Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
30 Février 1916

GAZETTE DE» ARDENNES

3

« II leur a semblé que cVlait le mol exact pour définir
ce que la nfilinn attend de ses député».

"C'est, d'ailleurs, l'opinion des députés eux-mêmes, ai
l'on en Juge par la consnKntj-ui que le n Afaiin » a ouverte
depuis quelques jours parmi eux.

La tenue tê guerre, cela veut dire que l'on se disciplinera
dans les tr.i\ées comme dons les tranchées.

«Cet* te»/ dire aussi qu'on {mmera les tribunes publiques
A des femmes trop parées qui viennent (4 comme au IhôAtre
el qui feraient mieux détre infirmières quelque pari ou tout
simplement rt> rester ehes elles, à s'occuper de leur maison.

i-Cete vcul dire enfin que l'on s'abstiendra de suienehèrce,
de cabotinages, de réclames .Rectorales qui n'ont d'autre
reeulta* que de déconsidérer le Parlement sans servir la
valut pnbkc r.

NOUVELLES DIVERSES

Disparition du manège Saint-Paul a Paris.

Un coin du vieux Parii est i la veille de disparaître. La
■nanége Saint-Paul, situé dans le quartier de l'Arsenal, rue
Saint-Paul, où se sont tenus tant de meeting» tumultueux et
où se sont rencontrée» les foules les plus diverses, a vécu.
Les chevaux cesseront d'y tourner et*les orateurs n'y haran-
gueront plus les foules. Môme en cet endroit lî populeux el
si animé de la capitale, où vivent encore tant d'anciens sou-
venirs, fl faut faire place à l'usine. Ainsi la veulent les né-
cessités de la guerre.

D'une étendue de dix-sept cents mètres carrés, le manège
Çainl-Paul pouvait contenir près de cinq mille personnss.
Cette vaste Balte est devenne la propriété d'un fournisseur de
guerre.

Suicide du (rare de Pea-ona.,

On a découvert, il y a quelques jour*, pendu à une
branche d'arbre, dans le bois des Hospices, A chiquant* mè-
tres de la route de VersaiHca « Choisy-le-Roi, le cadavre de
M, François-Régis Pégoud, frère de l'aviateur qui succomba
dans la région de Belfort, au cours d'un glorieux combat
contre un aviateur allemand. ( -

François Pégoud, sjui était sujet à des accès de neuras-
thénie, avait été très affecté par la mort de son frère.

Le bombardement de Belfort. .

Des réfugiés de Belfort, arrivés en Suisse, racontent que
les obus allemand* tombés sur Belfort ont causé dea ravages
extraordinaire». Des nies entières .auraient été détruites et
une cinquantaine de maisons auraient été complètement
démolies.

(4MVBH Uri! de passée 9M canal 4e Bue*.

Le ministère de la marine commnriicfne aux Journaux
un avis émanant du Conseil d'administration de h Compa-
gnie Sa Cmal de Sue», d'après lequel hî tarif du passage a
été élevé poor les navires charges, a fr. 6.Ç5 Ta tonne i partir
du i* avril et pour les navires sur lest à fr. 4.a5 11 tonne.

On se rappelle que plusieurs grandes sociétés de naviga-
tion ont d-CitU depuis longtemps que leurs navires n'utili-
seraient plot le cdfcal a cause du danger de mines et parce '
qu'il se trouve de plus en plus dans la zone de guerre.

Collision d'Etpreta on Russie.

Deux expree» se sont rencontré» non loin de Moscou.
Beh» personne» ont éïé tuée» et il y a" d* «ombreux blessés.
Parmi les morts, il y a quantité de fOtdatt, parmi lesquels
4e général-major Dimacha, l'expert pyrotechnique russe bien
connu. L'intendant militaire, le général Schuwajew, a été
blessé.

Les sentiments *ftxTMniMmu dont t'inspire la publica-
tion, dans la « Gazette des Ardcnnes », des ' noms ées
£85,0*0 prî*annlerB Français arfueriemen! internêt en ^Ile-
magne, n'ont pas été appréciés par tous avec la mime équité.
Que mm» importa 1 No* facteurs ne pen*rnt fis de même
gu'on le fait tfani certaines réiiocttons sur iu boulevards
parisiens. Nous ne laUeerans donc pas troubler l'tntime
contentement que noue éprouvons d'avoir pu contribuer à
calmer les inquiétudes Hé mfflier* de {amiBes françaises,
portant un rayon de (ene dam tes loyer* litstés Sans ta plus
douloureuse fnonrWiate par fa gouvernement français, en
leur annonçant le bonne nouvelle qm tevr pis élerH tain et
sau], ee trouvant en captivité allemande aussi heureux que
le permettent les circonstances.

SENNELAGER ' WESTF.

tSunc.)

Cïtv* Auguste, Aerlnoye <Nofd), »eC»jton t.
Oet« Genrges, Vdlere-les-Gvise (Ai*ne), m fan terre terril. 10.
ChVroet Eugène, Ceen (CatvRdo»), infanterie 36.
CWseon Louis, Bertinleree-de-Vernoux (O.-S.), infanterie 108.
ClouEard Chrrrle^, Parle, chasseurs à cheval 7.
Cnudde Idévtn, Ttouhaix (Nord), infanterie territorial» 1.
■Coehrteux M»:<eet, Mouvaux (Nord), nrtiïlerte territoriale L
Oou Ernire, Haraes (Pas-de<jalaie), infanterie 146.
Cofu ÊugèTfe, B*»uC*mtra--lr-VieYix (Bomme), tnrant territ. 21
■Coindreati B*igane, Mewnamp» (Charente-Inférieure), inf. 67.
CotMrel ArihaT, UeVtn (Pas-de-Cateia), ou»., infanterie 145.
Cotai»! Lucven, Ivry-eur-Seme (Seine), infont, territ ît.
Cotm Vvtï. Paris, rnfanterre 10t.
Coi tard Julien, i-'loyon (ritnâ), arUllart» 1.
Collant ïm- Km, Gandehi (Aisne», infanterie ,132.
Oolas Jean, St-.lean-da-Bo» (Côles-du-Nord), infanterie 46.
Collau Pierre, Villers-on-Otnenis (Nord), intontari» 331
* ■Collet Looiii, 1 onteney-Je^éné") (Olvudoe). eerg., inf. col. SI.
Collet Louis, St-Brieuc (Cotes-du-Nord), arlnHeTie 3.
Collomb Lnnm, lioubi (Tîn^es-Alnea), chaaa alp. 68.

Colmaint Franeois, Peigniee (Nord), infanterie 146.

Colenna dislria l'oni, r*alnix (Calvados), »«rg., inf. 2ÛÇ.

Combarel llem-i, fiarm <<iironde), intonterie 12S.

Commeci Louis, Ln-Frésuma (Ule-el-Vilaine), infanlerie 1

Gommines GérarA, Tourcoing (Nord;, infanterie 146.

Compain PteiTe, Maraac (Qierente), infanterie 307,

Comte Ildephone», Trilh (Nord), dragons 28.

Comtesse Hoger, Boussois (Nord), artillerie 41.

Connard Attguetc, Orans (Mayenne), infanteria territ. 25.

Cotlret Patil, Homflly-s^r-Srtne <Seln«), infanterie 237.

Cinta IWÉMs, Pompignof (Gironde), caporal, section 18.

Goorevitc Chai le», Lille <Nord), infanterie 145.

<>)afiens B*mard, Toorcoiiig (Nord), infsmtene territ. L

Coapeits MMa, Uevin (l'as-de^Culaie), inlantona 346.

Copr ri-: 1 ■. Gtneaigmes (Nord), artillerie territoriale 1.

Goquerd Jean, ViHapoorçon (Nièvre), Infante nia 109.

Coqoarl 0., Listiourg (Paa-de-Catais), infanlerie 145.

Coquet Pierre, B^quikion (Finistère), tnrnnlerla 71.
Coquenpot l"r3nçoi\ Ivry-Port (Seine), infanterie 100.
Coqain Jo&eph, St-rierre-de-Nnranjevilla (SMne-Inl.), Inf. 21.
Cor Kmilc-héâiré; Vanne (Morbihan), caporal, inf. 104
Cousson Léonard, Gravilic-St-Uonorinc (Seine-Inf.), Inf. 109,

Cinéma ambulant.
Une dame autrichirnne, la baronne Fries-Skcne, d»
Trieste, a pris l'initiative d'ériper un \rain bioscope. Ce
cinéma roulant va pnrtout où il y « moyen de donner une
représentai ion aux ooldnts. 11 se compose de trofi voitures,
dam lesquelles se trouvent loua les appareils nécessaires. Un
tel train cinématographique fonctionne déjft sur l'isonzo.
Le 11 cas Wagner 1*.

L'on sail qu'il y a en France un n cas Wagner ». D'un
coté les jugement* raisonnables du maître Vincent d'indy,
de IVilIy el d'autres, et de l'autre le» n énerie» * (cette ex-
pression rst empruntée à de* joarnaux français) de» M as ton,
Berrès, Saînt-SaFns, etc. Aujourd'hui i' « Homme En-
chaîné h a'en mêle, tin certain Aurel prend la parole. La fin
de son article vant d'être citée :

n II n'allait pas être besoin de guerre pour démontrer
que la grande beaulé aussi vieillit, que les Immortelles se
taisent. Debussy et Havcl fe sont formés sans celte écrasante
matrone. Pourquoi ne pas laisser — par politique — cet
aprèe-guerre au inoins n In musique française, pour voir ce
que noua donnerait une génération de musiciens français
formée en ignorant qu'il fut ane liochie ? »

Après ces raisonnements clairs, déiînîtifs et profonds, il
non» semble que le nNcas Wngner yi appartient au passé,
comme Wagner Ini-méme, cette n écrasante matrone de
Boebfe ». Mais qu'une comparoi«on soft encore permise :
Le a cm RîPrt » est moins compliqué I £h effet, les journaux
de Berlin nous apprennent qu'on a repris au nouvel « Opéra
allemand », arec un immense succès, le chef-d'eeuvre im-
mortel de ce corrrptrsttcur français : « Carmen a I On a, il
eat vrai, en Allemagne, l'opinion, sans doute fort arriérée,
c/ue dea génies tels que Shakespeare, Molière, Verdi, Bisel
appartiennent n ntoncTe enlîer, du même droit que Goethe
ot Wagner, et non seulement h un territoire restreint I Mais
cette largeur d'esprit « barbare n n'est, évidemment, pas le
point de vue de IÏM ci-vi-li-sa-tioû ».

EN RUSSIE

A propoi de la rotraito du président du Conseil russe M. Gore-
mvMn», rrmpnrcê par Tti. Stuermcr, la correspondant particulier
du ■ Brmelïofc » envoie à son journal un article 6ur ■ La Cria»
économique et politique en Russie », «wjuel nom empruntons fes
passages suivants :

La crise ministérielle actuelle met fin à un» politique
» fnoWpctwfann» » tu Tnir. Staermer est un bureaucrate le
vieille aouche et son arrivée au pouvoir noua promet an
programme politique dicté par le St-Synoda. Le nouveâu
présMent du MinletèT* s'attachera la eoïlaboratîon étroite de
l'église orthodoxe, nftn d'arriver à ses) fins

La Douma se trouvera face a face avec un gouvemt-
anent réactionnaire «nu rte consentira aucune cottenaion nui
refirétentanl» du peuple. Qu'en ré»oUers-t-ii T Le peupla
ne se laseera-t-il pas î C'eat une question a Inquelle l'avenir
répondra. En attendant une atroce misère règne en Russie,
la faim et le froid font souffrir le peuple. Les communica-
tions sont arrêtée», lea prit montent, tandis que le cours du V
rouble baissa Le peuple en a assez de la guerre et des
misères qu'elle apporte. 1 1

Le panslavisme si entraîne la Raille dans le conflit actuel...
La penpit russe supporta tout tant que le sort dea armas
rat favorable h ses armées, mais des rroe la retraite des
Carpatnes commença, une grande désillusion s'empara ée
lui et Ma grandissant à mesure que tes forteresses russes
torfrbaienl l'une après l'autre aux moins * l'ennemi.

Maintenant le peuple, n'ayant plus la force d'espérer, la
spectre de la révolte apparaît devant les gouvernante. La
gouvernement et les milieux chauvins affectent de donner
à la guerre un caractère de guerre de délivrance du territoire

Corbière Jo^h, floenefort fCharentMnférieure), inf. 57.

Cordier An .leumont (Nord), section 1.

CoriHef Albert, Frischemésis (Seine-Inférieure), inf. 21.

Cordier Emile, Jeurnont (Nord), section L

Cordier Paul, Bourcq {Ardcnnes), infanterie S32. '. i

Cordier Elysa, Boques <P«s-<îe-Cûlais), infanterie 33.

Corment Auguste, Trélon (Nord), tram 1.

Cornaille's Albert, Vendhuile (Aisne), artillerie 42.

Cornene Léonard, Tulle (Corréie), zouaves t.

Go mil Oeorgea, Ull* (Nord), infanterie 146.

Comil rtraotntlie, Percy Otffanctie), artillerie A.

Oontu Itrfteri, FMitea-lèe-Nlortaime (Nord), aruiterta 1.

Corrillon Joseph, Paris, infanterie 294.

Cosuard Henri, Graitay (Mayenne), infanterie 26.

Coauard Vital, Evron (Mayenne), mfanlene 26.

Costa Pierre, Jeurnont (Nord), douanier.

Cotard Alfred, Darnetal (Seine-Inféneure), Infanterie 21.

Cote louis, BesaTtçpn (Doubs), infanlerie

Cote Anatole, Laon (Aisne), infanterie 352.

Cothn Marcel, St-MarVin-da- ]a-Mor (Cote-d'Or), inf. 100.

Cottin Louis, Mamers (Sarthe), inlanterte 27.

Cotl'inet Albert, Ailly-sur-Noy (Pos-de-Galais), infanterie 12.

Couaênon François, I-a-Pcllerie (Mayenne), infanterie 26.

Combetle Ijouie, Umoges (Haute-Vtenne^ infanterie 109.

Conderl Alcide, Les-Allends (Deux-Sevrés), infanterie 109.

Cougny Augosla, Plessis-Sicot (Ueur-Sèvres), infanterie J09.

Comllard Raoul, Pari», infanterie 2".

Coûtais Henri, Chatillun-aur-Thoitet (Deux-Sèvres), inf. 109.

Coulonibnsr Louis, Paria, maréch. de logis, artillerie i2.

Coulon Alexandre, Bordeaux (Gironde), infanterie 141.

Coulon Jean, Sl-Quenlin-en-Mange (Maine-et-Loire), touav. 2

Coupas Alin, Pont-l'Abbé (Finistère), infanterie col, 2.

Coupai Antoine, Noyent-cn-Bavigny (Haute-Marne), inf. 109.

Coupé Gilles, Foilley (ïlle-et-Vilaine), infanteria 25.

Coupeaye Roger, Givet (Ardennes), inranleria 14fl.

Couque Charles, Chéreng (Nord), caporal, infanterie t.

Courboulet Edmond, Beurley (Charente-Inférieure), inf. 57.

Cormont Jean-Bapliale, Bailletil (l'as-de-Calais), inf. territ. S.

Cousin Albert, Périères (Manche), artillerie 3.

Cousin Auguste, Tourlnville (Manche), artillerie 3.

Cousin Eugène, Grenay (Pas-de-Calais), infnnterie 145.

Courtend Pierre, Louroux-Bourbonnjiie (Allier), inf. 109.

Courloi* Plerre-Léopold, St-Loup-en-Chrimp. (Ard.), Inf. 332.

Couluron Antoine, Paris, infanterie 50. v

Courvoisier René, St-Ouen (Seine), infanterie 28.

Coûtant Joseph, St-Mesmm-le-Vieux (Vendée), infanterie 84.

Coulard François-Louis, St-Sabine (Sarlhe), inlnnierie 27.

Coutuard Louis-Paul, Paris, hu6saiids 11.

Couioux Biaise, Péngny-sur-Loue (Saône-et-Loire), Inf. 109.

Coutry Armand, Langres (Haute-Marne), infanlerie 109.

Crampont Louis, Tloims (Marne;, sergent, infanlerie 3,12.

Gréfray Tiiéophfle, Rois-Colombe fjÊètoe), infinlerie 119.

Cre^po Michel, Alger, zouaves t.

Creslry Oémenl, O'iiette-Hon (Manche!, infanterie 36.

Creston Julien, Sl-Nnzaire (Tfliro-Inrérfeurel, g^nie 11.

Crétin Pierre, I-olsy (Snône-el-I.oire), ooporal, inf. 109.

ChTistenscn Eugène, Nancy (Meur(he-cl-Moselle), inf. 117.

Croïiiari/is Michel, Biollet (Puy-de-Dôme), caporal, touuves 3.

fil suivre.)

tombé sous le joug allemand. La Rasatl a toujours 3ouffert
de l'oppression. Lorsqu'on voulait exciter la populace
contre les juifs, on répandait lo bruit que le peuple était
sous la domination juive et qu'il fallait s'en défaire. C'est
un système que l'on applique souvent en Russie.

Cette guerre désoiganisera complètement le» finances
russes. N'est-ce pas tragique de geler nu milieu d'innom-
braliles forôts et d'avoir faim alors qu'on est entouré d'un»
quantité surabondante do céréale» t....

L' a ILLUSION DANGEREUSE »

La « Gazette 11 a reproduit, dans son dernier numéro
l'opinion de récsMiorntate français A. Aulard sur I' «illu-
sion dangereuse « de ceux qui nouriesent l'espoir de
pouvoir affamer rAUqmagnc ou la réduire pur le blocus.
Depuis le début de La guerre, c'est là une de» illusion!
le» plus tenaces. Mars dant ces defnirra temps le nom-
bre de ceux, qui la jugent puérile, Augmente, Voilà c«
qu'écrivait, à ce sujet, 1' « Action » du 2g janvier :

« Peut-OO finir ta guerre actuelle par le blocus complet
de l'Austro-Allemagne et de ses complices turcs et bulgares t

Ou biea une décision militaire reslera-t-ellc toujours in-
dispensable ?

Il ne faut pas oublier que 1» comparaison de l'Auslro-
Allemagne avec une « forteresse assiégée » n'a qu'une valeur
tout à fait approximative. Une forteresse aaaiégéc ne pont
vivre que sur ses provfsions et ses réservée,lsutsne «nie d'irn*
■sensés empires smnme ceax d'Autriche tt d'Allemagne
peuvent semer, récolter, fabriqner, renouveler ehaque armée
leurs moyens d'alimentation et de bataille.

Un blocus intégral aurait même pour effet certain de
surexciter tout d'abord l'énergio intérieure de» Germain»»
grand» chimistes et grands agriculteurs, qui chercheraient
à remplacer pur leur effort sur leur propre sol tout ce qui
oe leur viendrait plus de l'étranger.

Il y aurait 14 un sursaut de fureur 'fui se traduirait mili-
tairement par une volonté encore plus farouahe de vaincre
à tout prix, le plu» tôt possible.

La blocus complet ne serait donc nullement la fin de la
guerre, car la terre allemande possède hiu de ressource*
minérale» et végétales pow que la scienoa allemande en tire
des possibilités prolongée» de subsistance at de résistance.

Le blocus complet ne serait pas non plu» réatimbfc sans*
ameuter contra nous tons les neutre», en sorte trae noua
aurions recours 1 un remède peut-être pin que le mai.

Nous M pourrons donc jamais obtenir qu'un blocus
relatif, lequel r» être d'ailleurs singulserement resserré par
la» nouvelles mesures qu'annonça l'Angleterre.

* Mais je répète qu'il irritera l'Allemagne plu» qu'il n»
l'abattra. R proroquera en elle un sursaut de rMseapoîV (?)
qui s* traduira par un suprême effort sur I^enjeu des champ»
de bataille.

H faut donc es revenir à une décision militaire si l'on
veut obtenir la victoire fimto.

Rien n» serait plus dangereux que d'endormir le» Alliée
dans la confiance imaginaire qu'un blocus- peut seul suffire
a terminer 1» guerre. »

L' « Intransigeant n (du a5 janvier) non plut ne
croit plus à l'efficacité de la « guerre d'usure ». Il sait
que cette guerre affaiblira la France « aueei sûrement »
que l'adversaire. Le journal écrit :

* Croit-on qui prolonger l'affreuse rie de no» «otdat: dans
la bon», i les tasser sous le feu de l'ennemi, en dea actions
meurtrière» comme celle du Vieil-Armand, on celle, hier,
de Neuville, noua n'en perdons pas, de» hommes ? Et cela
durera encore des mois, et combien de mois ?.... »

WIUENSTER ' Westf.

iSuite.)

Gutlluuet Edmond, St-Jacque» (IIle-et-Vilaine), infanterie 4L
» Guillou Michel, St-Gouarpc (Finistère), Infanterie 71,
Hai Joseph, fssoudun, infanterie 285.
Hallé Camille, St-Lairrent-des-Doi*, infanterie 170.
Hany Théophile, St-Hrrvê (Côtes-du-Nord), infanterie î.
Haxair* Aipnonee, Deslard (Vo»gee), (.bosseurs 81.
Héguy Salvat, Macaye (Tïasaee-Pyrènées), Infanterie S3. »
Hello Victor, Jersey, Infanterie 71.

Hemidy Jean-Louis, Ergué-Çabirie (Finistère), infanterie 71.

Henry Gelven, Caurel (Cotes-du-Nord), sergent, inf. 71.

Henry Jean, Lcqueffret (H"h»tère), inTanterie 7l.

Hïnonlt Jean, Meshn (Gôtea-du-Nord), infanterie 7*.

Hostet-Caou Sylvain, Snn\agnon (Rasses-Pyrénéee), inf. 83.

Jan Henri, Héfaol, infanterie 71.

Jacquet Pterm, Lormcs (Nt&vre), ïnfuntcile 285.

Janin Joseph, St-Denis (Seine), caporal, infanterie ?05.

Jantois Jean-Marie, Rougy, infanterie K3.

Jaspard Alfred, Anlly (Nord), inuintci.- âS5,

JnuM Ernest, Bcdmlnhc (Arwige), oapornl, infanterie 8S.

Javelot Auguste, Angers (Mnrnc-et-T.oii e), KWantMe 77.

Jégo Jean, St-Donen (G«e»-du-Nnrd), infnntcrtû 71.

Jinoq Jean, Brospari, infanterie 71.

Joncour Jean, Qminper (Fimelère), sergent, infanterie 71.
Joeserand Henri, SI-MéncHhon, infnntene SfS
Jouan Victor, St-Caradec (<^tes-du-Nor<r, infanterie 71.
Journeau Claude, Neudly, caporal, infanteiie 36\
Kerlèo Yves, GurIbu (Finistère), caporal, infanterie 71
Labarthc'Ernest, Nnvnrrenx (Baases-l'yrénées), cap, anf. 83.
Labonde Henri, Chazeuil, infanterie 2ftS.
Labuhelle Pierre, Pau (Bnssea-Pyrénées), cap , infantcie 83
Lochenays Gustave, Lorlcnt (Morbihan), infanlerie *1.
Lacoste Félix, L'Honneur-de-tos (Tai-n-et-Garonne), (nf 83.
Lacour Jean-Bupl.. Blanrafort (Cher), infanterie Ï85.
Lacre°gonnière Charles, Le Bnsc-Hcnoult (Ome), fnf. 236
Lacroix Françoi», Vtlaimond, mfantene 285.
Lacmix Alfred, St-ïhoretle (Cher), infanterie 2R5.
Lûfay Joseph, Tournu» (Saône-el-Loire), sergent, inf, 285.
Laffont Dieudonné, Tiuyes (Aune), caporal, infanterie 83.
Lafforgues Marcel, Galay (Arifcgo), infanterie 83.
Lafortune-Jean-Marie, Pou (Basses-Pyrénées), infanteiii? 83.
Logadec Yves, Plorteder (Finistère), infnnterie 71.
Logran^e Lazare, Chevagne (Allier), infnnterir- 285.
Loir Pierre, Bussey (Manche), infanterie 2.
Laisney Isidore, Dangy (Manche), caporal, Inf. 2.
Lalanne Jean, Mauvezin (Htcs-Pyr.), infanterie VA.
Lainnndé Yves, Ruspoiden (Finistère), eorg., inf. 71
Lauiorrpjc Henri, Vic-Higorre (Htea-Pyr.), uifanleiio 83.
Lambert Léon, Calais, infanterie 285. >
I.anlliu.ns Louis, Vmon (Cher), infanterie 285.
Lan tu ni Constant, Sl-Boui/e (Cher), infanterie 285.
Lnpertot Siméon, Cmchy {Somme), Infanterie 285.
Laplene Pierre, Limoges (Hte-Vionne), cnp., Inî. 83.
Lapons Jean, St-Wgonnec (Finistère), Infanterie 71
Laporte Fintie, Dissnngis (Yonne), infanlerie 285.
Laprébcnde Eugèf?e, Bordeaux (Gironde), Inf, 83.
Larcher Hyacinthe. Loraux (Illc-et-Vilaine), inf. 2.

LE CASIER DES SOTTISES

Qui veut trop prouver , . .

Il y a quelque temps, le « Matin » faisait une de ces éton-
nantes découvertes dont.il est coulumier. On aurait, pnralt-il
trouvé sur des prisonniers allemands, certain stylographe
qui inspirent au journal boulevardier la desciiplion sui-
vante, illustrée d'un petit cliché :

« lia ft» les Allemands) avaient pensé a munir tous les
officiers chefs de corps d'un porte-plume destiné, ainsi que
le montre notre gravure, à écrire en pleine nuit.

La manche, creux, contient une pile sèche et une minus-
cule ampoule électrirme. Le contact csl placé bous le doigt
mente de relui qui écrit, et excessivement sensible, il s'établit
à la moindre pression.

L'officier qui s'en sert a donc, devant lui, son papier
éclairé et rien que son pnpier, aucune autre lueur ne per-
mettant de le repérer pendant qu'il libelle ses ordres. ■

Vous pensez sans doute que le « Mutin » ee contente de
trouver cela fort Ingénieux. Mais non : il y voit une preuve
que l'Allemagne a voulu la guerre ! II écrit en effet que :

« C'est en ^ttsshaitf ces détails de l'organisation militaire
allemande qu'on se rend le mieux compte que, depuis de
loneves années, toutes les pensées de nos ennemis étaienl
dirigée.! vers un but unique : la fuerre. s

Non, mais en lisant pareilles soHiscs on'ne comprend
vraiment plus que le public français pu» , au encore s'y laisser
prendre 1

HISTOIKES AMUSANTES

Accident de chemin de fer. '
Un Anglais voyage avec aon domestique, Sam. Le train
déraille. L'Anglais route dane un fos»é sons se blesser.

— OÙ est Sam t demande-t-il en se relevant.

— Il a élé coupé en deux, monsieur.

— En deux 1 Voyez dpnc e*ïl yow platt dans quelle molli*
aont mes clefs.

Modeatie parlesnentalr».

Du c Fi'iMiro » :

La scène se passe au Palais de Justice, dans la grandfe
eall» des pas perdus.

Un ov..■■rit-député, dont la florissante santé e'étale sur
une pny»ionomi» Mariante, serre avec un empressement gf.
néreux le main à plusieurs confrère». •

Un vieil avocat profite de son tour de poifnéc de mahr
pour dire au confrère dr puté, sur an ton nuancé d'ironie :

— En permiesfon *

— Non, répond le député, en sursis d'appel comm»
meralluroisfe />arlemrniaire...

Puis, après «me pn use :

— C'est nous qui forgeons l'airain dont on fait lea loi» |
Pirouettant alors aimablement, le métallurgiste parle*

raentairc se dirige, U main tendue, ver» un autre confrère-
qui passe.

Dialogue de Poilus.

D'nn journal parisien :

Un poilu lit on article de Maurice Barre». Son cap.iin'ltii
demande :

— Qu'est-ce que dit aujouixlTiul l'Académicien.

— Qu'on les aura par I' » usure ».

— Dis-lui qu'il devrait bien remplacer mes godasse» I

47,550 Mt

Larrive Alexandre, Ivry-Port (Seine), infanlerie 83.
Larroque Jean-Marie, Fichoua (Basses-Pyr.), inf. 83.
Lara Jenrt-lyiut», Plonrant ^Finistère), caporal, inf. 71.

"Lasserre Maximln, Malvezie (Hte-Garonne), inf. 83.
Lasaoa Jean, Larbey (Lamlea), infanterie 8S

Laurent Anatole, Saulems (Nord), infanterie 4L
Lavignc Pierre, Arengosse (Landes), infanterie 83.
Lebae Léonard, Barlin (Paa-dc-Cfriaie), caporert, mf. 2*

Lebaut Jenn-Loul», Cloilre-Pleylm (HmstireV, Inf, 7t.
Lobec Joseph, Milieec fTf^ruatèra), Infanlerie 71.

Lary Gustave, Mas-d'Ognons (Gers), infanterie 88

Le Boedec Kmeit, MellaC (Finiatère), capornt, mf. 2M.

Leblanc Marcol, Pnrta, inf«nterle"23»\

Loborgne Oscar, Doullena (Somme), Infanterie 885.

Le «reet Pierre, Ploufrogan (QManfM-Nord), mf. 2,

Le Bris Hervé, Porcaro (Morbihan!, infanterie 71.

Lebrun Auguste, LandeHes-et-Coupigu\ (Calvado»), im*. 205

Le Calvèz Pierre, Pont-l'Abbé (Finistère), infanterie 71.

Le Chêne Théodore, Nevy-oou-Uoclie» (ChorK M 285. •

Lecomte Augustin, Hcrsin-t>mpigny (Pas-ilc-CMei»), inf. 28k

Lecoq Pierre, Maure (lH*'Ot-Viloine>, e%p«rfa\ inf. 71.

Le Creff, Henri, Balarre (Finistère), infanterie 71.

Lecuyer Léon, C«en (Calvados), serg , infanterie 236.

Lefcvre Alauricc, Alligny-Cosne (Ftni»lére), aerg., inf 286

Lefevre Auguste, Caen (Calvados), infanterie 2(6.

Le Floch Thomas, Laniscat (Finistère), infanterie 7i.

Le Gai Joseph, Montesson (Seine-ct-Cnsej, infan(«ne 71.

I.egrctle Ifenri, Bressuine (Deux-Sèvres), serg, mf. 77.

Le Goft Trémeur, St-Aignan, infantene 71.

l éger Emile, Annay (Pas-de-Calais), infanlerie 28à.

Logrlx Albert, Vire (Culvados), caporal, m An» tarte 205

Legros Louis, Parte, caporal, infanteiie 28C

Le Kelloko Jean, I.oudé.iC fCotes-dU-N'ord), infiuileiie 71

Lcliun 're Léon, BrecOtle, inlnnterie 2

Lnesninnnfi Jnle*s Browni (Oi-î?), infanterie 7l.

Lcjnuli Philippe, M-.ri^-., r»jt»drni, Erdiriterïl 285.

I.eguff Ifenri, Govr.réc, infanterie 71

Lelièvic ï,■ihcit, Hue (9e fie cl-O.sc), infanlerie 28.1.

Lcnmin André, St-Amand-cn-Citi?*ey (Nièvre), cap., fnf. 285

Le WarCé JWm, Sl-TMri« (Vtoib h;.n\ infanlerie 4L

Le Mevel, Kene, PoirfipOl (Côtes du A ni1, sergent, inf 71.

I.cmercier Marcel, Parts, infanteup

Le MAttl Yves, Plmtguemeve! (Côtes du-Nord», infanlerie 41

Le MAvel Arsène, Plumeui'fiaiilhier (Côtes-dn-NônJ), Inf. 71.

Le More André, Pont-Ermnboufg (Cntv.-iMs), infanlerie 205.

Lenerin Jean MeUtonec ftÀften éVr-yord , infanterie *1.

Lenfant Jules, St-Jeon des Champs (Mn-n hc . infanterie 4L

Le Noar Georges, Paris, infanterie 2<Ti

Leonard irt Jenn-Bapt., Prevcrange (Cl.e \ infnnterie 285.

Le Page Jean-Bapt., Tt<*gart fCôb-s du-Nord\ infanleile 71.

Le Pnllrr Théophile, liaud (Morbihan), tofi*nterle7l.

Le Pnpe André, St-Gildas (Côlcs-dn-Nordi, infaiiterte 71.

Le larron Jean, TrongucrKv (Cotc^^Ju-No-d , infanterie 71.

Le Quéi-é Alain, Lnnnec (Kirtistèe}, mfantene 71.

Le Ray Pr#éaf*0, f angHRt (CôlcB-dii-No^l, ttif«nh?i4e 4L

Ijernnx Jcnn, Plessé (Loire-Ioft-neurei, infanterie 77.

Le Ray Yves, Mur-rfe-Bietagne (Morbihan', i-tfante.ie 71.

Le rtudullier Cétcstin, Sl-Connn (Côtes du Noid>, Inf. 71.

(A wtrfrfr..

LISTE N° 114 CONTENANT 400 NOMS

(Reproduction strictement interdite)

Lit noms en tttt des gttupts déslgneril lus endrorts ni a trouvant lis prtsonîltrs dont lis ns siM — le total t» noms iMs ItsrtminrM » non 1 mi™ 237,430. — Kistim i pnWTsr environ
 
Annotationen