Revue égyptologique — 9.1900

Page: 71
DOI issue: DOI article: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1900/0079
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
Le poème de Pentaour.

71

P. S. X,
L. 84.
K. 69.

P. S. X,
L. 84.
K. 69.

yennu-k 1
tes desseins!

suten neyt
Roi victorieux!

yu
Esprit

àmmâ 3 en na (pa) nifu 4
Donne-nous les souffles.

(La suite prochainement.)

her-t er yerau '
qui se plaît au combat!

LA PEINCIPALE CONSÉQUENCE DES DATES SOTÏÏLAQUES.

E. Lefébdre. 5

I.

La période égyptienne de 1460 années fixes et de 1461 années vagues, ou période
sothiaque, décrite par Censorinus et Théon d'Alexandrie, comme par Tacite, et entrevue par
Hérodote, n'est pas d'invention aussi récente qu'on l'a pu croire. Puisqu'elle résulte de
l'avance d'un jour prise, tous les quatre ans, par l'année fixe de 365 jours 1ji sur l'année

1 * ° ^^jj^7 A ^jj y.ennu (cf. Louqs. L 26). Le sens propre de y_ennu sans le déterininatif j&
est : « s'arrêter, se poser», déterminé par l'oiseau les deux ailes relevées dans la position de se poser. Ainsi

{Chabas, Mil. II, 262, Goodwin) il est dit d'Isis cherchant Osir

AA/WV\ AAftAV. <JT"^ N- /WWW

1^°!^ «elle ne s'est pas arrêtée, lui n'étant pas trouvé». — Au figuré avec ^ comme déterminatif,
il semble désigner d'une façon générale : «les choses, les desseins, les propositions.» Ainsi il paraît indiquer
les circonstances d'une fête (Chabas, Mil. II, 33).

2 Le papyrus donne la variante : yu pu nie na yeruu-u «cet esprit des combattants».

8 \ '"^^ f°rme impérative ^e mS) * donner». Cf. &.M.01 da. — Le papyrus met : pa nifu:

l'article étant au singulier, parce qu'il s'applique à un collectif.

4 Ici se termine la partie du poëme qui a été expliquée au cours du Collège de France (J. K.).

6 Je tiens à dire que cet article attend son tour depuis le 7 mai 1896. Je comptais le publier
dans le même numéro qu'un important travail fait depuis longtemps par moi sur ce même sujet. Mais la
lecture faite au congrès de Rome par notre collègue Erman et qui touche aussi en partie à l'année
sothiaque ne me permet pas de retarder plus longtemps l'article de Lefébuhe. Je remets donc le mien,
assez délicat à composer, à une prochaine occasion. (E. R.)
loading ...