Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
9 Scpt.mbr. Mut

LISTE ,N° 223 GÛI1TEEIAR37 7ÛÛ HQ?ëS '

(Reproduction strictement interdite)
PRISONNIERS FAITS DANS l_ A RÉGION DE VERDUN

tes nous en lîle Sis pupis fléslguen' les (Mis dû se trouvenl ies nrtooniers don! les noms sulvenL — Le total des mm pnnilis 1

Total des prisonniers français inteï-nôs en Allemagna

H'jtJloardW se Mi 1 mvlnm 2855,530.

355»,O00.

MX1N2

(Liitt d'officier».)
(Suite,)

_fignac Maurice-Sylvestre, Paris, lient,, Int. S9.
pabert L-uis-Ernest, St-Dié (Vosges), lieut, chaia. 121.
Brider Jean-Jacques, Paris, capitaine, Inf, 132.
rtet Alexis-Théophile, Rouen (Seine-Inf.), licut., lot. 39.
nu A.-A.-Ch.-G., La Roche-s.-Yon (Vend.), cpL, Inf. 137,
i S.-O -G.', Fontentty-le-Cointe (Vend.), liout., Inf. 137.
traire A., St-Martin-Jes-Noyers (Vendre), Udut., inf. Ht,
poux Théophile, Coulommfers (S.-et-M.), licut., inf. 291.
Ifctrt Jacqnes-Eugène-Gnbrlel, Paris, lieut., Inf. 39.
liant Jean, St-Brice-Cuurcellea (Maine), lient., inf. 132.
nouer Henry, Narey (Hte-Marne), heut,, inf. 3i7.
ret Maurice; Biais [Loti e-et-Chor), Inf! 137.
ard Paul, Pont-St-Vincent (M.-et-M.), licut., Inf. J05.
ird Edouard, Paris, capitaine, inf. 1G8.
fcamhc.ult Piarrc-Edmond-Jos., Angers (M-et-L.), inf. 167.
bot Alexis, Pans, H tût, inf. 202.
*ret Joseph-Paul-Léon, St-Théoffrey (Isère), lieut., inf 217.
brnard Ch -Jos.,~Lan£.'i-es (Hie-Marne), capitaine, inf S21.
Bandei Louis-Achille, Efinal (Voagas), lieut., inl. 370.
ifouiestrix Erneat-M.-L., Bergerac (Dord.), comm., inr. IC&.

mirée Paul, Preslcs (Seme-ei-Oise), lieut, inf. 107,
ÙHîin Gaston, Paris, lieut., art. Si
Giarlot François-Jos., Dijon tCote-d'Or), lient., inf. 221.'
Qlichuy Léon, Bourges (Cher), lieut., inf. 107. .
Chlpont Maurice-Eug., Prou ai d fMthe.-et-M.), lieut., Inf 168,
dombaz Antoine, Grenay (Isère), lieut., inf.'168.
Cornet M.-A.-Cl., Chalon-sur-Saône (S.-et-L.), capt., inf. 101.
rialger Gaston-Edmond, Paris, capitaine, inf. 29.
Damery Lucien, Brousseval (Hte-Marne), lieut,, inf. IG7.
David Pierre, Quimper (Finistère), capitaine, tuf. 1G7.
De Caumia-P-nillcux L.-M.-Fr.-J., Sauvioc (Gir.), .cpt., I. ÎOT.
D*e Cossette H.-R.-J.-E., Pari», capitaine, alL à la l«iff. 356.
lie Gennes André, Pans, heut ., aviation esoadrïlle 57.
D'à JCergorlay J., Le Nom met d'Arthenay (M.), comm., L 818,
Dwsbots Mnur ^Pranç.-Alb., Veaoul \Hte-Sa6ne), lieuL., i. 157.
Droget Léon, Plaimbois (Dotil)s), lieut, inf. 407.
Dubois Louis, Versailles (Seme-et-Oise), lieut, Inf. 221.
Dumoulin Eugène, Paris, lteul., inf. 221.
Durmelat Alfred-Louis, Grenoble (Isère), lieut., inf 340.
Emont Maurice, Bussang (Vosges), lieuL, inf. -168.
Foubert Fernand, St-Savinien (Charente-Inférieure), Inf. 141.
François R.-Ch.-E., Maizieres-1 ,-Jainv. (H-M.), cpt, in'f. 467,
Froment Eineat, Pans, inf. 167.

GûHiez Charles-François, Cambrai (Nord), lieut., inf. 167,
Qérard Hipporyte, Toul (Meurthe-et-Mos ), comm., tnf 10T.
.Gérard Rob:-R, Montgoron (Seine-et-Oi*e), lieut, Inf. 167.
.Germette Henri, Paris, lient., êtat-maj. de la brig. 255.
Guenon Jenn-Fernand, Barbezieui (Char.), lieut, inf. 221,
Haye? G-G.-L., Toul (Mthe.-et-Mos.), lieut, inf. 107.
Herblot Albert, Hellemmes-Liile (Nord), lieuL, inf. 167.
Jance Etienne, Aubcrive (Hte-Marne), capitaine, inf. 353.
Jeamiin Jules-Georg., Hérimoncourl (DoubsJ, liBuL, inf. ttl*
Jorelle George a-Alexandre, Parla, lieut, inf. 167.

Kricq Victor-Emile, Toul (Meurthe-ai-Moa.), licut, inf. 107.
Lafltta Marie-Joseph, Chiilons-s.-Mui ne (Marne), inf. 107.
Laurent Alexandre, Valence (Brome), Ucut, inf. 217,
_ LeJran FI.-A , St-Anbin-J.-B. (Seine-Inf.), lieut, inf. ter. 2Ï.
Limagnc Auguste, Moniluçon (Aliter), brig. 255.
Manaoux Pierre-Marîus, Lyon (Rhône), capilaine, inf, 217.
Martelli D.-J., Toul (Meurthe-et-Moselle), lieut, inf. 107.
Mazaud Paul-Jean, Hochcfort (Char.-Inf.), licut., inf. 108.
Mtmeltner Jul.-Ad., Toul (Mcurtlie-et-Mos.), capit, tnf. 167,
Mesclter Michel, Chaleaugay (P.-d.-D), lieut, inf. 108
Morel Charles-Sylvain, Arias (Pas-de-Calais), lient, inf. 112.
Moroy A.-O., Grand Monlrouga (Seine), lieut, inf. 108.
Mulot Gaslon, LtnteuiWes-Baina (Ilte-Saône), lieut, inf. 171*
Page Cl-Fr.-H., Pagny-la-Villc (Côte-d'Or), heut, inf. 217.
Paquet Charles-Paul, Vincennea (Seine), lieut,Tnf; 117.
Quénet Clmi les-Alexandre, Amiens .{Sominej, div. 127.
Renault Picne-Ht>nri, Pans, lieut, inf. 39.
Saire Gast-Fcrd., Ltixeuil (Hte-Soone), lieut, inf. 171.
Sauiei-eau M.-L., Melun (Seine-et-Marne), lient,, inf 108.
S'ilirènu André, Paris, inf. 1G7.
Verdeaud Arnaud, Pans, lient., Inf. 221.
Wcrklé Marie-Jos.-Ed., Lyon (Rhône), lieut, inf. 217.
Bastit Baptiste-Albeit, Cahors (Lot), licut, inf, 207.
Bûne Louis, Le Lude (Sarthe), sergent, inf. 117.
Bousquet Jean, Paillièa (Hérault), lieut, inf. 90.
Bufteaûd Simon, Chalon-sur-Saône {S.-el-L.)t capîL, inf. 54.
Chadeurne^ Guillaume, Roanne (Loire), lieut, inf. +13.
Chapuis Georges, Ecuelles (Saône-et-Loire), lieut, inf. 56.
Colonibani François, Culomliani (Landes), lieut, jnf. 413.
De^fond Sytvain^Chnssagnette (Cantal), lieut, inf. 413.
Douzain Charles-Emile, Bruley (Meurthe-et-Moselle), inf. 187 "
Ducret René, Lunevîlle (Meurthe-et-Moselle), inf. 167.
Dumont Georges, Bordeaux (Gironde), eopitaiife, lnf_8Û.
Dunenfjardin Noël, Dcchy (Nord), lieut, inf. 96.
Follot Etienne,'Change (Saône-et-Loire), lieut, Inf '10.
Galaret Léon-Gdbert, Cahora (Lot), lieut, inf. 207.
Gaston Louis, Cahora (Lot), heut, inf. 207.
Genin Maurice, Lyon (Rhône), lieut, diag. 2.
Genot Louis, Paris, lieut., inf. 207.
Gros Charles, Boussac-Bourg (Creuse), lieut, Inf. 413.
Jacqum G.-G.-L., Ste-Mane-sur-Oucho (COte-d'Or), It, t flK
Kouneam Gnnama, Bango (Ht-Sénégul), tir. aéliég.
Labrot Charles-Aug., Piédicroce (Copac), lieut, int col. 41.
Lafond Julien, Régny (Loire), lieut, inf. 413.
Lebourdais G.-A., Panqué-sur-Evêque (Sarthe), lieut, i. 117.
Manier Léon-'Marius, Loreite (Loire), lieut, Inf. 418.
Martin Guill.-Gabr., Clcrmont-Ferrand (P.-d.-D.), lt, inf. 411
Meunier Louis, Pcri3. haut., inf. 99. , ,

Michel René", Versailles (Seine-et-Oise), capitaine, Inf. 167.
Montagne Eugène, Autan (Saône-et-Loire), heut., Inf. 56.
Nicolas Francis, L'Hormc (Loire), lient , inf. 413, '
Paaqnet Ch,-E,, Fontainebleau (S.-et-M.), copt, inf. col. *[.
Philippe Léon, Nancy (Meurlhe-et-Mos.), lieut, Xnf. 413.
Pouette G.-L.-A-, Pouette-à-Dueloir (Seine-Inf.), lieut, L"4U,
Raynaud Rémy-Germain-Marius, Castres (Tira), lieut, h. 1,
Rigaut Edmond-Antoine, Paris, lieut, cuir. 6.
Robert Gustave-Eugène, Montronge (Seine), Meut, inf. 41S,

Rocha Léon-Pierrc-Jùseph-Marie, Lyon (Rhôn;), inf. 113.

Ruasac Pi^rie, Chalon-sur-Saône (S.-et-L.),-capitaine, .inf. >**.

Sers Lèon-Paul, Cohors (Lot), lieut, Inf. 207.

Simon Jos.-Yves, Trébédan (Côtc-du-Noid), lieut,, inf 56. ,

Veyrenc de Lavaietle G., Vulence (Drôme), lieut, inf. ill

Ailes Fernand, Montpellier (Hérault), lieut,'inf. 8t.

Bigay Pierre, Risp (Puy-de-Dôme), lient., tnf. 413.

Borichère P., Sl-Goeurs-de-Marennes (Lan3es), heut , inf. lit

Caries Loui3, Nice (Alpes-Maritimes), inf 311.

Cutard Georges, Pans, licut, inf. 143

De Durnr.d Louid, Montpellier (Héiault), lient, inf, 12Ï.

Forest QiaileS, Pans, caçi\., inf. 122. .

Mellller Arthur, Lambersnit (Nord), capit, inf. 81.

Siro Pierre, Coursan (Aude), lieut, inf. 81.

Werlé Marcel, Villenoy (Seine-et-Marne), lieut, inf. 143.

CASSEL

raniic)

Crosnîer Louis, Azé (Loir-l-t-Cher), inf, krrit. '44.

Caillot Henri, SHMihiel (Meuse), inl. territ. *4.

Chambon I>oUis, Longwy (Mlhe-et-Mos.), chass. 56

CouLiiit Pierre, Ehoussac (Charente), inf. Î02.

CdpeUa Désiré, St-Omer (Pas-de-Calîus), serg., Inï '363.

Cavillon Edouard, Hem (Sonime), inf. 562.

Caron Léon, Héchin (Pas-r.leCalais), cap, 1nf 4GS.

Cullol Jean, Monliers (Meuse), inf, 362.

Chaumont Léon, Charnruiilley (Haute-Marne), cap., chass 5ft.

Croctaine Hector, Liigny fMeuse), inf. territ, 44.

Couque Louis, Fressin (Nord)r génie B.

Chajnpagne Pierre, Wasigny (Ardennea), inf. 161.

Chaumont Aleide, Reseon (Meuse), inf. terril 44.

Cordier Edmond, Ricquebourg (Oise), cliass. 59.

Cordelette Jean, Macquigny (Aisne), chass. 59.

Coudrajis Auguste, Mernel (Illc-et-Vilaine), géma 9

Champagne Robert, Wasigny (Ardennes),, sarg , tatf î#t

Dournel Alfred, Heuchin (Pas-de-Calais), inf. 104

Dourdcht Arthur, Calais (Pas-de-Calais), cap., inf. 361

Deram Auguste, Wulverdingha (Nord), eha^a. 56,

Didier Auguste, Ligny (Moiua), inf, terri 44.

Dldertch Pierre, Bar-îe-Duc (Meuse), inf territ 44.

Decalion Léon, Lille (Nord), génie 9.

Dhainaut Henri, Dechy (Nord), génie 9.

Doly Léopold, Tourcoing (Nord), infr 165.

Dessaivre 'Joseph, Terwa (Deux-Sèvres), Inf. 166,

Da Praôter Désiré, Armentièrea (Nord), aerg., Inf, 8M.

Demaea Clément, Eperlecquea (Pas-de-Claia), Inf. S62.

Dalannoy Arthur, Mana-en-Pévèla (Nord), inf. 362.

Drslon Honoré/'Bïïly^Berclau (Pas-de-Calaia), cap., Inf "3Bt

Drelon Louis, Billy-Berclau (Paa-de-Calais), inf. 104.

Destaebel Jules, Lomme (Nord), inf. W5.

Deroua* Pierre, VerjeJ (Ille-*t-Vilaine), inf. 324

Delbaera Octava, Méricourt (Pas-de-Calais), aerg., Inf. 363.

Decrooflq _Ernest, RosendaEl (Nord), inf. 310.

B»7ob Gaston, Godewaersve'.de (Nord), chass. 58.

Daregnaucourt Henri, Templeuve (Nord), inf. W8.-

Daaconet Edouard, Roubaix (Nord), Inf. S82

Dumortier Léon, Quesnoy-s.-Deule (Nord), inf. 901,
Duval Julien, Lépina (Pas-de-Calais), inf. 3«2,
Dufour Maurice, Groslay (Seme-et-Oise), Inf. 164,
Delmotta Henn, Daulémonl (Nord), inf. 310.
Dendzard Octave, Méru (Oise), Int W3. v.
Dutet-tr* René, Ollonnea (Sartha), inf. 243.
Dufour Jude, Saulchov 'Pas-de-Calais), fnf. ÏW.
Dekeyser Robert, Halhnn (Nord), inf. 248.
Dhosche Jules, P.incq ^Nord), Inf. 243.
Dissous l-ouis, L'ilurh? \Pna-Jle-Qjlais), inf. <ML
Delobelle Léon, Roubaii (Nord)v sergent, lnt M3
D'Haiiuln Jean, P.oubeJx (Nord),-CAp., int. âtt..
Decauver Auguste, Lille (Nord), inf. 166.
DM Knrile, Bosendael (Nord), Lnt 310.
Duquesne Victor, Steenwertk (Nord), inf. SW.
Doche Jean, St-Astîer (Dor^ogr.ê), Inf. 910.
François Pnul, St-Bémy-Btn.n7,y (Aisne), cap., c^.1^ï. aa,
Fouchard Adolphe, St-Florent-lejJeuna (I^irat), inf.
Furdin Tlnrnotée, Hannonville ?Mêu«e),-icf. Wïrit 44.
Fiémeau^ Kmile, Wavhn (Nord), aerger.t M
Failla Pierre, La Souterraine'(Creuse), inf.-Aî.
Frétigné Joseph, St-Denis-de-Caetine (Mayanna), ta/. -
FLnot Gaston, Oye-PIage (Pas-de-Calais), âdj , géré* t
François Charles, Void fMeuse), uif. tefrlt 44.
FrilBch Eugène, Bar-le-Duc (Meus»), fhf. terrtt 44.
Franchi Emile, Sorty'fMenw), Inf, ïerHt ■(«
Prochot Jeati-Baptiste, Bw;ey-tes-Gy ^Ila-S«rtBa), M.
FontHine Alphonsa, St-lIllairc-Côjte« (Pas-da-C),»^,'*
Feyeux Robert, BoufaUt (Aigéria), cap., fnf.401.
Gravehn Eugène, RosendaSl Nord), inf. MO.
—Gauttrie* Raphaël, Avasnes-le-Sec Nord), 4af. WJ,
Gouy Louis, Bouvigïiy-Boyeffle» (Pas-de-C), aerg., M.
Guillon Jean, Piseey (Vfanne), ihî. 962.
Godfrold Pierre, Lille, serg., chaaa. 56.-
Grjppon A'bcrt, Domfront (Orna), cha»*."1»..
Gerne* Fénelon, Rieux (Nord), In/. teTTftJ »4.
Gauthier Eugène, St-Méde>rd (Creuse), inf. -M.
Grand Dexils, Desvrea (Pas-d«-Galai«), cap,, inf. M.
GaiHay Julien, Lille tNord), 'chasa. 56.
■GTbra* Louia, Revl^ny (Meuse), ïnf. Sffl.
Gallord Constant 'Bressuirt. {Deux--SèVrtttfc "fcif, m
Guérin Alfred, Verdun, ftif. -aeTTit 44.
Guyon Jirtea, Verdun, inf. «mt. 44.
Guillola Edouard, Cambre fCahwdoa), W. S*.
Hosten Félix, Boubaix (Nord), chaaa. 46.
Harpj Jean, Scaèr (Finiietèra), adj.,4hf. 304:
Hurnjlièra Alphonse, SérouviUa fMthe-et^Moa.), ici <m
HerWn Jean-Bapt, Valfes-tes-Aubérl (tfwil, ehtwa. i
Henno Charlea, Moochin :(Nord), fnf.
Kooaseds Plcpna, DonmraJn '{Ilte-et-VflsSH»;, *tef. «£*,
^>Hot Julaa, Louvigniea-Bavoy (Nord), anp,,-*if. >ML
Homand Léon, £aa«y^a«-Naiic7, •Icf. larrh. 44.
Hartachol Joseph, Void fMama), inf, Untt 44
Heapel Jules, Roubaix (Nord), chass. M.
- Hecquet Alfred, Aubies (Nord), inf. 324.
«ennion Léon, Roncq (Nb-rW, tnf.

(A suivre.

BULLHTmS OFFICIELS ANGLAIS

(Fronl occidental.)

Londres, 2 s^pU-mbre 1916, 0 h. 35, eotr.
L'artiHenç a montré aujcurd hui do part et d'autre une ncU-
<rit4 plus considérable au b\id de l'Ancre et dan» quelque» autres
partioa du front £ntr« .l'Anore et la Somma, lu a&itom cl1t>-
fanlenc tt boni bornées a qu£l.]ut:a *B£aS"niciala à la grcn«4s.
]Btu la mCme région, une aiuqtio 4 la granada, d*clancbée -far
ln Allemands, a au aisément rejette. Quelque» fourncacxl4a
minai ont explose, de pan et duulre dana le iccleur d'Aucay.

Lot.dte», 3 septembre lalC, midi.
La nuit drrmèrc a è\t puérilement calme ; ce mntia le ca«a-
bat est engagé vcfa la ferme du Mouquct, au Sud de Tblcf/wal,
»ùr les rives da t-'Vncrt, ainsi qu'a, notre droite ver» la ferme de
JtBaemoot.. Noua avona déjà rf"Knô du terrain. La nuit dernier*,
un coup de main exécute avec aucca» contra la» tninciiév» «•>-
Amie» au Nord do Monchy uoua a périma de ramenrr quetqnaa
pkaonnlerg.

Londres, 3 september 1910, minuit.
Aujourd'hui, en luiaon avec l'armeo francaïae k notre droite,
nou» avons attaqué l'ennemi aur plusiciir» pouita et enlov4 Ida

JW du vilutgo da Chnchy ainai quo ta totalKi du v liage de
tlomonl. Notre front se trouve actuelle ment porté à cinq canif
ras h rCal de âuitlemonl depuis Ginchy jusqu'aux aborda 44,
la (orme da ^JlecmoIlt. Nous avons èBalemant progressé k I>JH
<da la terme Mouquct ; plusieurs centaines da prisonniers «QM
tombes entre nos mains. Entre notre droite «I -la Somma, lea
Français ont réalisé une avance très importante ei 'ait un nombïe
considérable de prisonnier*. Le combat continue dan», toute cette
partie du front? Notre aviation a exécuté de bon travail en baisoa
avec l'arUltome «t l'infanterie. EHe a nvro a\e luimbreux combats
et forcé à la letraite l'ennemi qui faisait Les plus violents efforts
'pour entraver ses opérations. Les Allemand» ont eu trois appa-
reils staMsk* et au moins ijualro autres fortement endommages ;
trois des DdaM ne sont pas rentrés.

pas vw&mm

Très rarea sont, dans la grande prêta* parisienne, taa
articles' qui o*cnt aborder sérieusement le grava problème
As la guerre eutopéenne. Aussi est-ce avec intérêt qu'os»,
lire l'article qu* nous reproduisons intégralement ci>(i*a>
aous sans adopter, bien entendu, toutes le» vues de l'auteur.
Il a été publié en téte de 1' sflBptalr » du a* août :

«L'article que loid QMajW a publié dans l'importante
revue- anglaise « ftmetecnih Ceniury », au sujet de* espé-
rances qui se manifestent de voir la tourmente actuelle mar-
quer la suspension des guerres, et des projeta qui tendent a
«et heureux résultat, piesente un -intérêt aussi bien actuel
qu'à venir II répond k d*n préoccupation» qui ae font jour,
presque de la même mamere, dans les deux camps belli-
gérants

Que l'excès du mal fasse espérer pour toujours, ou pour
longtemps, la fin du mal, ce n'est pas nouveau. Lord Ct»
œ, constatant les espérances actuelles i^nant à la «al*
foTb're, dit ; « La même idée était courante lorsque, a£p**
la bataille de Waterloo, l'Europe eut secouile joug de ^\\;c-
• lion. Sa chute paraissait annoncer l'inauguration d'un rïgn*
do paix uiinerselle. «

D'autre part, au moment actuel comme en d'auttae
temps, ou entend, ù-iv ■ un camp comm* dani l'autre, (ajr*
un raisonnement identique nur la maniera d'assurer l'avenijt.
Do part cl d'autre, on veut aller '(jusqu'au bout)», écrostr
Compléterncnt l'adversaire, le « museler b, — Bismarck

fit dit le m snipnor à blanc n, — pour l'empicher de r*v
oiencci la guerre h brt-ve écManssa. Dans un camp
me *tefU L'autre, des soldatf expriment celle volonté an
disant qu'ils sont pr;is à se taorittiar, pour empêcher que
leurs fil- ne passant par la m5rua épreuve qu'eux.. C'est la
théorie d.-ipiès laquelle uiié paix, qui ne comporterait pa»
urîe «sonnée à faïoic n de l'adrewaire ne serait qu'une
trêve. .

- Cette idée non plus n'est pas nouvelle. A aon livre récent:
Pour en finir avec l'Allemagne, M. Maurice Privât donnait
nomme épigraphe celle déclaration du Comité de Salut
public, en 170/1 : «Ce n'est pas une Uàve qu'il faut à la
France, mais une paix qui mette fin à la guerre et assure à U
République ses frontières naturelles. »

Au souvenir de ces espérances et aspirations du passé, on
trouvera naturel le scepticisme de lord Cromer, dont l'ar-
ticle 4gira comme une douche sur beaucoup d'illusions
généreuses.

Différents moyens ont été proposés récemment en Angle-
terre, notamment par 17flïcrnntiona£ Defence Léagut, pour

3élire fin aux guerres. A la base de presque tous les projeta
iborés se trouve la même idée. Les nations civilisées déter-
mineraient quels «ont les principes et les droits quudoivent
régir les rapports internationaux, et une cour d'arbitrage,
ou un conseil des nations, trancherait les différends entra
peuples, l'arbitrage n'étant plus facultatif mais obligatoire.
Quant aux modes da procéder et aux moyens d'exécution^
lea projets différant. L'un voudrait que la cour d'arbitrage,
ou la conseil des nations, eût 4 sa disposition une armée et
un* marine an ter nationale, pour mettre à la raison les re-
ceicitranta, aussi bien ceux qui refuseraient de solliciter son
arbitrage que ceux qui refuseraient do s'y soumettre. ITaprès
Un autre, cette força internationale ne serait pa», nécessaire.
Les notions civilisées, conservant chacune son armée propre,
M tourneraient Contre toute puissance qui, sôus un prétexte
quelconque, déclarerait la guerre à une autre. De cette
rrranière, l'agresseur icrait toujours puni de aon agression,
et cette perspective l'empêcherait d'attaquer.

'Les critiques que lord Cromer oppose à ces projets sont
celles d'un politique pratique répondant à de* faiseur* de
systèmes, pour ne pas dire des rêveurs. Il convient du remar-
quer qu'il leur répond turtout comme Anglais, au nom de*
intérêts de son pays. Toutefois, certaines de ses, observation*
ont une portée plus générale.

Une force internationale, de terre et do mer, créée comme
moyan (l'exécution pour la cour internationale, comporte-
niïf forcément la diminution, ou même la disparition de*
armée.* et des marines nationales, ©r, dit lord Cromer, ja-
rhûls l'Angleterre ne coljsentrra a affaiblir sa nmrlne, d»n«
Uifaerle elle voit ta principale protection.

91 l'Angleterre raisonne aiiini en ce qui concerne m
marine, pourquoi lea puissances militaires du continent n*
rfisonneraienttclka pas de m^me en ce qui concerne Icnrt
armée* I

Autre objection de lord Cromer. Sur quelle orne la cour
d'arbitrage serait-elle constituée ? Chaque pays y nurmt-il
la même nombre de voix et la même influence 1 II est
visible qu'il n'admet pas que l'Empire britannique, mvec son
énorme étendue et sa nombreuse population, n'y ait pa*
HD* influence proportionnée a son importance. D'autre part,
p*eut-©n attendre que de* jug*s do la cour d'arbitrage ■**
prononcent contre leur propre pays ? E\, surtout, qu'iirri-
tWaît-îl si des *old«ts do la force niternuLionsIe avaient à
Imposer à leur propre pays récalcitrant le* volontés de la
ocrar d'arbitrage?

Cette éventualité d'un poys refusant "d'obtempérer aux

&sftQjpnc-es de la cour semble préoccuper beaucoup lord Cro-
nE. Avec une franchise qui lui fait honneur, il cite un
flewiU typique tiré de l'histoire récente da l'Angleterre.
■jbrag{t ii l'affaire 4n Tniinvaiil, Très probablement, daprèa
inl arbitrage international aurait donné lert à l'An-
ne, Or, avoue-t-ll, lo peuple miirlais ne se serait pre-
nnent pas soumis u u:ie pareille setitimce.
Prenant la question de* plus haut, iord Cromer estiin*
/paiy, y a de» guerres justes, gén(ViiLrice3 do progrès et d*
cfrtjjisfttion. et qu'elles seraient rendues impossibles par un*
dT^^vrSaSon destinée i> empeelicr la guerre en généi.-il.

La ffninte-Ailiance «vnît pour but de cosuexver, par le
maintien de la paix, l'ordre de eho-es établi. Or, au piix de
cette paix, ni la Grèce, ni les nalious balkaniques n'auraient
«tS libérées do la domination turque; l'Italie n'aurait pas
414 libérée de la domination autrichienne ; l'Amérique latine
■erait restée sous la domination espagnole.

Ces « guerres juite^ 11 comportant le plus sonvafit une
agression de l'opprime contre l'oppresseur, qu'dHsriei Imt-il
et l'on voulait appliquer le principe en vertu duquel toute

agression serait réprimée par le concert de* nation)) Bn
1869, l'Autriche a attaqué l'Italie. Mais, en fait, dit lord
Cromer, l'Italie, qui avait poussé l'Autriche à bout, était-la
véritable agresseur. En 1860, Garibaldi et les Italiens ont «44
lea agresseurs, an fait comme ofucienement, ayant errvaru
les Deux Siciles. En i88a, l'Angleterre a été l'a grosseur
contra l'Egypte. En igia, les Etats balkanique* on! été le*
agresseurs contra la Turquie..

Lord Cromer estimant que toutes ce* agression* "étatent.
juste», qu'elles servaient la liberté «t la civihwlion, il o*
peut pas admettra qu'on eût pu les contrecarrer au nom d'un
principe abstrait punissant tout agresseur.

Mais, dira-t-on, 'quiconque attaqua prétend- qne son
agression -«al jufta, parce qu'elle sert quelque causa juste.
Qui en décidera* Voilà, précisément, où gtt la difficulté
presque in i-lubie. C'est una des raisons pourquoi, apràs
avoir prit-connaissance da ectta controverse entra iord Ôso-
mar *t le* pacificateurs anglais, on est tenté de craindra qu*
0* n* soit le noble lord qui ait raison, quand 11 ne volt que
chimère* dans tous lea lys^me* proposé*.

En résumé, on a l'impression que si l'esprit d* paix
finissait par l'emporter sur l'esprit de guerre, ca na ttrajè
pas k la suite de l'institution de quelque police internatio-
nal*. N*jscrait-ca pas plutôt parce qee, dans chaque pays,
l'esprit internationaliste ? Encore cela n* serait-il possible,
temble-a-il, quo si les doux camp* belligérant* «mtuait
avaient plus à souffrir qu'à sa féliciter de* conséquences da
■ ta guerre qu'ils te font. » Aîctde"ïîtrray.

Nous aurions des réserves k faire sur plusieurs point* ém
l'article reproduit ci-dessu*. Mais 11 n'est pas doutcu*
qu'il représente un aéneux effort de jugement, qui eoittnrat*
avec la phraséologie quotidienne d* ta preste parisienne. D
démontre avant tout c* qu* vaut dan* la boucha da l'impe-
rialigroa anglais la fameux mot d'ordre d* la a lutte contre
la militari me allemand u.

Si M. Alcide 'Ebray avait eeé faire un pat de plus dana
son analyse, il aurait fini par comprendra pourquoi l'Ail*,
magna auaei a le droit d* «lira.qu'elle défend dans relia
gunrre l'intérêt légitime de een libre développement et da
sou travail paoifiqn*.

LE PAPE ET LA GUERRE

Au milieu de la tourment* qui déchire l'Europe, h
lituation du Chef spirituel da l'Eglise catholique est parti-
culièrement délicate-. C'est c* qu* ne semblent pu son Ut
ceux qui voudraient faire partager au Papa leur liai*,* et
leur» partis pri*. C'est sans dont* pour répondre 4 ceux qui,
dans 1a presse parisienne, poursuivent cette campagne coaiipe
ta neutralité du Saint-Siège, que la cardinal Gasporri vieaU
d'accorder su représentant du «Journal», M. Edouari
Helsey, une interview, dont nou* reproduison* l«a passas***
essentieui, relatifs à l'attitude du Pape vis-4 vis de la guerve
at dot belhgérnnta. Voilà ce qu'a dit on substance le cardinsd
secrétaire d'titat :

« La pensée du Pape est très simpl* at teè* clairs*. Toa*
d'abord, il désire, il appelle da tous ses vceux 1» rélabllsao
ment do la paix, paix juste et durable, par conséquent sajM
oppression de* peuples et eu tenant compta d* leur» aspira-
tions, si elles sont reconnue* juste* et réalisables. Autre-
ment, nous 11'durions pa* la paix, ou, tout au moins, alla st£
«erait pa» durable. En attendant eolt* paix, 1* Saint-Sièfi
garde, quoi qu'on dise, une impartialité absolu* entre la*
belligérants — pourrait-il *n êtr* autrement — avee usât
hicnveillanc* particulière envers tes nationa •atholiquaa,
précisément parce que catholiques, qui ont I* plus souffert..*

« Impartialité absolus, mai* pa» inacliva, car 1* '\r-
Siège, suns regarder k la fatigue ni 4 la dépensa, saba <Ln ■
liiKtion même de race ou d* religion, a tout fait pour ataaV
nu or en quelque mesura les souffrances da cette horrlfcfe
lutte et, grâce à Dieu, 1* résultat est tntitfaissant. Ta t4M

pri* da croira, monsieur, que la searéteirei 1e d'Elat, -eurtoa*
en ca moment, sous lïmpulsion Tigoureus* da âa Saiatata,
n>st pet» un* sinécure. H^en qtia pour tenir l'Irrimen** aor-

reapoudanca ajua Héoeasisant ia —™'-----hi t*s* pinnuliii*!

de* disparut et las renseigucmenU k donner aux famjHsh,
noua avons dû mobiliser moine* at bonne* «murs. Certain*,
ment, vous- connaisses lo* principale* d* nos iuiUatma
d'ordre général couronnée* de succès comme celles qui
•boutFPent k l'échang* de* */rands«b!e9sstï, k ItïospiUlistUosi
«ko* pèn» de famille dt4*nu* civils, «te. ; jaUae parla -<*•■
d'autres projeta aoit d'ordreejidnérul, «ott eVv>nir* partlaaiUlf
qui sttendent encore une solution mail line nou» «sparona
bran faire réussir. Voilk,^n peu da mou, la pui*ee-es
Hceu^r* du Papa dans M* morrretHs traginajis* qaa ao*j* tsty
vesaosM. le* faite sont n.vtorrri «i la 9aibt-'ï*kr* e'aet ejaflV
qui dans le* documents lis plus solattnal*. .<« ne oxoi* w
ma tromper en disant qu* tout les nommai raisoonaMN
approuvent notre conduite. Les paisioci belHqiwus**
epêisBies, nous urtenrlron^, tranquiHes, le verdret da
l'HlatoiF*.

— Que Voira Emincnce veuille bien >ana permettre -an
mot. Certainement la Sainl^ikfa, pouvatr intematioa«l*«sl
•a nature, n* pouvait pas s* Jeter-dans la mêlée. Panoeai
n* la prétend. Hlai*, de la plus hauts autorité moral* fui
sojl au monde, on attendait un* parole eostfamnant r^ÂdW
procéda* employés dans cette gue/re.

— C'ait la reproche quiou nous nil, répété t»ut *kr-
niiremant par dei grands journaux avec une lagèaeté lai—
cevabla. La Saint-Siège a condamné lea violation* du droit I
il a, par l'Allocation corriistorrale du 13 jenfrer iai5, *t m
d'autre* circonstance* solennelles, rappelé la* belligérant! k
l'observance de. lots ita la.gtrerïe. DovMitUl, pouva.t-il alkar
Jusqu'k des condamnations nominales tur dei cas parti-
culier! } Je ne vous étonnerai pas en disant- <nie 4a* aeouta-
tioni l'entre-croissnt, venant-sda tous coii*. La Saint-Sikisi
impartial, i'U voulait l'érigar an juge dea coupi, devrait
luivr* pour tous la mémo régla. Or, un jug* tant soit paa
lérieaut, arvant de-prononcer *ja «entenaa, doit fêtrt uni <n-
qu^te, doit antiindWaiu moliu l'aeeusé, d'apxàa^ia prùacips
élémentaire du droit. 4udiafur et altéra pari. A plus forte
raison cela s'imposerait dahi de* débats comm* ceux-ci, k
cause d* la très haute autorité du juge d* la gravïU
l'affaira, d* la surexcitation des passions, d* la complexité"
de* circonstances. Or, est-c**pratiquement possible ? Mina*
si nous, les enquêteur», pouvions arriver juiqu'k la parti*
accusée, celle-ci, probablement, nbui écomlu^MÎt pHti 0«
moins poliment, ou bien nr-rait le fait, ou bien dour.'pait
de* explications que nou» ne pourrions p*- eonlr '

an thèee générais. 11 nie «aniit'Ires fecile Je eontirreer ea
Taisoiinem«nt par des oximpres^et de lt*ppliquer à d«s ait
particulier» Ce que nous faisons ne vaut'ii pas mieuï t
Nout tenir en dehors et au-d»**u» de la Maille, ce qui nous
permet de faire du bieu a tou* et mémo U'aMcastr tout 'iourr
-manl, et sans faire de bruit, te* belligérant* k renoncer «a
-tout ou «n partie k tel ou tel procédé Nous ne r*u*»m»*«*
pas toujours, mais noua réussissons quelquVo a «t, ce **■
que noua gagnons, c'eet autant de mal de moins sor terre....*

LA PREMIERE tWTArTE KOrjWJnNE.

A paino entré* «n guopr*, le ftouni*i>in vtetrt i» raca>
voir un rude coup. Tandis tnte 1** politicien» qui U Ua>
çfeEent dan* rarentitre tremblent avoir cru t urta pmn****»"
rïïliiïlfre en Tranaylvunie, ouverte k !Mjrr«*ion, h t<&
Un fa armée bulgare, renforréa par de* troupes altemixui**
a^pondu k ca plan quelqua p«u eimpiista aa.r usa rud»
itteqya da Qano, qui «nfosvaa 1» couverture roumaine d* kB
Doiirudoh*, pouapant jueuat'k la place fort* d* Tutti
«et* aie passé iaer -k Danbka, qui vtant
d'aaaant,

Pla« d* M.0M priMitirivn, «00 offiolan, I 1
 
Annotationen