Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
13 Hovimbrt 1»

I I

LISTE M" 260 CONTENANT ENVIRON 950 NOMS

ta m m ■ »

GARDELEGEN '/Brdbro.

tsesSmoasd Juif*, ComlM fHérajJte), 1*1 Ml

ft-/iwrm Oim-ïm. Nm*I fcftlyw W.X cbu» **.

MbMi PrMtm, tVvy (Aaert, ohnes. *

IVMkmtt Mto, '■levari lNMn«), M r04

r l '■- A,, iMWl fCharsnNH, M art.

IUum ;,m .. ■+■»■» inrJ <M>»e .» s- « ta/. ». •

lunssela René, Deaaia asi M.

fW*«i No«i, Drus» f«èreeis*, bd. ML

■bernes BdTnsnd, 'j - fHérsall), in/ rnar. t.

R«M FélU, Y«TM i ■> ira* 1M.

Téiéii 1 '.» . v La r: m ' se* « 3mu ente rr.f -, hsf. nar. I
**m,r w« Ulys**, €J«nlM JMato*, t»j m
(mi fruiw, Pérene* (IMraaktK M art.

DMm. Fef*nrian*\ Nantes 1 ■.■i-!.' . tnl Sa.
N**! Urbala, Megriac (Av»yron). Ira* 104
PseOert Gilbert, Marnay Oflfl, tnf 108.
B*b*rt Marart, Mentpeitier (Mdravtt), in/. M*.
RaImo l^éoa. Parla, chas*, l

lcM i Nicomm, Mousson ;nt*urni»-»t-.lv1a**ile), Inf. 04

Reataet Maahuru»., Qi>e«ternb*rt <Norbth*n», tnî. c*t

raahart Henri, tMnajt»»*» (Nor*!). ta/. 9

ras* Jean, t»se*e*se 4 T »m-•*- Gnrennor, al H. ' #

[ten i *bi Parts, ont «M 104

rasertgnal 1.0 a* Fentennaeea** (S*n»>e4-aLn ehaee. I

Ihi.jl pMn*, metYenene dm»-0*ronrief, mi. 81.

IbeeJand Aftrv Part* oaxee*. lit

Kmi Louis, g- • 1 »'•—. ai/ 01.

Punxxel George», Umm-dVLrtry {Csdv»*e*>, ehase. 14

Paartna Joie», Sl-Pei (Paa-4a-CartrtJ. et***, lû.

ranrt François, !**n»f*rvtni (MesanheA, ktf. 31

FM Jacq ie*, Maraaaoa fAveyT*s*t, Int col.

fcaaértl Jean, Llss» (Nont). aW. If*.

4suta*er Jes*sx*, St-Eaenae (Àvsyroak la/, »

Mttar Pierra, rVsnllrt (Ctnarenlal, int N7.

kwiMtr \: ..-». B«;.iHer*****, mi t*.

tjajwti Anton, V«afr»rjen*-é*.L*ura»»»4» (ltea-OerA ïnteV

9*»*rtn Joaipa, Pssrt-liilat (lenyaama), fat 104

Sartn Jean, Vwrtnmw (St^e-et-Loir*», bat 188.

■hrwurnin Dotataa^at, Ntaracque» (B. <*u-Rndné), int bl 4

Sahamber Crsarlae. Paris, la/ 1».

tnmaitWr R«n4 Paria, inf aaL

SctfMMK Georgee, Paris, serf,., inf 160.

avu^it Henri, Nattay, htf. M.

JUwnwrv 1 latin, rfaarahlaaaa- (TasgM), cap.. Inf. 190.
flrwaeec Ren#, Crtaataaa ,<8atat), inf. mar t,

Nfarart, Kartda H^cir. inf mar. 1.
«,* Jacquaa, ^ vu<n v.:i,-i (Tarn;, Inf. ooL
■aatta Xsvcr, Vaaai (Nordj, ahaaa. 19.
Mrarac Louis, Cartraa fTana), ta/. coL
ftptarat J«««, «varioo (Oar), taf 1«&
««aaer Jasa, B«« .'I an. M. crt.
mw Victor, Apasneux (laèrrt, iaf. ert.
■manfn Omit», tncy (Mthe-rt-Moa.), terg., ehaafl »

pa«nr*4moti«B itrt»t6a»oat laterdita)

113 mm m si rural m prtarin m m m MfrcaL — U niai tes «m pM a tm k ocMm 313,000.

Total d«s prisonniers françaic lat*raés a>aa Allarnafn» i 3K5,9>9/0.

atoulartf Aloxandre, T* . «r • i» ff.J -.tl. :, in/. 1K.

•eaU Louis, ■« tHfca-OvrannaJ, aerg., faf. est

•aam LonU, Cataa {Hersai»), asi M.

Saaoïa Fran^rts, Kaaadry (Qalnsa), mf. oai.

9aéTanai Vlrt«r, Gssaunsart 1 - y sarf., ssl M.

9Mf>han Rans, Traglonm (FiiisattraL aa#., la/. ML

Maaaa Ca&rtas, 9t-l^naata [r4ar«, ahaaa. 19. #

* . . Josaph, Pssénaa • ».u-a t ■ aaL

•artat Loua, Paria, ohaM. 4

TsaTusaf A , sWti**rt '■, , .. t). in/, eal.

Taalslar Praaçois, Oa}a-la-9alTa A M. cal.

Taflla/nmir Lue/an, Wonwaurt (ffto-iasrnat, iaf I9»V

Talasa Laaia, « - (NièTra), iaf. 119.
TarUrta Jean, Riens (rfierra), lai. 190.
Taupln Pierra, Nei-sn» fW evre*, lai 1».
Tavamiar Henri, Paaqy-ls-Chilaau fCoka-du-N.), Inf. MB,
Tenlsda Louis, MontpaLàar [WSi'aufl); inf. H.
Théiaud Alphanse, Cousron (Loire-Itir.), inf. mar. L
Thalu's* PttaL. Merviila (Nord), inf. 918.
.ThiAhaut Edouard, St-Dîner [Hte-Mame), inf. ICO.
Th ebiemont Marius, MarnavaJ (Hte-M*rne), Inf. 100.
Traéry Léon» Le Paxeu* (ft«ine), cap., chasa. 4.
Thtérry Alexandre, Nevers (Nftvre), inf. 160.
Thomaré. André, La Crois'tre, inf. mar. t
Tlxwnaa Marcel, Chezal-Benolt 'Char), In/. W.
Twmtlat Alphonse, Coudray 'Nord), chasé. 9a.
Taurnrt Henri, Viïers-au-Tertrs [Nord), chnsn. 14.
Tratsiar Jule^ \lllafranche (Aveyron), Inf. 1JR. 1
Trantaoosta Louis, Marseille, inf. col. • .
Tnllaui Louis, Clvray (^'^cnne;, chaas. 4.
Trinques* Henri, Jt-Léger (Saône-et-Loira), Inf. 180.
Tsartar Henri, St-Quen-ThouberTllks (Eure), inf. 140.
Thomas Benjamin, ArrilSet, inf. M.
l?Q Rrnaat, St-Juéry (Aveyrun), inf. M.
Vacaressa Itenri, RodM (Aveyron), in/. 18t
Vadrot Euatne, La Roche-Thilata (Nièvre), ini. 100.
VaUéa Gabrel, Tournes (Ardennes), ini. M.
Vattâa Georges, Rebais (Seine-et-Marne), cap., Inf. 100.
VsJot J., Pana, inf. 180.

Vanderschaege GasWn, Tourcoinj (Nord), chast. 14

Vamna Auguste, Wasme ^Belgique), inf. I0E.

Vautîaar Eugène, Pans, inf 6t.

Vechla Ehe, La Chanté (Nièvre), tnf. ICO.

Venot Lénn, Le Creusot (riaône-et-Loire), serg., inf. 100.

Varhaeg» V., Ifouplmea (Nord), chaas. 16.

Verner Louis, St-D-mer rHte-Marne), inf. 160.

Vernel Paul, Consenvoya (Mause), inf. 160.

Verluya. Louia, Terrière-la-Granda (Nord), in/. H.

Vesprés Eugtoe, Sl-Célarta (Sartha), inf. coL

Vsavres Eugène, Lucenay-laavAax (Nièvre), inf. 109,

Vayrier Paul, La Cros (Hérault), Int. coa

V:a!«.t François, Bocoazier (Aveyron), Inf. coL

Viard André, Alenay (Meuse), inf. HO.

Vitnne Théodore, Violafnes {Psnvde-Catais), chasa. 14.

Vlgna Jules, Bobigny (Sefne), ifif. lOO.

Vfltmn Léon, Vianx-Condé- (N»nl), !ni 180.

PAIX D'APRES GUERRE

Un teetcur français nous envoie cette lettre ouvert»,
•jué aous publier» en Tribune libre:

La k Gazette â«a Ardfnnaa m a reproduit, dan. aess
■ ■* i58, un artlala asr lequel ua journalista fraoçaia, M. Ai-
aida Bbraf, prataod jusliflar l'opiniaai éa Lora Cromaf
aaanUe lea e*parsnLes qui ta sasnifeataaH, aW voir la tour-
BMnte sctuella marquer la su»paa»ion des guecrea ».

Mail les argumenta BaaaanaN par ceo rnesaieura ada* peaa
prs>b«nla.

arnu, partant 4a crtte vénte qtsa la» gouvernement»
sont faits [four les peuples et non inversement, le* peupla»
ne itursipnt semsttre plus longlempa W riaque de leur des>
truation et de leur mine, comme moyen nécessaire pon»
assurer le bonheur de leur-existence et leur prospérité.

Et aî, pour en arriver aux réaolutiona que le souci da
leur aécuriU et da leur bien-élr» cornporle. Ha avaient be-
soin d*me leçon, noua ne voyons paa ce qui manque aux
UaTiûanli é-vénemeota actuel» uour en tenir liau.

Si, wveàt non», l'idée de paix univer»elle s été vaine, 1
ne «'ensuit paa qu'elle doive toujours l'être ; que de tort
temps le* précuraeura ont été, pour leur» contemporains,
des mhi rchcur» de systèmes et de» r*venr»n, pour *tra,
plus tard, et pour le bien da l'humanité, dépassé» ci an*
lesjra ton'épiions.

En loult» choses l'excès du mal-en a toujoura causé la
- fi» : avec les aHlances devenues inévitablca, les progras
realiaés tlana les mojena de destruction et attendu que,
dans les conflits k prévoir, c'est fout, ou du moins U mefl-
ieur de la nation qui te risque, et tout ennembU, pour b»
moindre motif souvent, on peut donc dir» qu» l'excès «Va
mal e*l slU int et que la fin s'en impose.

On ne doit pas ae faire justice soi-même, c'est aussi
vrai pour le* nation» que pour Isa individua ; un mauveia
Kiniiir, i4 vaut mieux qu'un» bonne ^ruoj-ra, et la crains»
de la Jasllei est la cominvocenient d» la sagesse. D'où la
nécessite d'une cour d'arbitrage. La guerre entra nations
da forces différente», comme la duel, jeux da hasarda, ne
pouvant donner de solution» re.sonn.ible», et destructis»

de sawns'eUa est m...... vouloir préserver, doit dlstiaraltr».

Acceptant comme u typique a l'sfTnire du Trsnsvaai, 1
est peritii" de croire que si, alors, les Doér» avaient pu en
appeler I une cour .1 . : ■ les • h seraient aLe-

tatius, ne voulant pas a'expoeer k son hostilité, ni surtout
t des sanctions, que le» avantages recherchés n'auraient
pas compensés. Car on doit admettre que le tribunal ayant
peur bna de suppnnier la guerre, disposerait et userait
iToutrc» rrnSyexea pour imposer se» décisions.

Pour le» mems» raisons que, connue moyen» de défense
avwtuils, telle nation cotiser»» son armée ou M marina,
O» ne pourrai! Atro avec la prétention i- réauter par la
levée aux dérision» des arbitres, usant Jurrtère eux l'Europe
tant entière et ea n'est plue.

tachant d'antr» riert quv ae.) ne peut ètsa juge en sa
prepre cause, le nombre de repréeenlenle d» eeaque nation
k la cour importe ]>eu, et quant a L'éventualité d'tntcrteav
(asa de soldats contre leur pripre pays, l'idée est trop da>
raisennahle pour être envisagée. I l dire a qui) y » eu des
fuerre» et de» agressions », ee n'est paj p mu ver qu* le»
rastrne» ré.ultsts ne pouvaient pas être obtenus a meilleur

En résumé, nous avons l'impression que l'esprit de pnix
l'eanpotUra sur l'esprit de guerre, non k ls suite de u iiuel
eue in'titution d» polii " ntejTialionnle », mais par suit»
de In cruelle et (ert ib.itite leçon actuelle qui, e*pérona-la,
rendra le peupla plus nlkntif qu'il ne le fui a ce qui se fsll

ea> son nom. Donc, comme conséquence uns instAutioa
qui «'impoïc, syant pour mission de leur permettre de pron-
pérer et de jivre en pnix, — O vivre en paix I

G. P. L. Boucnai.

(Notre correspondant occasionnel noua autorisant expreaae-
aaent k pub'ier ss signature, noua n'y voyone pas d'mconva-
aaant. — La lléd.)

Autmmr «f® Im Qumrrm

UN DUGOUM DU CHAîtCKLIBB ALLEMAND.

La Chancelier da l'Empire; M. von Bethmsnn-Holrwt

da prononcer

vient da prononcer devant la commission centrer» nn
Ratchstaf un important discoure politique, o* il a résumé
Isa cause* et le» but» d» 1» gueera. Ce diseeurs est un» râ-
pons* à celui qtt'a piononea dernièrement Lord Grey. La
a Garetle » en reproduira prochainement 1* tenta intégrai.

LA PHESStJ FBAJfÇaïSB ET LA ROU1IANIE.

La mondu entier est fixé sur le* raison» pour lesquelles
la Roumanie est entrée en gruerra. Il sait qu'elle espérait
une victoire rapide, lui permettant ee s'emparer da ha i
Transylvanie, sans la payer tro* cher. L'intcrvsntiaa reess
mainc devait étie une «bonne affaire», rien de plus. Item- •
tenant qu'elle i lonunencé k mal tourner, ceux qui y pous-
seront la Hoiimanie s'efforcent d» lui donner une attitude
da mar ivre, faitenl d'elle 1» n victime » de» pays eu'aue a
déliberettieul attaqués. Lxxiutons 1' « Action r"■■.</:., m-.' » dn
»8 octobre, ipji Unce celte phrsaa vraiment déconreitnnta :

« L'Allemagne essaye de démontrer «ri fiourrianie sa
fameuit theone d'api loqueli* les petite* rwiioni ne due-
vent pius (UKur de place en Harojte. s (1)

Ainsi donc, l'Allemagne st l'Autriche, sUaquéee par la
Roumanie, n'atiuent paa la droit de ie défendre! IN'est-ca
pas plaisant f !

Après que le* troupea austro-allernaDdea curent forai
lea principaux Jétilcs donnant acce* en Roumanie, les opé-
rations ont subi un certain temps d'arrêt nullement anor-
mal, qn* les communiqué» allemande out enregistré et que
tnt i ■ déjJ suivi d» la prise d'assaut de la ligna

axtraordinniieiiieiit forte du Claoucetu par l'armée du g**
néral l'alkenliayti. >

Ce temps d'arrêt, peudunt lequel lea Roumain* tentè-
rent da reprendre l'avantage, fut salué comme un revire-
ment de fortune par la picts» française, 1res impression*
nabi» dans ce sens.

Parmi les voix qui signalèrent ce ■ rayon d'espeer » os-
tons relis i un critique qui ne perd jamais complètement
la sens des résiliés.

1-e génétal N... publiait est articlo que nous reprodui-
sons entièrement :

« Eh bien, cela ne va paa trop mai du coté d» la Ross-
manie

■ Certes, on attendait autre chose, autrefois, lersqust
l'entrée en ligne dm troupea shi général Avcrcsro devait
marquer un tournant d» cetl» guerre.

k Mais ce n étail pas la faute aux Roumains. Ls» bon»
fmarruditté» de Friutre c( d'tulleurt, yui trouvent mnini /e-
tleenj de *e pejrevr de mots ou* d* chercher vraiment ce qui
peut servir le pays, avaient carillonné leur atlfgresie au*
quatr* eoiAj du monde.

v II a f.illu d'Vhnntr-r. Fn Mlcmagne aussi, ils ont des
camms et des soldais, et on ne fait pas la ^ucrie à coups
da porte-plumes

« La di llus.on fui Riande (liez ceux dont IV-nthou-
■li<m» s'il,ut manifesté 1» plus frénétiquement, si grand»
m'kue qu'ils s'en pi rent avec une inconscience un nntinet
deroneertanta il des hommes qui n'étaient en rien reepon-
sahlf* des fâcheux événements de Dobroudja rt de Tran-

Vflletts V., lagxaj sjrreasl (Aisne), chnaa, nV .

VHter* Maori**, VTÎleïnanoch* (Yonnef, attasa. s,

\lsn*art Lente, Ora ville (SanssVbas}, lai bOO.

Mm»nt Uaart, Oenn-evaie-CsiUrt ^e* !»*.>, tnl 104

Vlncaocew Maria, Notmiouher» (Venaéet, ml. mar. L

Vlnoeart A^ert, Bok>grie (ms-Merns*, nsf. 190.

Vhaaari Anahala, MonUoesen (Otsat, chasa, lt.

Virât Henri, Paris, in/ 100.

Vitrent Charles, Sole Trie» (Nord), inf 8T.

Vivant Henri, MeuseUt (Aveyreoj, asi 31.

Vognet Gaston, Orefontauise (Hle-Maiaef, Inf 100.

Veilsst Clauds, Lucy (Nièvre), inf, 180.

Vulllecard Henri, Ménerwllo iAl^érse), inf. coL

Walla Pierre, Paris, serg., chasa 4.

Wantis Julaa, Steenvoord* (N»ird), chaas. 10,

Wates 0., Aubert (Nord), chaes. 16.

Wercklé Louis, Pans, serg-, chass 19.^

WTUeraonl DéMré, Nbmaia (Nordi, cap., chus*. 10.

Wtlquin Emito, Oéry (Pas-de-Calais;, inf 308.

Wilmart Eniest, Beuves (Nord!, chaas, 05

Worra Jules, Armentières (Nord), chass. 18.

Deojean Paul, Villeneuve-d'OImea (Ariège), inf. eot

Van OuLryva E(loua^d•Cfiarte^ Lille (Nord), lai. 10&

Blanchart Irène, Fourmies (Nord), chaas. 18.

IttGOLSTADT

(Suttt*.)

Dubois François, Jïbron-CîiaufTour (Sarthe), inf. col. 4*..

Gauthier Louia, ViUiers-en-Giea (Hte-Marne), inf 380.

Galot Alfred, Hauterocha (COte-d'Or), inf. lOfit

Loifargus Jean, St-Gonstaudt-P*aur (Owital), Inf. 80.

Auvrignoa Jean, Rochefort-sur-LolrB (M.-et-L,), cap., çésv Ot

Chesnean Marcel, Viuers-s,-Mar (Calvados), ini 156,

Héiard Henri. Ruelle (Créas**, ennes». n pied *&

Dord Arthur, Luasat (Pijy»-fhî-DOme), inf. 8*

Moral Georgee, Paris, serg,-four., int 10*.

Ponoxui Erneal, Tro-yee (Aubaf, rrwu/éeh.-d.-logis, art 26,

Bourdon Emils, Vers (Gard], chasa. alp, 7.

Loco(s> Julien, Roubaiz N-rti, In/. 194.

Picard Jean, La Fontanelle (Loir-et-Cher), int 40.

Hariè Clovls, Brin (Pri8-de-Calaia>, Inf. 104,

Hennache Cyrille, Wlnglea (Pas-de-Calais), Inf. 104

Parsion Léon, Maubeug* iNord), inf. 40:

Erg*ry Martin, SUJein-Picd-rie-Part (B.-Pyr.), sorg., donass.

Lauher Marcel, Lon^wy-Bas (Mrsorthe-at-Mos.), lot 10*.

Lntgle Paul, Lifny-St-Flochal (Pas-de-Calais), inf. 16*.

Pana Eugène, St-Slméon (Orne», inf. 19*,

Bolard Maurice, Lods (Doube), chass. alp. 11.

Ganthier Gabr,, St-Aubin-sur-Loire (S.-eW__), cap., Inf. 1*.

Mayer Constant, HeUemna» (Nord), inf 184,

Podoe Alexis, Chsylade (Cantal), inf. 86

Robert Arsène, Doué-la-Fontame (Majne-tjt-Loire), gènia 9.

Lourent EiTitla, Longwy-Ba» (Meurthe-et-Mea.), inf. 164. *

Imbert Gabriel, Marseille (Bauches-du-Rhoua), in/. 141,

Dufaud Pierra, St-André-du-Boil (Gironde), inf. W.

Oadret Maurice, Chaumuzy (Marna), inf. 161,

Braile, Sok^ is-Trssve* («rsssA, Ini. IC»,
LseeeieL. /erraetter (Tarn», aaeess. «ip. M.
Laslaal Bsnss-aea, *1edteerte et Gaena (Cornât, lad. M.
Sasnnal Jean, Osas»*» (CaraaV, aal 17t.
neesé Atea, Ililai i (Marne?, tnf. iu
Jeuréem Catietané, Braaf Orna éa Cnana», Int lté.
attasiasrsnrt rraoçess, Veaannt (Cars*,, int
Pasenlsssa Jasessh, Caévt ff^ena», Hat 17».
Msrekettl Demlnlque, LomJo *C*rsc|. tni Ira.
Canobasa Bané, Menlua *«s;.e-c< 0«e>, art. la*.
VoegOé Albert, Tha6n^ea>Vose>a* |V»e»j»n», lut M.
Hnsxen Marcel, Créiefl i&etnas, servent, iial tL
Conta Emfle, Tanavelle dlentel), -,v :.-u , IxaL 0t.
Flontard Ernest, Bouscoasa (Tarn), insL tt.
G«y Jean, Sourniac (Cantal), int 10*.
SU Daniel, Gironde (Otrondst, int 2tXX
Mathlaa Jaan, Thloliara* (Puy-de-DOmey, caporal, lui i
Duchainpa Adrien, MonUirtaeu (Loiret, Inf. 80;
Chnudezon Roch, Clamensnt (Pay-da-Daau*^ caxy, Inf jfc.
Arqullliera Patrui», Pnnisaièraa (Loiret, oepora*. ïsJL al
Chapuls Jeao, SouLog* [Hls-Loirst, inf, 80.
Deydlar Paul. Alièejr» (lIU-Leiref, caporal, btl St.
Delroad Augustin, PaiiiaaiAra (Latra}, caporal, lnl Vs
Brna Alphonse, Péngneux (Loire*, ust Stv
Du courant Georges», Longrla (Cota-d'or), lut 100. ■
Combat Pierre, Oder (FinUterat, imt. ces, 4 -
Casabianca Tousanlnt, PTlarCana*» (Coraa}, Int Ht.
Bartesl Dominiqae, Pfla-Canala (Cerset, hit 17*
JeanearH VlsconU, Ptla-CjuisJ» (Caraa>, Int lit
Colorabonl Jeau, Caasws» (Caraa>, inf 174
Sufrredini Jean, Lareén (Carnat, ust 174
Alfonat Doréluia, Al liberté** (Cars*,, lnl. 14V
Martst JaaJt-B*ptio*a, Caret* (Cereet, iaL 174
Ferrari Preaçaie, Lorad* (Caraet, lut 174
Ravel Jean-Marte, Çhare**s*>togewelle» (Loarafc, tnt 04
Duf4*1 Itinaat, St-HiMie-d» l.oe (Savutak, 1*1 144
R ou sert Jaan-B aatlsta, «anaeae llglise (RU-UéteX Dat s. I.
B««ival Jean, Antrtl (pay-dn-Ma* ,^ niL 14
liée*** Laeasss, 3U.\ecteJ.-»-le» m*1a» ,^ij-ch>-rj|k bal fft
Mortsr Franrta, 9*n]»a^l»-r>eid> Cr'ny-de-nom.*, Int K.
Jsjibeurf Fraaosna, Uarangs» (l%y-eVD0»a*», ofeas*. alp. iS.
Marnai Antoine, Clerma*t-P"arr»o»d (Pyy-de-Dôme*, mi 14
C*fn« Rana, 9arra-dl-4eopiraBaM fCoraet, «are>-a, lai. K4
Ben* Mcalaa, Carbnecia (Oasesé, capeaaé, usé 174
OrtUai Aiitsùn, Quas*.uarn C«^, lat 114
^■frf's rraaaale, I^'^at-CjM»uv»- (Coraef, usa T74
Cristaénrl Parons*, Panw-as%Caaanca (CorsaW m* 174
Maaaort Lésas, AJacai* (C*rs*t, tnt 173.
Analant Fran|sai, Bnetia K^raet, laA 174
Auo^iavtv», Tsaahast, Caleni***, Jl» ->*i, lat 17*.
PtM rranaoïa, tari-Danana (Cor»as, int 174
Bertl Louia, L*v«Jelte (VsrJ, tnt [74
Parti Charlen-Mana, PasariasJrta (Coraa). mt 174
Pars»*»] Ausjuste, ân*lc*>rt-Caan»rtséto ,Corée», id. 114
Gulaltnt Bernera, Vacaa (Cernai, ut 174
SaravftK Pascal, Calenzana fCors»), ch*ss. slxv 7.

(A aowe. J

k Heureusement voici, après ls bourrasque, 1» premier
rayon de soleil. Les troupea roumaines font front. Les ma-
noeuvres des armées se coordonnent mieux. Le* Russe»
arrivent eu force pour appuyer no* aillés communs, et
ddji le général Corsi pont faire remarquer dans la a TVt»
buto» qu'il semble qu* les empires chs Centre aient com-
mis la même faute vis-ù-vie d* la Roumanie que celle que
commit l'Autriche il y a pea d* tempe dans le Tieatin. Ht
n'ont paa fait un calcul seee» esses de» force* qui leur
étaient nécessaires pour aboutir vit% *n cewa> à» foudrn,

« Des opération* d* ce genre lorsqu'elles trslneat, osst
beaucoup de chances d'échouer, parce que le peupl* assauts
a la temps de faire facs aux nécessité» d'un» aitu<nMoa qu'U
n'avait peut-être pas suffisamment prévue.

u On annonce qu'un» artillerie nombreuse et bien an*
provisionné* arriverait en Transylvanie. Il est probsJble
qu'en Dobroudja rnéme, le» Russo-Roumaine vont s* trou-
ver- mieux ravitaillé* en munitions, et renforcés tant pav
des éléments d'infanterie que par une artillerie nouvelle.

» Le concentration de* feui ' a laquelle eexcllail l'es»
neeoi pourrait lui devenir difficile, car à son tour 11 va Ini
falloir veiller k ne dégarnir aucun point de ss* ligme».

« Bien entendu, il ne conviosst pas encore de chantas*
victoire ; la péril demeura grand «t non* aurions tort de
nous en dormir et d* ne pas faire l'impaesibl» pour seconder
l'effort roumain. Chacun a sa part d* la ttohe : le* AnganJi
las Italien* rt las Français, comme lea Russes. Maki enfla.
Il est permis de s* réjouir de cette éclaircte qui apaise un
peu nos inquiétude*.

« Au coud, voua ailes voir notre bonne presse repreav
dre le ton qui lui va «i bien. La» coups d'encensoir rond

recommencer à pleuvoir...........................

(Couaure.)

e Seulement, il faut espérer que cette foi* las grands
3a chet nous ne s'y laisseront plu» prendre, et qn'ib laisse-
ront les distributeurs d* louange» depunser leur encessi
dans le désert.

« Ce- n* «ont pas des parole* et des échangea de ponV
tesses qull faut. L'aventura roumaine a fouetté les éner-
gie» aasoupics. On n'ittend plus de promesses, on veut da»

aaee» ........................................

(Censure.)

r Usera temps de se congmtnler après la victoire 1 »
Cén/ra/ If...

Cette pruilence est, en effet, fort recommanda-blé. NoesJ
Pavons toujours pratiquée. L'article du génétal N... r*.
aum» le» espoir» aillée.

."Totons simplement quén débnrras^tint le Transylvanie
de l'mvBîion reumaine et en occupant la Dobroudja, la*
orméei des Puissance*, centrât*» «1 de leur» Allie* ont dtyê)
rèeol* uni trèt importante ptitie du problème ttratégiqw
pae4 par l'Intervention roumaine. Il ne faut jamais perdra
d» vu* qu* la défensive, qui lui est imposée de força, n'était
pas dans les intentions d» ta Roumanie, qui comptait rn*>
ner rondement sa conqiu'te de !« Tran«ylvtmie convoitée.

UN ORDRE DU JOUR DU ROI D£ ROÙMANLG.
L* roi de Roumanie a adressé »• l'nrriée l'orrrre du joaxf
enhan : *

Après sept semauics da guerre, peaiani les**»tl»e reue avea

tenu vaillamment icte t 1 ml, ls tulle se poursuit acharnée t la
frontière du puy» ce..Le le» aruiCes de fsnaadUsseav nflemiind (Q
J'esliiue da ateu di.vou- do voua rappeler qua la terre saeré» de
notre char pays fU tou;eur« d*.r*»Ju« avea boiuiour et bravoure
par nos ancêtres, qui muent t'aisalllant en ,"■ île. J'a/teoé» don*
da vous tous, moa soldats, qua vous remplis«iea votre devoir ea
détendant, jusqu'à la dernière g&utle do votre IfM notre patrie
tnenaete.

nu'aitcun» unila n» recule et qu'elle conserve à tout prix toute»
ee» portion*. Partout o<i nom serona ru frre» aufrlsej)!», qu*
l'onucrni soit attaqué et repousse. Toute position perdue devra Aire
Urmtduitexeenl coritre-attaqué» ot repnse. (,i\.o lu» cifinlngnes qui,
aLiâ* aven servi do berces» à noire paya, onl et» dupui* de»
taïUior» à armée; sou sur bouclier, restent t jsmsi* intraiichusablse
ouz horrVi baibam (1)

Soldats je vou? fais toute confiance ; voua répondrei à ce qua

rnoenear «t as aatrt» attenéee» d» ve*s , veua eonkr»n'dr«r Psnaa>
ssé à e**X* devant vetr* b>eveeee, st la i«*n»ac es*» rtsM a*
aranl ave* raid* d* Diau ! FBflLINArf r>

Pour s-ies» saspraééar à s* vas*rt04w dajeunaao*, ti »*Mt
de ranpoi ersans cesse qtt* peraeyas**nssvartno ad 1* /twtoon*,-
«il» voit t**t aisnplement s* raaansner cou are eU*> 1 '«»)?**■
ii«m nréWaWdc dont l'Aut*no*m>hWasn-<e dWeAt erra :..
rtethnac ai la* desseins renmain* avalant abouti.

LA PlMTCamOIlNALmi DEO 0ACKTTTCXU.
D*aa> < flaeeéiser s it. llvsin Pau tcrK

■ Il est temps dlnst tuer 1» conseil supérieur o* guerre
ee»m*n«n> dé» Altié* Lea déaesiooa prises par ee couseu,
basée» sar la connaissance perfais* da le aHoatron sur le»
olrrer» théaéaa» et dan» le» divers pays, s* trsHreli-arerit par
die» plersk, 4m inarraotion* et das ordre* iwtpéeso*», ussnl
l'exécution aérait obligatoss*. La» fur*** sasaisat réneiUaa
sur tout le front 14 ou ie beasts» s'es» farast aenssc, <* tsa
paya ne s up» ci terait plus aanl tout l'ettust. L* mi** en
commua da toutes ne* raasoaroaa, la piouortieunebté osa
saoriScea : c'est cela que Isa geuVernemeuU doivent ti
alla veulent que la victoire définitive sett proche ei que
tousse la» nations amies puissent en prof.Ter au'iosTuie tit-ax

u La France * tout donne, sons compter, ceee ** ^s.
irteoerré et s* grondeur d'âme neoUorlitt JTtls a tout aaerv-
/M pour permettre à rei ulfiée d* s'cni/UIer «i Jr i'o*goruéiA

uSe. vie économique a toufjert dut'untuy* qtt* oellf Jw»
•aire» § nies** rse ; ce jereer fivfr* oesr ■* ^errï^r* encore
ehex elle d'autres ressourcée.

« Dignes descendant» de leurs ancCire*, de l'a* 0 •*
da». héros de la grande épopée, lea soldat» d» la troisième)
République écrivent d» leur sang le» plus balles page» d*
notre hiatoire. Par leur ténacité, leur courag*. lia auront
sauvé lu» peuple». 3% a'svt pour cet* uese ■**> rtsVi, qyé
■aveiat font ce qu'ils ont i*t^*srt, a* dosverkt o*»> he-4*r
k apparier- éV le France un concours aaxaae» ^u» efficee»,
en envoyant sur noire front o>s oonl-nornle n .mw *
LES MY9T£RES D'UN bAC POSTAL AMOLAI&.

Les passage» qui suivent «ont emprunté* t d*s lettrai
provensnt d'un sao postal anglais, tombé aux malus du*
marins allemand* ; il» sont propres s montrer ans ' U un
la utusuon véniable de l'Angit. terre et 1 opinion réels* rht
peuple anglais. Il suffit avoppi>«cr ces extra il* de lultru» non
censurés aux discours grandiloquent* -le lt*L A*qulth st
Lloyd G*orge, pour se rendiv • on ■ > 11 ■ •< *é ee» autre *
qu'ils ne disent :

Prêta» nuylaie** i Un» peesonnu h té tr*» heut plooé»
éerit dan» une lotte» : The ymfr , . I Oj n . fri rsdi anal
the m«n Jhave known art no mor» [an pitsa g*ns»d»e par»
d* me» ani.» et do» personue» l(ne j i» . i*nn-.s ;i» vt1 plu»'

Lee pertes en Mésopotamie son* ext >f»artea>BnM taetm,
Le* troupe* da> Leicestee mul «nv>n« unej foi» u»a*timuce>>.
La x"" compagnie coiu[>reiid 111 lu un », e| lt la usVImiI
d* la guerre Jusqu'en juillet de celle sdixiée» uoist avorte da
re**voir 70e homme» de résume. I u tuy ment ■ 1

qui s* trouva k Hiofamond envoie fdj b utnie» par etB in*
au front. Le 1" baUUlon a perdu, le i-j-'i"!. Imnimea.
Senlemen* i4> hoinmes restèrent vali.f1*». Pendant un* se-
même s,000 blessés aont arrivée i R-"- 1 *aruJ ..., >r !

Dan* un*> description de» combat» !' 1 a-i 3 j» n iq«*
prés d'Y près :

Des 18* homme» envoyés dans un*- !''.,-„ '
asaut sa sont revenu». D'aprè* une Mtte d« z* J-rt'-i,
le régiment de Leirester ne compta l (4i>* ,1* 17 tv<- -an»

Api*» le combat du :d ju 1M i> ■ ■ • ■> • ■ » 1 n
eoldat» du Suffolk, 70 seulemeiit ré| Hstù .il * [appel

La compagnie A d'un balaill n ceMsjdasj fc la imIs»
d assaut de Contalmaison, conij wb ■! esxoou l-, apro* U
combat, un seul homme

Port* des Inde* i Une lettre parle d'un* epi-Iini-e de
poses et se plaint de ce qu'en une srinainw, ïsjo a* sa lanànO
déelaré», dont 3^7 mortels.

Un» lettre aur deux parie du désir ardent le p«rx ; k*
énormes pertes ae font beaucoup sentir
 
Annotationen