Maspero, Gaston
Études de mythologie et d'archéologie égyptiennes (Band 7) — Paris, 1913

Page: 174
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/maspero1913bd7/0188
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
174

la consécration du nouveau temple

une colonne d'hiéroglyphes qui les sépare nous apprend le
nom du restaurateur, Manmâîtrî Séti Ier. Il semble, en effet,
qu'à la fin de la XVIIIe dynastie, Khouniatonou fît marteler
l'inscription de son prédécesseur, qui était trop à la gloire
d'Amon pour lui plaire : les tableaux et tout le côté gauche
de la stèle furent endommagés fortement. Séti Ier répara les
dégâts de son mieux, et il regrava les figures ainsi que les
portions effacées du texte, sans y rien ajouter que la ligne
qui commémorait son acte de piété. Les restes de l'inscrip-
tion primitive se reconnaissent facilement au poli de la
surface et à la beauté des caractères. Ce que Séti a rétabli
est, au contraire, d'une gravure moins ferme ; la pierre y
est mate, inégale, traversée de fissures capricieuses.

Les ouvriers avaient essayé de refaire le monument tel
qu'il était en son neuf, et les traces des hiéroglyphes ou
des figures étaient encore assez nettes, malgré la martelure,
pour qu'on ne puisse douter qu'ils n'y aient réussi en géné-
ral. Ils n'ont point évité cependant certaines méprises qu'un
examen rapide révèle aussitôt. La plus importante de ces
variantes, volontaires ou non, se rencontre dans le tableau
du cintre. Le cartouche tracé au-dessus de la figure de femme,

à gauche, est aujourd'hui celui de SÙaâkou, et

l'on sait qu'en effet, Thoutmôsis III eut cette princesse dans
son harem', mais on discerne, sous les signes qui composent
ce nom, un disque solaire o et les débris d'un autre hiéro-
glyphe "^x.. ce qui nous oblige à rétablir, dans la version

originale, le nom .^^t l Marîtrî, de la première femme
du souverain. En était-il de même à droite? Je ne saurais
le dire pour le moment. Selon ce qu'une étude plus minu-
tieuse nous apprendra, nous devrons admettre, soit que
Thoutmôsis avait été représenté accompagné de ses deux
épouses principales, Marîtrî à gauche et Sîtaâhou à droite,

1. Cf. Loret, Les Tombeaux de Thoutmès III et d'Amènophis II,
dans le Bulletin de l'Institut égyptien, 3e série, n° 9, p. 96, note.
loading ...