Fougères, Gustave
Mantinée et l'arcadie orientale: Contenant 80 gravures dans le texte, 6 heliogravures, 1 phototype et un plan de Mantinee hors texte, plus 2 cartes en 6 coleurs — Paris, 1898

Page: 65
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/fougeres1898/0091
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
RÔLE ÉCONOMIQUE ET STRATÉGIQUE DE LA HAUTE PLAINE. 65

manufacturés originaires de tous les points du monde médi-
terranéen. Nauplie constituait un véritable port intérieur, le plus
rapproché du cœur du Péloponnèse. C'était la porte d'entrée
de la péninsule du côté de l'Orient asiatique et de l'Archipel(l).
Aussi, au point de vue péloponnésien, l'importance d'Argos
primait celle de Corinthe. Le rôle propre de Corinthe consis-
tait à assurer le service du transit, à travers l'isthme, entre
la nier Egée et la mer Ionienne, de façon à dispenser les
navires de doubler le cap Malée. Dès que le monde gréco-
oriental entra en relations avec l'Occident, les ports de l'isthme
servirent de trait d'union entre les villes asiatiques et les
colonies grecques de Sicile, de la Grande-Grèce et les villes
d'Etrurie, — plus lard, ;ï l'époque hellénistique, entre Délos,
entrepôt des débouchés du Pont-Euxin, de l'Asie-Mineure,
de Rhodes, de la Syrie et de l'Egypte, et les échelles italiotes,
Syracuse, Tarente, Blindes, Ostie. Le trafic de l'isthme est
orienté de l'E. à l'O., dans le sens du chenal maritime formé
Par les golfes Saronique et Corinthien. La dépression de
l'isthme se présente comme un couloir reliant les deux mers.
Par rapport aux continents qu'il rattache l'un à l'autre, sa
Position est moins propice aux transactions (2). Au N. et au

(!) Actuellement, Myli (Lerne) et Nauplie sont les deux ports de Tripolis.

(2) La route de terre aboutit elle-même à Argos, par les défilés deKléonai.
Ut! plus, les douanes de Corinthe rendaient cette voie très onéreuse par les
taxes qu'elles percevaient sur les marchandises qui traversaient l'isthme pour
entrer dans le Péloponnèse ou pour en sortir : Strab. VIII, 6, 20 :
Xoti 7teÇïj Se twv èy.xo[/.[Çou.évo)v Éx rr,; QcXonOvy^ffOU xai xoiv EiaaYOjxévojv
MtHtrg ià -ÉX^TOtçTà xXetOpa ïyo'jvt. La phrase de Thucydide (1,13) sur l'im-
portance de l'isthme pour le transit entre la Grèce du Nord et le Péloponnèse n'a
°e valeur que pour la période primitive, antérieure à la constitution des
Mandes marines marchandes : tù>v Te evtoç IUÀOTCovv/jaO'j xaï tôW lç<i>, Sià
"^V ÈXEtvwv Ttap ' àXXTjXou; èTrtjA'.^yovTiov. Plus tard, les marines rivales
transportant directement les marchandises dans les ports péloponnésiens
U^eiS-r, o\ "EXXtjVe; jxïXXov È7rX(oi'ÇovT&), les Corinthiens conservèrent la res-
source du trafic de l'E. à l'O : Èu.-dp;ov t;apé/ovTE; ijiso-epa. 8'jvaTTjV ilOfW
3Cf"*l|*ttT<0v -xiogoom TTjv tîoXiv. Aujourd'hui, Nauplie, Myli, Patras, sont les
échelles les plus commerçantes à PB. et au N. du Péloponnèse: Kalamata et
Gj'thion au S. C'est de Gylhion que s'expédie en Egypte la plus grande partie
"fl haschisch produit par la Haute Plaine. Autrefois, l'Egypte, au dire d'Héro-
dote (I !j7j ne produisait pas de vin : on peut supposer que le Péloponnèse
lui en expédiait. Sur les relations commerciales de Cythère et de la Laconic
avec lÉgypte.et la Libye, voy. Thucyd. IV. 53: y,v yàp (Cythère) aÛTOÎç
(aux Lacédémoniens) t<ôv te à—' AiyÛTtTOu xaî Ai6ut,; oXxiStov ziOdêoXrj.
ct- Hérod. VII, 23ii.

.Mantinée. — 6.
loading ...