Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Metadaten

Institut Français d'Archéologie Orientale <al-Qāhira> [Editor]; Mission Archéologique Française <al-Qāhira> [Editor]
Recueil de travaux relatifs à la philologie et à l'archéologie égyptiennes et assyriennes: pour servir de bullletin à la Mission Française du Caire — 12.1890

DOI issue: DOI article: DOI Page / Citation link: 
https://doi.org/10.11588/diglit.12262#0102
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
96

Notes de grammaire assyrienne.

NOTES DE GRAMMAIRE ASSYRIENNE.

pae

A. Amiaud.
Recueillies et publiées par V. Scheil 0. P.

PHONÉTIQUE.
Chap. I. — Les sons de la langue assyrienne.
§ 1. — Consonnes.

A) Si les Assyriens s'étaient élevés jusqu'à la conception d'une écriture alphabétique,
leur alphabet eût sans doute peu différé, quant au nombre des caractères, de celui de l'hé-
breu et des langues araméennes. L'analyse des signes syllabiques de l'écriture cunéiforme
des Assyriens nous montre, en effet, qu'ils possédaient 20 consonnes, à savoir :

!2 labiales..........2 2
3 dentales..........tntfl
3 palatales..........3 2 p

( 1 labiale...........B

2 nasales

\ 1 dentale..........J

3 sifflantes...................T D X

1 chuintante..................V (tf et fc> des Hébreux)

2 liquides...................b "l

2 gutturales..................X H

1 labiale.........1

1 palatale.......

2 semi-voyelles

On le voit, la différence principale des alphabets hébreu et assyrien consiste en l'ab-
sence dans ce dernier des signes n et J?. Toutes les gutturales sémitiques, à l'exception du £
arabe, se sont adoucies en S dans la langue assyrienne.

B) Les explosives et les sifflantes se distinguent en douces, en dures et en emphatiques.
Sont douces : 2 3 1 î; sont dures : S 2 n D; sont emphatiques : p 10 3£. Les explosives
labiales n'avaient pas d'emphatique.

Mais on divise avant tout les consonnes en deux grandes classes :
1° Les consonnes fortes, sujettes en certains cas à permutation, jamais à disparition
(3 excepté);

2° Les consonnes faibles, dont la disparition est presque la règle générale en assyrien;
cette disparition est compensée souvent par le redoublement d'une consonne voisine, ou bien
est marquée par l'allongement ou l'altération d'une voyelle précédente ou suivante. Les con-
sonnes faibles sont au nombre de trois seulement : la gutturale X et les semi-voyelles 1 et *.

C) D'accord avec la majorité des assyriologues, nous adoptons l'alphabet conventionnel
suivant dans nos transcriptions de l'assyrien :
 
Annotationen