Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
.___ _ . lO Mars 1»1 •

Q A Z El TE DES ARDENNE9 -

LA GAZEÏÏERÉGIONALE

COMBLES (Somme).

Décembre 1«15.

Combles est un chef-lieu de canton situé à ia kilomètre»
de Péronne. La population se compose, pour la plus grande
partie, d'ouvriers agricoles et tisseurs. Les métiers, force-
ment, chôment pour le moment faute de matières premières
et, aussi, faute de bras.

Les ouvriers tisseurs présenta sont occupés, avec les ou-
vriers agricoles, aux travaux de la culture et reçoivent,
comme de juste, le salaire qui leur est dû. Les cultivateurs
travaillent leurs terres avec le peu de chevaux qui leur res-
tent, de concert avec les soldats allemands, avec lesquels ils
font bon ménage, et qui labourent aussi le sol avec leurs
propres, chevaux.

La moisson s'est opérée, commo à l'ordinaire, avec les
moissonneuses-lieuses conduites les unes par des civils, les
autres par des soldats.

Les blés et les avoines, rentrés dans de bonnes condilons,
sont battus au moyen d'une batteuse a vapeur qui fournit du
travail et un salaire raisonnable à un certain nombre d'ha-
bitants.

Les femmes l'occupent au lavage du linge des militaires,
ce qui leur permet de pourvoir aux besoins de leurs familles,
en attendant.. .. l'absent.

On peut dire que, après quinze mois d'occupation, la
misère n'a pas encore effleuré celte bourgade, renfermant
une population pauvre, mail honnête et laborieuse.

Les relations entre la troupe et le civil sont bonnes. Jus-
qu'à présent aucun malentendu, aucun accident, pas même
un incident. En un mot le pays respire normalement, sur-
tout depuis qu'il a a sa léte une véritable municipalité fran-
çaise, qui comprend le peuple et est comprise par lui.

Les écoles, aoua la direction intelligente el dévouée dea
institutrices, fonctionnent comme en temps de paix.

En l'absence des deux médecins du pays, qui l'ont quitté
pour faire leur devoir dans l'armée française, un aervice mé-
dical gratuit est organisé pour les civils par les médecins
militaires allemands. —

Aussi la mortalité est-elle a peine aussi forte qu'avant la
guerre. Le dernier décès que nous avons h enregistrer est
celui du vénéré abbé Marchandise, emporté en quelques
jours par une maladie qui pardonne rarement aux vieillards.
Ce véritable saint qui se privait journellement pour répandre
le bien autour de lui, a*u les honneurs qu'il a mérités. Les
autorités allemandes ont tenu a prendre part au deuil de la
population.

M. le Commandant de place, accompagné d'un officier
supérieur el du prêtre catholique allemand, suivait le cer-
cueil sur lequel, par une délicate attention, il avait fait dé-
poser une superbe couronne de fleurs naturelles. Une mu-
sique militaire marchait à la léte du cortège, composé d'une
foule émue et recueillie, et exécutait magistralement plu-
sieurs marclies funèbres.

M. le doyen Caudellier, en quelques mois empreints de
la phis poignante émotion et, après lui, H. le Maire, au nom
des habitants, ont tenu à remercier les officiers allemands
pour leur démarche délicate.

Cette triste cérémonie a démontré que, de l'âme des sol-
dats allemands, aussi bien que de celle des civils français, il
s'élevait comme une sorte d'évocation, appelant la fin de ce
terrible cauchemar que nous vivons depuis quinze mois,
depuis un siècle 1

BACHES (Nord).

. • Décembre 1015.

Bâches, d'une importance d'environ a,000 habita nul, est
nu la roule nationale de Lille à Paris.

La municipalité est resiée en fonctions telle qu'elle était
avant ta guerre.

La région, très industrielle, compte divers charbonnage!
de rapport et la commune elle même possède une usine de
produits réfractaires, une émaillerie, une tuilerie, une fa-
brique de ciment et une brasserie ; seule cette dernière n'a
pas chômé depuis le début de la guerre.

La commune possède une gare située sur la ligne secon-
daire de Douai à Lille par Orchies, un bureau de postes,
télégraphe et téléphone.

La situation sanitaire est assez favorable. Le docteur
Rovillei, de Frais-Marais, pris Douai, donne ses soins aux
communes de Frais-Marais, Radies, Rost-Warendio, Flincs-
lea-Ruches et a, certes, fort à faire.

L'éclairage électrique qui avait fait défaut tout l'hiver
dernier jusqu'en été vient d'être, grfice à l'heureuse initia-
tive allemande, rétablie et les longuet soirées d'hiver seront
moins lugubres que por l ecJairngc rudïnienlairo à la chan-
delle, le pétrole ayant déjà disparu en automne igi4.

Une innovation heureuse, est celle de la mise en service,
depuis un mois environ, d'une épicerie communale à l'instar
des autres commune! de la région

Le résultat inévitable de cet état de choses sera infailli-
blement la hausse des denrées ou détriment de la grande
majorité, su prolil de quelques-uns qui auront, sans le
moindre scrupule, fait de petites voire de grandes fortunes
pendant la période triste de la guerre, période qui devrait au
contraire faire Battre dans l'esprit, sinon dans le cœur, de
chacun des sentiments de solidarité et de charité : il n'y aura
naturellement rien de changé et tanl que le monde est
monde, les dupes feront la fortune des malins.

La période d hiver est longue et rude, la tin en est atten-
due avec impatience par tout le monde, le printemps étant
la saison par excellence pour donner h la terre les produits
les. plus indispensables a la vie. Un s'accorde ù dire commu-
nément que, dès la nouvelle année passée-, le printemps ap-
proche à grands pas; nous serons tous heureux d'en saluer
le retour et puissions-nous, en mime temps, saluer l'an-
nouce de la paix tant attendue et souhaitée.

SAINT-MICHEL (Aisne).

. Décembre (Ml

Dans ma dernière causerie, j'ai dit quelques mois des per-
sonnes riches et influentes de Saint-Michel, qui ont pris la
fuite dans la nuit du ab au 37 août igiq, a l'approche des
armées allemandes. Or, te premier qui donna l'alarme, dans
cette nuit mémorable, fut le maire de Saint-Michel, M. Dor-
moy. 11 n'entre pas dans mu pensée de critiquer la conduite
du maire en question. Je ne connais pas personnellement
M. Dormoy, étant élrangei a la commune, mais toute per-
sonne de bon sens et kuiis parti-pris devru reconnaître que si
le maire de Saint-Michel était resté à son poste, comme l'ont
fait, heureusement, presque tous les maires et adjoints, dans
les villes et localités des dépai tements envahis, la population
pauvre ou ouvrière de Saint-Michel n'aurait pas été prise de
panique dans cette nuit mémorable.

Tout le monde sait que lorsqu un navire est en perdition
sur mer, le capitaine reste le dernier â bord, après avoir
assuré le salut des passageis d'abord, et ensuite de l'équi-
page. H ne songe a se sauver lui-même que lorsqu'il est resté
seul sur son navire.

Je n'oublierai jamais le snectarle de tous ces pauvres
gens de Saint-Michel, abandonnant leurs demeures et pre-
nant fa fuite sur toute» les routes, marchant à l'aventure
devant elles, ne sachant, ht las, où elles allaient. La plupart
revinrent a Suint-Michel, au boni de quelques jours, après
ovoir enduré des souffrances de toute sorte. Un petit nombre
réussit a gagner-des parties du territoire non envahi. Que
sont devenus ces pauvres gens ? Certains ont, sans doute,
trouvé du travail, mais d'autres doivent se trouver dans la
misère, car elles n'ont pu être secourues d'une façon efficace
par le gouvernement français, vu le grand nombre d'habi-
tants des départements envahis, réfugiés principalement
dans le sud de la Fiance.

CAMPlHN-EN-PfcYELE (Nord).

Janvier 1918.

Le départ des évacués. — Ils sont partis les évacués, qui
depuis dix mois étaient 1 a^nni,iious. , . t

Le 16 décembre au matin, le garde-champêtre, par ordre
de M. le Commandant de plaee de Camphin, allait Ics'prÉ"
venir de se tenir prêts pour le lendemain. Ordre leur était
donné de prendre des vivres pour dix jours et d'emporter
3o kilos «le- bagages.

Le 18, M. Follet, fermier, à la <i lîleu/e-Vache a, se met-
tait à leur, disposition pont transporter leurs bagages jus-
qu'au château de Camphin OU des voitures attendaient pour
les conduire vers le lieu de départ.

Tous avaient 1 air jojeiiï, tous étaient heureux d'aller
retrouver leurs familles. (Quelques-uns pourtant ont préféré-
rester, se promet tant de passer l'hiver parmi nous. Ce sont

les ramilles Dclorrame, Saiingues et CplHW. Aux partants,
nous avons adressé nos meilleurs vœux. Aus restants, nous
leur souhaitons de retrouver, l'an prochain, leurs familles
plus heureuses qu'elles ne les ont laissées.

SALENCY (Oise).

Janvier 1918

Salency, près de Noyon (Oise), compte actuellement C5i
habitants, 10 de pins qu'en temps de paix. L'augmentation
se fart que nous avons dans la commune 166 évacués rte
Carlepont, Amy, Crapeaumesni! et Rcuvraignes. '

Au moment de l'invasion par lea Allemands dix seule-
ment sont partis dans la direction de Buis, laissant à
l'abandon maison et mobilier.

La municipalité est encore au complet; notre vieux
mnire, âgé de 76 ans, est toujours robuste, quoiqu'il se
trouve suppléé dans sa lourde responsabililé vis-à-vis de
l'autorité allemande par le plus jeune membro du conseil,
qui se dévoue pour le mieux dans l'intérêt des habitants.

Notre instituteur-grenier, institutrice, cure, médecin,
gardc-champêlrc, tous sont dévoués à leurs emplois Rien
ne souffre pour le moment, si ce n'est que le manque de
nouvelles de sa famille et la lacsitude inquiétante de la durée
de la guerre.

A pari cela la santé des habitants est excellente, Nous
avons.eu à enreg strer 7 décès et 3 naissances.

Malgré que depuis au moins 6 mois la viande nous fait
défaut, le Comité hispano-américain ne néglige rien et les
Allemands nous distribuent des pommes de terre et des hari-
cots, ainsi que du lait pour les enfants et les malades.

Tous les deux jours, dans la salle de M. Goret, distribu-
tion de pain, et le dimanche après-midi distribution des
denrées provenant du Comité. Les ménagères sont heu-
reuses d'avoir ce moment de sortie pour pouvoir parler des
faits de la guerre.

I^a vie avec les soldats est supportable; le travail pour
les hommes et demoiselles n'est pas pénible, il est vrai que
la rétribution c?t maigre, mais enfin espérons sans plus de
misère voir la lin finale de cette monstrueuse guerre.

LE CASIER DES BOTTISBS

Le (( Figaro » du février écrit .

H M. Dutlaux-Monteil, député de l'Ardèchc, nous pose la
question suivante .

» Dans le huitième arrondissement élait la nie du nom
de : Hue de Berlin.

« Elle est devenue : But de Liège, f

11 C'est bien.

« Dans le même arrondissement est la rue dt Viorne.
« Pourquoi ue deviendrait-elle pas la : Hue d'Erzcroum ?
11 Pourquoi ? i> »

u Nous renvoyons la requête au Conseil municipal, qui
s'empressera, nous n'en doutons pas, d'y faire droit, n

Puisque ni le député ni le u Figaro n ne semblent con-
naître la géographie de la France, nous l«ur rappelons d'a-
bord qu'il y a, dans le Midi, un département u Fiennc h. Et
puis il y a encore la ville française de Vienne (a5,ooo habi-
tants), chef-lieu du département de l'Isère, h 78 kilomè-
tres de Lyon, sur la rive gauche du Rhône. Il est vrai que
cette innocente cité a la malchance de posséder un 11 homo-
nyme » dans la traduction française de rVisn, capitale de
l'Autriche. Il faut don* ou débaptiser la ville française ou
donner un nouveau nom français a Wien.

Puisqu'il y a déjà nne « ^luiro-flochie «,'on pourrait
pcul-étrc dire u Austroboehople ». Avis aux a bochologues u
de France 1

Calendrier rélrosptctil ii la prie guerre

fO mars IDiO. — Comlmls nu Iteichsach.crkopf, dnns les
Vosges. Le sous-marin allemand m V it n cal coule.

10 mais tOiC. — Les fusses, battus près de la forêt
d'Auguslowo, se retirent vers Grtwlno en Pologne.

LE MIROIR DE LA PRESSE FRANÇAISE

, La « Canette » u, à plusieurs rcpiises, lignait le caractirt
fantuisixte el tendancieux, votre mensonger des informations
que lancent journelknient ù travers le monde le* agences de»

Alliés et leurs iluliom radiagniphiqu« de Lyon, Poldhu,
Cornuuon, etc. Pour illustrer ce que valent en réalité ces in-
formations, il suffira de remettre sou» les yeux de nos lec-
leurs, au ;"our le jour, les nouvelles et appréciations pu-
bliées, il y a un an, par la grande prisse parisienne.

10 mars 1M5.

Extraits du « Matin » :

Les Allemands — soixnnte-dix m'i'hons d'Allemands —
sont actuellement astreints a se noorrh* >. pain double K.

Pour comprendre ce que présente cette nécessité, it- faut
avoir vu l'ignominie noirâtre et répugnante que tes Boches
osent encore appeler « pain ». . . C'esl l'aveu formel, irrécu-
sable que kl lamine est venue....

fO mars 1915.
Extraite du « Matin » : ,

____^eg louvellea arrivée» d'Odessa représentent la si-
tuation a Conslantinople omme trèa crUlqae. ta. pnrrique

augmente journellement, les banques transportent liùtive-
monl leurs vuleurs.

L'appel suivant fut fflché ces jours derniers dans les
rues principales de la ville : » Fldtles enfante de l'Islam,
réfléchissez, pourquoi conduisez-vous votre paya ou désas-
tre ? Arrêtez cette guerre qui nous mené a te ruine latnle. n

L'héri'ïer présomptif a esaayé de persuader le Sultan de
partir pour Brousse. Le sultan n'a pnst encore consenti,
mais son yacht est constamment sons pression.

M mars 1915.

Extraite du « Matin » :

____On ne peut pas raisonnablement supposer que les

Austro-Allemands seront jamais en posture plus favorable
qu'aujourd'hui poor défaire les armées rusées en campagne.

Il y a même des chances pour que, dans quelques mois,

l'ennemi soit confiné a le. défensive.
Il faut veiller et attendre.

Mais s«ns nul doute, la ténacilé russe améliore notre
position sur le front ouest, et tel corps d'année allemands
qu'on s'attend à voir revenir sur notre Iront âpres leurs
» victoires u dans l'est seront de bien tristes spécimens, —
si d ailleurs U peut an reTenir quelqu'un. Car tes Busses
vont les avoir Utiles en pièces.

DERNIERES NOUVELLES

Les pertes russes.

Le journal suédois « Dagcns Nyheter D public quelques
renseignements sur les pertes russe* Jusqu'à te Un de
l'année 1916. Les chiffres que le jnurmal « refis d'un
étranger,, de passage en Suède, sont offkirts, mais ne saut
pas publiés en Bussie. Pour la se a la année MH, te total
des morts s'élève s 1,942,610 hommes, c'est-à-dire à pres-
que deux millions I Depuis le euminoecsnest as ta guerre
125,483 officiers ont trouvé la mort, parmi eux 277 gé-
néraux. •

L'enchaînement de 1' n Homm Encnalné w.

Le Président de la Commission tins testais de l'Armée,
M. Clemenceau, directeur de I' « Noniou Iru/utiné », a été
frappé d'une mesure sévère par son s suri s Briaad

Le 11 Tigre i> a publié un article visleusl s La Crise d*
Verdun » où U critiqua l'incapacité du fasrveanemcnt, des
généraux, etc. Le numéro en question • *M confisqué et le
journal du président de la Commission stfaotesiarc de l'Armée
a été suspendu pour une huitaine. La censure » été prudente
cette fois, car dans les u revues de presse n d* feus les autres
journaux les citations de l'article incriminé sot été soigneu*
sèment remplacées par des taches hhnekss f lus ou moins
grandes. On se rappelle que M. Clcmeaeeasi a Ta coutume
d'adresser sa prose défendue en relire privée i ses callegu«e ;
on aura donc probshlement l'occasion de lire cette page, ce
qui n« fera plaisir ni à M. Driand ni à as ttstfe Anastasie.

Grave accident sur met.

La Uaji», l mara 1910.
D'après Lloyds, le vapeur espagnol m Ftuieipe de Asfu-
rias 11 s'est échoué sur un rocher prés de Ban Sébastian.

86 hommes de l'équipage et '■- passagers furent sauvés
par le vapeur fançais « Vega n. 33S psmssgeis et 107 hommes,
de l'équipage ont disparu.

Un vapeur espagnol s'est rendu sur les veux de la catas-
trophe.

GIESSEN

C.hab.n Ernest, Nancy (Meurthe-et-Moselle), infanleri..- 3io.

Dur rai Vincent, Monlauban (Somme), infanterie 3jo.

Waboul Thomas, liouchain (Nord), infanterie 3ao.

Agiotas Henri, Tourcoing (Nord), infanterie i5i.

AbfnCsV, Alger (Algérie), tirailleurs a.

Ahîneloiii, Alger (Algérie), tirailleurs 3.

Aimé Henri, Saint-Hilaire (Vendée), chasseurs à pied

Albert Henri, Ruffec (Charente), rouaves 3.

Allort Gustave, Carvin (Pas-de-Calais), infanterie ida.

Attache, Constantine (Algérie), tirailleurs 3.

Amblard Antonin, Cgllandre (Cantal), infanterie 3i5.

Ambroise Louis-Eugène, La Belle-Dunoise (Creuse),mf. iCa.

Amirel Marc, Urçay (Allier), zouaves 3.

Antoine Adolphe, Nauroy-le-Sce (Meurthc-el-Mos.), eh.iss. S.
Aiuti Jean, Colliouv (Pyrénées-Orientales), infanterie 5i.
Artcz Pierre, Les Rousses (Jura), infanterie 'j.'i.
Archambaud Joachiin, Theiz (Morbihan), zouaves 3.
Arlier Ilippolyte, Altignot (Ain), caporal, infanterie
Auhé Louis-Paul, Orphin (Seîne-et-Oise), infanterie 101.
Aubry Ferdinand, Bois-Gcnilry (llle-et-Vilnine), infant, yi
Aubry Adrien, Chfltcau-Conthïer (Mayenne), infant. ia*.
Audras Arthème, Chazcau (Haute-Loire), caporal, zouaves 3.
Auger Alfred, Pane, adjudant, infanterie 101.
Augor Albert, Houday (Seine-et-Oiec), infanterie i5i.
Auuay Georges, Pans, infanterie 3i5.

Aurillac Edousrd, Marseille (Bouches-dn-Bbône), infant. 53.
Aymard Louis, Limoges (Haute-Vienne), infanterie 1C4.
Ahmed Ben-Dahmeu, Caseblancu (Maroc), tirail. marocain.
Ahmed By-Mokthar, Casablanca (Maroc), UniL. marocain.
Annevat Marcel, Paria, caporal, infanterie 6À.
Abiven Gulven, Plouneisier (r'inistére), infanterie 19.
Abivcn Gulven, Plubenec (HnisUrc), infanterie 19.
Acquitter Jean-Marie, Plousf*edc (Finistère), infanterie 19.
Airault Jules, Celles (Deux Sèïrcs), infantrric 79.
A'udenise Louis, Abilly (Indre-et-Loire), infanterie ifia.
Alirrain Jean, Mormant (Seine-et-Marne), infanterie 3y.
Allante toute-, Ivry-Port (Seine), sergent, infanterie 101.
Allard Arthur, Terimmers (Eurc-et-Loire), infanterie ma.
Amuka Emile, Abancourt (Meurthe-et-Moselle)^ chas.. 5 p 6.
Ameslon Anatole, ChJtcsnj de Cou réelle (Sarlhc), inf. 3i5.
André Félix, Pari», infanterie «1.
Andrf léon, Bénet (Vendre), chasseurs a pied H.

André**)! Dominique, Soleniara (Corse), zousvee 3.

Anneral Martel, Paris, caporal, infanterie 6.4.

Animant Auguste, Vaviucourt (Meuse), infanterie 79.

Aaoût Antoine, Ivry i.Seine), (apurai; rhSKseurs a pied 6.
'Arnaud-CofUn Mrisnure, lîi-arjeu (JthAne), csrpor., inf. ib.

Amiifrné Jostpb, SI llilairv IVesotr* (loi), infanterie ifti.

Andran Hsunêc, [tadonvillicrs (ftnbej, irrfsntviic 3;.-

AMexandi.-, i.ht|» lte-tA..n [toin- tnfer.), inf. «4.

Auffr.-t Jean-ljotrîe.! Ptevi n , n -,. 1, infsn(er> iy.

Aug. r Alphonm, Usmidun ' r> ,t. . ic Soi

Aupiais Auguste, Lavau (Loire-Inférieure.), infanterie 64.
Aurières Diogène, Anii he (Nord), chasseurs i pied 16.
Avtsse Julien, Si-I>f ins-lc-Coudrais (Surlhe), infunt. 3i5.
Bubault Fernand, Clmrtres (l:ure-et-Loire), infanterie 101.
Bachelier Henri, Filienure (Maine-et-Loire), infanterie 79.
Baconnais Pierre, Nantes (Ivoire-Inférieure), infanterie 65.
Bacquaert Louis, Godewncmelde (Nord), chass. a pied 16.
Bajot Georges, Tautounlle (Meuithe-et-Moselle), ch. a p. 16.
Ballet Mary, Houx (Eure-et-Loire), adjudant, infanterie 3iâ.
Uallu Adolphe, Sl-Geoiges du-Ilosay (Surthe), iufant. 3i5.
-£arbau!t Georges, Mon taille (Saithc), infanterie 3t5.
Barlj.iuil Louis, Jcuneux (Cote d'Or), infanterie 37.
Allard Iteuii, Bronzils (Vendée), infanterie coloniale a.
Alleyrac Paul, Villas-d'Aidie (Hautes-Alpes), infant. 35o.
Amelin Joseph, Meyne (Gard), infanterie 35.
André Gabriel, Saint-Paul (Bjuscs-Alpes), infanterie 35g.
André* Georges, Lyon (Rhonc;, infanterie 35.
André Jean, Cuuville (tlànene), infanterie coloniale 1.

Andrei Lucius, alMiseille (Bn|l< h»s-ilii-Rlttjne), infant. 35.

Andrevon PmuI, Sonnay (herej, infanterie coloniale 6.

Archer Baoul, Lyço (Bhfin^j, infaulerie coloniale 5.

Ar^iUs Louis, Azcachon ^Gitoude), infanterie 35.

Arnaud Joseph, Vilhuj d'An ne (Hautes-AUtes), infant. 35g.

Artbaud JusLm. Suuit-Lln nue (Loire), infanterie 35g.

Audlgisr EoulS) Alaie (G.ini), nUanlerie 35.

Abfnhnei'iti J., Si Mi^olatdii-î'ort (Meurlhc-el-M.), inf. 35g

Aiallet Augustin Pnuiaretk (Isère)', infaulerie 35g.

Bacon Kz, St-Pii:iTe-fl-Dneï (Calv.), serg.-major, inf. col. 1,

Bagim AufUttin, sforèeu (i andos), infanterie coloniale a.

Banc I-fon, Mcnurol (Rl.ouel, u î.uittrie 36g.

Barbier JéiCmle; Zuysptene (Nord;, infanterie 3io.

Baidon Auguctiu, St-?auvi-iii-en-llue (Loire), infant. 35g.

Barge Joseph', DaUdé iLoire), infanterie 35g.

Bifflt 1nfl|ltr. Sl-Iionnet-dçs <^uailB (Loire), infpnt. 35g.

Bsrtsnde Jean, Llissaj (Puy de-IV.me), infanterie 9a.

Barreau toeepb, Si .hilien-de*-! andes (Vendée), inf. col. a.

Barrël Claude; Ambierle (Loire), infanterie 35g.

r>;iStculi Anl., Sl-Pierre.-dc-Veuaro (Corse), cap., inf. col. 1,

Batiut Kdousni, BlrùrenS (Vendée), infanterie coloniale a.

Baudiqnun Edouard, Lyon (Rhône); infanterie 35g.

TJa>le Victor, Chantemerle (lihoiu-), infanterie 35g.

ftébin François, Campel (fllc-cl Vilaine), infanterie colon. 1.

Bcdin Simon, Pisios (Landes), infnnlerie 35.

Begei Paul; Paya (Vosges), toueves i.

Bellec Beiiy, KerJoueja (Finistère)'; infanterie coloniale a.

Bellier François, Grenoble (Isère), infanterie 35g.

belluii Etiriiur, Molmo-en Queyrai iHics-Alpe , inf 35g.

A.lelai.de Eugène, Itety (Pas-de-Calais), infanterie a;3.

Andiieux Maurice, Calais (Pait-de-C.), ruporai, infant. ao8.

Andi ni Ihn.plHte, f-rfoisaiiil iCrlo d'Or), infanterie 170.

i 1 •

nfa

AdmI Julien, Lumhm (IV d. Calais), infanterie

Arnoux Arthur Parie, intenterie 1-0.

Arnoux (ieorcea, Ephisl (Vosges), infanterie 170.

308.

Aubcit Léon, Coure il e (Mayenne), infanterie 170,
Auduc J.-M., Vendencsse-les-Charolles (Sa6nc-et-L.), inf. 170
Aulhiei- Paul, Mairies (Aude), infanterie 170.
Aïclvandrc Jean, Frarnbouhans (Doubs), infanterie 170.
Builleul Arthur, Steei'verrk (Nord), infanterie 3io.
Ballagna François, Cane on (Lot-et-Garonne), infant. 373.
Barbey Georges, Lille (Nord), infanterie 3ro.
Bardot Emile, Dijon (Cote d'Or), infanterie 170. ~"
Barrault Eugène, Brucy (Pas-de-Calais), infirmerie 273.
Barrois Raymond, Paris, infanterie 170.
Bayard Amédée, Villers-l'Hôpital (Pas-de-Calais), inf. 378.
Bcnoiton Jean, Montr.iorillon (Vienne), caporal, inf. 170.
Bernion Pierre-Louis, Nice (Alpes-Maritimes), inf. 170.
llertelot Arthur, Gonay (Pas-de-Calais), infauteric 373.
Berthe Honoie, Sailly-la-Bourse (Pas-de-Calais), inf. 373.
Bougnet Albert, Gra\clines (Nord),-infanterie 373.
Iiiache Eugène, >œu-lea-Mines (Pas-de-Calais), inf. 273.
Blanc Louis, Laçage (Tarn), infanterie 170.

Bits Gaston, Annet-sur-Marne (Seine), infanterie 170.
Blondesu Maxime, BclU'fontaine (Juia), infanterie 170.

Bïot Désiré, Motlereau (Eurc-ct-Loire), caporal, inf. 170,

Bodart Louis, Marquise (Pas-de-Calais), infanterie aoW.

BodeUa Jules, Buibure (Pas-de-Calais), infanterie 373.

Roissard Chirles Henri, Montbard (Côte-d'Or), infanterie 170

B-mlila Isaac, Nice (Alpes-Maritime^, infaulerie 170.

Bon m Vincent, Chan^y (Saône-'l-Loire), infanterie 170.

Bonnaillée fisbjs; Spycker (Noi , .nfanterie 373.

Bonnel François, Lois (Pas de Uflajs), infanterie 373.

Arnaud Carnille, Sadiiac (Gii-ondc), infanterie 170.

Ab \.tndrc Louis, Vi 11ers-Allerund (Marne), chasseur-- 05.

Albert Paul, Braisscs (Aude), chasseurs 65.

Abcllé Marceau. Da\cjan (Aude), chasseurs C5.

Aiickx Albert, Boubaix (Nord), infanterie 273.

Ages Auguste, Giaiid-Port-Plnlippe (Nord), infant. ag4.

Alphonse Confc!ant,Aubigny (Nord), infanterie agi.

Arn/nul l'icire, riiune (Hérault), infanterie 35.

Argand M.ti vé, Plerguer (ttle-et-VHaine}, infanterie jgq.

Auiiiiidon Baptiste, Ger?-it (Puy-dc-D^ine), chasscnis C9.

Anpert Charles, S lint-Aignan (Loir-et-Cher), chass. O9.

Adnct Nicaîse, Liulbcs (Maine), infanterie agi.

Aucbier Paul, Sainte-MLiichould (Maine), infanterie jgq.

Baiidchun Ar^i'ne, Glogcou (Noid), argent, Bihas—ors 66.

Bel langer Victor, Calais (IV-de Calajs), infanterie 373.

Rourlet Paul, Paris, chaHHcurs 65.

Boyavat Albert, Hotldain (Pas de-Calai*), infanterie 17^.

Bi liii Eugène, Paroy (Doubs), infanterie 170.

Bloudtdux Anatole, Bosuy-le-Petit (Noid), chasseurs 05.

Beckandt Pascal, Pilgam (Noid), infanterie 3io.

Breton Marcel, Boins-les-Bains (Vosges), sergeul.

BûUbSct Manu?, Beynost (Ain), infanterie 36.

Brunei Achille, Walincourt (Noid), chasseurs 65.

Bley Frédéric, Pans, chasseurs 05.

Boudart Gabriel, Valencn nnes (Nord), chasseurs 65.

Boulogne Henri, Basse-Terre (Guadeloupe), infanterie 170.

Buud Pierre, La Cfitc-d'Arbrex (Savoie}, lsthmttrie 36.
Ben Hoc h Mohamed, Boufah (Maroc), timtïtents m «roc. 1.
Ben Amed Mohamed, Oulleid-si-Afasa gis ses), tir, mai 1.
Beii Amor Ali, Oucd-Oumar (Maroc), tirait, soarocarn 1. _
Bonpon Jean, Monillot (Calvados), csjsssesrss ig.
Bazin Georges, Vuxhanlles (Côte-d'Or), insasatoria 170.
Braiier Louis, Mardeuil (Marne*), cfaassssws Cf.
Bordex Ilippolyte, Pringy (Msrne), infansssis agi.
Bcaumeistcr Gaston, Guise (Aisne), Inlsnkesni ags.
Achard Jean, Clerniont-Ferrand (Puy-oVD.j, ch. a p. a.
Adol Pierre, Lorîent (Morbihan), scrgent-ssiusricr, inf. 65.
Agogué Jules, Avou (Seine-et-Marne), xeniaves 5.
Alarmrtinc François, Ssmur (Ssone-at-Laise), iufant. i >i-
Alibert Marcel, le-sur-Tille (Cdtc-d'Or), skaeasaia a p. 3.
Allah Ben Faddoul, Ftiled-Youseef, tirsisUar marocain 7.
Altain Louis, St-Sébsatien-les-Monte (Lohs-Iaiër.), inf. 65.
Allante Joachim, Kervignac (Morbihan), Inaasiserie o3.
Allard Bsoul, Nantes (Loire-Infér.), seryeett, lal. colou. 5.
Allongue Victor, La Crau (Vsr), înfsateris ts>.
Alluard Gaston, Escrenncs (Loiret), ni Isa séria coloniale 5.
Alluehon Jules, Ourcner-lea-Bourdelt» (Csax), infant. i3i.
Anoian Alarius, Sutrieu (Ain), infaassris sS^.
Auglada Pierre, Maison-Carréc-Alger (Alféns), aouaves g-
Aniaud Henri, Marseille (Bouches-sht-KaAaw), istlant. r49«
Arnaud Louis, Beauvoir-sur Mer (VcncUe), sasanterie g3.
Astorg Jean-Alphonse, St-Parthem (Avcrsasi), usf. col. 5.
Augcard Marie, Yaeures (Indre-et-Loire), ckssa. a pied a.
Auger Pierre, Gerrntgiiy (Cher), caporal, nslaaisssH i34*
Auriol Jean, Salles (Pyrénécs-OrienkoUe), iasastterie 80.
Paillard Mathurin, Saint-André (Euve), lafaatssis o3.
Baland Emile, Moncel-Iex-Luncvillq (U.^l-Msa.), ch. â p. Si
Baladent Robert, Amiens (Somme), câaarss, ishnt. fat.
Balle Jules, Gernellc (Ardennes), intasileric rfia.
Ballestar, Beaumout-de-l'Omagne (T.-cl-C}, sa»., M- So
Balloué P., Boinanèclic-Thorins (S.-ct-L.), ssaf., inf. i3i.
Barbât Marcel, Clennont-Ferrand (Puy-sV».), in/aut. 80.
Barjou Jean, Capelon (Dordogiie), infs»i*fit lo.
Baion Auguste-Picrrq, Seguinièro falaîsie a* L.), inf. i56.
Baron Charles, Lyon (Rhône), caporal, infanterie »66.
Berner Emile, L'Huisserie (Mayenne), chues, a pied a.
liasselière F,., Coudeltcrque-Branche (Nord), aesa;., inf. 3ro.
Bauché Jean-Marie, St-Jean-Brevelay (Msraiaan), inf. f>.
] Baudry Aimé, L'Herbegement (Vendée), serfcul, infant. ■»>
1 Baudry Paul, Pont-de-Planchcs (Hte-SaAs»), serg., inf. 170
j Ravort Jules, Roubaix (Nord), infenisrie ."f.
1 Bergaud Louis, Saturnin (Cantel), ssnssves 3.
! Bernardin Cyriaque, Bambervillers (\osfee), infant.
' Bcrlhoud Michel, Saint-Forgcux (RhAaa), inhnteric-35y
liesse Jules, Commeutry (Allier), ierfsnssrss 4a.
Besset Edouard, Oriol-en-Royans (DrOase), iaJent. 3Jy-
Bcyria Onésime, Puylausic (Gers), iafaaterie «a.
Bicieu Jacques, Sousaans (Gironde), mranssris salon.
Bié Maurice, Paris, infanterie «a.

tA suivre )
 
Annotationen