Fougères, Gustave
Mantinée et l'arcadie orientale: Contenant 80 gravures dans le texte, 6 heliogravures, 1 phototype et un plan de Mantinee hors texte, plus 2 cartes en 6 coleurs — Paris, 1898

Page: 63
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/fougeres1898/0089
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LES PH01IU1TS DU SOL.

63

En bas, le fond plat conservait ses teintes luxuriantes, grâce
aux vignes, jusqu'à la saison avancée : de cette nappe ver-
doyante émergeait l'enceinte crénelée avec sa bordure de
tours, comme un îlot circulaire. Çà el là. tout autour, des
groupes de fermes et d'habitations rurales, quelques sanc-
tuaires ombragés sous des toulles de vieux arbres, des baies
le long des routes et des petits chemins, un ruisselet noir et
paresseux, désalignements de tombeaux el de stèles escortant
le voyageur jusqu'à l'entrée des portes. Derrière la ville, l'œil
distinguait de tous les côtés une éminence isolée, arrondie
Comme un colossal tumulus, véritable ombilic de la plaine.

Noyée comme au fond d'une coupe jamais tarie, sans autre
borizon qu'un rempart montagneux crénelé de cimes cliauves,
Mahtinée semblait isolée dans la tristesse des monts silen-
cieux, sous un ciel dont l'humeur sautait de la colère furieuse
aux caresses brûlantes. Mais si. du haut de leurs murailles,
le regard des habitants cherchait une échappée sur le monde
extérieur, sûrement ils n'éprouvaient pas le sentiment de la
solitude. Par la grande brèche du Sud, ils apercevaient d'abord
la menace de l'acropole ennemie. Que de défis et de malédic-
tions ont dû s'envoler vers elle, et, par delà l'écran des monts
lointains, aller s'abattre sur le pays des Hoplites dorieus ! De
°e côté largement ouverte à l'inquiétude, Mantinée n'était pas
davantage rassurée, si elle jetait un regard au Nord : au-delà
de PAnchisia, dans la plaine voisine, elle sentait une autre
rivale, Orchômène. A l'Ouest, le Ménale lui cachait un pays
confus, où s'égaraient ses craintes mêlées de convoitises. De
l'Est, au contraire, lui venait la joie et l'espérance, par les
«près sentiers suspendus comme des échelles aux lianes de
1 Artémision. C'était le chemin du retour qui débouchait à
Nestané, dont le nom avait, disait-on, le même sens que
Nostia (l). Il n'y avait donc pas de barrière si haute qui
' isolât de ses ennemis ou de ses amis. C'est qu'en réalité elle
était encaissée, plulôt qu'enfermée, au fond d'un carrefour.

(t) Et. Byz. s. v.
loading ...