Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
GAZETTE OES AROEMMES

*o iiptinitn

LISTE N° 235 CONTENANT 700 NOMS

(Reproduction strictement interdite)
F> RISONNIERS FAITS DANS l_ A RÉGION DE VERDUN

* Les « îî Mt du irnupis désignée! les endnfts oii ss trouvent les prisonniers m les m — U Iûlsl *s nus puDltés As]ii'ii|oi!ni'tal st nntli a mm 294.500.

Total des prisonniers français Internés en Allemagne i 355,000.

OASSEL

(Suite.)

Jabier Albert, Nîmes (Gard), inf. 142.

Jaffeux Antoine, Moi&sat (Puy-de-Dôme), inf. 850.

Lentz Michel, G'agean (Nord), fnf. 3&ft

L»ffltte Bernard, Hétra (Landes), sect. 18.

Laborne Georges, Pans, chass. 18.

Leduc Alfred, Amélie (Nord), Inf. 361.

LératUé Onésims, Amiens (Somme), inf. 350.

Lafon Martin, Barp (Guondei, inf. 129. «

Loubet Jules, Laborîe (Tarn), inf. 296.

Laray Arsui.e, Fougères Jlle-et-Vilaine), cap., tnf w.

Martin Paerre, Pontoux Landes), sect. 18.

Marchand Albert, La Glaeilly (Morbihan), Inf 151.

Marot Charles, Jouy (Seine-et-Marne), inf. 350.

Morin Jean, VUotraa (Oise), inf. 350.

Polonnier Claude, nompierre (Allier), itor. X*J-

Pautre Marte, Lena (Pns-de-Ca:aIa), inf. 350.

Pslrano Victor, Luceran (Alpes-Marit.), fnf. 162.

Diwron Roger. Sl-Ramaial (Ardèche), inf. 1S>.

BMlhart Lucien, Niçois (Meuse), inf. 155.

Pkart Paul, Nouvion (Aiane), inf. 43Ù3

Philippe Lucien, i-a RiboUère (Mayenne!, inf. 330

RIaud Louis. Moleatroit (Morbihan), inf 116

Raffa Jean, Heas-ien (Bouahes-du-BJiÔne), inf. 168.

Rochelois Louis, Marzy (Nièvre), inf. «87. - #

Ray François, Cabanial ;Hle-Garonne), inf. 12».

Soulancê Raymond, Gomer (Basses-Pyrénées), *JMt «-

Schevin Marcel, Flabas (Meuse), inf. 155.

Scext Pierre. Sospel {Alpes-Maritimes), inf. «.

Ttlier Georges, Bordeaux (Gironde), inf "tt3.

Vevrac Jean. Teyssieu (Loi), sect. 17.

Vinet Théodore, Sl-Gervais [Oise), inf. 350.

[WullUy Jules, Nomain (Nord), inr. 63. *»

Abd»Uaoui Ainar, lasers-Ville (Azérie), ttrailL U

AMel Kadcr Ben Ahmed. Alarba (Algéria), Uraill. 1.

Abdel Kader Miekramme.Lemûira (Oran), tiraill. 1.

Ab-Selem Rnba, Ailr+*onlah (Alger), Uraill. t.

Aude Ernest, Chauvry (Seine-e-t-Oise), inf. «0.

Aid Ben-Said, Miclwna ;Oran), tirailL 1. -

'Ahmed Ben-Rabah, M]Mel (Alger), tiraill. I.

Ahmed Naomi, St-Elienne (Loire), tiaralU. 1.

Ail Brahim, Bord| (Maroc), tiraill. 1.

Allai Aissa, Saida (0*an). tiraill. 1.

Allam Mohamed, Saida (Oran), tiraill. t y

Ancourt Joseph, Ande (Eure1, serg., inf. W

Aoudib Said, Drah-el-Mizan (Alger), tirailL 1.

Aouis&l Bcr.-Kouîder, Bogbnre [Alger), tirttlL 1.

Auroy Jean, St-Pourcain (Allier), inf. J38.

Auvray Alphonse, Bolbee (Seinif-Infér.), cap.-tonrr., inf. W.

Barbier Claude, Tances (Hte-LoLre), inf. 298. ^

Basset Antoine, Ambierle (Loire), inf. 2S8.

Beladj Mohamed, *tochtia (Oran), HMtBi l

Bellan Léon, Calais (Pas-de-Calais), serg, inf. 162.

Bolot Albert, Honnecûurt (Nord), inf. 3-17. -

Benat Pierr», St-Menoux (Allier), inf. 238.

Ben-Yakoub Said, Isserville \Alger), tiraill. 1,

Ben-Zena Kada, Eremche (Alger), tiraill. 1,

Berkan Habah, Bounouh (Alger), tiraill. L

Bertrand Paul, Logns'-Bogny (Ardennes), inf. 350

Bcton François, La Bigndere (Mayenne), tnf. 350.

Bisson Jules, Trouville (Calvados), inf. 238.

Bœur Evergiste,'Reims (Marne), serg , inf. 347.

Bonnet Théophile, Roanne (Loire), inf 298

Bonno Louis, La Chapelle (Morbihan), inf. 3-17.

Bouchado Larbi, Kechachda (Alger), tiraill. 1.

Boucher Jean, Jonzien (Loire), inf. 23$.

Bouchiba Ahmed, Querossa (Algor), tiraill. 1.

Bouchalkri Ahmed, Queros-a [Alger), tiraill. 1.

Bouckan Mohamed, Tisi-Ouzoï (Alger), cap., Uraill. 1,

Boudali Ben-Ahmed, Koudia (Alger), tiraill. 1.

Botikalfa Anzki, Maillot (Alger), tiraill. 1.

BouBsetla Abdel-Kader, Nemours (Oran), tiraill. 1.

Bneheux Emmanuel, Tilloy (Somme), Inf. 860.

Bncout Ernest, Caudry (Nord), serg., inf. 347.

Bulche Constant, Aix (Pas-de-Calais), fnf. 162.

Busnel Amédée, St-Armcl (Ille -ct-Vilaine), cap.-four., Inf. «4.

Cailhaud Léger, Varennes (Allier), inf. 298.

Capliez Louis, Somain (Nord), serg., Inf. 182.

Carrier Eugène, Le Houlme (Seine-Infér.), serg., Inf. M

Chabanne Ben-Hahma, Douarouled (Oran), timilL 1.

Chanderaigues Paul, Chaliers (Cantal), inf. 238.

Chaucbon Louis, Buenos-Ayres [République-Arg.), aér, f.

Chesnel Pierre, St-Gieures (Hte-Loire). inf. 298.

Chevallier ValenUn, Paris, cap., inf. 360.

Cnick Aled-Ahmed, Micheria (Orarr), tiraill. I.

Chunafi Ahmed, Oulad-Losi2e (Alger), tiraill. L

Ciay*r Firmin, Sl-Mnrs (Mayenne), inf. 360.

Coffin Antoine, St-Dé»iré, (Allier), inf 288.

Oolas Gilbert, St-Fargeol (Aliter), inf. 838.

Colon Jean, St-Haon (Loire), inf.'WS.

CourtfaI Antoine,-Paris, inf. 238. ' ^

Crétin Alexandre, Paris, inf 233.

Critollier Jean, St-Georges (Loire), inf. 298.

David Jean, St-Plaisir (Allier), Inf. 298.

Daz.it Pierre, Mauzens (Dordogne), serg., inf. 418.

'Delahaye Adrien, Chaville (Seine-et-Oise), serg,, inf. 298.

Btlage Eugàne, Chas&agnc (Creuse), inf. 78

Delearde Marcel, Lille (Nord). cap.Wourr., inf. 182.

Delorme François, St-P»erre (Loire), sorg , inf 308.

Denis Alphonse, Ciiayenoin (Aliter), fnf.-268.

Desmaeières Biaise, Chnpelaude (Allier), inf. 238.

Bevemy Henri, Mézières (Ardennes), serg , inf. Î01.

Bevèze Honoré, St-Anastasie (Cantal), fnf. 238.

Djedel Abdel-Kader, Morcara (Oran), tirailL 1.

Dufeu Louid, Parce (Sarlhe), serg., inf. 9i.

Duflox Emile, Beauval (Somme), inf. 350.

Dumont Claude, Thiel (Allier), inf. 038. »

Duriaud Juies, St-Cyr (Saône-et-Loire), serg., inf. 360,

Durol Georges, Meulan (Seine-et-Oise), tnf. 238.

Krhel Henri, Maroue (Cotes-dn-Nord), s«rg., inf.*34.

Eymere Jean, Loudes (Hte-Loire), inf. 238.

Faisant Ernest, Nemours (Seine-et-Marne), Inf. 89.

Faivre Constant, Fresse (Hle-Saône), inf. W2.

Fera Mohamed, Nekela (Alger), tiraill. 1.

Fournier Antoine, Ia Paraudicre (Loire), inf. 298.

Gabet Femand, Honduras (République-Argent.), inf tli.

Xîachignard Louis, St-Chrisline (Vendée), serg., inf, 137.

Gaillard Gabriel, St-Menehould (Marne), îhf. 350.

G&rbo Adrien, Argoule (Somme), inf 3-17.

Gauchon Jean, Pans, serg , inf. 24.

Gendre Lucien, Paria, serg., inf 2*1.

Gcssoum Ben Ali, Palistro [Al«er), tirnill. 1.

Giraud Pierre, Beaulon (Allier), inf. 238.

Gobron Jules, Caudry (Nord), sprg-fourr., inf. 287.

Gouzes André, Coupiac (Aveyron), inf. 116.

Granier Jean, Tourtoirac (Dordogne), .nf. 78.

Gutllaneuf Gilbert, Moulins (Allier), Inf 238

Guillemnin Jean, St-Dolay (Morbihan), (nf. fl6

Guillemot 4oachim, Loc-Malo (Morbihan), inf. *18,

Guimier Auguste, Bueil (Indre-et-Loire), serg, inf. <68

Guyard André, Reims (Marne), serg., Inf 291.

Hérault Jean, Varennes (Allier), inf. 298.

Hougrand Simon, Paris, serg., inf. 347

Hucteau Emile, St-Pterre (Vendée), seug., mf. 617.

Huet Achille, Lorrez (S.-et-M.), inf. 79

Humel Henri, Frettemeute (Somme), inf 350.

Jaboln Laurent, Beaulon (Allier), inf. 238.

Jaiicon Pierre, Issoudnn (Creuse), inf. 78. .

Lionel Joseph, Nancy (M-et-M ), Inf. T9 ,

Johvet Louis, Besson (Allier), serg , tnf 398.

Josso Alexis, Rouen (Seine-Inf.), cap.-fsur., inf. 24

Jouvet Raymond, Muzy (Eure), inf. 298.

Jumel Alcide, Pretreville (Calvados), serg., inf. 24.

Jumet Emile, Outreau (Pos-de-Calais), inf. 162.

Kalfala Hamou, Saida (Algérie), tiraill. 1.

Kara Lhocim, Mechéras (Algérie), tiraill. I.

Kerfis Mohamed, Sidi-Bel-Abés (Algérie), tiraill. 1.

Khallad Mohamed, Nemours (Algérie), tiraill 1.

Krédéch Mohamed, Menana (Algérie), cap., tiraill. 1.

Laballette Arthur, Ltenvillen (Oise), inf. 350.

Labitte Emils, Alrion (Oise), inf. 350.

Lacazes Alphonse, Nauviale (Aveyron), inf. 148.

Lacaud Théophile, Rousseinnac (Aveyron), serg., inf 'Î4.

Lala Mohamed, Miseria (Algérie), tiraill. 1.

Laroche Louis, Signy-l'Abbaye (Ardennes), inf. 98.

Lauradoux Louis, .Bonrg-Lastic (Puy-de-Dôme), Inf 298,

Lecomte Gaston, St-Aubin (Nord), inf. 291.

La Dour Antoine, RoudoualTec fMorWhnn), cap., inf. 02.

Lafevres Jules, Mouettes (Eure), inf. 298.

Le Floch Pierre, Versailles (S.-et-O.), serg., inf. 298.

Legorgeu Jules, St-Marc-d'Ouilly (Calvados), Inf. 231
Lejeune Joseph, Hétomesnll (Oise), art 62. .
Lemaitre Désiré, Morteaux-Coullbceui (Calvados), «lnt m
Lemaire Henri, Loos-te*-LUli .(Nord), «erg-, fnf. 181.
Lemarquaud Victor, Valognes (Manch*), serg., Inf. u.
Lemperrten Lueicn, Faverollas (Orne), serg., Inf sh
Leneveu André, Cem (Catrados), «erg.-foar., -Ûaf. '94,
Lepins Jean, Paris, serg., aarosieTs 1.
Lepingls Emile, Neufchà4al (Pas-de-Calais), inf. 18t.
Lequesnt Alexandre, Sottevllle (Seine-Inf.), serg., lni. il
L'Hoetli Edmond, ConcrCTsanlt (Cher), zonavw t
Lorillou Georges, Dijpn (CoU-d'Or), •erg., llrf. m.
Lorry Baptiste, Nauxiars (CreOM), Inf. 78.
Louvet Alphonse, Cauville (Calvados), ini. «H.
Mabon Jean, Auray (Morbihan), inf. 116.
Maech Doub, Donar-Rfeta (Algérie), UrillL 1.
Maehen Loois, Boeseghrem (Nord), 'inf. 'Wt.
Madelenat Alexandre, Esserignelles [Loiret), inf. 8G0.
Magniez Auguste, Bourlhe» (Pas-de-Calais), *lnf. JM.
Maison Louis, Brache (Somme), inf. 350.
Malgny Antoine, Chanterelles (Cantal), inf. "258.
Mallarriot Henri, Rneil (S.^et-0 ), «rg.,"fet-^M. --^
Mansat Alplionse, Commentry (Allier), s«g., 'inf. tW[Q''
Marie Gilles, Le Mans (Sarthe), serg., Inf. 24.
Maroteaux Eugène, Crugny (Marne), Inf. 3B1.
Marsaud Alexandre, Mettray (I.-et-L.), serg., Ihf. uh.
Martinat Jean, Bouj^n-rArcbernbault-tAH*er),«»a.,*|
Massuet Maurice, Liaiaux (Calvados), serg., Inf. ta.
Mausart Marie, St-Morein-VilHers (Oise), int 350.
Merahlla Mohamed, Dunkerque (Nord), tlràllL 1. '
Mereier Louis, Troyes (Aube), -ftif. 79.
Mmsassi Lhocine, Ait-Amaur (Alajérie), tiréUL 1.
Michel Edmond, Boeaase (Sain«-Inf.), aetg., tnf. -t*.
Miloud Dokmechc, Takntalit (Algérie), UrailL L
Mirandon Marcelin, St-Etienn« (Loire), sejg., inf. 238.
Mohamed Abd el-Kader, Kouiba-Chellala (Algérie), UtsoTL'L
Mohamed Ben Abdala, Meehrta (Algérie), tlreilL 1.
Mohamed Ban Chérir, Djette (Algérie), UnUfl. 1.
Mohamed Ben AdI, Bogar (Algérie), Uraill. 1.
Mohamed Ben KasI, Tizi-Ouzou (Algérie), UrailL 1,
Mohamed Kadour, Saldan (Algérie), Uraill. 1.
Monin René, TYentemoult (Lofre-Inf.), »erg.-mej., 'Mlf. TBl.
Monnot Paul, Dampiepre (Hte-St*ne),<twfg., thf. 181.
Monthéard Femand, Lyon (Rhône), sarg., lof. 24.
Mostari Mohamed, Medoa (Algérie), tirailL 1.
Mouly Françoii, Cournot (Pny-de-Dôme), serg., Inf. W
Mousse Kadour, Ouied-Senotrssi (Algérie), ttntUL 1.
Nabal Ban Round. Moujlfal {Algérie), tirailL 1.
Nadriéscs Jules, -Laraasles (Cantal), tnf. '288
Nasica Jacques, Paris, «arg., inf. 274.
Niquet Marcel, Posas (Enre), serg., inf. 24.
Nivoix Henri, Roroy-s.-Serre (Ahne), serg., 1nf. -f«7.
Nodlnot Mauric*, Paris, serg.-four., inf. 34.

Umpi ù aulr« à.nos iujusles ccnieuri. Slil» peuvent impuné-
ment traqiL.T lu libeFlé d'écrire du journalule, ils ne pour-
H>ut,pci9-alUiindre-à cotte tribune l'indépcmiince de parole
'du député.

M. Viclor Dalbiez. Et ils le regretteront.

M. Jioui-Coaladaii. Airwi que diamtres l'ont fait en de
«mblabk.8 oirconslanees, je proQte àc loccation qui m^st
offeTte dans celte discussion-et je passe au fait.

Le la «cptembrç dermtr, dons le jousnal la France <ie*ait
paraître souï ma -ignalure un article où, faisant alluaion,
dam les termes les plus modère», aux sacMho«>i«(nn«d«
ltf nation fi~inçaise daus celte guerre, je concluais à la neoes-
lïté d'aboutir au plus viU; à cette répartition équitable .taes
effectifs allies sur l« fronis de bataille que tous les esprit*
justes considèrent comme la conséquence logique de l unit*
de front si heureusement réali»ée par de chef du Gouverne-
ment.

Les même» inquiétudes et les mêmes vœux je les trouvais
exprimas mus coiilrainte dans d'auUes journaux, dam le

Rappel par M. Albert Milhaud, «lau» l'Homme enchaîné,
dans l'Action par M. 'Henry Bérenger, dans l'EusiI'par M.
Jacques Dliur, dans l'Bt cnement par notre honorable col-
lègue Henry Pâté.

(M<iii en ce qui me concerne, ce fut l'ioterdiction brulaia,
un capricieux coup de caviar. Je tiens à protester contre cet
ostracisme, contre celte forme d'oppression politique dont
l'existence et le maintien ne sont dus qu'à la servilité, k la
paresse de nos caractères. (Très bien l 1res bien I sur les
bancs du parli socialiale )

Pour souligner cette protestation, je citerai l'article in-
criminé et je racc*ompagncrai d'un discours. Je dirai ma
pensée tout entière, malgré les mécontentement» et Ici pas-
aions qu'elle ppurra susciter ici. Je mépriserai ce qu'on
recherche trop souvent u celle tribune : le succès. Je refu-
serai de nie soumettre a cette tyrannie du ailenc* ci Je la
paur que nous avuna supportée diimis deux ai» sans hon-
neur pour le l'aalenicnt, riwis profit véritable pour la nation.
(Très bien 1 très bien 1 sur les mêmes bancs.)
Voici l'article ;

ull y a quelques mois,.faisant allusion, dans le Rappel,
k la participation des lroii[>es russes-aux opérations du front
"occidental, je m'inquiélai du problème de la u juste fiipar--
tition de* effectifs allie» u sur l'iausMBM bfrne des olinnips
de bataille.

«La cen?nre intervint. Il fallut se taire. <,
«On ne peut pas, cependant, toujours se taire. Dam la
•-■aile Caïimir-Perier, je rencontrai M. Bnaud, J'abordai cet.
homme infiniment abordable cl je l'interrogeai. Dans le
groupe de parlementâtes qui l'entouraient, j'exprimai nos
anxiétés, tas émotions que suscite cette guerre effroyable et
sans nom* et, en même temps que notre < ertitude de la vic-
toire, les appréhensions légitimes in*[nn'es par les sacnliie"
énormes de la France ari omplis pour celte victoire. Tout
le ssnr; de U pal ne Coulérut-U à flots par la blessure béante
de Verdun ? Comment nos allié", riches en hommes, ne
l'appercevûient-ils pas que toute la ileur de notre race, toute
notre force et notre vfe ruisselaient et se perdaient, pour le
salut commun, sur la terre des Gaule3, epouvantahlement
déchirée ? Et ces -soldats du tsar qui débarquaient mr nos
rivages, nom apporlaienl-ils véritabiem'nt un secours effi-
cace, ou leur pré«ence à côlé de noi bi-^es ne serail-elle
qu'une manifeatalion sjmbohque ? Nous dédirions le savoir.

«Je me souviens de la réponse du président du conseil.
Il s'uçissul d'un essai. Si l'essai d'une brigade russe don'
nait de bons résiliais, d'autres viendraient encore. La
France pmourait dan» le wiste rr=ervoir des masses slaves. Il
était raisonnable d'attendre la lin d'une picrnière escpérlence.

«Nous avons aliendu, et nous sommes persuadés à cette
heure que l'cxptrienre fui conotuanle. Je demande a M.
Briand, toute la nation qui l'admire et lui fait eonliame lui
demande de poursuivre 6on œuvre. U faut qu'à l'unité de
front succède l'unité des effectif?. Mais le temps prCbSe,
Voici la troisième année de la guerre. Voici le redoutable
hiver, l nv errons-nous d.ins la buue«des tram liées nos sexa-
génaires et nos « fond' de tiroirs u r

tt Je ne le crois pas. J'écarte cette désogréable perspec-
Uve. Je souhaite que l'énergie de notre Premier soit égale à
•on habileté. Celui qui, par un coup de maître, ouvre aux
Russes'le chemin qui, partant de Bucarest, aboutit k Saio-
nique (P) «e prépare, l'en suis certain, à les amener ja»a-
qu'ici. Ils tiendront plus ai»erm*nt par la Méditerrnnée qua
par l'océan Pacifique, et ce n'est pas par dizaines >de mille
que nous les compterons, mais par oanlainea de mille. C'est
un plan, une idée de génie, dont un écrasement rapide de*
Bulgares'permettrait la prochaine réalisation.

u Et l'Angleterre? N'y a-t-il<pas a millions de soldats
jeunes el vigoureux, en Angleterre ? L'effort de l'Anglete*ra
est magnilique. La nécessité nous oblige k le vouloir plus
magnifique. Ah 1 que ceux-là -se lattent de passer le dé-
troit, qui peuvent nous aider, avant que no» héros soient
totalement massacrés ! Cela importe pour que nul soupçon
ne tarnisseda pure gloire4e l'Angleterre.

«On disait que les Portugais... de prie M. Briand'de
s'arranger aussi avec ses Portugais. Ne nous enverraient-ils
que cent mille, hommes, c'est toujours'bon é prendre, sur-
tout si nous en retirons l'économie de cent mille aeàajteasssM
françaises. Car nous avons atteint, içi, le maximum c'es
sacrifices. La France s'est couverte da gloire, c'est entendu ;
mais utifpcuple ne vît pus que de gloire ; il ninngo du poiii.
Qui sètuuru le froment nourricier sur notre terro ensoleillée,
quand nos laboureurs seront inorta 1 ^

— Parlez, monsieur Briand, parlez k nos alliés. Fuites
qu'ils soient deux millions et même davantage, sur notre
front, avant qu'expire la saison des frimas. Manœuvrez pour
notre relève. Vous le pouvez. Vous n'avez qu'à vouloir ».

fin vérité, de quoi s'agit-il I II s'agit que chacun de nom
s'approche du gouffre ouvert soua les pieds de la France,
pèse moralement ses responsabilités et ne détermine selon se
consoicuce.

11 s'agit de savoir si, à l'iu^Unt où le Gouvernement se
dispose à aéclaïuer en luuiimes et eu argent de nouveaux et
lourds sacrifices, nous ne dépasserons pus, en les accordant,
la limite de ce qui est rniaouuable.

U ttogit de compter nos morts et nos mutilés et puis
d'évaluer le nombre et lu qualité dea vivants. Il s'agit de
servir la patrie, non pas dans le mensonge, mais dune la
vérité tt de nous demander sérieusement, avé$ franchise «t
fermeté, si l'existence de ce peuple héroïque ne sera pas
compromise lorsque la montagne do ses cudnvres toujours
grandissante finira pur toucher la voûte du ciel. (Mouve-
ments divers.)

Voilà, messieurs, la vraie question, le vrai problème,
mais, ce problème, on ne le traite pas uvec des sourires, dee
gestes dédaigneux, des liaussementi d'épaules.

En le posant ainsi, je ne permets à peisonne de suspecter
mon patriotisme : peisonne ici n'a le monopole du patrio-
tisme.

> n'avons pas la même vision des choses, la même
compréhension des événements, mais tous noua sommes
guides pai le même amour du pays. C'est l'affaire des uns
de consentir à ce que leur patriotisme soit uveugle, mais
c'est le droit des autres ue vouloir que le leur »oit pleine-
ment éclairé.

Ce qui est Sangereu, saeskdfart, c'est de nier les réalités
plutôt que de les regarder bien en face, c'est de s'attacher à
cette puliliqiic funeste qui ennsiste à soutenir la patience de
la nation uvec des articles de journaux perpétuellement ad-
mirâtii3, des histoires à dormir debout, des ulufs et des
mensonge*. (Très bien 1 liés bien 1 sur quelques bancs du
parli socialiste.)

On ne triomphe pas d'un obstacle en fermant les yeux ;
le devoir du Parlement est de les ouvrir ; c'est de considérer
avec saujj-froid celle guérie effroyable, dans sa direction et
dans sa forme, cl d'en tirer les conclusions utile*.

Notre mission, ù nous, qui sommes responsables devant
la nation, c'esl de"Sous souvenir constamment que la quan-
tité des vies humaines dont disposent nos généraux est
limitée ; c'est d'exiger qu'elles ne soient pas gaspillées avec
une témérité i innim'llc et il.mJ la cei tilude absolue de résul-
tats importants ; c'est do solliciter de notre Gouvernement
qui a réalisé «l'unité île Iront» de couronner rapidement
son œuvie par n l'unité di • effectifs » ; c'est de tenir a ceux

de nos alliés qui ont souffert moins que nous et qui tireront
de la "victoire commune un profit plus grand que le nôtre,
le langage qui s'Inspire des circonstance» ; c'est d'appeler-»
nos coté» et au plus tôt leur* <x>nting*n;s inactifs et considé-
rables ; c'est de ne pa» oublier, enfin, que pour ee fj.re-
entendre, au futur congrès de la paix, il faudra que la
France y parle debout, robuste encore,-et non pa» mork-
honde, couchée sur un brancard 1 (Bruit et mouvement»
divers.)

Voici, messieurs, la troisième année de'la guerre. Noua
y entrons, et sans doute, nous-la dépasserons, en dépit .de-la
prophétie imprudemment risquée de M. Ribot qui nous
laissait entrevoir, il y a quelque» mois, la fin prochaine du
cataclysme.

M. Ribot, ministre des finances. Je n'ai pa» dit cela.
Af. fïoux-Cosiadûu. Le vénérable ministre s'est trompé.
Nous aurons une> autre surprise......

Nous aurons, dis-je, une surprise : le Gouvernement nous
prépare au « régime des fonds-de-tiroir» ».

Apre» avoir permis à la presse tout entière d'smuser-lee
bsdouds, en leur montrant la paille qui est dans l'œil de no»
ennemi», il va nou» proposer d'enfoncer davantage la poutre
qui est dans le nôtre. bon mtentiou n<'est-elle pesn> recru-
ter pour en constituer un pitoyable bataillon, les ioipotanU
' et les infirmes, les podagres et les vieux débris t II grattera
t le sol avec ses ongles afin d'arracher, jusqu'aux racines,
l'arbre de la via nationale. Déjà, le* branebêa vigoureuse»,
brisées par la tempête, ont été emportées, et le tronc lul-
méme est menacé, maintenant par la hache du bûcheron I

Jusque* k quand durera celte sombre folie ?

faites, messieurs, le bilan de no* sacrifices. Parcoum
notre territoire, du Nord au Sud et de» l'Est à» l'Ouest ; cher-
ches l'insaisissable a matériel humain» et dite» s'il est pos-
sible de déchirer plus profondément encore les chair» mar-

- tyrîsées'de la patrie [

Je prétend» que ee pays est arrivé au maximum de son
effort. La République a dépensé 6o milliard», elle a spprié
sous *es drapeaux 5 million» d'homme», ls huitième partie
de sa population. Nous somme» le seul Etat de la Quscrruple-
Entente qui ait atteint cette coûteuse proportion. Nous som-
mes 1a seule nation qui ait exposé au combat des soldats d*
quirsnlc-cinq an», aux cheveux gris ou blanc», les père* k
côté de leurs fil», les quadragénaires en compagnie des ado-
lescents. (Interruptions et bruit.)

Nos perte» sont terrible». Il n'y a pas une famille qui n*
porta le deuil d'un ou de plusieur» de se» membre*. Cm
signale de» pères infortunés, des mère» k jamais inconso-

- labiés qui ont sacrifié deux, trois, quatre enfants 1 Je compta
nos morts. Ils »ont près d'un million, ensevelis pour no
tempi éternel 1

Je vous prie de no voir aucun pessimisme dans ce» paro-
le». La conclusion vous paraîtra plus agréable que ne sont
. le* prémisses de ce discours mais il faut dire ce qui est. J»
prétends que le pavi cst arrivé au maximum de son effort.
La République a dépensé ôo milliards. (Dénégations.) EH»
a rappelé sous les drapeaux 5 millions d'hommes, le huitièrn»
d* sa population. (Bruit.)

Pfuateurj menibm du parti socialiste. 6 millions et demi,
(interruption» et protestations.)

M. Pacaud,- Quelle solution proposez-vous ?

M. llaoul Pértt, rapporteur général. 11 ne fabt pan pro-
duire dnn» un début de pareil» chiffres sans être sur d* M
qu'on avance, (Très bien I très bien [J

M. Roux-Costadau. Combien avons-nous "dépensé t

M. le ministre des finances. 4o milliards. -

Af. llajjm-DuQCm. Mai» le» autres alliés en font-ils autant
qu* nou» ? (Bruit.)

Af. lioux-Costadau. 4o ou 6o milliard», peu importe ; nous
arriverons certainement k 8o ou 100 milliards, (interrup-
tions.)

tt, le rapporteur général. Nous dépenserons ce qu'il fas>-
dra pour avoir la victoire 1 (Vif» Applaudissement*.)

A/. fîoux-Cos(ndu'i. Nous sommes le seul Eut qui aJf
autant dépensé. Nous sommes le seul Etot qui ait exposé ae

combat des soldat» de 46 an» aux cheveux gris ou blancs.
(Exclamations.)

M. Louii-Vandamt. Ce qu» vous dites est profondément
déprimant. Hltei-vou» d'arriver k vos concluiions" que vous
dites plu* optimistes. ?Tre* bien I rrt* bien !)

M. le prérident. TVlon cher cdttègue, je ne Ttwtlrais p*a
interrompre votre disaotfr», mats ne oroyesi tous -vas •euJtl
pourrait êLreftélicat de rouvrir présentement un débat qui-*
été aborde1 en comité secret ? (Tri* bien I très bien I)

Af. Thiveny. Et qui n'a aucun rapport avec le budget.

Af. Rour-Cuxtadaii. Comcnent peut-on dire qu'il y a quel-
que secret dans me» parole* f Est-ce qu» dan» la rue, par-
tout on ne lit pa» des extrait» de journaux parti» ce* 'jcRrWat
•t que lu ctiïsut»» htf#sé passer }

-W. LouU VnnaVime. Et tous tous phtlgnea de la eentiml
Vau» da jiMtitiez.

M. Uoux-CQêtmÈMi. Je me pleius'ée la'caosure nui-••
laàsse pas passer ma proas quand elle est modéré» at laisse
passer des article» plus pessimiste» d'autres journalistes.

'Ce qui m'inquiète, c'est qu» la terre dea Gaules va devenir
comme un désert ; il n'y a plu» de paysan» ! A-r»nt li- a^it»»»»,
on *a plaignait de leur exode ; après ls inierre lo otal~4*aa
pua. Tandis qu* celle guerre exécrable a épargné pour un»
raison ou pour une autre une certaine quantité d'ouvriers
et de bourgeois, eux, les paysan», elle le» a fauchés lssa**)«
ment et terriblement et, pour cause

Ceux-là on ne les réforma guère, on ne le* embmaaa»
pas. Il» sont la classe sociale qui n'a ni chance ni faveur s»)
qui remplit le» tranchées. (Mouvements divers.) Ils cons-
tituant l'élément le plus robuste, le plus sain, au moral
comme au physique, de toute 1» nation. 'Resterons-nousJn-i
différent» au apectacle d» leur tragique anéantissement t
(Ex. Imitations et rnouveanvat» divers.;

Après la réplique de M. Briand, dont noua nou» occupa-
roui dan» un prochain numéro, M. Roux-CoslacHau a repris
la parole pour justifier son attitude. Il s'est afiseeé aoVcr-
aair» décidé de l'Allemagne et a dit ton attachement k II
cause de son pays. C'est par souci patriotique qui) a cru
devoir parler :

itJe ne dis pas ces choses, messieurs, pour troubler les
ârrrei, je ne les dis pas davantage pour deoouraffer Sin-
gulier» patriotes qui parlent d'alter jusqu'au bout, moi» s»***
ne »e sont jamais précipité» plus loin que la statue de ut***
bourg. Je ne tiens pas non plus a ee qu'on supaose que j»
me »ui» engagé sur le chemin de /immerwuhl ou de aiiea-
tsl. (Mouvement» divers). Je n'ai pas les hantises Ht l'iart**-
nationale. 11 me convient d'ailleurs de rappeler que, n'»p-
partenant k aucun parU, à aucun groupe, à aucun cénacle,
je ne m'inspire que d'une seule préoccupation, cejle qui m»»
»u supplice mon cœur Indépendant et ma raison soliterra ;
o'est de vouloir concilier, dans la mesure du possible, 4a
gloire et le salut de la France avec la ronservslion du pl*J
grand nombre d<-s français. »

LA CENSURE DES OPINIONS.
Sous ce titre se trouve dans le « Temps » du »□ sep ion»*
br» un article que nous jugeons importent, précisément

parce que c'est lé grave et sérieux journal de lu bourgeois*»
française qui le public. La tensure en a coupé une grand*
parLie ; nou» reproduiton» quelques passage» essenlléfl
qu'elle a respectés :

« La direction de la censure se conssore depuis quelque*
semaines-A une tache qui dépasse, semble-t-il. sa coessoétsss»»
et ses moyen», Elle ne contrôle plus ■eulemcnL, ni niént»
surtout, la publication des nouvelles, siîn d'arrêter eaaVs»
qui seraient périlleuses, prématurées ou inexactes. Elta oea-
trdle aussi les opinion» exprimées sur les problèmes politi-
que», et, quelle que soit ls modération avsc IsqusMe sea
opinions sont exprimées, elle s'attribue le droit de les sup-
primer.

Nous avons connu c* régime, il y s quelque» mois st.
Briand, en prenant le pouvoir, était tombé d'accord asa»
 
Annotationen