Goupil-Fesquet, Frédéric ; Vernet, Horace [Oth.]
Voyage D'Horace Vernet En Orient: Orné de seize dessins — Paris: Challamel, Éditeur, 1843

Page: 72
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/goupil1843/0094
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
VIII

Sommaire. — Musique et danse des Aimées.— Les Kawals. — Instruments nationaux. — L’Asr.— Le Merisy.
— Incubations artificielles. — Les ruches d'abeilles. — Pigeons voleurs. — Les Dareira. Boulac. Roudah.—
Industries et commerce.— Dénominations et étymologies relatives au Caire. — Appréciation curieuse d’un
ancien touriste de 1700. — Origine orientale de l'alcôve. — L’hôtel anglais Woghorn. — Point de vue des
terrasses animé par une tête de mort.
M. de Lamartine écrit ceci à l’égard delà dignité de la face humaine:
Il y a des traits que les années ne peuvent altérer ; la fraîcheur, la couleur,
la grâce, s’en vont avec la jeunesse ; mais quand la beauté est dans la forme
même, dans la pureté des lignes, dans la dignité, dans la majesté, dans la
pensée d’un visage d’homme ou de femme, la beauté change aux différentes
époques de la vie, mais elle ne passe point.
La beauté des femmes n’est pas plus commune aux pays d’Orient
qu ailleurs; mais la nouveauté et l’originalité de certains types entière-
ment différents de ceux des contrées septentrionales, nous y font trou-
ver un charme particulier que la majesté incontestable des costumes
les plus variés et les plus riches augmente encore. Il serait aftssi injuste
et aussi faux d’affirmer que le type traditionnel que nous nous sommes
créé soit le seul admissible, que de soutenir le contraire. Ce qu’on peut
dire seulement avec hardiesse, c’est que l’expression qui est un des élé-
ments les plus essentiels à la poésie, à la musique, à la peinture et à la
danse, existe au suprême degré sur le visage des orientales, dont cha-
que trait, fut-il même irrégulier et de forme vicieuse, possède une mo-
bilité caractéristique.
Les Gaouasys embarquées à notre bord, sont deux artistes dont les
costumes n’ont point d’autre élégance que celle que la souplesse de
loading ...