Fougères, Gustave
Mantinée et l'arcadie orientale: Contenant 80 gravures dans le texte, 6 heliogravures, 1 phototype et un plan de Mantinee hors texte, plus 2 cartes en 6 coleurs — Paris, 1898

Page: 471
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/fougeres1898/0496
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
PÉRIODE MACÉDONIENNE.

471

de nouvelles promesses à Démoslhène, en mission pour la 3° fois
en 340 (1) ; mais, travaillés par les émissaires macédoniens, ils
n'osèrent suivre jusqu'au bout Athènes dans sa lutte contre
Philippe. Jugeant la situation en Péloponnésiens. ils ne von
laient se défier que de Sparte. Philippe, en se donnant à eux
comme un protecteur, obtint leur neutralité. De fait, la Grècedut
constater l'abseDcedes Arcadiens à Chéronée, dans l'un comme
dans l'autre camp (338) (2).

Vainqueur, Philippe voulut se faire reconnaître arbitre des Pwiippeei Sparte
Etats grecs. Il entreprit un voyage à la fois de conquête et de (338>-
pacification, dans le double but de réduire les dernières opposi-
tions et de réglerles vieilles querelles qui auraientretardé l'union
des villes sous sa suzeraineté. Sparte constituait l'irrésistible
obstacle à ces desseins. Pour en venir à bout, Philippe pouvait
comptersur l'aide des voisins intéressésà l'écrasement de Sparte,
sur Mégalopolis, Messène, Tégée et Argos (3). Ces quatre États
désiraient le coup de grâce, précurseur de la curée.

Ce fut pour dissiper toute prévention chez tous les groupes PassagedaPhUiTppi
d Arcadiens et aussi pour les intimider, que Philippe eu quit- 4 Mi">linée
tant Argos (automne 338), suivit, au lieu de la graude voie lA"'""'ne 3iS)
militaire d'Argos à Sparte ou à Mégalopolis par Tégée, le chemin
de Maotinée. Il déboucha par l'Apre route du Prinos à Nestaué,
au pied de l'Artémision. Il planta sa tente près de la petite
acropole de cette bourgade, sur un roc qui domine l'Argon
Pédion. Ses troupes cantonnaient sans doute dans le village, à
proximité d'une source abondante, qui reçut, en souvenir de
l'hôte royal, le nom de Fontaine Philippeios (4). Cet hommage
courtois semble indiquer que Man'inée subit par nécessité et
tout au moins provisoirement la loi de sou puissant visiteur.
Tontetois le fait de sa soumission reste indécis. A en croire
Diodore (5), les Arcadiens refusèrent, seuls de tous les Grecs, de
reconnaître l'hégémonie de Philippe et d'Alexandre. Il faut aussi
y ajouter Sparte, restée intraitable malgré sa mutilation (6). Si

(C. I, À. IV, I14b,c.), faisant allusion à l'alliance de Messène (10" pryt. Pytho-
dotos --- juin 342). [Voy. Beloch Attitehe Politik., p. 367sqq. — Sciilii. l'er-
hahdl. d. i.ï Plutôt. Vers, in Kbln. 189)5, p. I7i. — Beloch: Griech. (iesrh.
II, p. 5441.

Il) Avec Callias do Chalcis. Esch. C. Ctes. 93-98. — lliog. X Or. 8o0«. —
Epirt, Phil. 6.

(2) Pausan. VIII, <;, >. —27,10.

(3) Polyb. IX, 28,33. — XVII, 14.

(4) Pausan. VIII, 7, 4. - Vov. p. 92.
(o) XVII, 3.

(G) Plut. ApopMegm. tacon. p. 218', 233'.
loading ...