Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
2

17 Avril 1918

tous les jaurnauœ. Qu'en avais-je dit T Rien qui ne fût con-
firmé par la lecture de toute* les feuille» d'outre-Manche.
Pourquoi m'est-U InterdiL, à moi, spécialement, de men-
tionner des Toits, consigné dans la presse du monde entier ?
On me dira, sans doute, qu'il y a mes commentaires, et la
conscience de mon crime m'oblige a déclarer que, sons avoir
passé au guichet de cogitation établi par M. Briand, j'avais
conçu, et mente exécuté, la folle entreprise d'émettre quel-
ques pensées. An rebours du Créateur biblique, M. Poincurô
vit que ce n'était pas bon, et, d'un signe, me fit rentrer dtuii
la poudre, d'où l'autre avait eu le grand tort de me .faire
■ortir.

« Qu'avais-je donc pu faire pour mériter ce dealin ? Eh
bien I j'avais constaté que c'était la question du service mili-
taire obligatoire qui avail suscité le bruit d'une crise dans le
cabinet anglais. Je voua défie de trouver un Journal où ce
ilmple fait ne soit, en terme» exprès, mentionné.

«Qu'avais-je besoin de dire comme tout le monde, et
d'approuver, sur ce point, comme sur quelques autres, ce
que chacun pense î C'est ce qui aura choqué M. Briand....

h Enfin, m'en élais-je tenu à ce* dires extravagants, qui
ont soulevé la réprobation unanime des antichambres les
plus dorées? Hélas! non. Imaginez que, non content de
porter le trouble dans les Ames d émotions virginales qui
revent si doucement sous les lambris de nos grandeurs,
n'al-je pas commis la folie de vouloir duc mon mot sur une
question que le reste du genre humain a le droit de traiter,
et n'a pas manqué, de traiter, en effet, sauf votre serviteur.
La question du fret, examinée du point de vue français, a
l'exemple de l'unanimité de la presse française, voilà le sujet
■candalcux par lequel s'est laissé tenter ma démente. Cela
■a pouvnit-il tolérer ?

h Sur la matière du fret, qui n'est pas moins importante
pour nous-mêmes que pour nos alliés. l'Angleterre et la
Russie ont pria des mesura» dont le principe n'est pas dis-
cuté, mais dont il parait à quelques-uns de nos industriels
tt de nos commerçants que les conséquences, en certains
points, n'avaient pas été sulnsatnment pesL-es, ils ont donc
présenté leurs observations, en termes excellents, aux
autorités compétonlee, et moi, sans aucune vergogne, |*ai cru
que mon devoir était d'appuyer la défense des intérêts fran-
çais. « Je n'en avait nui droit », comme dit si bien le baudet
de la fable. On me l'a bien fait voir. Y aurait-il donc, en çe
bas-monde, plu* d'ammaux malades de la peste que le fabu-
liste lui-même n'avait pensé?....

« Ce qui me Uai»*e en duute, c'est qu'il n'a point sulfi a
M. Briand de rayer, d'un héroïque trait de plume (car sa
plume est de rature» plus que de lettres moulées) tout ce qui
m'était propre. B*na su lage de destrrretion, le voilà qui
supprime jusqu'au texte d'un ordre du jour voté par les pré-
rtdent* de 99 chnmbres de commerce françaises, destiné a
faire valoir /but» trop justes griefs auprès du gouvernement.

« Je comprend» très bien que l' n Homme Bnchatné », c'est
l'ennemi, pour de» gêna qui ne regardent pas assez souvent
la carte, du côté de Noyon. Tout ce que je me penne ta
décrire se trouve donc condamné, d'avance, quoi que co
putee être____

« Après vingt mois de sacrifices, comme 11 ne 6'en vit
laimaiB, racpdrMne» nous permet de juger des moyens M des
résultais. Eh bien ! l'heure est venue de juger, et ce nest
pas sur des hommes que nous allons prononcer, c'est sur
nous-mêmes, c'est sur la France. 11 est temps d'y songer.
L» peuple athénien était un très grand peuple — le plus
grand de tous encor» — lursqu'il succomba, dans un vertige
de laisser-faire, sous les coupa des Macédoniens. Il fut
avarti, et n'écouta pa.8. II n'en fallut pa3 davantage pour que
s'accomplit la destinée____

n H n'y a qu'un problème : uamere, et ce mot n'a qu'un
sens : faire tourner le dos à l'ennemi. Pour cela, que faut-il T
Qûetouï nos aihes donnent, de tout leurs efforts, avec nous,
conlre les mêmes trunchées, contre la même artillerie. On
ne trouvera pas une ligne de moi qui leur ait fait reproche.
Au contraire. J'ai dit ma donnante en eux, ssm aucune
réserve. Leurs Intentions sont excellentes,- mais cela n'est
que misère, s'il ne s'ensuit un résultat, Nous avons vraiment
donné un assez bel exemple. N'est-ce pas, vous d'Arlois, ds
Champagne, de Verdun ? Vener tous, alliés et amis, il y a

de la place pour voua. Il ne suffit pas d'annoncer l'unité. Il
faut qu'elle apparaisse tangible, vivante. L'heure est trop
grave pour nous contenter de phraséologie. Faiblesses, les
paroles qui ne sont pas suivies d'effets.

ii On ne les sauvera pas avec des mots* dans des décors
de théâtre, avec d'artistiques commentaires auxquels on ne
permet pas de répliquer. On les sauvcin, on nous sauvera,
par des actes, par de la volonté, par la volonté de souffrir
et de se sacrifier, mais de se sacrifier utilement, qui, seule,
donnera le 3uccès____

« Le monde n'est pas seulement une scène de théâtre,
comme disait Shakespeare, puisque les drames qu'on y joue
sont de chair et de sang. D'autant moins peut-on croire que
les dénouements s'y rencontrent d'eux-mêmes, par lo seul
mérite de l'absence ou d'une incohérence d'efforts, grâce a
co Dieu de laieser-faire, dénommé la vetne par M. Alfred
Capus. Non. Il n'y a pas de veine. Il y a faction. Il y a
les hommes qui agissent et ceux qui sont agis. Un gouver-
nement qui jouerait la veine, en croyant la seconder par des
moyens de presse, conduirait un peuple il ne soit où, ou, du
moins, je lui lais l'honneur de le supposer. Mais moi, gou-
verné, je sais, je vois où je ne veux pas que la dérive nous
emmène....»

LE PROPHÈTE INGÉNU

C'est encore une fois Gustave Hervé. Les premières leçons
que la cruelle réalité a infligé a ce fantaisiste impénitent ne
lui onl pas profité. Il persévère. Ne vient-il pas d'écrire un
article intitulé : u Verdun et la fin de ta guerre », où nous
lisons :

'i II ne se passe guère de jour sans que quelque femma
de mobilisi ne me demande, comme si j'étaSs Monsiaur
d° Thèbes : i Quand finira la guerre 7 »

Dans les premiers mois du grand cataclysme, quand on
me posait la même question, je donnais une date approxi-
mative.

Je dois avouer très humblement que l'échéance que
j'avais fixée n'était pus la bonne, pas plus que celle fixée
par le colonel Harrisson, et que, si mes premiers pronostics
avaient été exacts, la guerre serait terminée aujourd'hui.

Pouvais-je me douter aussi, lorsque j'ai vu les Alliés
attuquer les Dardanelles, qu'ils les attaqueraient avec des
forces dérisoires, qu'ils y enverraient moins de 200 000 a
300.000 hommes sur les deux rives des Détroits ?

Pouvais-je deviner quand, en avril dernier, les Russes
s'avançaient à travers les Garpathes, jusqu'au seuil de la
plaine hongroise, et que leur avance allait déclanchor infail-
liblement l'intervention roumaine, que, brusquement, on
découvrirait qu'ils n'avaient plus de munitions, et que, en
quelques semaines, ils allaient, faute de munitions, perdre
le terrain qu'ils avaient gagné depuis 6 mois ?

Pouvais-je supposer que nous commettrions la sottise d»
laisser écraser la Serine, et de ne prendre aucune précau-
tion contre le coup de poignard bulgare ?

Après de pareilles désillusions, allei donc vous risquer
A avancer une date, même approximative, pour la fin de la
guerre ?

Modestement, chaque fois qu'on me pose aujourd'hui la
question, je réponds : u La guerre finira quand nous aurons
usé i'enrwrtii. *>i\) ....

ii II s'agit donc, en ce moment, de leur faire user encore
quelques centaines de milliers d'hommes ; ce sera l'affaire
de quelques mois (I)

Si le kronprinz avait la bonne idée de s'obstiner encore
un mois seulement contre Verdun et d'y faire massacrer
encore 200 a 300.000 hommes, je crois bien que je m s
hasarderais à faire un nouveau pronostic, et à prédire que
la guerre pourrait bien être finie, cette fois, pour la fin de
l'année....»

Ce pauvre Hervé ne semble pas se douter que l'usure est
une arme à deux tranchants et que jusqu'ici c'est l'arme*»
allemande qui s'est montrée la plus dure à entamer. Jamais
duperie ne fut plus cruelle que celle des prétendues « héca-
tombes allemandes n, dont la grande presse française nour-
rit son public 1

TA GllECE VIOLENTÉE

Nous u\ons signalé hier les nouvelles violences dont la
souveraineté grecque *ient d'être victime lie la part de
l'année et de la (lotte alliées qui occupent Salonique et pré-
tendent s'installer peu à peu u à l'anglaise » sur les plus im-
poitantci liée grecques. Le gouvernement d'Athènes a pro-
testé contre l'occupation de Céphatonie, Il vient de rofuser
non moins énergique ment le transport, par Patras et
Athènes jusqu'à Saloniquc, de ce qui reste de l'armée serbe
i Corfou.

Ce refus est fondé non seulement sur le respect de la
neutralité grecque, mais encore sur la crainte légitime de 1»
propagation du choléra, qui sévit parmi les Serbe».

Le droit de transport exigé par les ambassadeurs alliés
serait une nouvlle et grave atteinte à In vie normale et à (In-
dépendance du pays.

On pouvait s'attendre a ce que le légitime refus du gou-
vernement grec servit de prétexte à de nouvelles tracasseries
de la pari des Alliés. Les autorités navales grecque» ont étâ
avisées quo l'Entente pratiquerait avec plus /de rigueur
encore ses perquisitions a bord des nnvircs marchands grecs.
Ces pratiques sont dûment caractérisées même parJa presse
ententophite. C'est ainsi que le journal u Expenni ■ écrit :

« Les puissances nlliées qui onl entrepris de combattre
le « militarisme prussien )), onl adopté une tactique tyran-
nique envers un petit pays, dont la seule joute a été de n*
pas vouloir leur servir d'inslmment passif tt de ne pas laU-
téf dâvurtr.r son territoire. »

PAIN ALLEMAND ET SCIENCE FRANÇAISE

D'après le n Bulletin des Halle» » de Paris, un membre

de l'académie française des sciences agricole» a aoumi» a un
examen détaillé une miche de pain, qui sert de nourriture
aux prisonniers français en Allemagne. Son jugement peut

se résumer ainsi ;

L'extérieur et la composition du pain témoigne d'un»
bonne fermentation et d'une bonne cuisson. L'adeur du p»in
n'est pas désagréable, elle rappelle notre pain d» seigle, ou
bien encore nos pains d'épice. Il ressort de l'analyse chimi-
que que lu composition de ce pain de prisonnier» e»t presque
la même que notre pain de seigle françai». Il semble con-
tenir peu de matières difficile» a digérer. Le mélange des
malrcres employées i it normal. Nous pouvons donc
établir que la quah , pnin qu'on donne a no» soldsts
prisonnier» résiste ù loule critique. La qualité de es pain
correspond ait pnin noir, tel qu'il se mange généralement
en Allemagne.

Voila dbnc un savant français qui démuni les calomnie»
chères à la grands presse parisienne. Il est à noter que seul
le (i Bulletin de» /folle» » reproduit ce jugement, non »an»
ajouter, il est vrai, que 1a miche analysée était itn» dout»
particulièrement bonne (I). Il est bien entendu que es
u soupçon à tout prix » est absolument dénué de fondement.

NOUVELLES DIVERSES

Fils d'officiers généraux tué» à l'ennemi.

Voroi un complément à la liste publiée récemment de»
olficrers généraux dont les 01» ou gendre» sont tombé» su
champ d'honneur :

Général Winckel-Mayer, un fils tué ; général Ranimant,
deux Qls tués ; générât Petecier, un fils tué ; général Hey-
mann, un 111» tué ; général Bunoux, un fils tué ; vice-
amiral Sourricu, un fils tué ; vice-amiral d* Marolle», un
gendre tué ; vice-amiral Arnelol, un fils tué ; vice-amiral
Puech, un fil» tué ; contre-amiral A. Lcfcvre, un fils tué.

Mort de M. Cyprlen Girerd.

M. Cyprien Girerd, ancien soue-aeerctaire d'Etat à l'Agri-
culture, vient de succomher. Candidat de l'opposition »ou»
l'Empire, il avait été préfet de 1» Défmse nationale à Never»
pendant l'année terrible. Il fut ensuite député de la Nièvre ;
il a été l'un des 3C3.

Les opérations des caisses d'épargne.

Voici le relevé de» opération» de» caisse» d'épargne ordi-
naires avec la Caisse de» dépôt» et consignation» du î" tu
io avril 1916 :

Dépôts de fond».............. 839.8as 10

Retrait» de fond»............. a-tofLiSi 64

Excédent de retraita.... 3.368 Î99 54
Excédent de retrait» du r* janvier au ro avril ;
38.985.W4 te. 39.

Deux aviateus» eareenliis.

Un terrible accident d'aviation s'est produit aux environ»
de Nancy. Le lieutenant observateur Malcor, fil» du général
d'artillerie, et le •ergent-major Ancelm, «oeSKrfBeier pilote,
tous deux Agés de vingt-quatre ans, évoluaient waxkmm d»
1» région, pendant la nuit, lorsque leur appareil prit feu et
vint s'animer »ur 1» toi. Les deux malheureux aviateur» ont
été carbonisés.

Navirea coulé».

Parmi le» nombreux navire» coulés ce» jour» dernier»
citons : « GI«n-/tImond u (anglais, 2,890 tonne»). « Sillci-
vtortn-fJntl n (anglais, 4,780 tonne»), « Eatiern-City n (an-
glais, 4,34a tonne»), n Margam-Abbey ■ (anghm, 4,470
tonnes), « Jeannette n (français, ao homme» d'équipage),
« Zajra » (angiai», 3,58e tonnes), a Union* n (italien, 3,367
tonne»), « Elattan n (anglais, 3,800 tonnes).

En outre quelque» navires contratsndîer», appartenant
t des Etats neutres durent Strs coulés

DES PLEURS

Nous empruntons à un journal françaii C« aroinri» fugitif :
Tout d'un "coup — ce qui est très rare, car c'est un tensp»
reculé dan» le passé — j'ai revécu un peu des jour» d'août
1914. J'ai pensé aux deux premières semaine», i quelque
chose que je n'avais encore jamais connu : t» «ihmoe de
Paris.

Péris était formé .^immobile, muet, et dans l*hébé*etnent
06 l'on était de ce c a tari;, no imprévu, je me «ouvicM du
■eul bruit monotone, lugubre, qui veewt couper te «Menée :
la» piaurs da» femmes I

Car chaque jour, »uivant leur data de mobilisation, des
homme» partaient, rt chacun» croyait leur dire le dernier
adieu. Et c'étaient dc< sanglota du haut en bas de la maison,
k cfttf, en face, partout.

Hier, j'ai vn pleurer un» femme, on» qui n'est plu»
jeune, qui vient de vivre la guerre avec beaucoup de
misères, de deuil et de souffrances.

Hier, j«i vu son visage plu» greva, et des larmes couler
doneement aur ses joues.

Eli» m'a dit : « Mou SMri part 1 »

C'est vrai pourtant que la elaese 88 l'en va. Ira-t elle
au feu } Que sait on I

En tout cas, pour la femma jeune ou vieille, c'est la
même déchirement quand l'homme, le compagnon, quilt»
1* foyer.

Qirand ne verrt-t-on plu» ce» larmes anx yeux de»
femvne».... .»

LISTE H° 141 CONTENANT 200 NOMS

(Reproduction strictement interdite)

Les noms en tête îles groupas Hésitent les enflroits où se tnravenl les prisonniers dont les noms suivent. — Le Wai des noms publiés tououjounruiil « suili i aavino 247,900.

Total des prisonniers français internés en Allemagne i 325,000*

Les sentiments humanitaires dont s'inspiré la publica-
tion, dotât la ii Gazette des Ardennea », des noms de*
825,000 prisonniers français actuellement internés en Alle-
magne, n'ont pas été appréciés par tous avec ta mtm* équité.
Que nous importe / Nos lecteurs ne pensent pat de mémt
qu'on le fait dans certaines rédactions star les bouèevardt
parisiens Nous ne laisseront donc pas trauftler l'intime
contentement que nous éprouvons d'avoir pu contribuer à
calmer les tni/urtiwdei de milliers d» famtli** fronçauei,
portant un ranon de pic dans tes foyers tattsés dans la plus
douloureuse incertitude par te Gouvernement français, en
leur annonçant la bonne nouvelle que leur file "était sain et
sauf, se trouvant en cuptivité allemande austi heureux qus
le permettent les circonstances.

La phi pari des prisonniers internés ces-temps der-
niers, ont été faits dans la contrée de Verdun. Le nom-
bre de<i régime-rets figurant dans les listes donne dona

une idée de l'importance des forces françaises engor-
gées dwns ces combats.

MESCHEDE '/WESTF.

[i'nsonmers internes ces temps derniers.)
(Suite.)

Duhem Octave, Wuinghe (Pas-de-Calais), infanterie 1W.
Hardy Victor, Eatry (Calvados), chass. h pied 50.
Léverjue Gabriel, Audricourt (Aisne), chass. h pied 59-
•mfcstoHe Casimir, St-Quentin (Aisne), chass. & pied 59.

L6tienne Celeatin, Quercz (Pas-de-Calais), infanterie 233.
CMitanet» Louis-Auguste, La Telle (Aisne), chasseurs 59.
Ronchon Joseph-Jean, Courbevoie (Seine), cap., chass. 59.
Celle? 'l'iançols, Sin-le-Noble (Nord), infanterie 184.
Dobourj Hrmle, Bulronfo^se (Aisne), infanterie SîO.
'Vsnpevetsgi Louis, Wattrelos (Nord), infanterie 327.
Dncbstel Krançois.^Trescuult (Paa-de-Calais), Inf. 233.
Lelurnc ivJmond, Palluel (Pas-de-Calais), infanterie 233.-
Rolsacit Gustave, Lille, infanterie 327.
BDuqtret GyrtUs, lisscbrouek (Nord), infanterie 327.
Derlo pn Paul, Hazebrouek (Nord), caporal, inf. 327.
Dclion Henri, Caoeourt (Pns-de-Calais), infanterie 268.
Poupe' Geuéttue, Wizernes (Pas-de-Calms), inf. 233.
Lencrir Mphonse, Achiet-le-Grand (Pos-de-C), chass. Ht
Dewici..' Louis, Wasquehal (Nord), chasseurs a pied 56.
{teille Euf«fa*, Ville-s.-Ancre (Pas-de-Calais), eerg., Inf. 238.
Moogat MiJhonae, Bollezuele (Nord), infanterie 327.
Mkbled l.udy, Atre-s.-la-Lys (Paa-de-Calois), Inî. 233.
Dm i,l Marcel, Doriynn;s (Nord), Infanterie 164.
Normand Eugène, Vervins (Aisne), infanterie 1&4
Joseph l: 1 >ort, Pantoise (Scine-et-Oise), infanterie 164
Legeudrc Remy, Petit-Q'njvi\ly|(Selne-Inférleure), inf 164.
Tostenn \lhcrt, Dainville (Calvados), infanterie 184.
Bnelcl \;jncice, Bcrphea fNord), infanterie 310.
Hl-iuuI Mox., Luuifîes (Nord), inlanteiie 327.
Devoa Auguste, Ha.;ebionclî (Nord), iiilanterie 310
Poulain Charles, Boltezelle (Nord*), infanterie 310.
Bons Jules, Lede/elle (Nord), infanterie 310.
Decûnpu un Henri, Hazebrouek (Nord), infanterie 310.

Duthoit Georges, Wainbrechies (Nordi, infanterie S10.
Brnndt Edouard, Dunkerque (Nord), infanterie 310.
Jacquinot Emile, Dunkerque (Nord), infanterie 310.
Goelgheluck Henri, Ussem (Nord), infanterie 310.
Bruchet Constantin, Calais (Pas-de-Calais), infanterie 3J0.
Larchey Arthur, Roubaix (Nord), infanterie 310.
Doudain Moïse, Angre3 (Pas-de-Calais), infanterie 161.
Hopigez François, Angres (Pas-de-Calais), infanterie 233.
Dumoulin Georges, Wattrelos (Nord), infanterie 310.
Gervois Anselme, Auchel (Pas-de-Calais), infanterie 233.
Bette Edouard, Auchel (Pas-de-Calais), infanterie 233.
Oudenoir Edmond, Flcrs-Breucq fNord), chass. t pied 56.
Vcrgntatid Anatole, Chnmpagnerd (Creuse), infanterie 327.
Dounez Julcs-Rémy, Hellemmes (Nord), infanterie 233.
Puis Louis, Paris, sergent, chasseurs h pied 59.
Carpentier Ch.-Joseph, Roubaix (Nord), infanterie 233.
Blay Gaston, Méricourt-stir-Lens (Nord), infanterie 233
Relaut François, Ecourt-St-Quentin (Pas-de-Calais), inf. 283.
Du Catez Lucien, Molighem (Pas-de-Calais), infanterie 164.
Delasstisse Gaston, Drancy (Seine), infanterie 327.
Duval Abel, Paix (Somme), infanterie 164.
Bloquet Alfred, Aix-Nouillette (Pas-de-Calais), infanterie 165,
Dormy Georges, Amiens (Somme), infanterie 12-1.
Lhomme George», Paris, infanterie 164.
Migeotte Edmond, Verzenay (Marne), infanterie 164
Audibert Charles, Marseille (Ilouches-dujRhone), inf. 194.
Coudeville Emile, Dunkerque (Nord), infanterie 316.
Oblcd J.-Bapt., Bourlon (Pas-de-Calais), infanterie 233. ■»
Demeraseman Gaston, Sl-Omer (P.-de-Cnlais;, infanterie 310.
Lncourt Gabriel, Ecueil (Marne), infanterie 161.
Gucrmonprez Ch.-Jos., Dunkerque (Nord),) infanterie 310.
Roux Françoia, Bujaleuf (Haute-Vienne), infanterie 327.
Moment Laurent, Linards (Haute-Vienne), infanterie 327.
Poucham Philippe, Vitry-t-n-Ariois (Pas-de-Calais), inf. 233.
Cournaert Auguste, Pehte-Synthe (Nord), infanterie 310

Gmchy Joseph, Grainbouvilley (Somme), infanterie 161.

Leroy Abel, Fampoux (Pas-de-Calais), infanterie 233.

Lespagnol Jean-Alexis, Givenchy (Pas-de-Calais), inf 233.

Ilarlay Henri-Louis, Rosendael (Nord), infanterie 233.

Deudon François, Vieux-Lourches (Nord), chass. à pied 56.

Coureur Abel, Flera-Brcucq (Nord), sergent, infanterie 310.

Wangerme Léon, Roubaix (Nord), sergent, infanterie 310.

Lemoine André, Reims (Marne), infanterie 16i.

Hunault René, Fontenay-sous-Bois (Seine), sergent, inf. 164.

Leporcq Eugène, Cluf-en-Ternois (Pas-de-Calais!, inf. 2ii.

Delfortie Louis, Linselle (Nord), Infaniene 233.

Vanhooland J.-François, Burbure (Pas-de-Cal.), cap., inf 233

Ricque Jos.-J.-Bapt., Henmes (Pas-de-Calais), înfanleri'- 233.

Richet Louis-Auguste, Maulain (Aisne), infanterie 233.

Latleniand Alfred, Rouboix (Nordi, Infanterie 2ÏS.

Forestier Henri, Mftrcfc (Pas-de-Calais), infanterie E06.

Fanchom Ch.-Pierre, Wunille (Pas-dc-CûlsiS), inftnitcrtc 203.

Bollengièi-e Albert, Lille (Nord), Infanterie 310.

Deblèvre Emile, Secs (Orne), infanterie 208.

Planckc Joseph, Ilombeghem (Nord), infanterie 1:10

Fouillon J.-Marie, An Pratse (Puy-de-Dôme), infanterie 327.

Levau Antoine-Louis, Prerreajont-sn-Lannoia (Aisnv), i«i 164.

. ( t rorwe.J

HAMELN * W.

(Pristniuen

internes ces temps derniers.)
(Suite.)

Dh en in Martial, Bertincourt (Pas-de-Cnlais), infanterie 33,
Roussel Victor, Lcns (Pas-de-Calais), inranterra 59.
Si-hépen» Kléber, Lille (Nord), caporal, infanterie 33.

Morel Gaston, Auchel (Pas-de-Calais), infanterie 33.
Dupont Jules, Festubert (Pai-de-Calais), infanterie 33.
Gayot Raoul, Esiars-lcz-Béthune (Pas-de-Calais), inf. 33.
Gayez Albert, Marquion (Pas-de-Calai»^, infanterie 33.
Frémont Jean, Sarliac (Haute-Vienne), infanteri» 33.
Carrière Emile, Bully-Montigny (Pas-de-C), serg., inf. M.
Hiraut Jules, Licques (Pns-de-Cslai»), aergent, infant. 38.
Coquel Albert, Achiet-le-Grand ÇPa»-de-C.), «erg., Inf. 35.
Hcnnant Octave, Fampoux (Pas-de-Calais), «ergent, inf. 31.
Hiolet Valèrc, Coyecquc» (l'as^de-C.), «ergent, infant. 33.
Viseur Jean, Pelve» (Pas-de-Calai»), infanterie 33.
Savary Charles, Pelves (Pas-de-Calais), infanterie 33.
Grenier Henri, Bousiea (ord), infanterie 33.
Colin Louis, Lille (Nord), infanterie 33.
Marchand Carlo», Vandegiea (Nord), infanteri» 33.
François Casimir, Douai (Nord), caporal, infanterie 33.
Vieret Paul, Sin-lc-Noble (Nord), infanterie 33.
VVattiaux Arcade, Anvin (Pai-de-Calais), infanterie 33.
Dupont Louis, Tourcoing (Nord), infanterie 33.
Hernie Ltfopold, Denain (Nord), infanterie 33.
Freneuil Jean, Bordeaux (Gironde), caporal, infanterie tt.
Dcrumeaiix Joseph, Avion (Paï-de-Calois), infanteri» 33.
Tréfaire Julea, Loos-en-Gohelle (Pas-de-Culais), infant. 3S<

Lenglct Gaston, Kcstinghcn (,Pa»-de-Calais), infanterie 31.

Pynson Arthur, Lumbres (Pas-de-Calais), infsnterie 33.

Lépinc Augustin, Mcntque-Nord-Bécourt (P.-de-C.), inf. 31.

Hermant Louis, Calonne-sur-la-Lyc (Pas-de-C), infant. 31.

Cosleux Emile, Burbure (Pas-de-Calais), infanterie 33.

Hugot Louis, Avion (Pas-de-Calai»), infanterie 33.

Defvret Marceau, Avion (Pas-de-Calais), infanterie 33.

Lecointc Louis, Marquise (Pas-de-Calais), caporal, inf. 33.

BfcQO Henri, Atliie» (Pas-de-Calai»), infanterie 33.

Bridonx Henri, Hcsdigucul-lcz-Béthune (P.-de-C), inf. 31,

Maillard François, Nccux-lea-Mines (Pas-de-Culai»), inf. 33.

Patin Jules, l'ont-de-Briques (Pas-de-Calnis); infanterie 33.

Taillez Denis, Ghlin (Belgique), infanterie 33.

Saurage Henri, Lens (Pas-de-Calais), infanterie 33.

Pruneau François, Mazingarbe (Pas-de-Calais), infanterie 3t.

Ediné Paul, Lommc (Nord), infanterie 33.

Six Edmond, Roubaix (Nord), infanterie 33.

Deprez I nuis, Rounoy (Pu-de-CaUi»), infanterie 33.

Calez Raymond, Quarbei que (Pas-dc-Cnlm»), capor , inf. 31.

Josehim Désire, Lille (Nord), infanterie 33.

Vaubant Louis, Hem (Nord), infanterie 33.

Dolun \uguste, Lapugnoy (Pas-de-Calais), infanterie 31.

Dcroo Emile, Morbccqtie (Nord), infanterie 33.

Pillard Raymond, Bordeaux (Gironde), infanterie 33.

Pruvosl Georges, Roubaix (Nord), infanterie 33.

Frémy Emile, hcl-les-TTameaux (Pos-dc-Calals), infant 33.

Tirant Toussaint, Epinoia (Paa-de-Calai»), infanterie 33.
Boyes Julien, SoUy-l'Arbret (Paa^ie-CalaU), infanterie 3)
Dhenin François, Hcnin-Liétard (P»»-de-C»lais), infant. 33.
Bouet Gustave, Maran» (Charente-Inférieure), infant. 33.
Môrandet Eugène, La Queanoi» (Nord), infanterie 33.
Clarand Françrj^», OradoTir-tur-Obane (Mie-Vienne), inf. 33.
iWicqwart Auguste, Nceux-le»-W!ne» (PB»-dc<Wois), inf. 33.
Corrdette Raoul, Boulogne-aur-Mer (ï'»»-de-Ca4»i»), inf. 33.
Ooulon Lou4», Haublin-lea-Prea (Pse-eV-Calat»), inf. 38.
Mellard Louia, Famechon (Pn-oVCasass), iafanverte 33.
Troy Jule», Doorge» (Pas-aV-Ca4ais), cmçmà, infant. 33.
Bernard Augustin, Boiry-Notre-D»me (Pa*-de-C), isf. 33.
Raiin Jules, Agoy (Pas-de-Ca»a»), caporal, infanterie 33.
Mouton François, Len» (Paa-de-Cadeis), infanterie 33.
Lahaye Henri, Vieilla-Egliie (Pas-de-Calaia), infanterie 33.
Hillaire Jule», La Rochelle (Charente-Inférieure), inf. 33.
Matelin Constant, Liévin (Pas-de-C), »ergcrU-major, inf. 33.
Fana» Jule», Elincourt (Nord), «ergent, infanterie 33.
Touyarou Léon, Pau (Beasos'Pyi'éacea), infa-nscrie 13.
Blolliau Henri, Auchel (Pas-de-Calais), sergent, inf. 33.
Hanaut Léon, Lambres-Iex-Douai (Nord), sergent, inf. 33.
lu !> a ni Otfhtve, Eeourt-Sl-Ouentin (Psw-de-C.), inf. 43.
Peoquerir Aléa:., Vlllers-les-Genioourt (Pas-de-C), inf. 33.
Nicq Marcel, Récourt (Paa-de-Calais), infanterie 33.
Bruge Jules, Ectrnea (Pas-aejQata»»), infanterie 33.
Poulain Ovide, Bazinghen (Pa»-de-Calai»), infanterie 33.
Pouchain Raph., Armcntière» (Nord), sergent-major, inf. 33
Leblonr George», Angoulème (Charente), infanterie 33.
Ligncirux Paul, Gouvieux (Oise), infanterie 33.
Bailly Jule», Gouin (Pas-de-Calnis), infanterie 33.
Dnnglcterre Lonis, Rumaueonrt (Pai-de-Cahtis), inf. 33.
Deloffre Moïie, Scourt-St-Quenlin (Pa»-de-C), cap., ii»r. 33.
Lequine Emile, Agnete (Oi»e), infanterie 33.
Lcmaire Julien, St-Aubin-sous-Erquory (Owe>, infant. 33.
Pagnoux George», Cognac (Charente), irrfarrterle 33,
Jourdin Narcisse, Cognac (Charente), infanterie 33.
Leleu Eugène, La Neuville-Roy (Oise), infanterie 33.
Lenclein Jean, Paris, infanterie 33.
Lemaire George»-Albert, Fournivsl (Oise), infanterie 33.
Pont Jules, Villers-l'Ecagnicourt (Pas-de-Calai»), infant. 33.
Gautier Edouard, Pauillac (Gironde), infanterie 33.
Brcau Jean, Soussnna (Gironde), infanterie 33.
Guyoens Victor, Roubaix (Nord), infanterie 33.
Robiquet Joseph, Frémicourt (Pai-de-Caloi»), infanterie 33.
Vandevoorde Cam., Gilwctew (République Argent.), iuf. 33.
Marid Maurice, Snully-1'Arbret (Nord), infanterie 33.
Bernard Gaston, Liancourt (Pa»-de-Cnl»ii), infanterie 33.
Lc»nge Léon, Grnincourt-lè»-Havrincourt (Pas-de-C), inf. 33
Bremer Jean, Combaii (Charente), caporal, infanterie 33.
BeauSM Jule», RIVMU (Dordogne), infanterie 33.
Brouillot Arthur, Dignac (Charente), infanterie 33.
Gauché Maurice, Pari», caporal, infanterie 33.
Gouavrigne Charles, Sort (Undes), infanterie 33.
H but Guston, St-Mortin les-Boulogne (P«s-de-C), inf 33.
BarAre Charte», Orthei (Bo»se»-Pyrénéea), infanterie 33.
Hamy Maurice, Calai» (PaB-dc-Cnlais), caporal, infont. 33.

(A suivre.)
 
Annotationen