La chronique des arts et de la curiosité — 1881

Page: 25
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1881/0031
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
No 4 _ 1881.

BUREAUX, 8, RUE FAVART.

22 janvier.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT LE SAMEDI MATIN

Les abonnés à une année entière de la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement
la Chronique des Arts et de la Curiosité.

PARIS ET DÉPARTEMENTS :

Un an.........12 fr. Six mois......., Si

mm DE U GAZETTE DES BEÂUX-ARÏS

MM. les souscripteurs nouveaux
pourront réclamer, comme prime, au
prix de 15 francs (franco en province,
20 francs), au lieu de 40 francs, prix de
vente, un album relié contenant

20 EAUX-FORTES DE JULES JACQUEMART
Imprimées sur beau papier 1/4 colombier.

CONCOURS ET EXPOSITIONS

La commission exécutive de la souscription
Lakanal rappelle à MM. les sculpteurs que
l'exposition aura lieu à l'école des Beaux-Arts,
du 1er au 6 février, de 10 heures à 4 heures.

Les maquettes, soit en plâtre, soit en cire,
sans piédestal, sans signature, mesurant
70 centimètres de hauteur, portant une devise
et accompagnées d'un pli cacheté, devront être
déposées le 31 janvier courant entre 10 heures
et 4 heures.

Pour tous les renseignements, s'adresser au
siège de la commission, 15, faubourg Mont-
martre, de midi à 4 h.

Une exposition des beaux-arts est ouverte
au Paris-Club, 32, avenue de l'Opéra.

MM. Dantan, V. Gilbert, Gœneutte, Haquette
et \on font une exposition de leurs œuvres, 33,
avenue de l'Opéra.

LA COMMISSION DU SALON

Lundi s'est réunie pour la première fois la
commission du Salon. La grande salle des
bureaux de l'administration des beaux-arts au
Palais de l'Industrie a été mise à sa disposi-
tion.

La séance a commencé par une sorte de re-
mise des pouvoirs opérée au nom de l'admi-
nistration, par M. Lafenestre, qui a fait con-
naître officiellement à la commission des ar-
tistes que l'Etat leur abandonnait entièrement
l'organisation des Salons.

A l'ouverture de la séance, M. Edmond Tur-
quet, sous-secrétaire d'Etat, a lu lui-même la
déclaration suivante :

Le conseil supérieur des beaux-arts, vous le
savez déjà, reconnaissant la nécessité de rendre
aux expositions officielles l'éclat et l'intérêt que l'on
est en droit de leur demander, a émis le vœu que
dorénavant ces exposilions, comprenant la pro-
duction choisie depuis plusieurs années, n'eussent
lieu qu'à des dates éloignées.

Tout en s'efforçant d'assigner ses véritables li-
mites à la haute protection que l'Etat peut exer-
cer au profit de l'art, le conseil ne pouvait oublier
l'intérêt des artistes, dont la production, chaque
jour croissante, honore et enrichit notre pays.

Ces intérêts respectables et' multiples ne peu-
vent, on l'a reconnu, trouver leur satisfaction
entière que dans les expositions annuelles d'un
accès plus facile.

Le conseil a donc pensé qu'il fallait maintenir
le principe de ces expositions; mais il a en même
temps reconnu que l'Etat n'avait point à y inter-
venir directement, et que nul ne pouvait, aussi
bien que les intéiessés, les organiser au mieux
de leurs intérêts.

Il a proposé à M. le minislre d'en offrir la ges-
tion libre et complète, la gestion matérielle et ar
tistique à tous les artistes français.
loading ...