Grand-Carteret, John
Les moeurs et la caricature en France — Paris, 1888

Seite: 447
DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/grand_carteret1888/0483
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
Fig. 293. — Vignette de Robida. (Vie Parisienne, 1874.)

CHAPITRE XV

la caricature politique sous la troisième république

(1871 a 1878)

Continuation de l'œuvre de Cham. — La lutte par l'estampe contre la réaction. — Puissance de
l'œuvre de Daumier. — Les caricatures sur Thiers, humoristiques sans être blessantes.— Les
Thiers de Cill. — Autres créations de Gill : la Lune Rousse et ses différents journaux. -
Gilbert-Martin et le Don Quichotte. — La caricature d'opposition à la République : le Triboulet
et le Pilori. — Appréciations sur la caricature politique, son état actuel et son avenir.

ersailles devenue la capitale provisoire de
la France, pendant les trois années que
l'Assemblée nationale y séjournera, va être
également, durant cette période, le princi-
pal sujet des caricatures politiques. Sans
cesse, en ses revues comiques ou en ses
grandes planches, Cham, qui a repris son
labeur quotidien, mettra en parallèle la
grande cité, momentanément détrônée, et l'ancienne ville de Louis XIV,—
amusant so:i public avec les trains parlementaires, avec la commission de
révision des grades qui coupe en deux les cannes de tambour-major, avec
la réorganisation de l'armée, question de couleur qui consiste à savoir si le
collet de la tunique sera rouge ou jaune, si la tunique sera longue ou
courte, si les passepoils ou les revers seront de telle ou telle façon, avec le
loading ...