Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
O A 3 E X •

ABOENNE!

19 Jlnvt«r1,m

la Situation polltip et socîaïs Sa ta France

« Union sacrée [ a

H. Clcmcn lmii- ayant cru devoir rendre, dernièrement,
tu général G.illknl l'hommat'C de son approbation, 1' « Ac-
tion Françoise n apprécie te fait en ces terme» pittoresque» :

k Le parfait comédien, dont la nervosité sénilt reçoit
Ici, depuis dus.-pt moi», des correction» moins dures que
celles que les événements lui prodiguent, M. Clemenceau,
affectait mardi soir d'accorder une approbation bruyante
aux fermes paroles de M. le général Galliénî. Nous voyons
par le « Temps » qu'en descendant de la tribune, le ministre
de la guerre a reçu « les félicitations de ses collègues et des
« sénateurs u et que « M. Clemenceau le premier » alla a au-
* devant de lui pour lui serrer les mains ».

«Je conseille ii H. le ministre de U Guerre de se moîior
des étreintes de cet animal, a

Plu* loin, loujonn A propos de M. Clemenceau, 1* « Ac-
tion Française n parte dis :

« ses calculs plus sordides qu'atroces et dont la sottise

insigne, passe encore, à mon sens, la sordiditê autant que la.
niaiserie de M. Clemenceau dépasse son indignité,,,, etc. *
Sacrée union I

Le « Tigre » rugit.

M. G. Clemenceau adresse au gouvernement, dani
I" « Homme Enchaîné *, une de ses pbilippiquea coutu-
mières : _ '

«Depuis seize mois, les* ministre* - ne Tout ont eptrgni
ni dSeeurs rri premessesv sa m autre résultat que de la per-
manence de dscepUeu* dans les déeninetrom.

« M. Vivian* nous a blasé de déclamations, M. Mîllcnmd
nous a prodigue"; en des ternies "formels, toutes les assurances
qn-'il était ri-soïu -a ne pu tenir, et M. Briand, descendance
dweete du serpent de la mère Eve, a gracieusement enroulé,
autour d'une pensée absente, le* onde» multicolores de ses
nonchalantes mélodies. Les Ohambm commencentkl juger
que-ce n'est plus le tempe de ces jeux. Les Allemands «ont
à Noyon, quoi qu'ait pu croire la stupéfaction de M. VTriani,,
lorsqu'il fit auTjpjïmcr par sa censure le simple énoncé de
ce-fait, dont la puWicatfon lut parut-trop hardie.

« Oui, les Clismbre» commencent ù comprendre, asser
tardivement, qu'elles ont autre chose à faire que de s'ar-
rêter, bouche bée, aux prestiges des « artistes a qu'au son
de son orgue de Barbarie M. Pomcaré fait virevolter avec
tant de* charme, pour la joie d'une presse amie.

u ITa sont la. en effet, une bonne deimVdoiiztlne dacrl-
vahrs wns-ptiMHe et dé primeurs BBesTeix, dont la fonction
est de faire rerte^e aux trinrnphfctrnrr en espéranre qne nom
délègue irerre Cé$arfeay pour nous annoncer qVil nous d«n-
ner*, dune un avenir imprécis, le» satisfactions de patrio-
tisme -en action que- noua avons trop de motifs de réclamer
pour aujourd'hui. Sous les tapisserie* de l'Elysée, cet mes-
sieurs, sont h La France», car ils Ont reçu de l'auguste décret
d'une Divinité, déchu jusque dans l'appareil encore
fTamfcant du culte officiel (C'est évidemiment-de M. Pbinearé
qnrtl s'agit. — La-rrrVI.-), le pouvoir déprimer les pensées
du poopie frnnçaie, en-, perpétuelle admiration* am extra-
vagances du pouvoir personnel, et en indicible mépris, noua
dit-on, pour les efforts du Parlement, empressé a. fournir
de» moyens de victoire ù 1» technicité de nos stratèges... »

Contre le parlementarisme.

■ Antiparlemenlariste autant qoe M. Clemenceau est1 periemen-
taristc », Ifi. Delafosse, députe, érrit d*ns 1' « ■ Rtho de Pan* » où
u's'eMeees rte .démontrer ose tout le mai de la Fnnee vient de
tes parlementaires. ETowiloas-le :

« En voici un notable exemple. C'est la questson des em-
busqués. On sait ce qw*etle a-fait couler deaere et auscilé
de polémiqees. Il y avait cependant un moyeu bien simple
de la résoudre : calait * frapper nen pas l'embusqué, maie
l'embusqueur. Il fallait déférer au conseil de guerre et frap-

per des peines les plus se\é,i03 le chef ifiiHtai-e qui se frirait
l'instrument de cette BUpci chérie. . On ne l'a pus bit, parce
que derrière l'officier embusqueur on eût découvert le poli-
ticien, sénateur ou député, dont la .recommandation a\ait
prévalu contre le devoir, et ce sont des procès qu'on ne fait
pas lorsqu'on relève du Parlement. Regardez uutoiu- de
vous : tous les abus, tous les scandales dont s'émeut le
public ignorant et candide procèdent de la même couse
(suit un large coup de ciseaux de la censure I). •

La Convention coupait rageusement la tète de tous les
suppôts de Pitt et Co bourg. Elle immola ainsi force inno-
cents.! Aussi ne demundû-je pas qu'on l'imite. Mais j auiaia
vouhi (pie notre gtmvïmemont eut quelque chose de son
cxallalion patriotique, et j'aurais \u sans rogrcl pénétrer
dans ses conseils un Saint-Just qui fût honnête homme. »

COLIS POSTAUX

FOI LES «B M GUERRE IiiTM EH ALLEMA8KB

Les autorités militaires allemandes oui de nouveau porté
compte des désirs exprimés par les habitants des départe-
ments occupés. Elles leur donnent la possibilité d'euvoyer
des colis poettux à leurs parents internés en Allemagne
comme prisonniers de guerre-. Bien que la poste militaire
soit surchargée par les cnvotS'oS*-, militaires allemands, elle
a trouvé moyen dé répondre autant que possible aux désirs
do la population française. „

PRESCRIPTIONS

concernant les enrefs de coïts- postaux dw territoire occupé
aux prisonniers de guerre internés en Allemagne.

Les personnes qui désirent envoyer des colis sont tenues
d'observer minutieusement les prescriptions d'envoi, autre-
ment ceux-ci ne pourront être acceptés. ^

i* Chaque famille a le droit d'envoyer une fois par moia
un colis h un parent prisonnier de guerre.

a' II est défendu d'envoyer dans ces colî» :

a) de l'argent,

b) des objets se gâtant facilement ; des. objets combus-
tibles ou fragiles.

Le poids de* écris no devra dépasser 5 kilos. Des envois
dé valeur ou recommandés sont inadmissibles*.

3* Chaque paquet devra contenir une liste des objets
avec les adresses exaetes dit prisonnier et de l'expéditeur.
Touts autre communication écrite est défendue.

k* Chaque colî» devra être accompagné d'une carte
d'envoi- jaune du service postal intérieur. (Ou pourra se
procurer ces cartes d'envoi auprès de la Kommamtantiâr
du lieu ou de l'étape, ou auprès des autorités daignées-par
1» • Kottrma n ctéirsuTï)

Le coHa ainsi que la carte d'envoi devront porter, —
écrit à l'encre — :

a) l'adresse exacte du prisonnier ar:c indication du
cnmp de prisonniers,

b) l'adresse de l'expéditeur,

c) l'indication suivante, écrite en allemand ou- en
français de la in«m de l'expéditeur :

» Enuoi de prisonnier de gverre t A part la liste
des obj'elf, le colis ne contient aucune communi-
cation écrire ! ■»

d) Le» eiwcis devront éfre délivré» nen fermés auprès

de la Kbtnnrsrtdanrur du lieu ou d'étape. Ceile-ci
examinera le contenu en présence dC leXpédîtcur-on
. de son mandataire, ensuite les envois devront être
solidement emballés.

e) Les colis seront expédiés gratuitement. En cas de
perte ou d'endommagement du cohi il ûe sera
accordé aucune indemnité.

échos D'.angleterre

A la Ghambre de3 Communes.

Voici i. i court résumé des discours qui ont précède
l'adoption en seconde» lecture du projet du service obliga-
toire,

M Griffith, libérai, a dit :

« \ l'heure actuelle il faut mettre de côté toutes les tra-
ditions de parti et n'avoir en vue que les intérêts de la
patrie.

« L'Angleterre combat toujours" pour son existence; le
péril n'est pas encore conjuré. Les hommes qui seront ap-
pelé» par la conscription sont nécessaires pour délivrer
l'Europe de la tyrannie allemande. »

M. Asquith a adressé un suprême appel à la Chambre :

h Je déclare solennellement à la Chambre et air pnys, en
mon uom et aa nom du cabinet tout entier, que si la loi
n'esli pas"votée; noue n'aurons pas le* hommes nécessaires
pour jouer notre roU'idans- lo pOursuile de la guem. Je ne
dirai pas que- cctle loi décidera-de la victoire1 ou de la défaite.
La victoire ou 1% défaite dtqundant des mille cou (infime es
dont li Providence seule a le secret. Mais - .us cette loi, nous
ne serons pas en mesure de remplir nos obligations envers
notre pays et envers nos alliés. »

L'orateur a encore souligné :

i) Le bill ne servira pas de premier pas vers la conscrip-
tion universelle (?).

a) II ne servira non plus d'instrument poux introduire
la contrainte dans le monde de l'industrie. {Tiens, tiens 1).

Et prudent M. Asquith ajoute :

a Jamais le gouvernement, en proposant le bill, n'a
songé i fournir soit, nus putrone, istC auds<ouvriers, des
armes nouvelles polir dos lutte» industoieiius intestines. Le
gouverneaneBt.s'eugage'à faire, an moment de 1» discussion
des articles, tous ses efforts pour sauvegarder les 'intérêts
des patrons et ceux des ouvriers. »

L'opposition de Sir John Shnon est qualifiée de considé-
ration aeadénllque1 :

h Après avoir reconnu qu'à l'heure achictle, nous de-
vons concentrer toutes nos énergies pour 1s lutte contre
l'Allemagne, air John Simon s'est -lrvré> à ues con sidéra lions
purement académiques au sujet de la supériorité du volon-
tariat militaire sur la conscription. C'est fort bien. Mais
nous ne sommes pas en temps de paix ; nous sommes en
temps de guerre, et d.uis une guerre qui met en péril notre
existence nationale et nos idéals. u

Après M. Asquith c'est M. Henderson qui parle en fa-
veur du bilT :

« Les travatllUtcs eus-mètues appliquent dus mesures-de
contrarato toutes < le» fois* que les " intérêt*" de. leur «luise et
de leur métier l'exigent.; il» no doivent dose, pas s'y refuser
lorsqu'il s'agit dcl intérêt nutionak,

« Or les autorités militaires réclament des combattant*.
Les petits peuples comptent sur la victoire de l'Angleterre
pour les sftUA-er de la dumirmrinn allema.nie ; nos alliés em-
ploient toutes leurs ressouroee^en conabattanls et en argent ;
ils endurent des souffrances autrement grandes que lea nô-
tres. II non* imtombe- dorro cKemplo«er Inutes 'noa resseuraes;
par conséquent, votée le bill,. qui encouragera les alliés.
Rompant avec nos vieilles traditions, nous leur prouverons
que nous summ^s d^-nb^ à a;?ir- ; etia lour remontera le
moral et hâtera l'heure de la< victoire. »

Après un discours do M. Pringla, M". Swetlen, travail-
liste, demande le rote nominal. Le résultat lînal de la
séance est connu:

Les mineurs et la conscription.

Plusieurs syndicats de mineurs se sont déclarés contre
la conscription, entre autres ce«ae de Derby et du Pays de
Galles.

Une conférence des délégués des fédérations de mineurs
du smi du Pays de Galles a eu lieu mercredi, à Cardin*.

Elle s'est prononcée, par i64 voix contre 83, contre le
projet de conscription.

Plusieurs délégué» ont été d'avis de déclarer une grève
générale de protestation sans plus ample discussion, mai»
par une motion votte par rag voix contre loq, la conférence
a décidé de retarder la grève jusqu'après une consultation
de tous les mineurs du Royaume-Uni, en vue de s'assurer
de leurs sentiments à l'Égard de la grève générale.

k Lents, maie entêtes-». ,

M. Lloyd George a fait à un rédacteur du a HoicM/^i/
Stovo » les déclarations suivante»' :

« Dites en mon nom que l'Angleterre se montre nnset

résolue qu'au début des hostilités, peut-être plus encore. Le
Anglais ne se distinguent pas par !.. rapidité. Ils sont lr*ai-
mais, par centre, entêtés. S irs ont déridé de IïïUct j ,
bout, il* ne s'arrîteronl pas. n

L'entretien porta tout naturellement sur In durée ifet i>
guerre. M. Lloyd George exprima l'opinion uuYik peurtsil
encore durer deux an», en quoi il est d'aceoid avec la*»
Kitehener.

Vous avez bien lu : « La guerre pourra enflure deter
deux ans. * C'est déjà moins que les vingt ans^auuanrè» jrtf
Churchill, tout de même en France on fora bim-dten-tenir
ces paroles de Lloyd George.

Question* indiscrètes.

Dan» la séance de La ChsunJjae dam Communes où 1. „
vota le bili militaire, le membre libéral sisr ConvKais ■
mandé à M. Asquith si le général Joffre-, dnzaneisaiùnvni^
visite en Angleterre* n'.mr-nt pss ! ait -ccriiim.'s- oi,se*vstioas
au sujet des opérations de* alliés en> Orient, et juaqw'&qasvt
point ces observations auraient été appliquées par-k- ajuam
vernement.

M. Asquith déclare qu'il ne peut pss répondre.

Epilogue au desastre des Dardanelles.

Lfemirauté anglaise n'a pas publié l'endroir on Be-vnh-
seau de guerTe n ffrimovri Vît n a covlé. On l^ippaend" av-
jcrarcrtitii par un srtMe des a Duily ftws u que fa censete
n'a pas remarqué : c'est aux Dardanelles, prèrds GâlljjjsM,
que le bateau a péri. C'est une noirvertv ilrnsirttiox earacté-
risliqoe de" la ftenent* phrase : « L'étaruarroni a* la pies-
qulns de OrMiriofi s'ett terminée arec un- snerfis compler» (0

Les Pactes se- rorwpent

■ du U jaeetnr loi- ligeee
plume beige. «Oa* art rai • asvaetem» Itw
i que Isa teetetw» de* « Al]w* proteotmirs-1 ont proéct»
•o Balsmue es-voulant (oreer !• gttiiwrncinBtrt-boi;;!! a se rrliiera»
pacte de Loedre*. — La Réd.)

La presse étrangère nous apporte toute usa* série d*
nouvelles, il parait qne le gouvernement d« llavre- tuerait
décide" de ne pas adhérer a le>-Convention, de Londres,

Un mùuetrrid'Etat beige, délégua» à Londres, y a rlécttré
au nom de son gouvernement q*e la iMeierwev wsal asm
' fait et qu'elle ne pouraU prendre 1'engngcincnt de faire et
conclure la para du consentement de tous les Alliés.

Les sentiments humanitaires dont s'inspire la publication, dans la « Gazette des Ardennes», des noms des 285,000 prfâonniërs français actuellement internés en Allemagne,
n ont pas été appréciés par tous avec la même équité. Que nous fmporte ! Nos lecteurs ne pensent pas de môme qu'on lé fait dans certaines rédactions sur les boulevards parisiens* Nwi*» ne
laisserons donc paa troubler l'intime contentement que nous éprouvons d'avoir pu contribuer à calmer les inquiétudes de milliers de familles française^ portant un rayon (fe joie- dans les foyers
laissés dans la-plus douloureuse incertitude par le gouvernement français, en leur annonçant la bonne nouvelle que leur fils était sain et sauf, se trouvant en captivité altornande aassi h*urensT
que le permettent les circonstances.

LISTE N° 10© CONTENANT 350 NOMS

(Reproduction strictement interdite)
Les noms en tête des groupes désignent les endroits où se trouvent les- prisonnier» dont les noms suivent,
lie total des noms publiés jusqu'aujourd'hui se monte à environ 231,750. — Restent à publier environ 53,350 nom»

MUENSTER '/Westf.

(Suite.) ,

Tigroin Prudent, St-Puits (Yonne), chasseurs 61.
nrrchaiit Eugène, Relanges (Vosges), ehasseurs-61.

Troel Joseph, Carré-les-Tombes (Yonne), chasseurs GO.
Villemot Henri, Leuchey (Haut«-Marne), serg., chaes. 11. -
Vinoeat Victor, Cbatons-sur-Manie, caporal, chasseurs 61.
Vincent Français, Deauhev (Loiret), caporal, chasseurs 60.
■Vlffer Charles* Anchenoneonrt (Hte-Saône), cap., chass. 61.
Bourgeon François, Pont-de-Vaux (Ain), cap., chass. 61.
Aatkio Faustin, Algues-Vives (Ariège), infanterie 1*.
Aavray Marcel, Petit-QueviUy (Sèlne-Inférieure), inf.-28.

Bachelier Marcel, PelU-Quevilly (Seine-InL), cap., inf. 24.

Balty Lucien, La GOte-St-André (Isère), cap., infanterie 158.

Bardu Jules, Lathus (Vienne), infanterie 68.

Baxtange Louis, Poisay'(Seine-et-Oise), infanterie 24.

Barrois Jean, Pont-Cherry (Isère), chasseurs a pied 3.

Bataille Alfred, Paris, infanterie 24.

Beillard Georges, Croiay (Eure), infanterie 28.

Bolache Eugène, Romsinville (Seine), infanterie-24

Beladidi Laoussin, Tizi-Ouzou (Algérie), tirallL alg. 5.

Belm Gabriel, Billy-les-Chanceaui (Cote-d'Or), chasa. 3.

Ben Ali Smain, Masagran (Algérie), tiraill. mttr. 1.

Baslard Albert, Bonniùres (Seme-et-Oise), infanterie 24.

Btlîmrd Lucien, Rouen (Selne-Inf.), Infanterie 24.

Btnet Justin, Haute\ille (Cote-d'Or), infanterie 174.

Blanchart Marcel, St-Ciergues {Hte-Mame), chass. à pied 10

Blond Henri, Angers (Maine-et-Loire), chass. à pied 10.

Hondel Henri, Vernon (liure). infanterie 24.

Bonlesteix Jean, Angouleme (Charente), infanterie 68.

Bec Mohamed, Lachmi, Casabianca (Maroc), tir. mar. 1.

Bouveret Séraphin, Fleurey (Hte-Saône), chass. à pied 3.

Branchard Alphonse, Le Havre ÇSeine-Inf,), infanterie 24.
. Brétonoujr Jacques, Saulge (Vienne), infanterie 68.

Brigand Aristide, Mosson (Côtc-d'Or), chass. & pied 3.
Brigand Henri, Nirey (Cûte-d'Or). cliaas. a pied 3.
Buisson Marcel, Evreux (Eure^ infanterie 28.
Canu Henri, Honfleur (Calvados), infanterie 24.
Cavelier Louis, Elbceu^fcVlne-Inf ), serg., infanterie 24,
Châtain Louis, Mont rouge (Seine), infanterie 216.
Chauvel Auguste, Plenée-Jugon (Çotes-du-Nord), chass. 3.
Okevalier Auguste, Luneray (Seinc-Inf.), infanterie 24

Corp Louis, Comps-la-Granvllre (Aveyron), inf. 9T.
Coulon Octave, Yervitle (Seine-Inf.), infanterie 24.
Couzot Paul, St-Hymer (Calvados), infanterie 28.

Cré\on Charles, Bernay (Eure), infanterie 24,
Cudorge Emile, Garehes (Seine-et-Oifle), zouaTes 4.
Dagorne Albert, Bouaffles (Seine-et-Oise), cap., int tk\
Danois Ernest,-Garennes (Eure), infanterie 28. ,
Daragon Emile, Drocourt (Eure), infanterie 24.
David Robert, Paris, infanterie 24.
De la Hoalière Maurice, Etretat (Setne-Inf.). iaf. 84.
Deregnaucourt Emile, Coutiches (Noi-d), infanterie 24.
Denis Achille, St-Germain-en-Laye (Seine-et-0.), int Ct
Dhondt Gnstave, Paris, chass. a. pied 3.
Ducloux René, Sl-Savin (Vienne), infanterie 68.
Dufsrjr Pierre, Soltevilie-les-Rcuen, infanterie 24.
Duhamel Henri, Roubaix (Nord), infanterie 28.
Durand Lucien, Vîlly-le-Moutier (Côte-d'Or), inf. 274.
Esprit Georges, Giey-s.-Augon (Htc-Marne),_chass. à pisjl L
Ferrant Gustave, Paris, infanterie 68. '
Fioax Charles, Corgolain (Cote-d'Or), CRasa. à pied 1
FraUchet Henri, Elbœuf (Seîne-Inf,), infanterie 24.
Fngoult Ernest, Brix (Manche), infanterie 24.
Gabillet Jean-Baptiste, Cusaay (Inare-ct-Loire), int tW
Galloyer Ernilien, Seeaux (Seine), infanterie 24.
Gantin Léon, Epinal (Vosges), chasa. a pied 3.
Gardcmhas Florentin, St-Aubin-le-Coteau (Seine-Int), bat BV
Garet Joseph, Rouen (Seine-Inf.), cap., infanterie 24»
Gohanne Jules, Nolre-Dame-du-Hamol (Eure), chass, à a, t.
Gérard Adolphe, St-Dié (Vosges), chass. A pied 3.
Giot Henri, Marigny (Manche), infanterie 28,
Gosse Htlaire, Rocquemont (Sclne-Inf.}, s.-off., Int M.
Grenier Jules, Pont-Audemer (Eure), infanterie 24.
Guèdés Hervé, Lanvéoc (Finistère), inranterie 28.
Gérard René, Chaumont (Hte-Marne), serg., chasav à pfe< t,
Guénard Charles, La Ferté-a.-Aube (Hte-Maine), chass. t.
Giiérard Gaston-Edmond, lîlbceuf (Seine-lnt), inf. BL
Guérin Auguste, Moiicoutant (Deux-Sèvres), infanterie 68.
Guillaume René, Vire (Calvados), infanterie 24.
Haubert Raymond, St-Aubin-dn-Thenney (Eure), int Bl
Hébert Emile, Elbceuf (Seine-Inf), Infanterie Mb
Hervieux Marcel, Brionnc (Eure), infanterie 28.
Houart Joseph, Ambres-Mesnil (Seine-Inf.), infanterie 9L

(A suivra.)

SENNELAGER ' Westf.

(Suite.)

Roussel Alexeuidre, Chantilly (Seine), infanterie 228.

Rousssi Alfred, r*ogent (Hte-Marne), infanterie 16».

Roussel Gustave, Hautlauvray (Seine-Inférieure), infant 74.

Roussel Henri, St-George-le-Gauthitr (Sarth«)H infant terr. V

Roussel Jules, H«<m (Nord), infanterie tsmtorimto t,

Roussel' Maurice, M«n:q*eB*B»oiujl (Nord), infanterie 14k

Rouassls* P4«rr*y Paris, infanterie 19B.

Rousselot T^jcwo, Paris, infanterie 117.

RousesJie Char4s«, PïtxJames. (Oiss), brigadier, tu-tUerle 41

K Hier Mari us, Bomuorea (Paa-de-Ca«us), infant ter. 4.

Rouveloux Josoph, Condat (Hte-Vionr.el, Éafanleri» MB

Roux Antoine, Reuen (Seone»Inférietire), aerg-maK inf. 74.

Rosi Klifl, St-Ptrînin (Hautes-Alpes), infanterie 19»;

Rouseel Jean, St-Meent-Bains (lUe-et-Vilains), infanterie 41.

Roux Louis* Couseac-Bonne val (Charente), infanterie 250.

R«T Pierre, Champon (*Ji„,r«), infanterie 4,

Roy Charte, Colombe* (Sesne), artillerie 4*

Royans Louis; LoogusUu (MorWion), infantferia 282.

Robes» Antottr*, Parla, jcianterie m.

IRnssteà MaihurU, Pleing (COtee-durNoru), infanterie il.

JRcmt Bmtkk, Onnaing (Nord), infanterie 148.

RolBar Mareet, Poitter» (Vienne), infanterie 1.

Rbhuyc* Jean, Lagonna-Denula» (Finistère), génie terr. IL

Rund P*ot, Parts, infantsrts territoriale 2tt

Sahout» MonkiArd, Djidjelly (Constantine), tirailleurs t

Bacnran Emile, Bordeaux (Gironde), infanterie 16.

SeanlhoBe Jute, Glageon <Nord), douanier;

SesnUiulUe Jute, Gtegeon (Nord), «xtîllsrta.l.

Batet-Maurte André; Vio-Pereuyae (Gère», infanterie 88.

Geins» Oscex, Grouy (NbTd), infanterie 14S.

Salem Ben Mohamed, Dont Caled (Tunisie), uruflleure t

Salon» Lon», Lille (Nord), sergent, sectiosi L

Samseo Louis, LambaUe (Cdtes-dû-Nord), on p., int eot SL

Sandeeaste l-ouis, St-P*-de-Bîgorre (Hties-Pyrsn.), Infant it

Sonder Albert, Guichen (nie-et-VIlaine), infanterie 70.

Sandre Joseph, Paria, zouaves 3.

Sandres Robert, Hautmont (Nord), infanterie 145.

Sangalm Pierre, Csnnevilhers (Coles-du-Nord); infant. 71.

Sanier Amédée, Rnravit (Safn4>, infanterie s^.

Sarnîter Henri, Nenbourg'tEure), infanterie 228.

Santus' Robert, Le Havre (S»toe-Ir>«rieure), art. cot &
Snn-adin Loeien, Monlreuil-sous-Boi» (Seiaw), nrimisiara f
SejTst Raoul, Tsrbes (Htes-Pyreneea), infantens 11»

Sauoouxt GeJxtel, Nancy (Meurthe-et-Moselle), chass. Bl
Sautas* Ram* ftete, iltelilB 8BB

Suulnier LncleiK Montreuil-aous-Bais (Seine), mil nssl— 1
Saunier Maurice, Louvisr» (Eure), infanterie- 8M|
Sennosa Bugène, Lyon (Rhône), aergent, tirailleur» S,
Sauvage Jules, Par», infanterie territoriale 26.
SsUTue» Luetek, SWHyppolyte-du-Fort (Gardty i> iilis» 88ft
Bsavétr* Théophile, Chapelle Basse-Mer (L.-L), génie ter. Bl'
Snrnry Adolphe, Douai (Nord), caporal, infanterie 41
Sevary Paul, Arras (Pu-<le-C«laù), artillerie L
Savignard Constant, Lac Grand-Lucp .Kartbe), infant ter. BT
Savloa Paul, St-Osude (Jura), infanterie 90,
Savonnât Henri, Puteaux (Seine), chasseura 45.
Savoye Pierre, Mesnfl-Lommarviils (S.-L), infant: Me 8k
Schaeffer Jean, Roubaix (Nord), infanterie 33.
Scherer Maurice, Versailles (Some-ot-Oiee), infante» et.
Schindt Jacques, Compiègue (Otee), hussards 3.
S hitteede Oscar, Wasquenal (Nord), injauteri» teHk B
Schlappi Hubert, Le Havre- (Seiae-lnflrtenret, ùtfantersi tâX
SehnnH Erneet CheHes (Seine-efrJ*uneti, enaaeurs et
Schmitt Nicolas, Paris, infanterie 26.
Schneider François, Crevi* (Meurtheet-Moselie)v êtes» $
Slmeider Nicolas, Nancy (Meurthe-et-Moeelte, inetek a%
^.hratnro Gustave, Monlléry (Ssàne-es-OÎM), cap:, te •
Sébastâani Maurice, Angoulôme (CharenU), infante» a%%
Ségard Jo*»ph, Cambrai (Nord), infantei* 145.
Ségerot Albert, Chaumont (Hte-Marne), infanterie tOft
Satgnauret Gaston, Livarot (CaWadca), infanterie 94.
Sttrt* tx>uis, KersuJguen (Fimstère), caporal, infante» ■*
Ségree Henri, Cominee (Nortf), infanterie territoriale t
Séguin Maxime, Cachac (Gironde), sergent, infanterie sa.
Selvadteui Henri, Loiron (Mayenne), infanterie territ BV
Selvsis Alexandre, Raismea [Nord), infanterie tories* *
Semnres Charte, Dijon (Côte-d'Or), infanterie 10B.
Senaux Kniila, Le Cateau (Nord), infanterie 284.
Sennelier Louis, Gonesse (Seinc-et-Oitje), cap., uifant BB.
Septier Georges, Paris, infanterie 6».
Sére Marcel, Petlt-Quévilly (Seine), înlantene 2*
Sergent Henri, Chalmni^on i Seine-et-Marne), m**mter4* B»

(A suivre.)
 
Annotationen