Prisse D'Avennes, Achille Constant Théodore Émile
Histoire de l'art égyptien: d'après les monuments ; depuis les temps les plus reculés jusqu'à la domination romaine (Text) — Paris, 1879

Page: 2
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/prisse1879text/0005
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
2 PREFACE.

des différentes phases de cet art, et de la connaissance de la langue du
peuple dont ils avaient à juger les monuments.

De là ont surgi ces fausses assertions parmi lesquelles, entre tant d'autres,
celle, si longtemps et si généralement accréditée, qui affirmait que l'archi-
tecture pharaonique devait son origine aux grottes creusées dans les mon-
tagnes, et que ces grottes, par suite de la marche progressive de l'art,
auraient été ornées de sculptures et auraient ainsi donné naissance à toutes
les transformations pratiquées sur les monuments.

Pour ce qui nous regarde, possédant ces deux éléments, il nous sera
donné, nous en avons le ferme espoir, de répondre à ce qu'on est en droit
d'attendre de nos travaux : aussi, après avoir d'abord présenté (au moyen
d'une esquisse rapide des événements les plus importants de l'histoire et des
tendances du génie des anciens Égyptiens) un tableau général de l'état civil
et politique de l'Egypte antique, ferons-nous toucher du doigt les rapports
intimes et corrélatifs qui existent entre les arts et l'histoire de cette nation
où les monuments, plus que partout ailleurs, aident non-seulement à recon-
naître et à suivre la marche et les progrès de sa civilisation, mais encore à
en apprécier les mœurs étonnantes, les gigantesques aspirations et le véritable
esprit théogonique.

Ainsi c'est surtout parce que les recherches les plus récentes, toutes con-
sciencieuses au plus haut degré, ont paru établir, définitivement, que l'Egypte
des pharaons fut la première expérience, faite en grand par l'humanité, d'une
constitution sociale, que cette contrée mérite d'être connue jusque dans ses
replis les moins intéressants en apparence : cette expérimentation n'a-t-elle
pas dû, en effet, s'appuyer sur tous les éléments primordiaux essentiels; fon-
dements irréfragables, éternels de toute société!
loading ...