La chronique des arts et de la curiosité — 1881

Page: 285
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1881/0291
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
.\° : 6

1881.

BUREAUX, 8, RUE FAVART.

19 Novembre

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEJUX-ARTS

paraissant le samedi matin

[.es abonnés à une année entière de la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement
la Chronique des Arts et do la Curiosité.

PARIS ET DÉPARTEMENTS :

Ln an........12 fr. ! Six mois. „......, 9

Le Ministère des Arts

Le Journal officiel du 15 novembre a publié
les décrets constituant un ministère des arts,
et plaçant à la tête de ce ministère M. Antonin
Proust.

Nous croyons inutile de dire qu'un journal
commeTe nôtre est tout dispose à approuver
une innovation dont le but est de donner aux
services des beaux-arts une importance plus
grande en les centralisant. Maintenant, nous
attendons à l'œuvre le nouveau ministre

Sous l'ancien régime, il était compris dans l'ad-
ministration des bâtiments royaux et il a long-
temps fait partie de l'administration des domaines.

En 1792, il a été rattaché au ministère de l'inté-
rieur, où il fut divisé en trois bureaux, puis en
trois sections.

Le premier empire le réduisit aux proportions
d'un seul bureau. La Restauration en fit une di-
vision.

La monarchie de 1830 l'attribua d'abord au
ministère du commerce et des travaux publics,
et le partagea plus lard entre le ministère de
l'intérieur et le ministèrede l'instruction publique.

En 1848, le service des beaux-arts fut placé dans
la direction des musées nationaux.

Le second empire le fit entrer en 1S53 aum'mis-

M. Antonin Proust s'est beaucoup occupé j tere d Etat et le plaça douze ans après dans les

d'art : il a été le défenseur d'idées excellentes attributions de la maison de 1 empereur, ou d de-

qui sont, grâce à lui, bien près d'être réalisées : meura jusqu au 27 janvier 1870

par exemple, le musée de la sculpture coin- ! c Aa**> ml d(e • Coas ltua u\ministère
parée et le salon des arts décoratifs. Il est
permis de compter sur l'intelligence et l'acti-
vité dont il a fait preuve avant d'être appelé à

l'honneur de diriger un ministère des arts. i fLe,2 aout 18'°< \e muiif ™ *PeCia des beaux'

M. Antonin Proust devra tout d'abord pro- I arts tut supp.-ime et ses attribuUons transportées

'j„ 1 „_„ „/ • .. ,i, - .. L ■ au ministère de l instruction publique qui, après

ceuer a une réorganisation complète de I admi- , , v, . , , , • •'j *

„•.„,„;„„ 1 u3 -, 1 < le 4 Septembre, abandonna au ministère des tra-

nistration des beaux-arts devenue peu a peu 1 , , a.. . . .,

,„. ,.'„;, ,1 1 1 . , , 1 1 vaux publics a direction des bâtiments civils,

un a eritable chaos, et ce n est pas une mince *\ . , , ,

spécial des beaux-arts, qui ajouta aux attributions
de la maison de l'empereur ia direction des bâti-
ments civils et la direction des sciences et lettres.

besogne. Les conditions dans lesquelles il entre
aux affaires lui rendront la tache moins lourde
qu'à tout autre.

L. G.

Dès les premiers mois de la réunion de l'As-
semblée nationale, M. Cliarton, dans uu rapport
fait au nom de la commission des services admi-
nistratifs, appela l'attention du gouvernement sur
les inconvénients de celte incessante mobilité du
r . ! service des beaux-arts.

Voici le texte du rapport concernant la Et le 1" février 1878, M. Bardoux, ministre de
création du ministère des arts, adressé par Hnstruction publique et des beaux-arts, visant -le
M.CjambettaaM. le Président de la République : rapport de M. Char ton, forma une commission

chargée d'étudier les modifications, qui pourraient
Paris, le 14 novembre 1881. j donner plus de cohésion et de solidité à l'organi-
sation de la deuxième section de son département.
L'institution d'un sous-secrétariat, ayant dans

Monsieur le Préideuf,

Aucun Je nus services publics n'a subi plus de ses attributions spéciales le service des beaux

modifiée;tiens que le service des beaux-arts, soit arts, permit en 1879 de réaliser quelques-unes des

dans ses attributions, soit dans ses rapports avec 1 réformes qu'avait proposées la commission de

les autres services. 1 1878, mais la réunion des services qui intéressent
loading ...