Gailhabaud, Jules [Editor]
L'architecture du Vme au XVIIme siècle et les arts qui en dépendent: la sculpture, la peinture murale, la peinture sur verre, la mosaïque, la ferronnerie, etc. (Band 1) — 1858

Page: 111
Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gailhabaud1858bd1/0139
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
CHAPELLE OCTOGONALE

DITE DE SAINTE-CLAIRE, AU PUY

L'histoire, aussi intéressante que variée, des chapelles^1) estime de ces investigations que l'on
ne saurait entreprendre à l'aide d'une seule planche; car, pour parler de leur destination,
de leur nature et de leur développement à travers les âges, comme aussi pour traiter de leurs
formes, de leurs dispositions, de leur décor et des différents meubles qu'elles ont pu contenir,
il faut, certes, avoir devant les yeux une suite d'exemples offrant divers types ou représen-
tant les variétés principales de l'espèce, et, cette condition, notre seule chapelle du Puy ne
saurait évidemment l'offrir. C'est encore une de ces études qu'il faut reporter à notre Sup-
plément. Ainsi, en l'absence des spécimens qu'exige un semblable travail, je me vois restreint
à la simple analyse de la chapelle du Puy, dont la forme, prise isolément, n'est qu'un des
nombreux types de la famille. Je me renfermerai donc dans sa description; mais, elle ne
saurait être étendue, puisque le plan et les dispositions, par leur simplicité, ne fournissent
matière à de longs développements. Ces deux points expliqués, une autre question récla-
mera notre examen : je veux parler d'un système de décor qui fut particulièrement en usage
dans la région où se trouve cet édifice et dont la durée ne s'étendit guère au delà d'un ou
de deux siècles. A ces seuls points doivent, en ce moment, se borner nos recherches sur
les chapelles dites romanes (2).

L'édifice du Puy se rattache, par sa nature, à la classe des chapelles isolées (3), et la forme
de son plan le range dans la famille de celles qui furent établies sur une figure polygo-
nale. — En étudiant cette construction, on s'aperçoit que l'artiste voulut en délimiter les
parties. Un espace octogone, affecté à une destination et réservé aux personnes qui de-
vaient la remplir, précède un sanctuaire consacré aux prêtres pour les cérémonies du
culte. — Voici comment on décora les faces extérieures et intérieures. Sur une espèce
de soubassement, qui sert de support, s'élèvent huit arcades dont les pilastres et les
colonnes angulaires forment comme autant de petits contre-forts. — Au dedans, la partie
supérieure est couronnée par une coupole; mais, celle-ci n'est point circulaire : elle épouse
la figure de l'édifice, et se trouve, ainsi, formée de huit sections qui, en montant, vont se

(1) Voyez le remarquable article qu'a publié M. Viollet-Leduc dans son Dictionnaire de l'Architecture française du
XI* au XFI° siècle.

(2) Nous traiterons, plus tard, des différentes espèces et des différentes formes de chapelles; puis, nous les comparerons
synchroniquement entre elles, c'est-à-dire sur les divers points de l'Europe aux mêmes époques; enfin, nous essaierons
d'y rattacher aussi la question des idées et des écoles régionnaires.

(3) Je présenterai, dans la suite, des exemples de chapelles attenant aux églises, etc., etc.
loading ...