Prisse D'Avennes, Achille Constant Théodore Émile
Histoire de l'art égyptien: d'après les monuments ; depuis les temps les plus reculés jusqu'à la domination romaine (Text) — Paris, 1879

Page: 430
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/prisse1879text/0433
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
430 NOTICES DESCRIPTIVES.

déjà tant de fois affirmée et maintenue, que les actes de la vie civile et domestique se
trouvaient toujours représentés dans les tombeaux des particuliers, leçon peinte, qui semblait
vouloir dire aux descendants : voilà ce que j'ai été, voilà ce que j'ai su créer et ce dont j'ai su
jouir; ne laissez pas déchoir notre pays de ce degré de civilisation.

Y. ART INDUSTRIEL

\ Yases contemporains des pyramides. — Nécropole de Memphis. — iv' et v6 dynasties.

La fabrication des poteries, cet art si facile et pratiqué chez les peuplades les plus barbares,'
a dû naître de bonne heure chez un peuple aussi industrieux que les Égyptiens ; et cependant,
combien de générations se sont écoulées dans l'intervalle qui sépare le façonnage grossier des
premiers produits de l'invention du tour à polir, et de la perfection des vases qui composent
cette planche ! Ces vases ont été dessinés d'après les bas-reliefs des tombeaux contemporains
des pyramides. Le3 Égyptiens les employaient aux usages domestiques plus de 3.000 ans
avant l'époque où les Grecs font remonter l'invention de la poterie par Gorœbus, mort environ
1.500 ans avant l'ère chrétienne.

A en juger par les couleurs que conservent encore plusieurs de ces vases, la céramique
égyptienne était déjà fort remarquable. La plupart peints en rouge, en jaune, présentent certaines
parties décorées en bleu et en vert, ou de façon à imiter le craquelé. 11 est probable, d'après les
originaux qui ont été trouvés dans les fouilles, que ces anciens vases étaient tous en pâte
tendre, sans glaçure, et décorées de couleurs fixées par des mordants sans l'intermédiaire
du feu.

Tous ces vases ont été copiés clans les tombeaux autour des pyramides de Sakkara; on en
retrouve de semblables dans les tombeaux creusés ou bâtis près de celles de Gizeh : leurs formes
primitives persistèrent sans amélioration jusque sous la xiV dynastie.

Les nos 1, 2, 6, 7, 10, 19, 20 et 21 sont tirés du tombeau de Ptahasès à Sakkara; les
n" â, 4 et 5 du tombeau de Raasès ; tous les autres vases proviennent du tombeau de
Teï. L'un de ces derniers, le n° 9, doit être en cuivre : on en voit de ce métal clans tous les
musées.

Vases du règne de Ti-ioutmès III. — Thèbes et Hermonthis. — xvm° dynastie.

Cette planche représente des vases d'une même époque, mais de localités différentes.

Les nos 1, 5 et 6 proviennent d'un ancien temple d'Hermonthis, restauré ou rebâti par la
reine Hatasou, sœur de Thoutmès III, et déjà ruiné du temps des Romains, qui ont employé la
plupart de ces beaux matériaux dans les fondations du nouveau temple.

3e n'ai reproduit la table d'offrandes n° 1, que pour montrer les bouquets de lotus qui pré-
sentent, ici, plus de vérité que partout ailleurs.

Les n05 2, 3 et A ont été copiés sur les bas-reliefs du sanctuaire du grand temple de
Karnac.
loading ...