Institut Français d'Archéologie Orientale <al-Qāhira> [Editor]; Mission Archéologique Française <al-Qāhira> [Editor]
Recueil de travaux relatifs à la philologie et à l'archéologie égyptiennes et assyriennes: pour servir de bullletin à la Mission Française du Caire — 9.1887

Page: 193
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/rectrav1887/0203
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
Observations.

193

dire, ce n'est pas mou avis que le langage et la logique soieut des sciences nécessairement
convergentes, ce que paraît vouloir faire comprendre M. Wiedumann par sa remarque finale
de la note 2 de la page 148. — A propos de cette dernière note, je relève encore, que
l'expression «à côté de» signifie en allemand «uebst, sammt», tout aussi bien que «ueben»,
et je suis étonné que M. Wiedemann ne le connaisse pas. Car pour être sincère, j'aime mieux
à expliquer cette particularité et d'autres de l'article de M. Wiedemann, comme ignorance de

la part de l'auteur que — comme quelque chose de moins sympathique. Je lirai du reste

fi

avec beaucoup d'intérêt la monographie que nous promet M. Wiedemakn sur le mot ^-=—,

® °
mais je le prierai de ne pas y insérer la découverte, que signifie originairement «ange-

sichts» (p. 148), car elle a été faite, il y a longtemps (voir p. ex.1 Fiehl, Zeitsehrift 1880,

p. 133, cité par Brugsch, W'ôrterbuch, VI., p. 917); ni de citer comme une raison contre le

prétendu sens de «mit im Sinne von enthaltend» que personne n'a voulu proposer pour le

groupe *l*=—, la circonstance que « der Aegypter fur « mit » im Sinne von « enthaltend » eine

besondere Priiposition besitzt». Ce serait la même chose que de nier l'existence des

synonymes, ce qui ne convient qu'à des gens qui confondent le langage avec la logique.

Il n'est pas exact que la variante de la statue Psemtek-seneb (p. 146, note 1) donne

c LffiS und dâbèi unter die Standarte acht Punkte2 setzt, welche sich mit Hilfe der agj'p-

tischen Typcn nicht wiedergeben lasseu». Ce n'est point non plus exact que «dieselben

©

vielleicht snâter zu verbunden werden sollten.......wie, wie es scheiut, H. Pièhl

in seiner Abschrift gethan bat». Le groupe est ici très visible au dessous du groupe |^s,
comme le fait voir ma copie qui a été prise en 1878 (octobre), époque ou je n avais pas
encore ramassé toutes les variations de la formule saïte. Du reste, quiconque veut examiner
la façon dont le signe © a été tracé dans les inscriptions, trouvera bientôt, que la partie
ronde en est souvent moins profondément gravée que les quatre petites barres. On comprend
alors que les dernières seules puissent rester visibles sur un papier à estampage qui n'a peut-
être pas partout été appliqué avec la force nécessaire. Mon expérience m'a montré qu'il faut,
la plupart du temps, copier les textes, quand même on en a les meilleurs estampages du
monde. Cette petite remarque s'adresse- tout particulièrement à notre savant critique, qui en
profitera assurément — car autrement je ne sais pas comment expliquer les paroles suivantes
de M. YViedemann : «ich muss es daher bezweifeln, dass man kôune «affirmer hautement»
que le monument porte très distinctement ^f^s®. »

Il n'est pas exact, «dass trotz Piehl's Behauptung j^v ^t^~^1 mema's «gram-

maticalement» mit «ton âme ne sera pas anéantie» tibersetzt werden kann, da 1^ nicht
die Seele bedeutet, dièse vielmehr geschrieben vrird » car on rencontre des cas — et ils ne
sont pas rares — où, dans les textes, le signe "«^^ revêt une forme qui s'approche beaucoup
de celle de En même temps que j'ai écrit ces paroles, blâmées par M. Wiedemann, j'ai
donné des exemples, empruntés aux Notices de Champollion, qui montrent bien, que j'ai
reconnu l'existence d'analogies qui parlent en faveur de la lecture _n_^j{j ^x'jy*'::=^- —
Dans la même note (note 1, p. 145) où le savant critique a daigné nous donner cette leçon
— qui convient fort bien vis-à-vis de ses disciples, mais que je prends la liberté de trouver

1) Remarquez bien l'expression <p. ex.» — M. Wiedemann!

2) On peut du reste demander : Pourquoi M. Wiedemann, dans son travail inséré au volume VI du
Recueil, ne dit-il rien du tout au sujet des «acht Punkte»-?

Recueil. ix. 25
loading ...