Garson, Victor René
L' Art Du Dessin, Enseigné Par Correspondance: En Trente Leçons, Divisées En Trois Parties Composées De Dix Leçons (Band 1) — Paris, 1840

Page: 14
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/garson1840bd1/0034
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
- i4 -

mêmes rapports avec la direcion de la lumière. — La même cause produit la diminution delu^
mière sur la face supérieure de laFjg. 3, etsurle terrain. La face éclairée de la pyramide (1 o),
Fig. 1, diminue aussi de lumière à mesure qu'elle s'élève; toujourspar la même cause.

Les Figures 2, 5, 5, 6, étant terminées par des surfaces courbes, réunissent dans leur
masse de lumières les deux causes; c'est-à-dire, celle des divers degrés d'éloignement; et
celle des différentes positions des faces vers la lumière ; ce qui fait que les unes les re-^
çoivent perpendiculairement, et les autres obliquement.

Je vous ai dit aussi que les ombres pouvaient être plus ou moins noires.

Les parties des corps qui ne sont pas tournées vers la lumière la reçoivent des corps
voisins qui sont éclairés; c'est ainsi que les ombres (pl. XV) du cube Fig. i, de la boule
ou spbère Fig. 2, du cylindre Fig. 3; formé de deux parties cylindriques (n) d'un dia-
mètre différent; de la pyramide Fig. 4; de l'œuf Fig. 5; et du cône (12) Fig. 6, sont modi-
fiées par la lumière que leur envoie la table et que l'on nomme reflet. Il y a donc deux
sortes de lumières : la lumière directe et la lumière réflécliie ou reflet. — La lumière di^
recte est celle qui vient d'un corps lumineux par lui-même; les parties qu'elle éclaire se
nomment lumières (12 bis).

La lumière réflécliie ou de reflet, est celle qui vient d'un corps éclairé: elle n'est sensible
que sur les surfaces des corps qui ne reçoivent pas la lumière directe ; les parties qu'elle
éclaire se nomment reflets: elle y opère des effets analogues à ceux que produit la lumière
directe dans les lumières : c'est-à-dire, que les parties des surfaces qui la reçoivent obli-
quement, demeurent plus sombres que celles qui la reçoivent perpendiculairement.

Les ombres qui sont (pl. XV) sur le terrain partant du pied de chaque Figure s'appellent
ombres portées. Les ombres portées sont plus noires que les autres ombres, parce qu'elles
reçoivent moins de reflets.

On donne, aux parties réunies qui sont privées de la lumière directe, de quelque ma-
nière que ce soit, le nom de masses d'ombres.

L'éloignement modifie aussi les ombres en diminuant leur force.—L'éloignement tend
donc à confondre les ombres et les clairs, car nous avons vu plus haut que les clairs s'obs-
curcissaient par l'éloignement.

( 10) Pyramide est un corps qui a pour base un polygone quelconque et des côtes, duquel partent des triangles
qui se réunissent en un seul point que l'on nomme le sommet.

(1 1) Cylindrique , c'est-à-dire en forme de cylindre ; le cylindre est un rouleau égal de grosseur d'un bout à
l'autre ; un tuyau pst un cvlindrc.

(12) Cône, qui a la forme d'un entonnoir, d'un pain de sucre.

(12 bis.) Lumières, en peinture et en dessin, les parties cclaire'es.
loading ...