L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 1)

Seite: 2
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_1/0010
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
foutes les grandes époques laissent ainsi derrière elles une tradition qui s'impose et dont la domination
trop exclusive, en éteignant les ardeurs et en ramenant tout à elles-mêmes, explique cette périodicité fatale des
décadences succédant, avec une régularité désespérante, aux plus puissantes manifestations des énergies intellectuelles.
"Gela est vrai de l'art comme de tout le reste.

"Les décadences consistent donc essentiellement dans l'affaissement des intelligences, détournées, par l'imitation,
du lut réel de l'art, et par suite destituées du pouvoir de créer.

U\cduit au métier de copiste et de plagiaire, enfermé dans l'étude rétrospective des procédés et des modèles
de l'âge antérieur, l'art cesse de vivre de sa vie propre; il perd l'élan, la spontanéité, la puissance créatrice ejuil
trouvait dans la sincérité, dans la personnalité de ses propres émotions. "Lui qui n'existe que pour traduire au
dehors les impressions de l'homme en face de la nature et du monde, il néglige et oublie d la fois le
monde et la nature, et se voit du coup réduit a chercher une originalité pénible et fausse dans des
raffinements infinis, aussi insipides que prétentieux.

[Est-ce a dire que chaque génération doive rompre avec la tradition de la génération précédente, la
considérer comme non avenue, s'ouvrir à tout prix une voie nouvelle vers un but jusqu'alors inconnu? "Ge serait
une exagération non moins funeste que l'autre, ilhumanité n'avance qu'en s aidant et s'appuyant des expériences
et des connaissances qu'elle accumule sur sa route. ^Gcttc solidarité des siècles, ejui éclate dans le progrès des
sciences exactes, n'est guère moins réelle dans le domaine des arts. Mais l'étude du passe ne peut servir au
développement de l'avenir qu'a la condition qu'on y cherche un moyen, non un lut. fout est là. -Les physiciens)
les chimistes, les mathématiciens, les naturalistes, en étudiant les livres de leurs prédécesseurs, se proposent, non
pas de répéter ce qui a etc dit avant eux, mais de chercher dans les connaissances acquises le moven d'en
acquérir de nouvelles. 'Les étapes de la science ne sont pour eux que des points de départ, et, quand ils regardent
en arrière, ce n'est que pour mieux assurer leur marche en avant.

"Cette condition n'est pas moins essentielle dans l'art, car, s'il peut et doit s'aider des observations et des
procédés antérieurs, il nen est pas moins vrai que son aspiration doit être absolument personnelle. 31 n'y a d œuvres
d'art que celles qui portent la marque du tempérament et des convictions de l'artiste, celles qu'anime et illumine
le reflet de cette flamme intérieure que ne manquent jamais d'allumer dans les âmes l'effort et le mouvement
du travail créateur. tA l'artiste qui se fait l'instrument d'une conception surannée ou étrangère, qui s'asservit
a la reproduction d'une oeuvre qu'il n'a pas créée, qui substitue l'imitation d'un 'procède appris a la manifestation
de ses impressions personnelles, cette flamme 7iianquc fatalement, et son œuvre, quelle que soit sa perfection technique,
n'est et ne peut être qu'un pastiche. [En un mot, dans le domaine de l'art, pour faire quelque chose, il
faut être quelqu'un.

'Voilà à quel point de vue nous envisagerons l'art. o^Lctrc lut est de réagir sans violence, mais avec
une inflexible ténacité, contre le parti pris d'indifférence théorique qui tend à dominer parmi 7ios artistes,
contre cet éclectisme énervant et stérile, non moins funeste au progrès de l'art qu'à celui de la politique, de la.
philosophie et de la morale.

[Placés à ce pbint de vue nous donnerons une large place à tout ce qui touche à l'éducation artistique
des générations nouvelles, en nous inspirant des principes qu'a proclamés l'union centrale des beaux-axis
APPLIQUÉS a L'industrie et qu'ont adoptés les -Congrès de [Bruxelles et de %\iris en iS68 et H869.

"C'est à ce point de vue que nous étudierons toutes les manifestations artistiques de l'humanité, dans le
passe et dans le présent, en nous attachant de préférence à, ce qui nous paraîtra le plus propre a 7ious
relever de cet affaissement intellectuel qui est le mal de l'heure présente.

[Dans la peinture, dans la sculpture, dans l'architecture, dans les arts appliqués à l'industrie, dans la
musique même et dans l'art dramatique, partout nous chercherons a découvrir ou ci raviver la flamme qui peut
nous régénérer, en nous rendant Vinitiative, la spontanéité, l'élan, la personnalité qui nous font défaut. O^pus
ne pouvons nous résigner à croire que notre époque soit absolument incapable de fournir des éléments de
rénovation à l'art contemporain. [En cherchant partout, en ne négligeant aucun effort, en ne dédaignant
aucune initiative, nous devons les trouver.

fol est notre espoir; nous croyons que cet espoir sera partagé par xin Ion nombre de ceux qui déplorent
la stagnation présente de l'art. [L'art ne saurait périr, car il tient par ses plus profondes racines au cœur
même de l'humanité. ~Qui sait si pour le ranimer il ne suffira pas de le rappeler à ses véritables origines
et de lui montrer avec, persévérance le but auquel il doit tendre?
loading ...