Grand-Carteret, John
Les moeurs et la caricature en France — Paris, 1888

Page: 219
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/grand_carteret1888/0253
License: Creative Commons - Attribution - ShareAlike Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
Al.CIDF, TOi:SFZ

Fig. 121. — Portraits-charge publiés par la Silhouette (1846).

CHAPITRE IX

la caricature de mœurs sous louis-philippe
(1830-1 848)

Le romantisme et la société boutiquière. — Les caricatures sur le costume et la littérature
romantiques. — L'amour et la génération de 1830. — Les déclarations de Bouchot. — Les
« grisettiana » de Scheffer. — Suites diverses de Bourdet, Philipon et autres. — Les estampes
légères : Traviès et Mayeux. — Les caricatures à trucs : les portes et fenêtres ; le panorama
dramatique, etc. — Dantan et la charge sculptée. — La caricature et les inventions nouvelles :
les chemins de fer; le daguerréotype. — La gravure sur bois, le livre à caricatures et la
littérature satirique.

uelque brillante qu'ait été pour la caricature
française, la période de la Restauration, le
HREgk W 6 règne de Louis-Philippe est, quand même,

\ plus intéressant pour nous, parce qu'il crée
véritablement le dessin comique, la charge,
l'étude de mœurs, comme ils doivent être con-
çus par les modernes, ou du moins comme ils
ont été conçus jusqu'à ce jour.

1830, qu'il a été de mode, pendant long-
temps, de critiquer, que dis-jc? dont il est encore bien porté, aujourd'hui,
de se moquer, comme d'une époque naïve, crédule, rococo, s'étant passion-
née pour des mots, pour des choses sans portée à ce point de vue utilitaire
et pratique qui envahit de plus en plus notre société; 1830 est le point cul-
minant du mouvement libéral qui a pris naissance sous le précédent régime
loading ...