Fougères, Gustave
Mantinée et l'arcadie orientale: Contenant 80 gravures dans le texte, 6 heliogravures, 1 phototype et un plan de Mantinee hors texte, plus 2 cartes en 6 coleurs — Paris, 1898

Page: 511
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/fougeres1898/0536
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
PÉRIODE ROMAINE.

511

Sous les apparences de la paix, fermentaient encore les passions
locales, prêtes à éclater comme jadis en opposition violente à la
première occasion. C'est ainsi que, inconsciemment, les Antigo-
néens reprirent à leur compte la tradition mantinéenne des
sentiments hostiles aux Tégéates. Dans l'Arcadie entière revivait
l'antagonisme contre Sparte. De là, pendant les luttes des
triumvirs, des courants contradictoires qui entraînent en sens
opposés les sympathies du Péloponnèse. Pour des motifs restés
obscurs, les Spartiates s'étaient voués à la cause d'Octavien.
2000 d'entre eux combattirent pour lui contre Bru tus à la première
bataille de Philippes (1). Dans son duel avec Antoine, ils lui
restèrent fidèles. Ce fut assez pour armer en faveur d'Antoine
les Arcadiens sur qui Tégée paraît avoir exercé alors une grande
influence (2). Par haine de leur voisine, les Antigonéens firent
bande à part et se déclarèrent pour Octa vien. Même leurs guerriers
se battirent sur ses vaisseaux à Aclium (3). Attitude d'autant
plus courageuse, qu'Antoine dominait le Péloponnèse et comp-
tait avec lui l'immense majorité des Hellènes (31 avant J.-C).
Après le succès d'Octave, les Antigonéens bâtirent, en souvenir
de leur alliance heureuse, et sans doute avec les subsides de
l'empereur, le temple d'Aphrodite Symmachia, situé derrière le
théâtre. Tégée, au contraire, se voyait enlever son palladium,
le xoanon d'Athéna-Aléa.
Sous l'Empire, le Péloponnèse tomba dans la misère. Le État de ManUn

pays dépeuplé, abandonné aux nomades, se déboise rapide- 4 l'*p».....

ment. De plus en plus les latifundia réduisent les domaines d»Str«b<>n'
de la petite propriété. La prospérité matérielle émigré vers les
échelles maritimes qui jalonnent la route commerciale de
l'Orient à Ostie. Les vieilles cités de l'intérieur ne vivent plus
que de souveuirs. Ce sont objets de curiosité pour les archéolo-
gues et les touristes. La plupart d'eutre elles, tombées au rang
de maigres bourgades, flottent dans l'ample ceinture de leurs
murailles. Tout ce monde grec disparaissait lentement et Pausa-
nias vint à temps pour eu dresser l'inventaire. Encore, pour
certains cantons arcadiens, était il trop tard. Des terrains vagues
s'étendaient à la place de mainte bourgade, et, dans mainte ville,

(1) Plut. Brut, il et 46.

(2) Elle était restée la ville la plus considérable et la plus riche (l'Arcadie
(Strab. Vlll, 8, 2).

(3) Pausan. VIII, 8, 12. — 9, li. — 46, 1.— Voy.sW l'ex-voto de Charmiadas,
citoyen de Nicopolis, la uote aux Appendices [Épigr. 2°).
loading ...