libre fédération de toutes les patries eu-
ropéennes.

u Un jour viendra », disait Victor Hugo, « jour inef-.
* fable, où l'on verra ce» deux groupes immenses : les Euts-
L'nii d'Amérique, le» Llals-Unia d'Europe, placé» glorieuse-
ment face A face, se tendant ls main par-dessus les meis,
échangeant Ictus produits, leur connue ire, leur industrie,
leurs Lellres, leurs Science», leurs Arts, leur Génie, défri-
chant, colonisant, améliorant la Création soua le regaitl dst
Créateur et combinant, pour en tirer la vie féconde et le
bien-être, ces deux forces Mutltpves, hncali uhble*, infinies :
la Fraternité de* hommes el la puissance de Dieu. 11

Un Français.

Autour de la Guerre

UN CAMP l»K PHIKONN1KI18

Le camp de prisonnier» de La P.illice (Charente-Infé-
rieure) passe pourélre un de» plus mauvais camp» de prison-
nier» de la 18* région de France. Non» opprenon» que les
■prcscnplions concernant la nourriture y sont changées
presque toutes le» semaines. Le» prisonnier! de guerre alle-
mands se plaignent de ce que la nourriture est insuffisante et
partiellement immangeable. Les prisonniers ne reçoivent pas
la quantité de légumes et de viande officiellement indiquée.
Depuis la conslnirtinn d'une barraque neuve tes conditions
do Inpement iwint quelque peu améliorées, mai» la pluie
perce pmiout.

Les conduites d'eau servant a l"hygiène dil rorp* ne «nnt
pas en ordre pour la plupuil Quatre ou cinq robinets doi-
vent, en moyenne, suffire nu lavage de aoo prisonniers.

Lorsque les hommes rentrent le toir d'un-travail pénible, ils
sont ohligéi de consacrer leur xepos a attendre leur tour,
pour pouvoir se laver.

Maie le pire, c'est le trait,■ment humiliant et grossier qua
les prisonniers ont à subir de ht part des officiers et des
sous-ofrîciera du camp. La plupart des sergents d* lervicsi
reçoivent des gratifications des entre-preneurs, 4 concHtioii asj
forcer le travail des prisonniers. On exige de chacun la même
quantité de travail. Lorsqu'un prisonnier ne parvient pas à
la fournir, il se voit puni sans enquête. Il y a des jours, 00
le nombre des prisonniers punis .atteint 3o à 4o ; les puni-
tions consistent en partie ea retenues sur le salaire, Lee pri-
sonnier» de guerre puni» d'arrêt sont obligés de faire le cercla
su pats de course, pendant dea heures, en ponant au dos tsn
sac rempli de barres de fer et da sable, san» qu'il soit tesra
compte du soleil ou de la pluie.

Il est tentpi que ce traitement barbare cessa.

L'ISLAM.

L'ageuc* Milly reçoit de source officielle les informations stSV
vantos :

Dans tout* la région de Tripoli, et jusqu'à la frontsat»

tunisienne, il n'y a plua da soldats italiens, lanf a 1 Inté-
rieur dea murailles d'Omi et de Tripoli, sa ,

Les tribus de ls frontière tunisienne «s sont unies a vus
guerriers tripolitain» et ont occupé aveo eux toute la zona
entre Tatawin et Dehibatt. A ITieure actuelle, ces territoire»
sont-administres par des cheika et par des chefs militaires.

La Croissant brilla ds nouveau dans toutes ess régions.
Les populations montrent leur profond dévouement st lessr
fidélité au grand califat et au gouvernement ottoman, n est
est de même à Bangliasi, où les guerriers fout preuve d'une
grande activité et développent de grandes forces en feesj
des Anglais.

Les troupes égyptiennes, envoyées sous les ordrss d'ofsV
cieri anglai» contre l'émir du Darfour, Ali Dinar, ont passé,
pour ls plus grands psrtie, dans ls camp de l'émir, ce qui a
eu pour résultat de couper las communications entra as
Soudan et l'Egypte.

L'AD MI NIS-TRA-TION. »

De 1' « Homme Enchaîné » ce coup de boutoir k l'adressa
de MM. les rond»-de-cuir :

— Naguère, on ne prévenait queatrop tard les familles dsi
décès de leurs parents morts su front ou dans un hôpital da
l'arriére. L'administration des hôpitaux de Valence ne mérita
point, certe», ce reproche. Une brave femme de» environ» da
Pari» se présentait l'autre jour, toute en larmes, k l'hôpital
de cette ville. Elle avait reçu svl» du décès de ion mari, point
blessé. Mais elle faillit »'év anouir en apercevant, dans la cour
de l'hôpital, son mari convalescent qui l'accueillait avec un
bon sourire satisfait. ■

L'administrateur de liiôpitnl s'était simplement trompé
de lit : c'était le voisin qui était mort I

.ES VOIX RAISONNA II LES

M. Paul Souday, collaborateur du « Ttmpt s, viessl
d'élue dan» ce journal, devenu le repaire du pire chauvi-
nisme, des lignes raisonnables, qu'il excusa, □ est vrai, sass
près d« ses lecteurs par quelques remarque» venimeuses.
Citons, celte réserve faite, le petit portrait qu'il trac*, dans)
le a Ttmpt m du it août, des «politiciens» de la classe ds
Saint-^acns, Barrés et consorts :

u II» ont posé en principe que tout oé qui était allemand,
même dan» un passé lointain, même »sns aucua rapport
avec la guerre actuelle ni aveo aucuns guerre, devenait de
ce seul fait indéfendable et devait être noté d'infamie. Ils

ont traité de boches ou de pkiloboche* d'hosnétss proces-
seurs, artistes ou gens ds lettres, profondément patriote»,
dont les tort» is bornaient à reconnaîtra impartialement Isa
méritât de quelque» métaphysiciens, musicien» tt postât
d'outre-Rhin, morte depuis longtemps, absolument rtrtam»
gers au abominations pangermanistes et sfaa les auraient
indubitablement condamnée». (Voilà la petits « excusa »t
La BsÉd.)

« Si l'on a k malheur d'admirer aisnp]
Goethe est Wiener, parce qu'un avaient du j_
d'utiles sujets d'étude, on set copieusement injurié •
de trahison, s

Et plus loin : s La germaniéine ne consista pan à Haas»
yeux dans le goût avoué pour ce qu'il y s da plus foneis)r»>
mesvt germanique, snsis dsns l'iniufTlsante sounnsiTon ssat
décrets de leur bon plaisir. Est français toast ce qui hua*
agréa, et borhe tout es qui les gêne. ... s

saplemena assnV
1 génie et cstisse»
injurié st sosaué

NOUVELLES DIVERSES

Mort du commandant Tisserand- De lange-

On annonce la mort du commandant "
qui vieot d'être tué près de Verdun. On se rapelle qall aesut
eu, alon qu'il était lieutenant, un rnomsnt ds eauUuHlaV
La 3o avril iooé, an cours d'un rneetiof k « sùnsras «st
travail, où on s'occupait flévreuaement^ds k Journée a»
lendemain 1** mai, il pénétrait dans la salk su ssanst as
campagne, montait k la tribune 'st su milieu du «Issus
profond qui l'étsit établi, il déclarait qull se sonsidsiasl
comme solidaire svea les ouvriers st qu'il sssfussraJt ds eonv
mander k ass hommes de tirer sur ceux-té sll an resenent
l'ordre.

Bayé dea cadres, le lieutenant Ti»«er»nd Dslange M

réintégré quelquss années* plua tard. Il était k Dijon Vorscpst
la guerre éclata.

Il a été tué la 1 soût su moment ou ^ entraînai^ son ba-
taillon k l'assaut du village ds Fleury.

Ls tunnel sous la Manche.

M. Yvet Guyot, sncien rainUlre, parlant du tunnel «oos
la Manchs, au dinar parlementaire de ls Chambrs des com-
munes, a fait k os sujet les déclarations suivante» qui pré-
cisent l'état de la question du tunnel : •

Des 1874, un accord était intervenu entra les gouverne-
ments snglai» st français. En vue ds codifier cet accord st
ds la compléter, les deux gouvernement» ont institué uns
commission composée ds six membres, trot» Françai» st
trois Anglai», qui rédigea le 3o mai 1878 un protocols qui
devait »crvlr de baie au traité k conclure entre la Franos
et l'Angleterre.

Efîtrs temps, uns «ociété »s constitua en Fr»nce »ous k _
présidence ds M. Michel Chevalier, en vue d'obtenir la aon-
cession, en Franoe, d'une ligne sous-manne vers l'Angh>
terra.

Xs s août 187B, uns loi concédait en Franos k cets»
société le chemin ds fsr psrtant d'un point k déterminsr
et se dirigeant vers l'Angleterre. Cette société a fait prendre
des milliers de sondages par les iugénisurs Pottier st *■

Lapperent ; elle a cretné un pull» et perforé un

unnal

d'essai de 1.600 mélree de longueur. Elle s fait prépara»
par M Sartisux, ea complet accord avao M Fox, ua aae>
veau projet tris étudié st qui peut, pour ainsi dire étse
éxéouté immédiatement.

Il s'ensuit que ai demain Isa Anglais veulsnt ssanss-
prendre Iss travaux ds construction du tunnel, k *****
pagnls française de ion'côté est toute prête k •» mettra
an travail.
 
Annotationen