Texier, Charles
Description de l'Asie Mineure: faite par ordre du gouvernement français en 1833 - 1837 ; beaux-arts, monuments historiques, plans et topographie des cités antiques (Band 3) — Paris, 1849

Seite: 175
DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/texier1849bd3/0176
Lizenz: Public Domain Mark Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
EXPLICATION DES PLANCHES.

PLANCHE CLX.

PLAN DE LA VILLE.

Quoique les édifices soient tous à peu près ruinés, l'ensemble du plan donne une idée très-complète des disposi-
tions générales d'une ville grecque. Le grand port avait une longueur d'environ 800 mètres ; chacun des môles de
l'entrée avait i36 mètres; sa largeur dans le fond était de 80 mètres. La passe entre les deux môles du fond n'avait
pas plus de 10 mètres: ce n'était donc en réalité qu'un passage destiné au service du port. Les deux théâtres sont
des ouvrages purement romains ; celui qui est près du port est tout en marbre blanc, mais il n'offre d'autre particu-
larité que d'être enclavé dans une enceinte quadrangulaire, au lieu d'avoir tout le développement de sa courbure. Les
murs de la ville étaient défendus par un certain nombre de tours, qui sont pour la plupart détruites jusqu'au niveau
du sol. La nécropolis, dont j'aurai occasion de parler bientôt, est située dans les montagnes au sud - ouest de la
ville.

PLANCHE CLXL

CONSTRUCTION GRECQUE.

J'ai réuni dans cette planche le spécimen des trois genres de constructions helléniques qui sont le plus répandus
dans la ville. La première figure est tirée du mur d'enceinte ; c'est un appareil à joints irréguliers, qu'on est convenu
d'appeler pélas°ïques. Voici un exemple de l'emploi simultané de cet appareil avec l'arcade à voussoirs que l'on croyait
d'une date postérieure à l'appareil irrégulier ; on n'avait jamais eu d'exemple de ces deux appareils réunis et contem-
porains. J'aurais pu présenter d'autres exemples de constructions semblables qui sont évidemment toutes d'une même
époque, mais cet exemple doit suffire. On peut voir, dans la figure, que la partie cintrée n'a pu être exécutée après
coup, puisqu'elle se rattache à tout l'ensemble de la construction. Je pense que cet enfoncement était motivé par la
présence, en cet endroit, d'une fontaine ou petite source.

La figure suivante représente un exèdre construit dans une des terrasses qui longent le port. Il y avait sans doute
un banc circulaire destiné aux promeneurs. On voit que les deux murailles qui s'élèvent à droite et à gauche sont
construites en joints irréguliers d'un petit appareil; elles sont évidemment contemporaines de l'exèdre, qui est lui-
même bâti en appareil à joints réguliers.

La terrasse inférieure, qui forme le quai du port, est faite en appareil à bossage , qui est employé également dans
la construction des tours. Ces murs sont tous construits sans l'emploi du mortier, mais la grosseur des pierres d'ap-
)areil varie considérablement; il y en a qui portent plus d'un mètre de hauteur de banc, et qui ont deux ou trois
mètres de longueur. Dans les môles et dans le théâtre on trouve quelques pierres qui ont des dimensions doubles
d celles que je viens d'énumérer. La solution de continuité que je remarque dans le mur de la terrasse inférieure
était sans doute remplie par un escalier qui descendait dans le port.

PLANCHE CLXL

V

MURS DE CNIDE.

Quelques parties des murs de la ville sont construites en assises régulières qui ne présentent rien de particulier.
J'ai donné cet exemple de la construction pélasgique autant pour faire voir avec quel soin toutes ces pierres sont
ajustées que pour montrer tout ce qu'il y a de pittoresque dans cette partie des ruines qui se trouvent envahies par
loading ...