Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Dix-Neuvieme = Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations, Tome IV): Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen, Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90794109]

Page: 227
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd19/0237
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
PIE V.

227

A Pie IV succéda ce dominicain Ghisleri y Pie V, Pie V.
si haï dans Rome même, pour y avoir fait exercer
avec trop de cruauté le ministère de l’inquisition ,
publiquement combattu ailleurs par les tribunaux
séculiers. Lafameuse bulle, In Cœnâ Domini, émanée
sous Paul III, et publiée parP/e P, dans laquelle on
brave tous les droits des souverains, révolta plusieurs
cours , et fit élever contr’elle les voix de plusieurs
universités.
L’extinction de l’ordre des humiliés sut un des prin- St Charles
cipaux événemens de son pontificat. Les religieux
de cet ordre , établis principalement au Milanais ,
vivaient dans le scandale ; S: Charles Borromée ,
archevêque de Milan , voulut les réformer ; quatre
d’entr’eux conspirèrent contre sa vie ; l’un des quatre
lui tira un coup d’arquebuse dans son palais , pendant
qu’il fesait sa prière. Ce saint homme qui ne fut que r 57 1.
légèrement blessé demanda au pape la grâce des
coupables : mais le pape punit leur attentat par le
dernier supplice, et abolit l’ordre entier. Ce pontife
-envoya quelques troupes en France au secours du
roi Charles IX contre les huguenots de son royaume.
Elles se trouvèrent à la bataille de Moncontour.
Le gouvernement de la France était alors parvenu
à cet excès de subvertilsement, que deux mille soldats
du pape étaient un secours utile.
Mais ce qui consacra la mémoire de Pie V, ce fut
son empressement à défendre la chrétienté contre
qu’il soupçonne d’être des hérétiques. Alors ils sont obligés de se retirer,
et quelquesois le peuple les poursuit à coups de pierres. 11 n’y a pas
quinze ans que M- le prince de S. et M. le comte de C. éssuyèrent ce
traitement, sans se l’être attiré par aucune indiserétion.
I’ ”
A
loading ...