Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Dix-Neuvieme = Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations, Tome IV): Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen, Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90794109]

Page: 288
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd19/0298
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
288 DE L’EMPIRE OTTOMAN'
Gouverne- Ce qui se pâlie après la mort d’Achmet nous prouve
si^espoUquebien due .gouvernement turc n’était pas cette
qu’on le croit, monarchie absolue que nos historiens nous ont
représentée comme la loi du despotisme, établie sans
contradiction. Ce pouvoir était entre les mains du
sultan comme un glaive à deux tranchans qui blessait
son maître quand il était manié d’une main faible.
L’empire était souvent , comme le dit le comte
Marjigli, une démocratie militaire , pire encore que le
1617. pouvoir arbitraire. L’ordre de succession n’était point
établi; les janilsaires et le divan ne choisirent point
pour leur empereur le fils d’Achmet qui s’appelait
Ofman, mais Asujiapha frère d'Achmet. Ils se dégoû-
tèrent au bout de deux mois de Asujiapha qu’on disait
incapable de régner : ils le mirent en prison , et pro-
clamèrent le jeune Ofman son neveu âgé de douze
ans : ils régnèrent en effet sous son nom.
r osmanégor- Asujiapha du fond de sa prison avait encore un
se- parti. Sa faction persuada aux janilsaires que le jeune
ï 2... o/Aum avait delsein de diminuer leur nombre pour
affaiblir leur pouvoir. On déposa Ofman sur ce
prétexte ; on l’enferma aux sept tours, et le grand-
visir Daout alla lui-même égorger son empereur.
Asujiapha fut tiré de la prison pour la sécondé fois ,
reconnu sultan , et au bout d’un an déposé encore
par les mêmes janilsaires qui l’avaient deux fois élu.
Mufiapha Jamais prince depuis Vitellius ne fut traité avec plus
<trangie. d’ignominie. Il fut promené dans les rues de Constan-
tinople, monté sur un âne, exposé aux outrages de
la populace, puis conduit aux sept tours, et étranglé
dans sa prison.
Tout change sous Amurat IV surnommé Gas
sintrépide.
loading ...