Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Dix-Neuvieme = Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations, Tome IV): Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen, Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90794109]

Page: 412
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd19/0422
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
41g remarques de l’essai
universelle , si on pouvait l’acheter avec de l’or , etla saisir
par l’intrigue. Mais une femme à peine affermie dans la
moitié d’une île ; un prince d’Orange, simple comte de
l’Empire , et sujet du marquis de Malines ; Henri IV
roi mal obéi d’une partie de la France , persécuté dans
l'autre , manquant d’argent et ayant pour toute armée
quelques gentilshommes et son courage, ruinèrent le domi-
nateur des deux Indes.
Le commerce qui avait pris une nouvelle face à la
découverte du cap de Bonne - Espérance , et à celle du
nouveau monde, en prit encore une nouvelle quand les
Hollandais , devenus libres par la tyrannie , s’emparèrent
des îles qui produisent les épiceries , et fondèrent Batavia.
Les grandes puissances commerçantes furent alors la Hol-
lande et l’Angleterre ; la France , qui profite toujours tard
des connaissances et des entreprises des autres nations,
arriva la dernière aux deux Indes , et fut la plus mal
partagée. Elle relia sans industrie jusqu’aux beaux jours
du gouvernement de Louis XIV; il fit tout pour animer
Je commerce.
Les peuples de l’Europe , dans ce temps - là , commencè-
rent à connaître de nouveaux besoins, qui rendirent le com-
merce de quelques nations , et sur-tout celui de la France ,
très-désavantageux. Henri IV déjeunait avec un verre dë
vin et du pain blanc; il ne prenait ni thé , ni café , ni
chocolat ; il n’usait point de tabac sa semme et ses maî-
tresses avaient très-peu de pierreries ; elles ne portaient
point d’étoffes de Perse , de la Chine et des Indes. Si l’on
longe qu’aujourd’hui une bourgeoise porte à ses oreilles
de plus beaux diamans que Catherine de Médicis; que la
Martinique , Moka et la Chine fournissent le déjeûner
d une servante , et que tous ces objets font sortir de France
loading ...