Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Dix-Neuvieme = Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations, Tome IV): Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen, Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90794109]

Page: 330
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd19/0340
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
33° DE LA CHINE»
tout temps depuis l’invasion de Cyrus; car le génie
des peuples est toujours le même , jusqu’à ce qu’une
longue oppression les fasse dégénérer. Le gouverneur
pour toute réponse fit brûler leurs cabanes, enleva
leurs troupeaux et voulut transplanter les habitans.
1622. Alors ces Tartares qui étaient libres se choisirent
un chef pour faire la guerre. Ce chef nommé Taitfou
se fit bientôt roi ; il battit les Chinois , entra victo-
rieux dans le Leaotong , et prit d’alsaut la capitale.
Sans armes Cette guerre se fit comme toutes celles des temps
les plus reculés. Les armes à feu étaient inconnues
dans cette partie du monde. Les anciennes armes,
comme la ssèche , la lance , lamassue, le cimeterre
étaient en usage : on se sêrvait peu de boucliers et
décalqués, encore moins de brassards et de bottines
de métal. Les fortifications consistaient en un fosfé ,
un mur, des tours ; on sappaitle mur, ou on montait
à l’escalade. La seule force du corps devait donner
la victoire ; et les Tartares , accoutumés à dormir
en plein champ, devaient avoir l’avantage sur un
peuple élevé dans une vie moins dure.
Le capitaine Taitfou, ce premier chef des hordes tartares étant
n’uue hordemor(. en jgog dans le commencement de ses
vainqueur de
la chine, conquêtes, son fils Taitfong prit tout d’un coup le
titre d’empereur des Tartares, et s’égala à l’empereur
de la Chine. On dit qu’il savait lire et écrire, et il
paraît qu’il reconnaissait un seul dieu, comme les
lettrés chinois ; il l’appelait Tien comme eux. Il
s’exprime ainsi dans une de ses lettres circulaires
aux magistrats des provinces chinoises: Le Tien élève
qui lai plaît ; il nia peut-être choifî pour devenir votre
maître. En efset depuis l’année 16.28 le Tien lui fit
loading ...