Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Bearb.]; Haas, Wilhelm [Bearb.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Dix-Neuvieme = Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations, Tome IV): Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen, Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90794109]

Seite: 326
DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd19/0336
Lizenz: Public Domain Mark Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
tributaires , les vice-rois ont tous secoué le joug.
Les peuples de l’intérieur ont'détrôné le souverain.
L’Inde est devenue comme la Perse le théâtre des
guerres civiles. Ces désastres font voir que le gou-
vernement était très-mauvais , et en même temps,
que ce prétendu despotisme n’existait pas. L’em-
pereur n’était pas assez puilsant pour se faire obéir
d’un raïa.
Nos voyageurs ont cru que le pouvoir arbitraire
résidait essentiellement dans la personne des grands-
mogols , parce C[\ï Aurenc/zeb avait tout asservi. Ils
n’ont pas considéré que cette puissance, uniquement
fondée sur le droit des armes , ne dure qu’autant
qu’on est à la tête d’une armée , et que ce despo?
tisme , qui détruit tout, se détruit enfin lui-même.
Il n’est pas une forme de gouvernement, mais une
subversion de tout gouvernement ; il admet le caprice
pour toute règle ; il ne s’appuie point sur des lois
qui assurent sa durée , et ce colosse tombe par terre
dès qu’il n’a plus le bras levé : il se forme de ses
débris plusieurs petites tyrannies, et l’Etat ne reprend
une forme consiante que quand les lois régnent.
loading ...