Institut Français d'Archéologie Orientale <al-Qāhira> [Editor]; Mission Archéologique Française <al-Qāhira> [Editor]
Recueil de travaux relatifs à la philologie et à l'archéologie égyptiennes et assyriennes: pour servir de bullletin à la Mission Française du Caire — 1.1870

Page: 89
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/rectrav1870/0105
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
RECUEIL

DE TRAVAUX RELATIFS A LA PHILOLOGIE ET A LARCHÉOLOGIE

ÉGYPTIENNES ET ASSYRIENNES.

Yol. L Fascicule III.

Contenu: l)Le Papyrus de Luynes, avec une planche; par M. E. Ledrain. — 2) Sur un nouvel argument chronologique,
tiré des récits datés des guerres pharaoniques en Syrie et dans les pays voisins (fin); par M. J. Lieblein. —

3) Recherches philologiques sur quelques expressions accadiennes et assyriennes ; par M. F. Lenormant (suite). —

4) Un fonctionnaire de la XlIIe dynastie, avec une planche; par M. E. Naville. — 5) Des deux yeux du disque
solaire; par M. E. Grébatjt (suite). — Varia.

LE PAPYRUS DE LUYNES

par

E. Ledrain.

Le papyrus dont je donne le texte avec la traduction fait partie de la collection
dont M. le duc d'Albert de Luynes a enrichi le Cabinet des antiques de la Bibliothèque
nationale. Il est de la XXe dynastie et provient de Thèbes. Les vignettes en sont fort
belles, et l'aspect que présente l'ensemble des signes hiéroglyphiques est très-séduisant.

Des deux fragments qui composent le papyrus, l'un comprend surtout des textes, et
l'autre des vignettes. Ils ont, le premier lm 52e de longueur sur 0,43e de largeur; le second
1,57e de long et 0,41e de large.

Pour les exigences de la publication dans une revue mensuelle (Le Contemporain),
fort bienveillante envers l'égyptologïe et où mon travail a paru sous une forme tout-à-fait
différente de celle-ci, il a fallu réduire le papyrus aux dimensions, qui sont sous les yeux
du lecteur. M. Gasttne, chargé de ce soin difficile, a tâché de conserver le plus possible
leur physionomie, non pas seulement aux personnages mais aux signes eux-mêmes.

Souvent on rencontrera des fautes, des groupes de caractères fort singuliers. Il ne
faudra pas les attribuer au copiste français, mais au scribe égyptien dont l'exactitude n'a
pas toujours répondu à l'habileté calligraphique.

Ce que contient le Papyrus de Luynes, à la fois religieux et funéraire, je ne le
résumerai pas. Les vieilles idées égyptiennes sur Dieu, sur le mal, sur le jugement et la
vie de l'âme dans l'hémisphère inférieur, apparaîtront d'une manière suffisante, par la traduction.

Mais avant d'entamer l'étude du papyrus lui-même, il est bon de recueillir quelques
renseignements sur le défunt pour lequel il a été écrit et dont la momie ainsi que les trois
coffres funéraires, sont au musée de Besançon.

M. Chabas, qui semble n'avoir pas connu l'existence du papyrus, a écrit sur les
sarcophages une note, que la complaisance extrême de M. Pierret a bien voulu me commu-
niquer. Les titres du défunt, sur les sarcophages, complètent ceux que mentionne le papyrus.
Toujours écrit fh [ ^ dans le papyrus, le nom sur les sarcophages se présente sous cette

forme: 1 <~=> ffo f\YÙ, le Sar ou chef d'Ammon.

12
loading ...